VOTE | 475 fans

#205 : Deux Frères

Une vidéo où l'on voit la fille d'un Commandant Naval enterrée vivante... L'équipe du NCIS se retrouve dans une course contre la montre pour sauver la fille avant que le temps ne s'écoule...

** Captures de l'épisode **

Popularité


4.33 - 9 votes

Titre VO
Little Angels

Titre VF
Deux Frères

Première diffusion
12.10.2010

Première diffusion en France
12.02.2011

Photos promo

Sam, Callen, 2 policiers et un prisonnier

Sam, Callen, 2 policiers et un prisonnier

Callen Deeks et Sam ouvrent le cercueil

Callen Deeks et Sam ouvrent le cercueil

Tous les scientifique enlèvent la terre pour sortir la victime

Tous les scientifique enlèvent la terre pour sortir la victime

Sam creuse sous le regard de Deeks, Callen et leur prisonnier

Sam creuse sous le regard de Deeks, Callen et leur prisonnier

Marty Deeks (Eric Christian olsen)

Marty Deeks (Eric Christian olsen)

L'agent Callen et le lieutenant Deeks

L'agent Callen et le lieutenant Deeks

Le duo surveille depuis la voiture de l'agent Hanna

Le duo surveille depuis la voiture de l'agent Hanna

Callen et Sam arrivent pendant que la polie scientifique inspecte les lieux

Callen et Sam arrivent pendant que la polie scientifique inspecte les lieux

Sam court sous le regard de Deeks et 2 collègues

Sam court sous le regard de Deeks et 2 collègues

Tout le groupe parle

Tout le groupe parle

Plus de détails

Scénariste : Frank Military

Réalisateur : Steven DePaul

Guests :

Renée Felice Smith ............................ Nell Jones
Alicia Coppola ............................ Lisa Rand
Vincent Irizarry ............................ Andre Maragos
Louis Mandylor ............................ Lucas Maragos
Elaine Hendrix ............................ Vanessa Maragos
Brian McNamara ............................ Jason Rehme
Haley Ramm ............................Amanda Rehme
Michael Holden ............................ Avocat
Tyler Neitzel ............................ Daniel Proeffer
Lorenzo James Henry ............................ Evan Maragos
Jake Borelli ............................ Stefan Maragos
Erik Fellows ............................ Bryan Dickerson
Michael Cannon ............................ Butler
Obren Milanovic ............................ Paramilitaire Serbe
Suzanne Quast ............................ Rebecca Turman
Mariah Wilson ............................ Fille

Dans un jacuzzi (sans bulles), une ado un peu timide répond aux questions d’un autre ado qui la filme. Elle a 14 ans, s’appelle Amanda, et le garçon aimerait bien qu’elle le considère comme son petit ami. L’arrivée du papa de la demoiselle, un militaire,  casse l’ambiance. Il expédie le jeune homme (au diable, manifestement) et envoie Amanda au lit, d’un ton plus chaleureux. Elle obéit sans la moindre protestation. Plus tard, elle est réveillée par le bruit de petits cailloux lancés contre sa fenêtre. Croyant au retour de Daniel, elle se lève, longe la piscine, à la recherche discrète et amusante de son petit copain. Mais sur une table du jardin, un cigare dans un cendrier à côté d’une bière la font hésiter : « Papa » ? A peine a-t-elle le temps de jeter un coup d’œil autour d’elle qu’un sac plastique est brutalement placé sur sa tête, jusqu’au cou, étouffant ses cris. Elle perd conscience, se réveille dans le noir. Elle attrape son portable à la lumière duquel elle se rend compte qu’elle est allongée dans une sorte de caisse totalement fermée. Arrachant un morceau d’adhésif collé sur sa bouche, elle crie, cogne contre les parois. Le pire est à venir : il n’y a pas de réseau. Cette fois la panique et le désespoir l’envahissent...

 

Générique.

