VOTE | 555 fans

NCIS
#501 : A découvert

 

Synopsis: L'équipe du NCIS découvre enfin la vérité sur le grand secret de la saison précédente. La bataille finale entre l'équipe de NCIS et un marchand d'arme insaisissable débouche sur une conclusion explosive et mortelle.

Popularité


4.33 - 3 votes

Titre VO
Bury your dead

Titre VF
A découvert

Première diffusion
25.09.2007

Première diffusion en France
29.08.2008

Vidéos

Trailer 5.01 VOSTF

Trailer 5.01 VOSTF

  

Plus de détails

Scénaristes : Shane Brennan
Réalisateur : Thomas J. Wright

 

Vendredi après-midi

Jen est endormie dans son bureau. Elle rêve de son père, plus précisément de son suicide.

Pendant se temps, Tony et Jeanne sortent de l’hôpital après la journée difficile qu’ils ont eu à l’hôpital et ou Tony a failli compromettre sa couverture. Devant l’hôpital les attends la père de Jeanne. Ils entrent dans la limousine et René Benoît qui s’avère être La Grenouille, nomme Tony : professeur Anthony DiNardo. La discussion s’ouvre sur ce qui s’est passé à l’hôpital quand Tony a tiré. Jeanne doit retourner à l’hôpital pour signer des papiers.

 

Samedi matin

Ziva arrive au bureau et rencontre McGee. Celui-ci prétend être là pour défragmenter ses ordinateurs. Mais l’israélienne se rend compte que lui et Gibbs ont passé la nuit au bureau. Quand McGee lui demande pourquoi elle est au bureau un samedi matin, elle répond qu’elle s’inquiète pour Tony. La veille ils ne les pas rejoints, elle, McGee, Abby, Palmer, Lee et Ducky dans le bar. Elle a essayé en vain de le joindre sur son portable et sur son fixe. Elle se fâche parce que les deux ne lui ont rien dit et les équipes n’ont pas de secrets.

Jen entre dans le labo d’Abby et retrouve celle-ci endormie par terre. Elle voit sur l’ordinateur les résultats de l’identification des empreintes retrouvées sur le vers qu’elle lui a donné la veille : elles appartiennent à son père. La directrice annule la recherche de l’ordinateur mais avant d’avoir réussi de la supprimer entièrement, Abby se réveille. Jen la remercie pour avoir fait le test et lui dit que celui-ci n’a donné aucun résultat. A ce moment elle reçoit un appel du portable privé de Tony et quitte le labo. Abby se tourne vers l’ordinateur qui lui demande de confirmer la suppression du test. Elle ouvre le fichier et voit le résultat.

 

Pendant ce temps Gibbs, Ziva et McGee discutent la raison pour laquelle la CIA est en train de poursuivre la Directrice et ils font le lien avec La Grenouille. Lorsque celle-ci arrive, elle demande à McGee de tracer le portable secret de Tony. La elle révèle à Gibbs, Ziva et McGee que la petit amie de Tony, Jeanne Benoît, est fille de la Grenouille. Lorsque Tony appelle le Directrice de son portable secret, cela signifie que sa couverture a été découverte. McGee arrive à obtenir les coordonnées du portable Tony et les transfère dans le MTAC.

 

Pendant ce temps Tony et La Grenouille ont une conversation au sujet de la famille. Jeanne sort de l’hôpital, Tony rentre dans sa voiture en assurant Jeanne qu’il sera juste derrière la limousine.

 

Retour au MTAC. McGee rentre dans les caméras du système du contrôle du trafic et réussit à obtenir une image de la voiture de Tony. On voit que celui-ci est seul dans la voiture. Ziva l’appelle sur son portable mais n’entend que sa messagerie vocale qui commence par la mélodie du 20th century Fox. La Directrice explique que la couverture de Tony est en temps que professeur de filmographie à l’Université. Grâces aux images des caméras ils essayent de voir si quelqu’un poursuit Tony et Gibbs suggère que c’est peut-être Tony qui poursuit quelqu’un. Tout à coup la voiture de Tony explose.

 

L’équipe se rend à l’endroit où la voiture de Tony a explosé. Personne ne se comporte comme d’habitude : Jen se sent coupable, Gibbs a les larmes aux yeux, Ziva a le cœur brisé et arrive à peine à cacher ses larmes, McGee n’arrive pas à croire ce qu’il voit. Ducky essaye de penser que le cadavre peut ne pas être celui de Tony, Palmer est très triste aussi. Dans la voiture ils retrouvent un corps mais aussi  l’arme de Tony, son badge d’agent spécial, ses deux téléphones portables … et les restes de la bombe qui a fait exploser la voiture.

 

De retours au NCIS, les agents donnent à Abby les preuves qu’ils ont, afin qu’elle les analyse. Elle essaye de penser positivement et ne veut pas croire que Tony est mort jusqu'à ce que Ducky ne confirme que le corps est bien celui de son collègue. Gibbs découvre la bouteille et le vers d’où Abby a du analyser les empreintes digitales et Abby lui raconte tout. Cela veut dir que le père de la Directrice est encore en vie, puisque les empreintes qui lui appartiennent sont fraîches.

 

Gibbs discute avec Jen à ce propos. Elle croit que sont père est mort. Gibbs pense que le Directrice est obsédée par la Grenouille, ce qui est une menace pour son emploi de directrice du NCIS : elle nie. Le fait est que Jasper Shepperd avait pour emploi au Pentagone, la gestion des armes. Il a été accusé d’en vendre au marché noir. Sachant que même innocent il n’arrivera pas à s’en sortir, il se suicide. Jen est sure qu’il a été tué pas la Grenouille même si elle n’en a pas les preuves.

 

Pendant ce temps, McGee revoit les vidéos de surveillance grâce auxquelles ils sont parvenus à voir l’explosion. Il veut vérifier ce que Gibbs a dit. Il ne croit pas que tony ait ramené son badge et son arme s’il était sous couverture. Ziva regarde le bureau de Tony les yeux tristes. Elle lui demande qu’est-ce qu’il est en train de vérifier. Il lui répond que Gibbs a suggéré que c’était peut-être Tony qui poursuivait quelqu’un. Ils se rendent compte que leur partenaire était en train de suivre une limousine.

 

Ducky fait une autopsie du corps trouvé dans la voiture et plus précisément les poumons. Les résultats des examens sanguins arrivent. Le corps est du groupe A+, comme Tony. Ducky préfère quand même attendre les dossiers dentaires avant de conclure que c’est bel et bien Tony. En attendant, il continue l’autopsie des poumons et se rend compte qu’ils n’ont presque pas de cicatrices. Tony a souffert d’une pneumonie très grave causée par la peste (saison 2 ep.22). En conséquence ses poumons devraient avoir de nombreuses cicatrices. Il conclut que le corps qui est devant lui n’est pas celui de Tony.

 

McGee et Ziva, montrent à la Directrice et Gibbs les résultats de leurs recherches. La limousine appartient à une compagnie dont le principal actionnaire et de loin est René Benoît, alias la Grenouille. Ducky leur annonce la bonne nouvelle. Ceci pose deux questions : qui est la personne qui conduisait la voiture de Tony et où est Tony ?

 

La Directrice demande à McGee toutes les informations sur la compagnie à laquelle appartient la limousine. Elle espère que cela la mènera vers la Grenouille. Gibbs de son côté cherche plutôt à retrouver Tony. En ce moment arrive Mr Court de la CIA. Il veut savoir où est l’agent DiNozzo. Mme Shepperd refuse de répondre à sa question. Elle veut savoir la raison pour laquelle il cherche son agent. Il lui annonce que la Grenouille est à Washington. Apparemment l’agent de la CIA est au courant que la voiture de Tony a explosé le matin et qu’il n’y était pas. D’après lui la Compagnie n’a rien à voir avec l’explosion. Quand il s’apprête à quitter le bâtiment les portes de l’ascenseur s’ouvrent et Tony en sort. Mr Court essaye de savoir ce que Tony a fait avec la Grenouille mais Gibbs McGee et Ziva pointent leurs armes sur lui. Il se voit contraint de s’en aller.

 

Dans le bureau de la Directrice : Tony raconte à elle et Gibbs ce qui s’est passé. Il a comprit que sa couverture avait été compromise dès qu’il a rencontré le père de sa petite amie. Dès qu’il a essayé de prendre sa voiture, René Benoît l’a obligé de monter dans la limousine avec lui. Il l’a appelé par son vrai nom : Agent DiNozzo. Il a pris ses deux téléphones portables et a mis son propre chauffeur au volant. Ensuite, il s’est comporté comme si rien n’était. Après l’explosion, le Grenouille pesait que c’était à lui qu’elle était destinée. Tony n’est pas du même avis : c’est sa voiture qui a explosée et non pas celle du trafiquant. Il soupçonne la CIA. Tony se montre triste : tout est fini entre lui est Jeanne. Mme Shepperd lui dit qu’il aurait du penser que cela finirait comme ça. Elle veut connaître la réaction de Jeanne. Tony refuse de la lui dire. D’après Tony la Grenouille « veut sortir du jeux ». La seule agence en laquelle il semble avoir confiance est le NCIS.

 

Ziva appelle l’hôpital et apprend que Jeanne est partie sans dire où elle va et quand elle va revenir. Elle le dit à Tony. Il avoue à elle et McGee que Jeanne sait la vérité. Tony pense attendre jusqu’au matin et parler à sa petite amie. Abby arrive et étreint Tony aussi fort qu’elle lui casse presque les os. Celui-ci se rend compte que Ziva a pris sont ouvre lettre et Ducky a pris son agrafeuse. Gibbs arrive et Abby lui annonce qu’elle a des informations sur ceux qui on fait exploser la voiture de Tony.

 

Dans le labo d’Abby : Abby explique que les composants de la bombe son communs à 9 autres attaques qui on eu lieu les 4 dernières années dans le monde entier.  La seule chose de commun des victimes est qu’ils ont tous été les trafiquants d’armes, comme le père de la petite amie de Tony. Ce dernier a peur qu’elle est toujours en danger.

 

Domicile de la Directrice : Mme Shepperd rentre chez elle, le soir. Son téléphone sonne. Elle répond : c’est la Grenouille. Il veut la voir. Elle se rend compte qu’il l’attend dans sa maison. Les deux parlent. La Grenouille prétend bien aimer l’agent DiNozzo. Jenny précise que sa fille, elle aussi l’aime bien. A la question qu’est-ce qu’il veut de Jenny, René Benoît répond qu’il veut protégé sa fille. Il propose, qu’en échange de son expérience dans le domaine des armes, le NCIS se charge de la protection de Jeanne. Jenny demande de qui Jeanne devrait être protégée. Gibbs apparaît et répond à sa question : de celui qui a essayé de la tuer ce matin. Gibbs veut savoir qui sont les ennemis du trafiquant. La discussion se dirige vers la collaboration de la Grenouille et la CIA : La Grenouille contrôle le marché d’armes, la Compagnie le contrôle. Mais les choses se sont compliquées. Il n’a plus confiance en Mr Court. Le trafiquant dit qu’il a déjà rencontré le père de Jenny dans sa maison. Il prétend que l’histoire du suicide de l’Amiral Shepperd est un fait. Jenny ne le croit pas. Elle pointe un pistolet sur lui et l’accuse d’avoir tué son père. Gibbs lui dit que le pistolet n’est pas chargé. Quand la Grenouille demande encor une fois que sa fille soit protégée, Jenny lui tend son pistolet et lui dit qu’étant donné qu’il a pris les balles auparavant, il pourrait les uitiliser pour protéger sa fille lui-même. Il lui laisse son numéro de téléphone et s’en va. Gibbs accuse Jen que son obsession personnelle a influencé son travail. Il lui demande si elle allait tirer si le pistolet était plein et il n’était pas là. Lorsqu’elle répond qu’ils ne le sauront jamais, il sort la cartouche de sa poche et la laisse sur le bureau.