 

Ce matin, G. qui arrive avec Sam est mort de rire. Cela lui parait incroyable,  son équipier a la phobie des clowns, des vrais, (pas ceux comme Deeks, comme le suggère Kensi), ceux avec les cheveux oranges et les grandes chaussures! Il imagine très bien la scène : quand ils seront  sur le point d’arrêter des terroristes, s’ils mettent un nez rouge, Sam sera figé par la terreur ! Sam se plaint que la révélation de ce point vulnérable s’accompagne de moqueries. Alors Kensi confie qu’elle est chaétophobique. Nell qui rangeait ses affaires traduit pour les autres : la chaétophobie, la peur des cheveux. Kensi déteste les poils, surtout ceux dans le dos des hommes. Deeks remarque alors qu’elle n’en parle pas dans son blog sur le « roman de sa vie ». Comment sait-il que... ? Il ne savait pas, il sait maintenant ! Et il part à la recherche de ce blog. Celui de Charlene St James, (une couverture en tant que star du porno ?), fausses dents, des tas de bijoux, et un casier judiciaire ; aime la techno, les arts martiaux, et les rencontre aux zoos ; G. s’interroge : les animaux ont presque tous des poils sur le dos, Sam lui explique : c’est sa manière de combattre ses peurs ! Le coup de sifflet d’Eric est une vraie délivrance pour Kensi. D’autant que c’est Hetty en personne qui leur dit de se dépêcher.

 

Eric présente à l’équipe le Commandant Jason Rehme, qui a mis au point et gère la cryptographie (le chiffre, le codage) utilisée par le personnel du ministère de la marine. Un technicien informatique pour Deeks, mais Nell est une fan : elle a lu tous ses trucs, cet homme garde les clés du royaume de la Navy dans sa tête, l’appeler technicien informatique, c’est comme dire que... « Lady Gaga n’est qu’une chanteuse » : c’est Hetty qui termine la phrase, s’attirant un commentaire ironique de Deeks (« toujours fan de Gaga, hein ! »). Le regard noir de Hetty lui fait baisser la tête, et amuse Kensi... Le commandant a disparu : il n’est pas venu à la réunion prévue ce matin à 6 heures au ministère, il n’a répondu à aucun appel téléphonique, SMS ou mail. Or il est une cible majeure pour le terrorisme, américain ou international. Donc depuis ce matin 6 heures, soit une heure et demi plus tôt, la sécurité de la marine est compromise. Il faut se bouger ! Hetty informe Deeks au vol qu’elle aimera toujours Lady Gaga !

 

Les deux voitures du NCIS arrivent chez le commandant. Tout est tellement calme dans la belle propriété, les oiseaux saluent gaiement la radieuse journée...Ils sonnent, sans réponse, la porte d’entrée est verrouillée. Ils sortent leurs armes : Sam fait signe à Kensi et Deeks de passer par derrière. G. crochète la porte, ils entrent, personne. La cafetière est encore chaude, le lit a été utilisé ; pas de trace de vie d’une Maman, mais la photo d’Amanda leur apprend qu’il a une fille. Kensi a trouvé du sang. Pas des gouttes, des traces, comme si quelqu’un avait été trainé en direction des bois. La propriété est située en bordure de  la forêt domaniale de Los Angeles. L’inquiétude monte d’un cran dans l’équipe. Mais elle est vite remplacée par la stupéfaction : le commandant visiblement bien vivant vient d’apparaître sous leurs yeux ! En sueur, en tenue de sport, il sort du bois, pas du  étonné de les voir là : dans sa main, une Tongue, tachée de sang ; dans sa voix, sur son visage, le désespoir : « c’est ma fille » !

                                        

Un peu plus calme, dans la maison, il raconte à G. et Kensi qu’il avait contrarié Amanda la veille au soir, qu’il est donc partie la chercher dans les bois, parce que c’est là qu’elle court tous les matins. En Tongue ? G. est sceptique... Il n’avait pas appelé la police parce que dans les bois, il n’y a pas de réseau. Et puis il ne voulait pas perdre de temps. Il s’était disputé avec sa fille à cause d’un garçon, Daniel Proffer. Sam qui fait le pour de la pièce, contemple des photos de famille. Il comprend qu’Amanda a dû perdre sa mère (4 plus tôt). Le commandant est fou d’inquiétude. Il voulait juste dire à sa fille qu’il était désolé...Sam lui assure qu’il pourra le faire dès qu’ils l’auront retrouvée. Deeks leur relaie que les rangers vont attaquer les recherches. Daniel prétend être chez lui, dans son lit, Kensi envoie des agents pour vérifier. Rehme reçoit un message. Cela proviendrait d’Amanda, mais ce n’est pas son adresse mail. Il y a un lien vidéo en pièce jointe. L’ordinateur leur montre alors des images insoutenables : Amanda est dans une caisse en bois, un cercueil, inconsciente, un couvercle est rabattu et cloué... Sam a aussitôt des flashes : il est en uniforme, au milieu d’un ancien charnier, on le cogne, on tire sur son compagnon, on le jette dans une fosse étroite avec lui, on rabat les portes en fer, il se rend compte qu’on jette de la terre sur les portes en fer. Et là sous ses yeux, le couvercle en bois se recouvre peu à peu de terre, lui aussi...

 

Les oiseaux chantent toujours, le ciel est toujours aussi bleu, mais l’agitation a remplacé le calme chez les Rehme. L’agent Rand du FBI vient prendre les choses en main. Elle veut montrer quelque chose à Sam et G. loin des yeux du Papa d’Amanda. Trois vidéos semblables, trois autres filles kidnappées et enfermées dans des boites, puis enterrées, jusqu’à ce que mort s’en suive. Deux des corps des jeunes filles ont été retrouvés, pas le 3ème. Sam et G. connaissent l’affaire, le coupable a d’ailleurs été arrêté 2 ans plus tôt : Lucas Maragos, condamné 3 fois à la prison à vie, purge sa peine au pénitencier de Victorville. La vidéo d’Amanda est la copie conforme des trois vidéos du FBI, jusqu’aux gants chirurgicaux bleus utilisés par le tueur. Ils ont affaire à un plagiaire... Ces vidéos ont été utilisées comme preuves pendant le procès, elles ne sont pas restées confidentielles. Un complice de Maragos ? A l’époque, il n’y a eu aucune preuve de l’existence d’un quelconque partenaire, mais Rand va vérifier dans le dossier toutes les personnes qui pouvaient avoir des liens avec le meurtrier. Devant les images, de nouveaux flashes viennent à l’esprit de Sam.  Il craque une allumette, la confie à son partenaire, (visiblement en mauvais état), lui demandant d’y faire attention : il ne leur en reste que 3. Quand il émerge de ses souvenirs, c’est pour entendre l’agent Rand les remercier, c’est au FBI de jouer  maintenant. Cela lui arrache une grimace.

 

Sam et Callen viennent de sortir de la maison, le commandant Rehme les rattrape. Il ne connaît pas ces gens du FBI. Lui, il est un marine, pur et dur, il a une confiance totale dans le NCIS : il voudrait qu’ils restent sur l’affaire. Callen lui répond qu’elle ne fait plus partie de leur juridiction. Mais Rehme a déjà perdu sa femme, il ne veut pas perdre aussi sa fille ; il supplie. Callen comprend, mais ils ne peuvent rien...il est brutalement coupé par Sam : « on va voir ce qu’on peut faire ». Il serre la main de Rehme, sous l’œil d’abord étonné puis réprobateur de G., qui garde pourtant le silence. Avant de demander à Sam ce qui lui a pris. Sam reste muet. G. insiste, pourquoi avoir dit ça à Rehme ?  Cette fois, Sam répond : c’est parce que c’est exactement ce qu’il va faire. Devant son regard, Callen préfère en rester là. Et de retour au QG, Sam va directement réclamer à Hetty de rester sur l’affaire. Mais Hetty ne peut que lui répéter que ce n’est plus de leur ressort. Sam n’est pas de cet avis : ce type est un plagiaire. Mais le commandant Rehme est le gardien de l’accès à toutes les informations confidentielles de la marine. Pendant que le FBI recherche un tueur, Rehme pourrait être victime d’un maitre chanteur à la recherche d’info top secret. Hetty trouve la théorie intéressante ; sans plus. Alors Sam lui annonce qu’il prend un congé. Elle trouve qu’il tombe dans le mélo... il s’éloigne. Hetty le rappelle : « Sam ! ». Il se retourne. «  Ne me tournez pas le dos, c’est une chose que je ne vous ferai jamais. ». Et elle ajoute : « trouvez la ».