 

Pendant ce temps, domicile de Tony : Tony et Ziva se rendent dans le domicile de Tony. Ils trouvent l’appartement vide. Jeanne a fait ses valises et est partie. Ziva trouve une enveloppe sur la table. Elle porte le nom de Tony DiNozzo. Tony lit la lettre que Jeanne lui a laissée. Il demande à Ziva si elle a menti à quelqu’un qu’elle a aimée. Elle affirme. Il lui demande si cette personne lui a pardonnée. Elle répond que la personne n’a jamais découvert le mensonge. Tony dit avoue alors que Jeanne sait la vérité. Il lui a dit lui-même, après l’explosion. Elle l’a accusé que toute leur relation a été un mensonge. Il a essayé de lui expliquer qu’il l’aime vraiment, qu’il a menti seulement sur les choses peu importantes. A la question pourquoi il l’a fait, il lui a dit de demander son père. Ziva suggère de lancer une enquête et de retrouver Jeanne mais Tony dit que celle-ci ne veut pas être retrouvée. Ziva part et laisse Tony tout seul avec ses pensée.

Le dimanche ou lundi matin, QG du NCIS : Ziva essaye d’appeler Tony mais celui-ci ne répond pas. McGee a trouvé quelque chose : une autre compagnie de la Grenouille qui vent des bateaux. Quelqu’un semble résider dans un des ses bateaux depuis samedi : un vieux monsieur avec un accent français, seul.


Gibbs Ziva et McGee se rendent auprès du bateau. Il le fouillent : personne n’y est. Cependant Gibbs y voit le manteau de la Grenouille et conclut que c’était bien le trafiquant qui était sur le bateau. Les trois agents partent en espérant qu’un jour quelqu’un va capturer la Grenouille. Mais ils ne voient pas le corps submergé de ce dernier. Quelqu’un lui a tiré une balle dans la tête.

Les *** signalent les flashback de l'épisode.

 

5X01: A découvert

 

Précédemment dans NCIS: résumé de la saison précédente.

 

GENERIQUE

 

Fondu noir/blanc: Jenny

 

NCIS: Bureau de la directrice

Dans son bureau, Jenny est endormie. Elle rêve de son père et assiste à son suicide. Elle se réveille en sursaut quand son père tire. Elle referme un tiroir contenant un pistolet.

 

Dans la limousine en marche de la Grenouille/ René Benoit.

Jeanne: Mon père connait déjà tout sur toi.

La Grenouille/René Benoit: Uniquement ce que ma fille m'a dit sur vous.

 

Tony rit nerveusement, suivit de Jeanne plus naturellement.

 

Tony: C'est très drôle. Alors nous voici donc en route vers... Où allons-nous exactement?

La Grenouille/René Benoit: Je n'en sais rien. Prendre un café? Ce sera l'occasion de mieux nous connaître.

 

Jeanne hoche la tête.

 

Le Grenouille/René Benoit: Je parie que vous avez des questions à me poser. En tout cas, moi j'en ai.

Jeanne: On passe d'abord chez moi papa. Tu n'imagine pas la nuit qu'on a passé...

 

Tony se tortille sur le siège et essaye de prendre discrètement son téléphone pendant que Jeanne continue de parler. Il n'y arrive pas.

 

Jeanne: ... un vrai cauchemar.

Tony: C'est vrai. Votre fille est très impressionnante avec un scalpel Mr Benoit.

La Grenouille/ René Benoit: Je vous en prie, René.

Jeanne (à Tony): J'ignorais que tu savais tirer.

Tony: En réalité non. Je l'ai raté, et en beauté.

Jeanne: Oui, mais exprès.

René Benoit: Il y a eu des coups à l'hopital?

Tony: C'est une longue histoire René.

René Benoit: Nous avons tout le week-end.

Tony: En fait, c'est plutôt l'histoire de Jeanne que la mienne.

Jeanne: C'est de la folie. Il y a un jeune type qui a voulu faire passer de l'héroïne dans le pays et qui s'est fait renverser par une voiture. Un des sachets...

 

Tony essaye de prendre discrètement son téléphone sous le regard suspect de René.

 

Jeanne: .... d'héro a éclaté dans son estomac mais on s'en est aperçu trop tard et il ...

 

Elle est interrompue par la sonnerie de son bipper.

 

Jeanne: J'ai oublié de signer le certificat de décès. Je dois y retourner. Navré papa.

René Benoit (à son chauffeur): Henry, retour à l'hopital.

Henry: Oui monsieur.

Tony: J'ai comme l'impression que notre café va attendre.

René Benoit: Ainsi que toutes ses questions mystérieuses.

 

 

Au NCIS.

Les portes de l'ascenseur s'ouvre, Ziva est à l'intérieur. Elle commence à en sortir mais McGee est devant les portes.

 

Ziva et McGee (en même temps): Qu'est-ce que tu fais là?

Ziva: J'ai parlé d'abord.

McGee: Ecoute, en tout cas sur un point technique on était en parf aite synchronisation, ça ne fait aucun doute. Mais vu que mes parents ont fait de moi un gentlemen et que les tiens ont fait de toi une tueuse... Je faisais du tri dans mes e-mails.

Ziva: C'est ça.

 

Elle va jusqu'aux bureaux en parlant.

 

Ziva: Tu as des nouvelles de Tony?

McGee: Tu viens au bureau un samedi matin pour prendre des nouvelles de Tony?

Ziva (voyant les restes de nourritures sur le bureau de McGee): Tu as dû veiller là toute la nuit?

McGee: C'est une question ou une affirmation?

Ziva: Une question.

McGee: Ca ressemble à une affirmation.

Ziva: J'attends ta réponse.

McGee: Oui j'ai travaillé toute la nuit.

Ziva: A faire le tri dans tes mails?

McGee: En effet. Ta voix doit aller vers le haut quand tu fini ta question. Par exemple: pourquoi t'inquiètes tu pour Tony?

Ziva: On avait prévu de boire un pot hier soir, et il est pas venu, et il répond pas sur téléphone portable, ni sur son fixe. Est-ce que tu as le numéro de son autre téléphone portable?

McGee: Celui qui sert à ses appels persos?

Ziva: Oui.

McGee: Nan.

 

Ziva voit le bureau de Gibbs avec de la nourriture dessus.

 

Ziva: Gibbs a aussi passé la nuit ici? On forme une équipe ou non?

Voix de Gibbs: Bonjour Ziva.

 

Il arrive.

 

Gibbs: Vous n'avez rien de mieux à faire un samedi matin?

Ziva: Une équipe n'a pas de secrets Gibbs. Et si vous ne me dites pas ce que vous faisiez ici tout les deux cette nuit, McGee va le faire...

 

Grand sourire de Ziva.

 

Ziva: ... un jour où l'autre.

 

 

Parking de l'hopital.

La limousine se gare. Jeanne en sort suivit de Tony.

 

Jeanne: Ce ne sera pas long.

Tony: Je t'accompagne si tu veux.

Jeanne: Non, reste. Il ne mord pas.

 

Elle part, René sort de la limousine part de l'autre côté et Tony bippe Jenny sur son portable.

 

René Benoit: Café?

Tony: Café, avec plaisir.

René Benoit: Bien. Pendant que nous attendrons, vous m'expliquerez comment vous avez volé le coeur de ma fille.

 

Ils s'éloignent de la limousine.

 

 

Dans le labo d'Abby.

Le directeur y entre, Abby est endormi par terre. Jenny voit que la recherche qu'elle avait donné à faire à Abby a un résultat. L'analyse révèle que l'empreinte prélévée sur le verre est celui de Jasper Shepard, son père. Jenny efface tout les résultats et Abby se réveille en sursaut.

 

Abby: J'me lève. J'me lève. Directeur?

Jenny: Je suis désolé de vous avoir fait rester ici toute la nuit Abby.

Abby: C'est rien, j'ai très souvent dormi sur ce sol vous savez. Pas seulement sur celui-ci. Bien que je n'ai pas pour habitude de dormir par terre. Ceci dit, ce sol est très confortable et si je devais, enfin... c'est bon je suis réveillée.

 

Le téléphone de Jenny sonne. C 'est le portable de couverture de Tony, mais elle n'a pas le temps de répondre.

 

Jenny: Je vous remercie, vous pouvez partir.

Abby (en jetant un oeil à son ordinateur): On a eu une réponse?

Jenny: Non

 

Elle sort du labo.

 

Abby: Mes pauvres chéris, vous avez bossés toute la nuit sans rien trouver de positif.

 

Elle pianote sur son clavier et le cadre « effacer la recheche » s'affiche.

 

Abby: Quel résultat?

 

La photo de Jasper Shepard s'affiche.

 

Abby: Ca c'est d'un glauque.

 

 

Bureau du NCIS

Ziva: Pourquoi la CIA s'en prendrai au directeur?

Gibbs: A votre avis?

Ziva: Ils protègent leur chasse gardée?

McGee: La Grenouille.

Ziva: Le directeur le sait?

Voix de Jenny: Sait quoi?

 

Elle arrive.

 

McGee: Que c'est samedi et qu'on est tous ici un jour de congé parce que nous adorons notre job.

Ziva: Excepté Tony, lui il est on ne sait où.

Jenny: McGee, vous allez trianguler un numéro de portable: 202-555-0177.

Gibbs: DiNozzo a des ennuis?

Ziva: Je le savais.

 

McGee pianote sur son clavier, Gibbs regarde par dessus son épaule.

 

Jenny: La jeune femme que Tony fréquente, Jeanne Benoit, c'est la fille de la Grenouille.

McGee: Il était en mission?

 

Gibbs vient se poster en face de Jenny.

 

Gibbs: Et vous aviez prévu de nous le dire à quel moment?

Jenny: Au moment où ça nous conduirai à la Grenouille.

Gibbs: Et c'est la cas?

Jenny: Je n'en sais rien.

Gibbs: Vous allez enfin nous dire ce que vous savez directeur!

Jenny: Tony vient de me contacter par le biais de son téléphone de couverture. C'est un signal convenu d'avance, à n'utiliser qu'en cas d'extrême urgence, s'il se sent découvert.

McGee: Triangulation terminée.

 

Il affiche le résultat sur la plasma.

 

Ziva: Anthony DiNardo, très chic.

Jenny: Vous transferez ça au MTAC et je veux une vision satellitaire.

McGee: Tout de suite.

 

 

Devant l'hopital.

Tony et René Benoit prennent des cafés.

 

René Benoit: Alors, qu'est ce que Jeanne vous a dit sur moi?

Tony: Des tas de choses. Que vous êtes un père génial.

René Benoit: Les enfants ont toujours beaucoup d'indulgence pour leurs parents. Vous devez penser que votre père est le meilleur n'est-ce pas?

Tony: C'était vrai.

René Benoit: En réalité l'amour nous aveugle et il masque les imperfections.

 

Ils marchent.

 

Tony: C'est quand même de l'amour.

René Benoit: Oui et nous aimons tous les deux Jeanne.

Tony: En effet.

René Benoit: Est-ce que vous allez briser le coeur de Jeanne?

Tony: Pas si je peux faire autrement.

René Benoit: On ment parfois à certaines personnes que l'on aime afin de les protéger, n'est-ce pas?

Tony: Vous avez menti à Jeanne?

René Benoit: Et vous?

 

Jeanne sort de l'hopital.

 

Tony: Attention, elle arrive.

 

Tony l'attrape par la taille.

 

Jeanne: Voilà, on file d'ici avant qu'il ne me rappelle pour autre chose.

Tony: Et moi je vais chercher ma voiture.

Jeanne: Sinon on te l'enlève. C'est l'enfer pour se garer ici.

René Benoit: Sage précaution, restez derrière nous. Nous n'avons pas envie de vous perdre.

Tony: Aucune chance.

 

Chacun se dirige vers sa voiture.

 

 

Au NCIS, MTAC.

Le plan des rues de la ville est affiché, un losange marque la position de Tony.

 

McGee: Il est sur la 22ème rue, au nord-ouest, à l'extérieur de l'hopital universitaire Monroe.

Jenny: Il est en train de bouger.

McGee: Il est surement en voiture.

Jenny: Ce sera long avant d'avoir la vision satellite?

McGee: Au moins 15 mins.

 

Regard agacé de Gibbs assis dans un fauteuil, café à la main.

 

McGee: Mais on n'a qu'à passer par le système de surveillance de la circulation. On peut le localiser grâce aux caméras urbaines.