 

C’est manifestement déterminé à cela que Sam pénètre dans la salle d’opération, suivi par un Callen un peu perplexe. Eric a déjà mis sur écran les 260 000 hectares de la forêt domaniale de Los Angeles. Si Amanda y est enterrée, il sera presque impossible de la localiser. Même en utilisant des infrarouges par satellite, comme suggéré par Kensi : sous terre la température ne sera pas assez élevée. Dans la forêt, il y a un centre équestre, avec des sentiers pour les cavaliers, et un camp de vacances pour enfants, ouvert seulement en été. Callen demande à revoir la vidéo du ravisseur. Eric met les 4 vidéos sur le même écran. L’équipe est formelle : les modes opératoires sont identiques. Sur les vidéos de surveillance routière les plus proches de la forêt, un véhicule a été repéré à 4 heures et demi cette nuit, peut-être en en direction du parc. Une Chevrolet Malibu de 2009. Impossible de voir le conducteur. Pas de plaque minéralogique, comme quelqu’un qui a quelque chose à cacher. Mais une aile arrière gauche froissée. La voiture est récente, le propriétaire a dû faire une déclaration à l’assurance. Eric trouve 2 déclarations qui correspondent, l’une qui ne colle pas au vu des photos, mais la 2ème est la bonne. Cette voiture  est en leasing chez une entreprise grecque de transport maritime, Galea Shipping ; c’est le véhicule de fonction du président. Ce qui suit ébahit toute l’équipe : le dit président n’est autre qu’André Maragos, le propre frère de Lucas Maragos ! Deeks est chargé d’aller voir Lucas au pénitencier, il quitte les lieux immédiatement. Eric a une dernière info : toutes les caisses ont été enterrées à la même profondeur, et étaient parfaitement identiques. A l’aide de ces dimensions, il a pu calculer qu’il reste 9 heures d’oxygène à Amanda. Aussitôt Sam exige qu’un compte à rebours de 9 heures soit affiché avec la photo de l’adolescente sur tous les grands écrans, que tout le monde au bureau l’ait sous les yeux...

 

Sam, Kensi et G. arrivent au domicile des Maragos. Par téléphone, Eric leur dit qu’il n’y a rien à tirer des caméras de surveillance. Un employé vient à leur rencontre ; Sam dit en aparté à Kensi de rester en arrière pour localiser la Malibu, puis il rattrape G. et son guide. La famille Maragos, les parents et 2 ados, sont à table. Mr Maragos, surpris d’avoir la visite d’agents fédéraux, nie avoir une Malibu. Pourtant, ce véhicule, est loué par Galea Shipping ; et il pourrait avoir été photographié près d’une scène de crime. Galea Shipping doit avoir pas loin de 50 véhicules en leasing...Mais Kensi prévient Sam par téléphone : elle a trouvé la Malibu. Tout le monde va la rejoindre. Maragos est furax : son garage était fermé à clé et sous alarme, comment est-elle entrée ? C’est bête, Kensi cherchait les toilettes des dames, pour cause de rikiki minuscule petite vessie ! Eric a comparé les dégâts, c’est la bonne voiture. Sam fait remarquer à Maragos qu’il vient de mentir à des agents fédéraux. Celui-ci se tourne alors vers sa femme : c’est cette voiture que Jennifer utilise ? Ben oui, Mr Maragos est incapable de reconnaître une Malibu d’une Taurus ; d’ailleurs il ne croit pas avoir déjà vu cette voiture, en plus c’est leur assistante particulière qui l’utilise ! Par exemple pour emmener les garçons à l’école ; Mais ceux-ci ne sont même pas levés quand leur père part travailler. Et la nuit dernière, Jennifer était en train de parcourir l’Alaska sac au dos...G. a trouvé une photo d’ados, il la montre à Maragos : est-ce que c’est lui, là, avec son frère ? Maragos blêmit, il vient de comprendre ; Sam durcit le ton pour lui demander s’il était en camp de vacances avec son frère. Maragos finit par acquiescer, en camp dans la forêt domaniale de Los Angeles...

 

Au pénitencier, Lucas Maragos est amené, entravé, devant Deeks. Il nie avoir eu le moindre complice, et même il nie avoir tué les jeunes filles. C’est son frère, le coupable, son frère qui adolescent, dans la forêt de Los Angeles, s’amusait à attraper des chats sauvages et à les étrangler. Il peut lui montrer où ils sont enterrés...A l’annexe, Callen interroge André Maragos. Qui prétend avoir passé la soirée et la nuit chez lui. Mais Sam a un doute, et demande à Kensi (toujours au domicile du couple, avec la brigade scientifique) de vérifier. Le trouble de Mme Maragos lui fait comprendre que son mari a sans doute été absent toute la nuit, et qu’elle aimerait vraiment savoir où il était...Cette fois, Maragos dit avoir passé la nuit à travailler, dans les locaux de son entreprise. Et réclame un avocat, mettant un terme à l’interrogatoire.

 

Sam et Callen retournent au QG où Eric les accueille avec la confirmation de l’alibi de Maragos : il a travaillé toute la nuit, son téléphone portable le prouve. Mais pour Sam, il a pu laisser son appareil dans un tiroir : il lui faut des témoins, ou des vidéos qui fassent foi ! De son côté, l’avocat de Maragos tente de faire libérer son client. Callen dit à Sam qu’ils ne peuvent pas le garder éternellement. Cela met Sam hors de lui : Maragos a de l’argent, il peut se tirer dans un pays où il sera à l’abri de toute extradition. Il se tourne vers Eric : ils doivent aller illico tout vérifier du côté de Maragos : appels téléphoniques, cartes de crédit : tout ! Et il se rue dans l’escalier, suivi par  Eric un étonné devant l’état d’énervement de l’ancien SEAL, et sous les yeux d’un G. encore plus perplexe. Callen va donc demander quelques explications à Hetty qui a suivi toute la scène de loin. Pourquoi s’occupent-ils de cette affaire ? Hetty tente d’expliquer que le FBI est content d’avoir de l’aide, mais la vraie question de G. concerne Sam. Que lui arrive-t-il ? Bien sûr, il n’est pas question d’empiéter sur sa vie privée, mais Callen a vraiment besoin de savoir ce qui se passe. Alors Hetty sort un dossier, en extrait un rapport, qu’elle donne à G. Il réalise ce qu’est en train de vivre son ami...Il n’en a jamais rien dit... Hetty sait que dans leur métier, ils sont tous hantés par des cauchemars : il faut que G. reste près de Sam, proche de son partenaire. G. rejoint donc Eric et Sam à l’étage. Ils ont déjà mis en évidence que si Maragos était bien au travail en début de soirée, à 23h30 il a laissé sa voiture et son téléphone sur place, et est parti avec un véhicule de la compagnie ;  pas la Malibu. De la forêt, Deeks appelle : il veut que Sam vienne d’urgence.

 

Des squelettes de chats sauvages sont déterrés, à l’endroit désignés par Lucas Maragos. Sam lui demande s’il y a d’autres emplacements, mais Lucas répond que c’est une question pour son frère. Sam, à cran, enlève les menottes de Lucas et le traine plus loin. Il veut lui parler en tête à tête : soit il lui donne d’autres emplacements, soit Lucas aura un accident en tentant de s’emparer de l’arme de Sam... Cela ravive la mémoire du détenu ! Et les pelles entrent en action, sous l’œil des agents et de Lucas. Jusqu’à ce qu’un bruit caractéristique les interpelle : il y a une caisse, là-dessous. Sam et Callen se joignent aux autres, il faut la déterrer le plus vite possible. Sam hurle même : Amanda ! Avec toute l’énergie possible, le couvercle est rapidement atteint, soulevé : mais c’est un squelette qui apparaît, l’adhésif encore en place sur ce qui fut la bouche d’une adolescente : la 3ème victime de Lucas. Sam marque le coup...