Gibbs: Allez-y.

Jenny (à Ziva au téléphone): Alors?

Ziva: Il ne décroche pas. J'essaye son téléphone de couverture?

Jenny: Mettez le haut-parleur.

Messagerie de Tony, musique de la 20th Century Fox: Bonjour ici la messagerie du professeur DiNardo. Laissez un message et je vous rappelerai. C'est promis.

Jenny: Il est censé donner des cours sur la cinéma en ligne à l'American University.

Ziva (à McGee): Tony, enseigner?

McGee: Sa couverture ne tient pas debout. Qui a pondu cette idée géniale?

Jenny: Moi.

 

L'ordinateur de McGee bipe.

 

McGee: Ah, ça y est.

Jenny: Envoyez.

 

Les images de la circulation apparaissent sur le grand plasma.

 

McGee: Là, j'ai l'incrustation du signal du portable de Tony.

Ziva: C'est la voiture de Tony.

McGee: Celle de Tony DiNardo.

Gibbs: C'est solide comme couverture?

Jenny: Assez pour satisfaire la curiosité maladive de la Grenouille et endormir sa méfiance. 

Gibbs: J'espère que c'est bien le cas.

McGee: Il est à l'ouest de M Street.

Jenny: Il est tout seul dans sa voiture.

 

Elle tente de l'appeler.

 

McGee: Il tourne au nord, dans la 29ème.

Ziva: Vitesse normale, aucun signe de poursuite.

Jenny: Toujours sa messagerie.

Ziva: Personne n'a l'air de le suivre.

Gibbs: C'est peut-être lui qui suit quelqu'un.

McGee: Il est toujours sur la 29ème.

 

La voiture de Tony explose. Toute l'équipe est surprise.

 

Jenny: Oh mon Dieu!

 

 

Fondu noir/blanc: Gibbs

 

NCIS: MTAC

Toute l'équipe et le directeur arrivent sur le lieu où la voiture de Tony a explosée. Les pompiers s'écartent pour laisser l'équipe travailler. On voit un corps carbonisé penché sur la volant de la voiture.

 

Gibbs: McGee.

 

McGee regarde la voiture et n'arrive pas à s'en détacher.

 

Gibbs: McGee!

 

McGee sort de sa torpeur et prend des photos notamment de l'arme et le téléphone de Tony tandis que la directrice regarde le corps et trouve un objet.

 

Jenny (à McGee): Ce ne serai pas une sorte de minuteur?

 

McGee se penche et prend l'objet en photo.

 

McGee: Un machin qu'on trouve en quincaillerie. Il a dû se mettre en route quand Tony a démarré...

 

Ziva prend la voiture en photo.

 

McGee: ...c'est un simple système de compte à rebours. Quand il arrive à zéro...

 

Jenny se relève et va vers Ducky qui examine le corps, Gibbs a ses côtés.

 

Ducky: L'onde de choc à dû le tuer avant les flammes. Il est mort sur le coup, sans souffrir. Le ciel t'a prit en pitié mon cher petit.

Jenny: Vous êtes sûr que c'est lui?

Ducky: La stature générale, le poids, la taille correspondent à Tony. Presque tout l'épiderme et le derme des mains et des doigts ont été carbonisés donc aucune empreinte. Il nous faudra son dossier dentaire pour l'identifier de façon certaine. Y a t-il une chance que ce ne soit pas Tony?

Jenny: Non, je n'en vois aucune.

 

Elle s'éloigne.

 

Ducky (à Gibbs): On dirai qu'elle s'en veut.

 

Gibbs hoche la tête.

 

Ducky: A juste titre?

Gibbs: Tu me dira quand tu aura fini.

 

Il s'éloigne à son tour. Ziva de son côté photographie le badge de Tony. McGee est près d'elle.

 

McGee: Tu crois au miracle toi?

Ziva: Ca fait pas parti de mon entrainement.

McGee: C'est peut-être pas Tony.

 

Tout deux regardent la voiture silencieusement.

 

 

Labo de Abby

 Elle sort les preuves trouvées sur le lieu de l'accident. Gibbs est là aussi.

 

Abby: Tony n'est pas mort Gibbs. Il ne le sera que si Ducky l'affirme. En attendant, il est juste...il est ailleurs. Et je me fiche de ce que disent les preuves, même si tout ce qui est ici appartient à Tony. Il ne sera mort que si Ducky nous dit qu'il est mort, et n'essaye pas de me dire le contraire parce que je ne te croirai pas.

 

Elle se fige.

 

Abby: Dis moi qu'il est pas mort Gibbs. J'te prie dit le moi.

 

Elle prend Gibbs dans ses bras.

 

Gibbs: J'aimerai bien pouvoir te le dire.

 

Elle s'écarte de lui et va vers son ordinateur.

 

Abby: J'ai besoin de rester seule avec mes petits chéris, on n'a du boulot.

 

Gibbs voit la bouteille de scotch et le verre que lui a donné Jenny pour l'analyse. Il prend des gants.

 

Gibbs: Abby, comment c'est arrivé là?

Abby: Le directeur Shepard m'a fait juré le secret quand elle m'a demandée une comparaison d'empreinte à partir de ses objets. Donc je ne peux rien te dire.

 

Il ôte les gants et s'approche d'elle.

 

Gibbs: Tu me cache d'autres secrets Abby?

Abby: Non, que celui-ci parce quand le directeur m'a dit que le fichier n'avait donné aucune réponse et qu'elle a voulu me cacher les résultats, elle n'a pas exigée que je garde le secret. Donc ce n'est pas un secret.

Gibbs: C'était quelles empreintes?

Abby: Celles de son père.

Gibbs: Son père est mort depuis 12 ans, Abby.

Abby: Nan, pas d'après le fichier.

 

Elle pianote sur son clavier et affiche les résultats.

 

Abby: Ca, c'est du 100% positif. Ce sont de nouvelles empreintes. C'est la preuve que le père du directeur est vivant.

 

 

Bureau du directeur Shepard

Jenny regarde par la fenêtre. Gibbs est dans son bureau.

 

Jenny: J'ai enterré mon père Jethro. Je sais qu'il ne reviendra pas. Mais quelqu'un fait tout son possible pour me convaincre qu'il est vivant.

 

Elle se retourne et fait face à Gibbs.

 

Gibbs: Lundi on passe au détecteur de mensonges.

Jenny: La routine.

Gibbs: Ils ont quelqu'un dans le collimateur.

Jenny: Moi?

Gibbs: C'est ce qu'on m'a dit.

Jenny: J'ai toujours réussi mes tests au détecteur de mensonges. Et je vais continuer.

Gibbs: Et si on te questionne sur ton père?

Jenny: Il est mort.

Gibbs: Le moindre doute, la moindre hésitation se verrai aussitôt.

Jenny: Mais je n'ai aucun doute.

Gibbs: Je viens de voir ses empreintes.

Jenny: Mon père est décédé.

Gibbs: Le sujet montre une instabilité émotionnelle qui suggère qu'elle n'arrive pas à croire au décès de son père. Question suivante, on la met en arrêt maladie ou il faut la virer?

 

Jenny défie Gibbs du regard.

 

Gibbs: Opération Lodestone, tu connais?

Jenny: Je devrais?

Gibbs: Opération spéciale concernant la prolifération des armes et leur contrôle.

Jenny: Mais rien à voir avec nous.

Gibbs: Mais avec la CIA.

Jenny: Mon père était en poste au Pentagone, assigné au contrôle des armes. On le soupçonnait d'ête corrompu. On menait un enquête sur lui quand il a été tué.

Gibbs: Le légiste a conclu au suicide. 

Jenny: On l'a tué!

Gibbs: Des preuves?

Jenny: Aucune, mais je connais le coupable.

Gibbs: Le type aux trousses duquel tu as mis un de mes agents.

Jenny: L'un de MES agents! Une opération sous-couverture que j'ai dirigé sans avoir à en référer à mes subalternes.

 

Gibbs soupire et se dirige vers la sortie.

 

Jenny: Jethro, si tu pense que je suis obsédée par la Grenouille parce qu'il a tué mon père, tu te trompe.

Gibbs: Fais toi porter pâle le jour du détecteur de mensonges.

 

Gibbs sort.

 

 

Dans le bureau du NCIS

McGee revisionne les images de l'explosion de la voiture. Ziva est à sons bureau.

 

Ziva: Pourquoi tu t'obstines là dessus?

McGee: Je vérifie une chose que Gibbs a dites. Tony les aurait pas emportés tu sais, sa plaque et sa carte d'identité. Pas s'il travaillait sous couverture. Il les aurait planqués dans la voiture, peut-être sous le siège. C'est pas parce qu'on a trouvé sa plaque que c'est Tony.

Ziva: Sa voiture, sa carte d'identité, son arme plus ses deux portables.

 

McGee s'assoit sur le rebord du bureau de Gibbs et rembobine la vidéo. Ziva se lève et vient près de lui.

 

Ziva: Qu'est-ce que Gibbs a dit que tu désires vérifier?

McGee: Il a dit que Tony suivait peut-être quelqu'un.

 

Ils visionnent la vidéo.

 

Ziva (la main tendue vers l'écran): Arrête toi là! Va en arrière.

 

McGee rembobine. Une limousine apparaît à l'écran.

 

Ziva: C'est une limousine, l'autre caméra la filmée. Toutes les caméras précédentes l'ont filmées.

McGee: Tony suivait cette limousine.

 

Il va à son ordinateur.

 

Ziva: Où est Gibbs?

 

 

Salle d'autopsie de Ducky.

Ducky est en train de diséquer un poumon. Palmer est à ses côtés, récoltant dans un petit bocal ce que trouve Ducky.

 

Ducky: Encore un bout de métal. Lobe inférieur gauche.

 

Il le met dans le petit bocal. Une sonnerie retentit.

 

Palmer: C'est le résultat des tests sanguins.

 

Il prend la feuille.

 

Ducky: Quel groupe?

Palmer: A+

Ducky: Celui de Tony?

 

Palmer regarde dans l'ordinateur.

 

Palmer: A+

 

Ducky soupire.

 

Ducky: 34% de la population nationale partage les mêmes groupes sanguins. Il ne faut encore tirer aucune conclusion. On doit attendre son dossier dentaire avant de l'identifier avec certitude. Pendant ce temps...

 

Il commence à dicter son rapport, Palmer prend des notes.

 

Ducky: Les poumons: des éclats de métal ont abimés les parties médianes et le bas gauche des lobes. Autrement les tissus sont sains: non fumeur, très peu de cicatrices.

Palmer (notant): Très peu de cicatrices.

Ducky: Très peu de cicatrices.

Palmer: C'est noté docteur.

Ducky: Oui mais Mr Palmer, c'est très curieux.

Palmer: Qu'est-ce qui est très curieux docteur?

Ducky: Il y a peu de cicatrices dans les deux poumons.

 

Il prend un couteau et découpe le poumon.

 

Palmer: Il avait une vie saine.

Ducky: Yersinia pestis, l'y pestis.

Palmer: La peste pneumonique. 

Ducky: Oui, la peste Mr Palmer. Cet homme n'a jamais eu la peste.

 

Ils sourient. Ducky commence à partir.

 

Ducky: Il n'a jamais eu la peste.

Palmer: Oui, il n'a jamais eu la peste.

Ducky: Il n'a jamais eu cette foutue peste.

 

Il ôte ses gants et les jette à Palmer. Palmer rit.

 

 

Bureau du NCIS

Ziva,McGee et le directeur sont devant le plama. Gibbs se tient un peu plus loin.

 

Ziva: La limousine est louée à une société écran. La société mère est EuroFret.

McGee: La direction est au Luxembourg.

Ziva: Et le directeur de cette compagnie est René Benoit.

McGee: Tony a peut-être suivi la Grenouille.

 

Ducky arrive et va voir Gibbs.

 

Ducky: Navré de t'interrompre Timothy mais il ne l'a pas suivi. (A Gibbs) Ecoute, Tony a contracté la peste pneumonique, ça je crois que tout le monde se le rappelle.

Ziva: J'étais pas encore là.

McGee: Il a failli mourir.