                                      

André Maragos est amené à son tour dans la forêt, accompagné par Kensi et Rand. Celle-ci a parlé au procureur fédéral : si Amanda est retrouvée morte, enterrée jusqu’à l’asphyxie, cela impliquera les circonstances spéciales ; autrement dit la peine de mort. Les deux frères se sautent à la gorge, s’accusant mutuellement de se gâcher la vie. André affirme qu’il n’a rien à voir avec tout ça, Lucas lui répond que cette fois il ne pourra pas lui coller l’affaire sur le dos puisqu’il était en prison ! Pour infirmer ou confirmer cette thèse, Rand a obtenu une injonction du tribunal : l’ADN d’André va être prélevé et comparé à celui trouvé sur les corps des 3 premières victimes. Sam croise le regard implorant de Mr Rehme, qui les observe. Il tente d’obtenir une indication de la part d’André, mais celui-ci jure être hors du coup, que ce n’est pas lui le complice que son frère avait manifestement à l’époque des premiers meurtres. Callen lui glisse alors qu’il n’était pas au travail la nuit dernière ; où donc était –il ? André préfère garder le silence... Sam s’approche du papa d’Amanda, qui n’en peut plus ! Impossible pour l’instant de savoir qui a enlevé sa fille, peut-être aucun des 2 frères ; Rehme insiste pour connaître la durée de vie estimée d’Amanda ; les 6 heures d’oxygène qui lui restent lui paraissent bien peu, mais Sam l’assure qu’ils ne vont rien lâcher ! Deeks les interrompt : l’avocat d’André Maragos vient d’arriver avec un arrêt de remise en liberté. Obtenu sur le témoignage de Rebecca Turman, maitresse d’André, qui affirme qu’ils ont passé la nuit ensemble ; c’est pour ça qu’un juge a rendu l’arrêt qu’il fourre dans les mains de Sam.  Rand veut savoir pourquoi André a laissé son téléphone au bureau et changé de voiture. L’avocat et son client s’éloignent sans répondre, alors c’est Callen qui s’en charge : la femme d’André suivait vraisemblablement à la trace les GPS de la voiture et du téléphone... Sam, qui dansait d’un pied sur l’autre depuis un moment, demande à Rand si elle va vraiment laisser partir André comme ça. Mais elle n’a pas le choix ! Sam froisse l’arrêt du juge, le jette par terre, et part à grandes enjambées. Callen lui demande où il va : chercher Amanda ! G. soupire et suit son partenaire...

 

Ils inspectent le terrain pouce par pouce, sans rien trouver. G. demande à Sam de lui raconter ce qui s’est passé en Bosnie. Pas besoin, puisqu’il a parlé à Hetty, il est déjà au courant !  G. n’insiste pas, il retourne à ses fouilles, mais Sam se lance : son unité de SEAL était sur des criminels de guerre en Serbie. Accompagné d’un autre SEAL, Brian Dickerson, ils ont été conduits jusqu’à un charnier de musulmans assassinés. C’était en fait un piège tendu par des paramilitaires serbes. Sam revit la scène qu’il déroule pour son ami. Ils l’ont battu, ils ont tiré sur Brian. Mais ils voulaient les interroger avant de les tuer. Comme il n’y avait pas d’endroit où les cacher, ils les ont enterrés, là, au milieu des autres corps...dans une tombe peu profonde. Brian saignait beaucoup, Sam se sentait impuissant...La première chose à faire, c’était d’essayer d’obtenir de l’air. Sam réussit à faire émerger un petit tuyau, à aspirer un peu d’air. Brian souffrait beaucoup. Il a refusé catégoriquement d’aspirer de l’air. Il voulait mourir rapidement, pour laisser plus de chances à Sam de s’en sortir... « Je te sauve la vie ; tu sauveras quelqu’un à ton tour. C’est comme ça que c’est censé marcher ». Il est sûr que Sam aurait fait pareil pour lui...Sam ne sait plus combien de temps s’est écoulé. Quand il a craqué la dernière allumette, Brian était mort. La douleur du souvenir dans les yeux de Sam fait mal à Callen, mais le regard qu’ils échangent donne tout son sens au mot « équipiers ». Eric s’invite dans leurs oreillettes : il vient de trouver un plan de vol au départ de Burbank : André Maragos veut quitter le pays ! Sam et Callen prennent leurs jambes à leur cou.