Ducky (à Ziva): Une forme sévère de pneumonie. (A tous) Résultat, ses poumons auraient dû présenter une foule de cicatrices. Tout le contraire des poumons presque virginaux de l'homme qui est dans la salle d'autopsie. L'homme sur lequel je suis en train de procéder à une autopsie n'est pas Tony.

 

Tous sourient.

 

Jenny: Si ce n'est pas Tony, alors qui est-ce?

Gibbs: Et où est DiNozzo?

 

 

Fondu noir/blanc: Jenny

 

NCIS: Bureaux de l'équipe

Jenny est devant le plasma, McGee et Ziva à leur bureau. Gibbs regarde par dessus l'épaule de McGee.

 

Jenny: Je veux tout savoir sur cette compagnie. Ses moindres comptes bancaires, ses relevés de téléphone, son personnel.

McGee: Le disque dur mouline.

Jenny: Tout les détails Tim. Si la Grenouille est à Washington ça peut nous mener à lui.

Gibbs: Ou à DiNozzo.

Jenny: Il est évident que DiNozzo est notre priorité.

Gibbs: Ziva, commencez pas l'hopital. Voyez quand il en est parti et avec qui.

Ziva: Et qui conduisait sa voiture. Vu.

 

Trent Kort arrive.

 

Kort: Directeur Shepard.

Jenny: Mr Kort. Une visite d'un membre de la CIA qui n'est pas annoncée signifie en général que quelqu'un a des ennuis. Et ça n'a pas l'air d'être vous.

 

Kort regarde tout le monde.

 

Kort: Où est-il?

Jenny: Ca dépend de qui vous voulez parler.

Kort: DiNozzo.

 

McGee se lève.

 

Jenny: Je n'en sais rien du tout, et même si je le savais, je ne vous le dirai que si vous m'expliquez pourquoi vous le cherchez avec tant d'urgence.

Kort: Le Grenouille est à Washington depuis ce matin...

 

Gibbs se lève de son bureau.

 

Kort: ... Il ne s'est pas montré dans sa planque et son téléphone satellite a cessé de transmettre.

Gibbs: Vous avez égaré votre trafiquant d'armes, c'est très embarassant.

Kort: J'ignore ce que le NCIS nous mijote mais je veux une entrevue privée dans votre bureau tout de suite.

Jenny: Je déciderai quelle forme d'entrevue j'aurai avec vous ainsi que où et quand. Et si cela vous pose un problème, demandez donc à votre directeur de me contacter.

Kort: Vous êtes en train de saboter l'une des plus grandes opérations à couvert et à long terme que l'agence est jamais conduite. 

Gibbs: Opération Lodestone.

Kort: Vous ignorez tout de Lodestone. 

Gibbs: Mettez nous au courant.

Jenny: A moins que la CIA ne préfère faire cavalier seul.

Kort: Cette histoire va mal se finir pour vous.

 

Il se dirige vers l'ascenseur suivi par tout le monde.

 

Gibbs: La voiture de l'agent spécial DiNozzo a explosé ce matin mais je crois que vous le saviez.

Kort: Il n'était pas dedans. 

Jenny: Merci de nous l'avoir dit Mr Kort.

Kort: La CIA n'a rien à voir avec ça. 

Gibbs: C'est là que vous avez perdu votre grenouille, dans la confusion?

 

Les portes de l'ascenseur s'ouvre sur Tony qui rit en voyant Kort.

 

Tony: Tiens, ma voiture a explosé ce matin, c'était vous?

 

Kort le prend par le col et le plaque contre le mur.

 

Kort: Où êtes vous allez avec la Grenouille?

 

Tony tourne la tête et lui désigne l'équipe toutes armes sorties et pointées sur Kort. Il lache Tony.

 

Tony: Il préfère qu'on l'appelle René. Les trafiquants d'armes sont très suceptibles sur leur nom de code...

 

L'équipe abaisse ses armes.

 

Tony: ... « Le Grenouille » ça a un côté un peu génant. Mais vous, vous pourriez prendre ça comme surnom, ça vous irai à merveille.

Kort: On va le trouver DiNozzo.

Tony: Et prenez plutôt l'escalier. J'avais un peu mal au bide ce matin.

 

Kort entre dans l'ascenseur.

 

Tony: Bonne chasse à la grenouille. (A l'équipe). Ba alors, pas de ballons?

 

 

Dans le bureau du directeur.

Tony, Jenny et Gibbs regarde la vidéo de l'explosion de la voiture.

 

Tony: C'était plus impressionnant en vrai.

 

Ils s'asseyent tous autour d'une table. Tony en face de Gibbs.

 

Jenny: Vous étiez là? Vous avez vu l'explosion?

Tony: J'ai tout vu, tout entendu, tout senti.

Jenny: Vous pouvez commencer quand vous voulez.

Tony: Il se trouvait là ce matin quand j'ai quitté l'hopital avec Jeanne. Elle avait arrangée la rencontre. C'était sa petite surprise à elle je crois. La rencontre du père, la mère c'était fait. Je déteste ce genre de chose...

 

Gibbs sourit.

 

Tony: ... J'ai su que ma couverture était perçée à jour dès que je l'ai vu. Il était au courant depuis des mois.

Gibbs: Kort?

Tony: C'est probable. J'ai essayé de m'enfuir vite fait.

 

***

Tony monte dans sa voiture sur le parking de l'hopital.

***

 

Tony: J'ai foncé vers la voiture.

 

***

René Benoit: Tony!

Tony: La chiotte!

René Benoit: Inutile de prendre votre voiture. Henry va la conduire. Vous venez avec Jeanne et moi.

Tony: C'est très gentil de votre part, mais il faut que j'aille me changer chez moi.

René Benoit: Je vais devoir insister, agent DiNozzo.

 

Tony sort de la voiture.

 

Tony (à Henry): Attention à la seconde, elle accroche un peu.

Henry: Votre téléphone.

 

Tony lui donne.

 

René Benoit: Les deux portables s'il vous plait.

***

 

Jenny: Est-ce que la Grenouille a révélé à Jeanne qui vous étiez?

Tony: Je ne savais pas quoi penser. Il faisait comme si tout était normal. Ça n'a pas duré longtemps. Je voyais le gars, au volant de ma voiture, 50m derrière nous, et boum.

 

***

Retour dans la limousine. Derrière elle, la voiture de Tony explose.

 

René Benoit (à Jeanne): Baisse toi. (Au chauffeur) Accélère.

***

 

Tony se sert un verre d'eau.

 

Jenny: Quelle a été la première réaction de la Grenouille?

Tony: Il s'est crû visé.

 

Il boit, soupire.

 

Tony: Je sais pas trop.

Gibbs: Tu crois que c'était toi?

Tony: C'était ma voiture, patron. Et nous avons sacrément fait enrager la CIA ces temps-ci. Enfin, le directeur et moi nous avons fait enragé la CIA ces temps-ci. Enfin surtout moi.

Gibbs: Pourtant Kort dit que la CIA n'y est pour rien.

Tony: C'est parce que Kort ne se plie pas aux règles de l'agence. Il a réagit au quart de tour.

Jenny: Où est-ce que la Grenouille vous a conduit?

Tony: Et bien, ça a cassé ses projets d'un café en famille. Ça a cassé tout ses projets.

Jenny: Jeanne.

Tony: Ca devait pas se passer comme ça.

Jenny: Vous n'avez tout de même pas crû que ça se finirait d'une autre façon n'est-ce pas?

Tony: Quoi, autrement que très mal?

Jenny: Vous n'étiez pas censé tombé amoureux.

Tony: C'est une remarque pertinente directeur. Je m'en souviendrai pour la prochaine fois. Non, une seconde, il n'y aura pas de prochaine fois.

Jenny: Et Jeanne qu'est-ce qu'elle a dit?

Tony: Rien que je puisse vous racontez.

Jenny: Agent DiNozzo!

Tony: Rien qui puisse vous interessez, directeur.

 

Regard furieux de Jenny mais fier de Gibbs.

 

Jenny: Où est la Grenouille?

Tony: Je l'ignore.Il m'a laissé partir et a filé vers l'ouest. Peut-être en Californie. En tout cas, il roulait très vite. Il y ai peut-être déjà. Il a parlé de son avenir.

Gibbs: Ah oui, comment ça?

Tony: Il pense qu'il n'en a aucun.

Jenny: Il a certainement raison.

Tony: Il veut arrêter.

Gibbs: Kort le sait.

Tony: Ce qui expliquerai pourquoi il veut tellement le trouver. La CIA s'apprête à perdre un de ses biens les plus précieux.

Jenny: Qu'est-ce qu'il entend exactement par arrêter?

Tony: Il doit vous appelez, convenir d'un rendez-vous et puis il se rendra parce que le NCIS est la seule agence en qui il a confiance.

 

 

Bureau du NCIS

Ziva est au téléphone.

 

Ziva: A quelle heure? Vous savez si elle sera absente longtemps?

 

McGee arrive et lui donne du café. Il s'asseoit sur le rebord du bureau.

 

Ziva: Non, non, je comprend, merci.

 

Tony arrive et frappe McGee à l'arrière de la tête, puis va s'installer à son bureau.

 

McGee: Je peux savoir pourquoi?

Tony: C'est pour m'avoir crû mort.

McGee: J'ai jamais crû que t'étais mort. Ziva était la seule à le penser.

 

Elle lui donne un coup de poing sur le bras.

 

Ziva (à Tony): Si tu ose me frapper, je t'assomme. Tout est cool entre Gibbs et le directeur?

 

Tony prend son téléphone.

 

Tony (à Ziva): Plus que cool, c'est presque glacial.

Ziva: Tu as l'air anxieux.

Tony: Je vais bien. Est-ce que j'ai eu des appels?

McGee: Non.

Ziva: Si tu téléphones à l'hopital, elle n'y est pas. Elle a prévenue la direction qu'elle partait quelques jours.

 

Tony raccroche violemment le téléphone.

 

Tony: Où ça?

Ziva: Elle ne l'a dit à personne.

Tony: Bon.

Ziva: Elle sait?

Tony: Elle sait oui.

Ziva: Qu'est-ce que tu vas faire?

Tony: Je vais attendre demain matin et je vais discuter avec elle.

 

Abby arrive en hurlant et se jette dans les bras de Tony.

 

Abby: Ah Tony, je savais que tu étais vivant. Ils t'ont tous crû mort, surtout Ziva.

Ziva (un coupe papier entre les mains): D'accord, je t'ai peut-être enterré un peu trop vite.

Tony: C'est mon coupe papier.

Ziva: Le bois et la taille sont équilibrés. Il faut l'aiguiser mais je l'avais toujours admiré.

 

Tony ouvre son tiroir.

 

Tony: Qui a pris ma chope à café à pois?

Abby: Palmer.

Tony: Mon agraffeuse bleue en forme de souris?

Abby: Ducky.

 

Derrière Tony, Ducky essaye de replacer discrètement l'agraffeuse.

 

Abby: Salut Ducky.

 

Tony se retourne.

 

Ducky: Ah mon cher garçon, je n'y ai pas crû un seul instant. Ravi de te revoir.

 

Il lui tend son agraffeuse et part. Gibbs arrive.

 

Gibbs: Ce n'est pas tout les jours qu'on te croit mort DiNozzo.

Abby (courant vers Gibbs): Gibbs, je sais qui a fais exploser la voiture du faux Tony, pas celle du vrai Tony. Et pas exactement qui mais comment et pourquoi.

McGee: Tu as un mobile?

Abby: Moi? Nan. Mais eux oui.

 

 

Labo de Abby

Abby expose sa théorie devant toute l'équipe.

 

Abby: Chaque fabricant de bombes laisse sa signature: les composants, la façon dont ils sont assemblés et ça peut aller jusqu'à la couleur de l'adhésif qui sert à les ajuster. Dans notre cas, les composants sont identiques à ceux de 9 autres bombes qui ont explosés ces 4 dernières années.

 

Elle va devant son ordinateur et montre des photos d'explosions.

 

Abby: Je suis passée par Interpol. Ses bombes ont explosées aux 4 coins du monde: en Algérie, en Indonésie, au Moyen-Orient, en Tchétchénie...

Ziva: Il y a un lien entre les victimes?

Abby: Rien que des trafiquants d'armes.

McGee: Le seul problème, c'est que Tony n'en a jamais vendu.

Gibbs: Le père de sa petite amie est un trafiquant d'armes.

Tony: Elle travaillait la nuit. Je passais la prendre le matin à l'hopital.

Ziva: Tu gares ta voiture, ils déposent la bombe, déclenchent le compte à rebours et ils s'en vont.

Gibbs: Tu n'étais pas visé, la cible c'était elle.

Tony: Elle l'est peut-être encore.

Gibbs: Emmène Ziva.

 

Tony et Ziva partent.

 

Gibbs (à Abby): Bravo.

 

 

Maison du directeur Shepard

Jenny ouvre la porte de sa maison, son portable sonne.

 

Jenny: Allo?

René Benoit: Bonsoir madame le directeur.

Jenny: Bonsoir. On m'a dit que vous vouliez me voir.

René Benoit: Depuis bien longtemps, trop longtemps.

 

Elle allume les lumières et ferme la porte.

 

Jenny: Alors dites moi seulement où et quand.

René Benoit: Maintenant. Dans votre bureau.

 

La Grenouille est en face d'elle dans l'encadrement de son bureau.

 

René Benoit: Ca va Jenny?

 

 

Fondu noir/blanc: Un bateau

 

Appartement de Jeanne

Tony et Ziva arrive devant l'appartement de Jeanne. Ils entrent.

 

Tony: Jeanne?

 

Les placards sont vides.

 

 

Maison de Jenny

Jenny et la Grenouille sont dans le bureau de celle-ci. Elle se tient à distance de lui.

 

René Benoit: Nous y voilà enfin. Face à face.

Jenny: J'avais imaginée une autre sorte de rencontre.

René Benoit: Moi aussi. Je vous complimente pour votre persévérence à me traquer.

 

Ils s'installent dans un fauteuil, elle derrière son bureau.

 

René Benoit: J'ai beaucoup aimé votre agent DiNizzo.

Jenny: Votre fille l'aime aussi.

René Benoit: Oui vraiment beaucoup.

Jenny: Qu'est-ce que vous attendez de nous?

René Benoit: Un refuge, un asile, qu'importe les mots. En échange de ma connaissance approfondie du marché des armes, je veux que l'on protège ma fille, Jeanne.

Jenny: La protéger, mais contre qui?

 

Gibbs entre.

 

Gibbs: Contre ceux qui ont voulu la tuer ce matin.

 

René Benoit se lève.

 

René Benoit: Monsieur Gibbs je présume. Oui c'est vrai, mes ennemis s'en prennent à ma fille. Ils veulent me voir souffrir. Mais elle est en sécurité, pour l'instant bien sûr.

Gibbs: Quels ennemis?

René Benoit: J'en ai beaucoup.

Jenny: Pourquoi maintenant?

Gibbs: Serai ce en relation avec l'opération Lodestone?

René Benoit: Il est très bien informé.

Jenny: Racontez nous.

René Benoit: Quoi donc? L'arrogance de la CIA qui a voulu faire de moi le plus grand trafiquant d'armes qui existe au monde.

Gibbs: Vous contrôlez les ventes illégales d'armes et la CIA vous contrôle. 

René Benoit: Oui c'était ça l'idée, jusqu'à ce que vous interveniez et qu'une personne le découvre, un autre trafiquant d'armes peut-être n'est-ce pas. Mais je manque de temps et je ne peux plus faire confiance à Kort.

Gibbs: Vous lui faisiez confiance?

 

Jenny se lève.

 

Jenny: Vous êtes déjà venu dans ce bureau, est-ce que j'ai tort?

René Benoit: Non, j'ai rencontré votre père ici, de temps à autre, il y a plusieurs années.

Jenny: Parlez moi de lui.

René Benoit: C'était quelqu'un de bien. Il avait le sens de l'honneur. Mais un jour, son sens du devoir lui a fait défaut.

Jenny: Vous croyez vraiment que mon père s'est laissé corrompre alors qu'il rédigeait un traité sur la non-prolifération des armes?

René Benoit: Ce n'est hélas pas une invention, c'est un fait.

Jenny: Et qu'est-ce que vous en savez?

René Benoit: Mais parce que je l'ai payé votre père.

 

Elle sort une arme de son tiroir et la pointe sur la Grenouille.

 

Jenny: Non, vous l'avez tué parce qu'il a refusé votre argent.

René Benoit: Je comprend qu'il soit très difficile pour vous d'accepter ce genre de fait. Ma fille est en train de se débattre avec le même dilemme.

 

Jenny contourne le bureau et vient se placer en face du trafiquant.

 

Gibbs (à Jenny): Il n'est pas chargé. Il avait prévu ton geste.

René Benoit: Je ne voulais pas que vous fassiez quelque chose de précipité avant que je puisse m'expliquer. Il me faut votre protection.

Jenny: Vous avez les balles non? Alors prenez ce fichu truc et protégez vous tout seul.

 

Elle lui met l'arme dans les mains.

 

René Benoit: Vous signez mon arrêt de mort.

Jenny: Avec 12 ans de retard.

 

Il pose une carte sur le bureau.

 

René Benoit: Voici mon numéro au cas où vous changeriez d'avis.

Jenny: Partez avant que je ne le fasse.

René Benoit: J'espère que ma fille est aussi loyale envers son père que vous l'êtes envers le votre.

 

Il sort de la maison. Jenny se sert du scotch.

 

Gibbs: Tu viens de laisser tes problèmes personnels entraver tes responsabilités professionnelles.

Jenny: Tous ça, c'est n'importe quoi, et tu le sais Jethro. On ne marchande pas avec des gens comme lui. Si tu veux lui courir après maintenant et l'arrêter sans mandat, vas-y, fait comme tu veux. Mais toi et moi, on sait que Kort l'aura avant le petit déjeuner.

Gibbs: Alors trouve ce sacré mandat.

Jenny: Tu l'aura ton mandat! Mais dépêche toi avant que ses amis ne le trouvent.

Gibbs: Si l'arme avait été chargée et que je n'avais pas été là, aurais tu tiré?

Jenny: Ca on ne le saura jamais.

 

Il met un chargeur sur son bureau et part.

 

 

Appartement de Jeanne

Ziva trouve une lettre de Jeanne, elle la donne à Tony.

 

Ziva: C'était sur la table du salon.

 

Tony l'ouvre et la lit, puis il se tourne vers Ziva un sourire aux lèvres.

 

Tony: T'as déjà menti à une personne que t'aimais?

Ziva: Oui

Tony: Et elle t'as pardonnée?

Ziva: Il ne l'a jamais découvert.

Tony: Jeanne sait tout.

Ziva: Il lui a tout dit?

Tony: Non. C'est moi.

 

***

Tony et Jeanne sont assis sur un banc, dans un parc. La Grenouille est plus loin.

 

Jeanne: Je ne comprend pas ce qui se passe. Tony c'était ta voiture. Ta voiture qui vient... Ca aurait pu être toi. Ça aurait dû être toi.

Tony: Dis moi que tu m'aimes. Dis-le moi.

Jeanne: Je t'aime, c'est tout ses évènements. Ce qui vient d'arriver et hier soir, ta façon de maitriser les choses. Et l'arme, cette façon dont tu a eu de tirer, et la voiture. Ça vient de quelqu'un d'autre, d'une autre personne, d'une personne que je ne connais pas. Qu'est-ce qu'il y a?

 

Dans son coin, la Grenouille hurle au téléphone.

 

Jeanne: C'est ça, avoue le. Avoue le, tu es bien un autre homme, qui es-tu?

Tony: Je suis un agent fédéral. Mon nom n'est pas Tony DiNardo, c'est Tony DiNozzo et je travaille pour le service des enquêtes criminelles de la Navy.

Jeanne: Tout n'a été que mensonges alors, rien d'autre.

Tony: Jeanne écoute moi. Tout n'a pas été que mensonges, quelques détails, pas les choses importantes.

Jeanne: Pourquoi, je veux savoir pourquoi tu m'a fait ça? J'ai fait quoi? Dis moi de quoi je suis coupable? Dis le moi!

Tony: Ce n'est pas toi.

 

Il lance un coup d'oeil à la Grenouille.

 

Jeanne: Quoi?

Tony: T'a qu'à lui demander.

 

Elle part, laissant Tony seul.

***

 

Tony: Il a dit qu'elle reviendrait quand elle serai calmée, mais je crois qu'il s'est trompé.

Ziva: Je vais lancer un avis de recherche, on la retrouvera.

Tony: Elle veut pas qu'on la retrouve.

 

Ziva sort et Tony s'assoit contre le canapé.

 

 

Au NCIS, dans les bureaux.

McGee est sur son ordinateur, Ziva joue sur son portable.

 

McGee: Alors?

Ziva: Il n'est pas chez lui et il n'a pas remplacé son téléphone.

McGee: Il a peut-être pris sa journée.

Ziva: Gibbs nous l'aurait dit.

 

Gibbs arrive, café à la main.

 

Gibbs: Gibbs vous aurai dit quoi officier David?

Ziva: Si Tony avait pris un jour de repos.

Gibbs: Vous avez raison, il y a toujours plus de travail quand un membre de l'équipe se repose. McGee?

McGee: Je tiens une autre piste, patron. J'ai trouvé une autre société écran de la Grenouille, semblable à celle qui lui a loué sa grande limousine, mais celle-ci lui a loué un yacht à Gangplank marina. Il s'appelle le Mauritania.

Gibbs: Un gros bateau?

McGee: 33 mètres, 3 cabines. Ziva a téléphoné à la marina, il y a un passager qui vit à bord depuis samedi. Un type âgé avec un accent, il le croit suisse.

Gibbs: Et une jeune femme?

Ziva: Nan, il est tout seul.

Gibbs: Le mandat?

Ziva: Il est arrivé il y 5 minutes. Tout est en ordre. On prévient qu'il y aura peut-être une levée de bouclier de la part de la CIA.

Gibbs: Qu'ils essayent. On y va.

 

L'équipe prend ses affaires.

 

 

Marina

L'équipe arrive à la marina devant le bateau. Ils sont armés et montent à bord. Ils le fouillent mais le bateau est vide.

 

Ziva: Il a filé.

McGee: Il est peut-être jamais venu.

 

Gibbs trouve la veste de la Grenouille.

 

Gibbs: Il est venu.

 

Ils descendent du bateau.

 

McGee: Nous l'attraperons bien un jour.

Ziva: Ou quelqu'un d'autre l'aura.

Gibbs: Un jour.

 

Sur le bateau, on aperçoit un silhouette et dans l'eau flotte le corps de la Grenouille, une balle dans la tête.

 

FIN

5X01: Bury your dead

 

 

Previously on NCIS: Resume of the previous season.

 

NCIS THEME

 

 

Black-and-white snapshot of Jenny.

 

In her office, Jenny is asleep. She dreams of her father and attends his suicide. She awoke roughly when her father shot. She closes a drawer which contain a gun.

 

In La Grenouille's limo

 

Jeanne: My father knows everything about you.

La Grenouille: Only what my daughter tells me.

Jeanne: And i tell hil everything.

 

Tony laught nervously followed by Jeanne most naturally.

 

Tony: That's great. So here we all are, on aour way to... Where exacty are we headed?

La Grenouille: I dont' know. Breakfast? A chance for us to get know each other.

 

Jeanne nodds.

 

La Grenouille: I'm sure you have lot of questions. I know I do.

Jeanne: My apartment first, papa. You wouldn't believe the night we've had.

 

Tony squirms on the seat and tries to quietly take his phone while Jeanne continues to speak. He can not.

 

Jeanne: I was very frightening.

Tony: Yes, your daughter is very impressive with a scalpel, Mr Benoit.

La Grenouille: Please, Rene.

Jeanne (to Tony): You never told me you could shoot.

Tony: Well I can't, clearly. I missed

Jeanne: On purpose.

René Benoit: There was a shooting in the hospital?

Tony: It's a long story Rene.

René Benoit: We have all week-end.

Tony: Well, it's really more of Jeanne's long story than mine.

Jeanne: There was this crazy young guy who tried to smuggle heroin into the country and he got hit by a car...

 

Tony tries to quietly take his phone under the suspicious gaze of René.

 

Jeanne: .... one of the bags in his stomach burst but we didn't know until it was too late. And then ...

 

She is interrupted by the ringing of his topper.

 

Jeanne: I forgot to sign the death certificate to release the body. Sorry Papa.

René Benoit (to his driver): Henry, back to the hospital.

Henry: Yes sir.

Tony: Well, I guess breakfast is gonna have to wait.

René Benoit: And all those intriguing questions.

 

 

NCIS

 

The elevator doors opened, Ziva is inside. She starts to step out but McGee is before the gates.

 

Ziva and McGee (in the same times): What're you doing here?

Ziva: I asked first.

McGee: Well, technically, Ziva, I think that if we were to put that to a test, you'd find that it was too close to call. But since my parents raised a gentleman, and yours raised a killer, i was deffraging my computers.

Ziva: Liar.

 

She goes to the office talking.

 

Ziva: Have you heard from Tony?

McGee: You came into the office on a Saturday morning because you're worried about Tony?

Ziva (Seeing the remains of food on McGee's desk): You have been here all night?

McGee: Is that a question or a statement?

Ziva: Question.

McGee: It sounded more like a statement.

Ziva: Demands a answer.

McGee: Yes, I've been here all night.

Ziva: Fragging the computers?

McGee: « Deffraging ». You need to work your inflections when you're asking a question. For example, why are you worried about Tony?

Ziva: He was supposed to meet us at the bar last night. He did not arrive, did not call. He's not answering his home phone or his cell phone. Do you have the number to his second cell phone?

McGee: The one he uses for his private calls?

Ziva: Yes.

McGee: No.

 

Ziva sees Gibbs' desk with food on it.

 

Ziva: Gibbs was here all night too. Are we a team McGee?

Gibbs' voice: Morning Ziva.

 

He arrives.

 

Gibbs: Nothing better to do on a Saturday morning?

Ziva: Teams do not have secrets Gibbs. And if you do not tell me what you were both doing here last night, McGee know he will...

 

Ziva smiles.

 

Ziva: ... eventually.

 

 

Hospital's parking

 

The limo parks. Jeanne goes out followed of Tony.

 

Jeanne: Won't be long.

Tony: I can come with you if you want

Jeanne: No need. He won't bite.

 

It starts, Rene out of the limousine from the other side and Tony beeps Jenny on her cell phone.

 

René Benoit: Coffee?

Tony: Coffee would be great.

René Benoit: Good. While we wait, you can tell me how you stole my daughter's heart.

 

They move away from the limo.

 

 

Abby's lab

 

The director enters, Abby is asleep on the floor. Jenny sees that the research she had given to Abby has a result. The analysis reveals that the fingerprints taken on glass is one of Jasper Shepard, her father. Jenny erases all the results and Abby wakes with a start.

 

Abby: I'll get it. I'll get it. Director.

Jenny: I'm sorry for keeping you here all night Abby.

Abby: You know what, that's okay. It's not the first time I've woke up on the floor. And not just his floor. Not that I make it a habit of passing out on floor. And not that this isn't a really comfortable floor. If I had to... I'm awake now.

 

Jenny's phone rings. It is the cell coverage of Tony, but she did not have time to respond.

 

Jenny: Thank Abby, you can go now.

Abby (looking at her computer): Did we have a match.

Jenny: No.

 

She leaves the lab.

 

Abby: Poor guys. Humming away all night and for nothing.

 

She taps on his keyboard and context "delete search" appears.

 

Abby: What search result?

 

Jasper Shepard's photo appears.

 

Abby: This is not good.

 

 

NCIS

 

Ziva: Why would the CIA come after the director?

Gibbs: You tell me.

Ziva: Protecting their asset.

McGee: La Grenouille.

Ziva: Does the director know?

Jenny's voice: Know what?

 

She comes.

 

McGee: That it's Saturday, and we are all here on our day off, because we love our jobs.

Ziva: Except for Tony who is missing.

Jenny: McGee, I want you to triangulate a cell number: 202-555-0177.

Gibbs: DiNozzo in trouble?

Ziva: I knew it.

 

McGee is tapping on his keyboard, Gibbs looks over his shoulder.

 

Jenny: The woman Tony has been seeing, Jeanne Benoit, is la Grenouille's daughter.

McGee: He's been on assignment?

 

Gibbs has came himself in front of Jenny.

 

Gibbs: You did plan to tell us at some point?

Jenny: If it led us to her father, yes

Gibbs: Yeah, did it?

Jenny: I don't know.

Gibbs: You wanna tell us what you do know director?

Jenny: Tony just contacted me unsing his alias's cell. It was a prearranged signal using only in emergency if he thought his cover had been blown.

McGee: Triangulating.

 

He displays the result on the plasma.

 

Ziva: Anthony DiNardo, cute.

Jenny: I want this fed to MTAC and i want satellite coverage.

McGee: On its way.

 

 

Before hospital

 

Tony and Rene Benoit take cafes.

 

René Benoit: So, what did Jeanne tell you about me?

Tony: Oh, everything. World's greatest dad.

René Benoit: Children want to believe the best of their parents. I'm sure you believe your father is a good man?

Tony: He was.

René Benoit: Still, love has a way of blinding us to the imperfections.

 

They walk.

 

Tony: It's still live

René Benoit: True. And we both love Jeanne .

Tony: Yes we do.

René Benoit: Are you going to break my daughter's heart?

Tony: No, sir, not if I can help it.

René Benoit: Sometimes we lie to the people we love in order to protect them, true?

Tony: You've lied to Jeanne?

René Benoit: Well, have you?

 

Jeanne leaves hospital.

 

Tony: Here she comes.

 

Tony grabs him by the waist.

 

Jeanne: Done. Now let's get out of here before they remember something else

Tony: I have to move my car, because...

Jeanne: They'll tow you for sure. They are murder around here.

René Benoit: We wouldn't want that. Stay close. Wouldn't want to lose you.

Tony: No chance of that.

 

Everyone goes to his car.

 

 

NCIS, MTAC

 

The street plan of the city is displayed, a diamond marks the position of Tony.

 

McGee: He's on 22nd Street Northwest outside Monroe University Hospital.

Jenny: He's on the move.

McGee: He must be in car.

Jenny: How long until get satellite coverage?

McGee: At least 15 mins.

 

Looking annoyed Gibbs sat in a chair, coffee in hand.

 

McGee: Or we could patch into D.C's traffic-cam system. See if we can locate him on the traffic-cam management.

Gibbs: Do it.

Jenny (to Ziva on the phone): Anything?

Ziva: Still not answering. Shall I try his undercover cell phone?

Jenny: Put it on speaker.

(Tony messaging, music of 20th Century Fox): Hi, you've reached Professor Tony DiNardo. Leave a message and I will get back to you. I promise.

Jenny: His cover is teaching film online at American University.

Ziva (to McGee): Tony, a teacher?

McGee: No wonder he's been compromised. Whose bright idea was that?

Jenny: Mine.

 

McGee's computer beeps .

 

McGee: We're in.

Jenny: Bring it up.

 

Images of the movement appear on the big plasma.

 

McGee: Got it. Overlaying the cell-phone signal.

Ziva: Tony's car.

McGee: Tony DiNardo's car.

Gibbs: How deep is his cover?

Jenny: Deep enough to withstand the sort of scrutiny la Grenouille can bring to bear.

Gibbs: You better hope so.

McGee: West on M Street.

Jenny: No one else is in the car with him.

 

She tries to call him.

 

McGee: He's turning north onto 29th Street.

Ziva: trafic speed. No sign of dureless.

Jenny: His cell phone is still of.

Ziva: No one seems to be tailling him.

Gibbs: Maybe he's the one doing the tailling.

McGee: Still on 29th.

 

Tony's car exploses. The whole team was surprised.

 

Jenny: Oh my God!

 

 

Black and white snapshot: Gibbs

 

The staff and the director arrived at the place where Tony's car has explosed. Firefighters deviate to let the team work. We see a charred body bent over the wheel of the car.

 

Gibbs: McGee.

 

McGee looks at the car and can not be detached.

 

Gibbs: McGee!

 

McGee out of its torpor and takes pictures of the particular weapon and the phone while Jenny looks at Tony's body and found an object.

 

Jenny (à McGee): Hey, that some of timer device?

 

McGee leans over and takes the object photographed.

 

McGee: Ten bucks in most electrical stores. Probably activated when the ignition turned on.

 

Ziva took the car photo.

 

McGee: ... Count down however long you need it to. When it reached zero...

 

Jenny gets up and walks to Ducky who examined the body, Gibbs by his side.

 

Ducky: Shock wave would have killed him before the fire. Death would have been instantaneous. Small mercies, my dear boy.

Jenny: Identification?

Ducky: The general build, height, weight are about right. Most of the epidermis and dermis on the hands and fingers have been burned off, so no fingerprints. We need to get his dental records for positive identification. And there is any chance that it's not Tony?

Jenny: None that I can think of.

 

She walks away.

 

Ducky (to Gibbs): She blames herself.

 

Gibbs nodded.

 

Ducky: Should she?

 

Gibbs: Let me know when you finish, Duck.

 

He goes in turn. Ziva on his side the badge photograph of Tony. McGee is with her.

 

McGee: You believe in miracles, Ziva?

 

Ziva: Not part of my training.

 

McGee: That might be not Tony.

 

They both look the car silently.

 

 

Abby's lab.

 

It removes the evidence found at the scene of the accident. Gibbs is also there.

 

Abby: Tony is not dead Gibbs. Not until Ducky says it's him. Until then, he's just... he's not here. And I don't care what the evidence says. Even if everything here belongs to Tony, it's still not him until Ducky says that it's him. And don't try to tell me anything different, because I'm not gonna believe you.

 

She freezes.

 

Abby: Tell me it's not him Gibbs. Tell me it's not him.

 

She takes Gibbs in his arms.

 

Gibbs: I wish I could Abby.

 

She departs from him and goes to his computer.

 

Abby: I need to be alone right now with the gang. I've got work to do.

 

Gibbs sees the bottle of scotch and glass that gave Jenny the analysis. He takes gloves.

 

Gibbs: Abby, how did these get here?

Abby: Director Shepard swore me to secrecy when she brought those in and asked me to run them for the prints, so I can't tell you.

 

He took off the gloves and approached her.

 

Gibbs: Any other secrets you can't tell me?

Abby: No. It's just that one. Because when director Shepard said that there wasn't an AFIS match, and then tries to hide the results from me, she actually didn't swear me to secrecy, so that is not a secret.

Gibbs: Who was the match?

Abby: Her father.

Gibbs: Her father has been dead for 12 years, Abby.

Abby: No, not according to AFIS.

 

She taps on his keyboard and displays the results.

 

Abby: That is a ten-point match, Gibbs. These are new prints. There's no way Director Shepard's father is dead.

 

 

Director's Shepard office

 

Jenny looks out the window. Gibbs is in his office.

 

Jenny: I burried my father Jethro. I know he's not comming back. But someone is going to great lenghts trying to convince me he's alive.

 

She turns and faces Gibbs.

 

Gibbs: We've got a polygraph test Monday.

Jenny: Routine.

Gibbs: They're targeting someone.

Jenny: Me?

Gibbs: So I've been told.

Jenny: I've never failed a polygraph. I'm not abour to start.

Gibbs: And if they asked you about your father?

Jenny: He's dead.

Gibbs: Any doubt, any hesitation will raise a red flag.

Jenny: There is no doubt.

Gibbs: I saw his fingerprints.

Jenny: My father's dead.

Gibbs: Subject displayed emotional instability suggesting delusional belief her father isn't dead. Next question. We just put her on medical leave or we fire her?

 

Jenny defies Gibbs.

 

Gibbs: Opération Lodestone, you know it?

Jenny: Should I?

Gibbs: Black op, focused on weapons control and arms proliferation.

Jenny: Not one of ours.

Gibbs: CIA.

Jenny: My father's job at the Pentagon was in a field of arms control. He was under investigation for accepting a bribe when he was killed.

Gibbs: Coroner says he took his own life.

Jenny: He was murdered.

Gibbs: Proof?

Jenny: None, but I know who's responsible.

Gibbs: The same guy you sent one of my agents after?

Jenny: One of my agents. A deep undercover operation that I ran on a need-to-know basis.

 

Gibbs sighed and headed toward the exit.

 

Jenny: And Jethro if you think I'm obsessed with la Grenouille because of what's happened to my father, you're wrong.

Gibbs: You may wanna skip this polygraph test Monday.

 

Gibbs leaves.

 

 

NCIS

 

McGee looks again the images of the explosion of the car. Ziva is at her desk.

 

Ziva: Must you keep doing that?

McGee: Just checking something Gibbs said. Tony wouldn't have carried it with him, you know. His shield and ID, not if he was undercover. And he would have stashed it in the car, maybe under the seat. Just because we found his ID doesn't mean it's Tony.

Ziva: His car, his ID, his weapon, both of his cell phones, McGee?

 

McGee sits on the edge of the office of Gibbs and rewinds the video. Ziva gets up and comes near him.

 

Ziva: What was is that Gibbs said that you thought needed checking?

McGee: He thought Tony might be talling someone.

 

They will view the video.

 

Ziva (outstretched hand to the screen): Stop it there. Take it back.

 

McGee rewinds. A limousine is displayed.

 

Ziva: It's a limousine. It was on the previous camera. It's on every camera.

McGee: He was following that limousine.

 

He goes to his computer.

 

Ziva: Where is Gibbs?

 

 

Ducky's autopsy room

 

Ducky is currently disequations lung. Palmer is at his side, winning in a small jar that is Ducky.

 

Ducky: Another shrapnel, lower left lobe.

 

He puts it in the little jar. A bell rang.

 

Palmer: Blood test are back.

 

He take the paper.

 

Ducky: What type?

Palmer: A+

Ducky: And Tony's?

 

Palmer looks into the computer.

 

Palmer: A+

 

Ducky sighed.

 

Ducky: Yes, well, 34 percent of the nation's population share the same blood group, let's not go drawing any conclusions. Well, await the dental records before making a positive ID. in the meantime,....

 

It begins to dictate his report, Palmer is taking notes.

 

Ducky: ...the lungs: penetratives shrapnel damage, middle and lower left lobes. Otherwise, heathly tissue. Non-smoker, minimal scarring.

Palmer (writing): Minimal scarring.

Ducky: Minimal scarring.

Palmer: I got that doctor.

Ducky: Yes but Mr Palmer, how could he?

Palmer: How could he what, sir?

Ducky: Have minimal scarring in both lung.

 

He takes a knife and cut the lung.

 

Palmer: Healthy living?

Ducky: Yersinia pestis, y pestis.

Palmer: The pneumonic plague?

Ducky: Yes, the plague Mr Palmer. This man has never had the plague.

 

They smile. Ducky starts from.

 

Ducky: He's never had the plague.

Palmer: No, he has never had the plague.

Ducky: He never had this damn plague.

 

He took off his gloves and threw them in Palmer. Palmer laughed.

 

 

NCIS

 

Ziva, McGee and the director are before the plama. Gibbs stands a little further.

 

Ziva: The limousine is leased to a shell company. The parent company is EuroFreight.

McGee: Head office is in Luxembourg.

Ziva: The principal behind the company is Rene Benoit.

McGee: Tony could been followed la Grenouille.

 

Ducky arrives and goes to Gibbs.

 

Ducky: I'm sorry to differ Timothy but he wasn't. (To Gibbs) Look, Tony contracted pneumonic plague, I'm sure everyone can remember.

Ziva: Before my time.

McGee: He almost died.

Ducky (to Ziva): From severe pneumonia. (To everyone) As a result, his lung would have been extensively scarred. Unlike the almost pristine lung of the man currently in autopsy. The body on which I am performing an autopsy is not Tony's.

 

All smiles.

 

Jenny: If it's not Tony, then who is it?

Gibbs: And where is DiNozzo?

 

 

Black-and-white snapshot of Jenny

 

Jenny is in front of the plasma, McGee and Ziva to their office. Gibbs looks over the shoulder of McGee.

 

Jenny: I wanna know everything about this company. Bank statements, telephone records, personnel.

McGee: Hard drive's spinning up now.

Jenny: Everything Tim. If la Grenouille is in D.C, this could lead us to him.

Gibbs: Or DiNozzo.

Jenny: Well, obviously DiNozzo is our first priority.

Gibbs: Ziva, start with the hospital. Find out when DiNozzo left and with whom.

Ziva: And who was driving his car. Got it.

 

Trent Kort arrives.

 

Kort: Director Shepard.

Jenny: Mr Kort. An unannounced visit by the CIA usually means someone's in trouble. I trust it isn't you.

 

Kort watching everyone.

 

Kort: Where is he?

Jenny: It depend on who « he » is.

Kort: DiNozzo.

 

McGee rises.

 

Jenny: I honestly don't know. And even if I did, I wouldn't tell you until you explain to me why you're looking for me so urgently.

Kort: Le Grenouille flew to D.C this morning. He didn't arrive at his safe house...

 

Gibbs rises of his office.

 

Kort: ... and his satellite phone has stopped transmitting.

Gibbs: Mislaid your arms dealer? That's gonna be embarrassing.

Kort: I don't know what NCIS is up to, but I want a private briefing in your office now.

Jenny: I'll decide what briefing you get and where you get it, Mr Kort, and if we have a problem with that, why don't you have your director give me call.

Kort: You are jeopardising one of the most important long-terme covert operations the agency has ever conducted.

Gibbs: Operation Lodestone.

Kort: You're not read in on Lodestone.

Gibbs: Ok, so read us in.

Jenny: Unless the CIA just believes in one-way trafic.

Kort: This is not going to end well for you.

 

He heads toward the elevator followed by everyone.

 

Gibbs: Special agent DiNozzo's car was bombed this morning but I guess you know that.

Kort: He wasn't in it.

Jenny: Thanks for sharing.

Kort: The agency has nothing to do with it.

Gibbs: Is that when you mislaid your frog, in all that confusion?

 

The elevator doors opened on Tony who laught when he see Kort.

 

Tony: Hey, my car blew up this morning. Did you do that?

 

Kort took him by the collar and the plate against the wall.

 

Kort: Where did you go with la Grenouille?

 

Tony turns his head and it means the team all weapons out and pointed at Kort. He lets Tony.

 

Tony: Actually he prefers René. Arms dealers get very touchy about their code names...

 

The team lowers his arms.

 

Tony: ... « The Frog » has a kind of slimy overtone to it. Maybe you should keep that in mind for next time. You could use it yourself.

Kort: We will find him, DiNozzo.

Tony: You may wanna take the stairs. I had a little upset tummy this morning.

 

Kort enters the elevator.

 

Tony: Happy frog-hunting. (To the team). What, no balloons?

 

 

In director's office

 

Tony, Jenny and Gibbs watches the video of the explosion of the car.

 

Tony: That was more exciting live.

 

They all sit around a table. Tony in front of Gibbs.

 

Jenny: You saw it? You were there?

Tony: Saw it, heard it, felt it.

Jenny: You can start whenever you're ready.

Tony: He was waiting when I left the hospital this morning with Jeanne. She'd arranged it. It was her little surprised, I guess. Meet the parents: Part 2. I hat sequels...

 

Gibbs smiles.

 

Tony: ... Figured my cover was blown as soon as saw him. Turned out he'd know for months.

Gibbs: Kort?

Tony: Probably. I tried talking my way out if it.

 

***

Tony gets into his car in the garage of the hospital.

***

 

Tony: Made it as far as my car.

 

***

René Benoit: Tony!

Tony: Crap!

René Benoit: These's no need to take your car. Henri will drive it. You come with Jeanne and me.

Tony: Oh, that's really nice of you. I gotta go, I really ... I need to go home and change...

René Benoit: I will have to insist, agent DiNozzo.

 

Tony gets out of the car.

 

Tony (to Henri): Be careful with the second. It tends a stick a little.

Henry: Your cell-phone?

 

Tony gives it to him.

 

René Benoit: Both of them.

***

 

Jenny: Did la Grenouille tell Jeanne who you were?

Tony: They didn't miss a beat. Pretended everything was fine. That didn't last long. I could see this guy driving my car a few car lenght behind us when...boum.

 

***

Back in the limo. Behind her, Tony's car explodes.

 

René Benoit (to Jeanne): Stay down. (To the driver) Allez!!!

***

 

Tony uses a drink of water.

 

Jenny: What was la Grenouille's first reaction?

Tony: That he was the target.

 

He drinks, sighs.

 

Tony: I'm not so sure.

Gibbs: You think it was you, Tony?

Tony: It was my car, boss. And we have certainely pissed off the agency a lot lately. Well, the director and I have pissed off the agency a lot lately. Although, mainly me.

Gibbs: For what it's worth, Kort denied the agency involvement.

Tony: That's because Kort doesn't play by agency rules. The guy's got a hair trigger.

Jenny: Where did la Grenouille take you?

Tony: Well, kind of blew away the breakfast plans. Blew away a lot of things.

Jenny: Jeanne.

Tony: It wasn't supposed to happen like this.

Jenny: You never really thought it could end any other way, did you?

Tony: You mean, other than badly?

Jenny: You're not supposed to fall in love with him.

Tony: Thank you so much for that, director. I am gonna keep that in mind for next time. Wait a second, there's not gonna be a next time.

Jenny: What did Jeanne say?

Tony: Nothing I'm gonna tell you.

Jenny: Agent DiNozzo!

Tony: Nothing you need to know, director.

 

Furious sight from Jenny but proud from Gibbs.

 

Jenny: Where is la Grenouille?

Tony: I don't know. He dropped me off at the main gate. Drove west. Probably heading to California. He was driving pretty fast. He could even be there now. Talk about his future.

Gibbs: Yeah? About what?

Tony: Doesn't think he has one.

Jenny: Probably doesn't.

Tony: He wants out.

Gibbs: Kort knows.

Tony: That would explain why he's so desperate to find him. The CIA is about to lose one of its most prized assets.

Jenny: What exactly does he mean by « out »?

Tony: Well, he's gonna call and arrange a meeting. And give himself up. Because he says NCIS is the only agency he trusts.

 

 

NCIS

 

Ziva is on the phone.

 

Ziva: What time? Did she say how long she would be gone?

 

McGee arrives and gives him coffee. He sits on the edge of the desk.

 

Ziva: No, no, I understand. Thank you.

 

Tony McGee arrives and slaps on the back of the head, then will move to his office.

 

McGee: What was that for?

Tony: Believing I was dead.

McGee: Hey, I never believe that you were dead. Ziva was the one that gave up on you.

 

She gives him a punch on the arm.

 

Ziva (to Tony): Don't even think about the head slap. Is everything cool with the director and Gibbs?

 

Tony takes his phone.

 

Tony (to Ziva): Beyond cool. Almost icy.

Ziva: You seem anxious.

Tony: I'm fine. Anyone call for me?

McGee: No.

Ziva: If you're calling the hospital, she's not there. She called the ER to let them know she was going away for a few days.

 

Tony hangs up the phone violently.

 

Tony: Going where?

Ziva: She did not tell them.

Tony: Well...

Ziva: She knows?

Tony: She knows.

Ziva: What are you going to do?

Tony: I am gonna wait until the morning and then talk to her.

 

Abby comes screaming and runs into the arms of Tony.

 

Abby: Tony! I knew you were all right. I knew it. Everybody else give up for dead, even Ziva.

Ziva (a paper cup in the hands): Ok, so I may have acted a little hastily.

Tony: That's my letter opener.

Ziva: Excellent balance and weight. The edge is a little dull but I have always admired it.

 

Tony opens his drawer.

 

Tony: Where is my American Pie coffee mug?

Abby: Palmer.

Tony: Mighty Mouse stapler?

Abby: Ducky.

 

Behind Tony, Ducky tries to discreetly put the staples.

 

Abby: Hey Ducky.

 

Tony turns.

 

Ducky: My dear fellow I never believed it for a moment. Welcome home.

 

He gives the staples to Tony and left. Gibbs arrives.

 

Gibbs: It's not every day people think you are dead DiNozzo.

Abby (running to Gibbs): Gibbs, I know who blew up Tony's car. Well not Tony's car, but his alias's car. And not exactly who but more like how and why.

McGee: Do you have a motive?

Abby: Me? No. But they do.

 

 

Abby's lab

 

Abby explains his theory to the whole team.

 

Abby: Every bomb-maker has a signature: the components, the way it's assembled. Sometimes right down the colored tape they use to bind it all together. In this case, the components are common to at least 9 others bombs that have gone off in the last 4 years.

 

She goes to his computer and showed pictures of explosions.

 

Abby: I made a match on Interpol. The bombs have gone off all over the world: Algeria, Indonesia, the Middle-East, Chechnya...

Ziva: Anything linking the victims?

Abby: They were all arms dealers.

McGee: The only problem is Tony's not an arms dealer.

Gibbs: Girlfriend's father is an arms dealer.

Tony: She's been working nights. I pick up her every morning for breakfast.

Ziva: You park the car, they strap on the bomb set the timer and walk away.

Gibbs: You weren't the target, she was.

Tony: Maybe she still is.

Gibbs: Take Ziva.

 

Tony et Ziva leaves.

 

Gibbs (to Abby): Good.

 

 

Director Shepard's house

 

Jenny opens the door of his house, her cell phone rings.

 

Jenny: Hello?.

René Benoit: Good evening Madam Director.

Jenny: Good evening. I've been told you wanna meet me.

René Benoit: Long overdue. I'm sure.

 

She turns the lights on and closes the doors.

 

Jenny: Just tell me where and when.

René Benoit: Now. In you study.

 

La Grenouille is in front of her in her office.

 

René Benoit: Hello, Jenny.

 

 

Black-and-white snapshot of a boat.

 

Jeanne's apartment

 

Tony and Ziva arrives at the apartment of Jeanne. They enter.

 

Tony: Jeanne?

 

The cupboards are empty.

 

 

Jenny's house

 

Jenny and la Grenouille are in the office thereof. She stays away from him.

 

René Benoit: So here we are at last. Face to face.

Jenny: Not quite the way I expected to meet.

René Benoit: Nor I. I must compliment you for your pursuit.

 

They settled in a chair, Jenny is behind his desk.

 

René Benoit: I actually like your agent DiNizzo.

Jenny: So does your daughter.

René Benoit: Very much, yes.

Jenny: What do you want from us?

René Benoit: Well, a sanctuary, assylum. Call it what you will. In return of my extensive knewledge of the arms market, I want protection for my daughter.

Jenny: Protection from whom?

 

Gibbs enters.

 

Gibbs: Whoever tried to kill his daughter this morning.

 

René Benoit rises.

 

René Benoit: Agent Gibbs, I believe. Well, it's true. My ennemis come for my daughter. They wanna see me suffer. But she's safe. For the time being.

Gibbs: Which ennemis?

René Benoit: I have many.

Jenny: Why now?

Gibbs: This have something to do with Operation Lodestone?

René Benoit: He's well informed.

Jenny: Read us in.

René Benoit: On what? The arrogance to the CIA to do what? Make me the biggest arms dealer in the world?

Gibbs: You control the illegal arms trade, the CIA controls you.

René Benoit: That was the idea. Until you came along and someone found out. Another arms dealer perhaps. And I'm running out of time. I can no longer trust Kort.

Gibbs: Did you ever?

 

Jenny rise.

 

Jenny: This isn't the first time you were in this study.

René Benoit: No. I met your father here on occasion. Many years ago.

Jenny: Tell me about us.

René Benoit: He was a fine man. He had a couscience. One day, it got the better of him.

Jenny: You believe the story that my father took a bribe while overseeing an arms-reduction treaty?

René Benoit: Well, sadly, that's not a story. It's a fact.

Jenny: How do you know?

René Benoit: Because I paid him that bribe.

 

She pulls out a gun from his drawer and points to la Grenouille.

 

Jenny: No. You killed him because he wouldn't take it.

René Benoit: Well, I can understand how hard that is to accept. My daughter is... she's facing the same struggle.

 

Jenny round the office and is placed in front of the trafficker.

 

Gibbs (to Jenny): It's not loaded. I guess he beat you to it.

René Benoit: I didn't want you to do anything rash before I had a chance to explain myself. I need your protection.

Jenny: You have the bullets. Take the damn gun. Protect yourself.

 

She puts the gun in his hands.

 

René Benoit: You're sign my death warrant.

Jenny: Twelve years overdue.

 

He put a card on the desk.

 

René Benoit: Here's my number in case you change your mind.

Jenny: You'd better leave before I do.

René Benoit: I hope my daughter is as loyal to her father as you are to yours.

 

He leaves the house. Jenny is drinking a scotch.

 

Gibbs: You just let your personal obsession get in away of your professional responsability.

Jenny: That's a lot of crap, and you know it, Jethro. There no deals for men like him. You wanna chase after him right now and arrest him without a warrant, you go right ahead. But we both know that Kort will have him out before breakfast.

Gibbs: Then get your damn warrant.

Jenny: You get a warrant. But you'd better do it fast before his friends get him first.

Gibbs: If the weapon was loaded, and I wasn't here, would you have pulled the trigger?

Jenny: I guess we'll never know.

 

He put a charger on her desk and leave.

 

 

Jeanne's apartment

 

Ziva is a letter from Jeanne, she gives it to Tony.

 

Ziva: On the table.

 

Tony opens it and reads it, then he turned to Ziva a smile.

 

Tony: You ever lie to someone you love, Ziva?

Ziva: Yes

Tony: They ever forgive you?

Ziva: They never found out.

Tony: Mine found out.

Ziva: He told her.

Tony: No. I did.

 

***

Tony and Jeanne are sitting on a bench in a park. La Grenouille is later.

 

Jeanne: I don't understand what's happening? Tony, that was your car. Your car that just... It could have been you. It should have been you.

Tony: Tell me you love me. Tell me.

Jeanne: I do. It's just everything that's happened... Happened today. Last night, the way you handled things, the gun. The gun firing it the way you did, and now this? It's like you're someone else, Tony. Someone else. Someone I don't know. What is it?

 

In his corner, la Grenouille yells on a phone.

 

Jeanne: You are, aren't you? Someone else. Who? Who are you?

Tony: I'm a federal agent. My name isn't Tony DiNardo, it's Anthony DiNozzo and I work for the Naval Criminal Investigative Service.

Jeanne: This is all been a lie. A lie?

Tony: Jeanne, listen to me. Not all of it, not everything. Just some things. Not the importants things.

Jeanne: Why? Just tell me why you did this. What it is I'm supposed to have done. Tell me.

Tony: It's not you.

 

He looks at la Grenouille.

 

Jeanne: What?

Tony: You should ask him.

 

She leaves, Tony is alone.

***

 

Tony: Well he said she'd come back after she calmed down. I guess he was wrong.

Ziva: I will put out a BOLO. We will find her.

Tony: She doesn't wanna be found.

 

Ziva leaves and Tony lot sits against the couch.

 

 

NCIS

 

McGee is on his computer, Ziva plays on her cell phone.

 

McGee: No luck?

Ziva: Not at home. And he's not replaced his cell phone yet.

McGee: Maybe he took the day off.

Ziva: Gibbs would have told us.

 

Gibbs arrives a coffee in his hand.

 

Gibbs: Gibbs would have told you officer David?

Ziva: If Tony was taking some time off.

Gibbs: Yeah, you're right. There always more work to be done when you're a man down on the shift. McGee?

McGee: I think I've got something here, boss. I found another one of la Grenouille's shell companie. Similar of the one that leased the stretch limo, only this one leases a yacht down at the Gangplank marina called the Mauritania.

Gibbs: How big?

McGee: Eighty feet, three state rooms. Ziva checked with the marina management. Someone's been staying there since Saturday. Older guy with an accent. They think he's French.

Gibbs: And a younger woman?

Ziva: No, he said he was alone.

Gibbs: Warrant?

Ziva: Just arrived from Legal. It is all in order. They could not guarantee it would not stop a concerted legal challenge from the Agency.

Gibbs: Yeah, let them try. Let's go.

 

The team takes its business.

 

 

Marina

 

The team arrived at the marina to the boat. They are armed and boarded. They searched the boat but it is empty.

 

Ziva: He's gone.

McGee: Maybe he was never here.

 

Gibbs find la Grenouille's jacket.

 

Gibbs: He was here.

 

They descend from the boat.

 

McGee: We'll catch up with him eventually.

Ziva: Someone will.

Gibbs: One day.

 

On the boat, we see a silhouette. In the water floats the body of the frog, shot in the head.

 

END

 

Kikavu ?

Au total, 89 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

Dawsey400 
02.03.2019 vers 21h

Yunamina 
26.02.2019 vers 10h

stephane25 
15.02.2018 vers 21h

Kalyanna 
01.01.2018 vers 13h

SandyD 
15.12.2017 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...
Activité récente

La photo du mois
Aujourd'hui à 21:48

La réplique du mois
Aujourd'hui à 21:18

S16E05 C'était la guerre
Aujourd'hui à 20:45

S16E04 Les Compères
Aujourd'hui à 20:45

Calendriers 2019
Hier à 20:16

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne M6

NCIS, S15E14 (inédit)
Vendredi 29 mars à 21:00

Logo de la chaîne CBS

NCIS, S16E18 (inédit)
Mardi 2 avril à 20:00

Logo de la chaîne CBS

NCIS: Nouvelle-Orléans , S05E18 (inédit)
Mardi 2 avril à 22:00

Logo de la chaîne M6

NCIS, S15E15 (inédit)
Vendredi 5 avril à 21:00

Logo de la chaîne CBS

NCIS, S16E24 (inédit)
Mardi 21 mai à 20:00

Logo de la chaîne CBS

NCIS: Nouvelle-Orléans , S05E24 (inédit)
Mardi 21 mai à 22:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne M6

NCIS, S15E13 (inédit)
Vendredi 22 mars à 21:00
2.86m / 12.8% (Part)

Logo de la chaîne M6

NCIS, S15E12 (inédit)
Vendredi 15 mars à 21:00
2.87m / 12.4% (Part)

Logo de la chaîne CBS

NCIS : New Orleans, S05E16 (inédit)
Mardi 12 mars à 22:00
6.98m / 0.7% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

NCIS, S16E16 (inédit)
Mardi 12 mars à 20:00
12.08m / 1.1% (18-49)

Logo de la chaîne M6

NCIS, S15E11 (inédit)
Vendredi 8 mars à 21:00
2.46m / 10.2% (Part)

Logo de la chaîne M6

NCIS, S15E10 (inédit)
Vendredi 1 mars à 21:00
3.07m / 14.0% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
NCIS:NO | Diffusion CBS - 5.17 : Reckoning

NCIS:NO | Diffusion CBS - 5.17 : Reckoning
Le NCIS et l'agent spécial Dwayne Pride commencent leur service ce soir sur CBS! C'est dès 22h que...

NCIS | Diffusion CBS - 16.17 : Silent Service

NCIS | Diffusion CBS - 16.17 : Silent Service
Le NCIS et l'agent spécial Leroy Jethro Gibbs continuent leur service ce soir sur CBS! C'est dès 20h...

NCIS | Diffusion M6 - 15.13 : Ma fille, ma bataille

NCIS | Diffusion M6 - 15.13 : Ma fille, ma bataille
Le NCIS et l'agent spécial Leroy Jethro Gibbs continuent leur service ce soir sur M6! C'est dès 21h...

NCIS| Synopsis 16.19 : Perennial

NCIS| Synopsis 16.19 : Perennial
CBS a dévoilé le synopsis de l'épisode 16.19 : Perennial qui sera diffusé le 9 avril...

NCIS:NO | Synopsis & Photos - 5.18

NCIS:NO | Synopsis & Photos - 5.18
CBS a dévoilé le synopsis et les photos promos de l'épisode 5.18 : In Plain Sight qui sera diffusé...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

cartegold, 19.03.2019 à 09:03

Nouveau duel sur le quartier Touche pas à mes filles ! N'hésitez pas à venir voter et à compléter la suite de mots !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site