 

Ils sont à l’aéroport, un avion lance ses moteurs. Sam dit à Eric qu’il faut l’arrêter. La tour de contrôle a déjà interdit à plusieurs reprises au pilote de se rendre sur la piste de décollage. Mais l’avion bouge ! Sam se précipite, bras levé, il dit au pilote de s’arrêter, il court jusqu’au milieu du tarmac. Callen lui hurle que l’avion ne va pas s’arrêter ! Mais Sam n’en a cure, solidement planté devant l’appareil, il braque son arme sur lui. L’avion continue. Alors Sam tire dans les pneus avant. Cette fois, le pilote arrête son engin, et coupe le moteur, à la demande de Sam. La famille Maragos, bras en l’air devant Sam qui pointe toujours son arme, descend de l’avion. A l’annexe,  André, en tête à tête avec Sam, se justifie : il était libre de quitter le pays. Il a quand même offert un million de dollars au pilote pour braver la tour de contrôle et partir au Venezuela... Avoir un frère comme Lucas était en train de détruire sa famille, il voulait juste aller attendre à l’étranger que tout se tasse. Mais Sam, qui ne cesse de consulter sa montre, n’en croit rien. Appelé par Callen, il sort de la pièce : le FBI a les résultats des analyses d’ADN. Tous les prélèvements concordent parfaitement avec l’ADN de Lucas, aucun avec celui d’André. Et l’alibi de la nuit s’avère en béton, André et sa maitresse ayant gardé un petit « souvenir », en l’occurrence une vidéo. Sam hausse les épaules : cela pourrait aussi bien dater de l’année dernière ! Mais Kensi le détrompe : Rebecca passe devant la télé allumée, où Barack Obama fait un discours ; un zoom permet de lire la date et l’heure; c’est bien de la nuit précédente dont il s’agit. Sam est atterré : ils n’ont plus aucun suspect, aucune idée de l’endroit où se trouve Amanda, ils n’ont rien de rien !!

 

Plus que 3 heures ½... Sam s’est replongé dans la vidéo d’Amanda, et interpelle Callen : quand le kidnappeur reprend son caméscope, on voit un doigt nu : il a enlevé ses gants, changeant son mode opératoire. C’est compréhensible, pelleter la terre a dû les abimer. Et il en fait quoi, à ce moment là ? Logiquement, il les brule, au-moins il les déchiquète, ils sont remplis d’ADN ! Toute l’équipe est maintenant autour de Sam.  Mais si en se dépêchant le ravisseur laisse un gant, ou une empreinte à cause d’un trou dans le gant ? L’affaire serait terminée, bien sûr ! Sam a donc l’idée de génie : faire croire à celui qui a enterré Amanda que dans sa hâte il a abandonné un indice qui le dénoncera à la minute où l’adolescente sera retrouvée, morte ou vive. Cela suppose que l’auteur des faits ait copié Lucas jusque dans la destruction a-posteriori de la bande Eric est chargé de rajouter dans la vidéo un petit bout de gant presqu’invisible dans la poussière. Sam est persuadé qu’alors, en montrant ces images à André et Lucas, cela les fera bouger, eux ou un complice. Qui prendra peur et ira vérifier sur place, dans les bois, où ils n’auront qu’à le suivre pour retrouver Amanda. C’est un peu aléatoire, mais c’est un coup à tenter. Eric et Nell truque la vidéo. Deeks retourne au pénitencier, pour la montrer à Lucas ; Sam et Callen la projette à André et sa femme. Mme Maragos a du mal à supporter la vue d’Amanda. Les enfants du couple arrivent sur ces entrefaites, essaient de savoir ce qui se passe, mais leur mère les renvoie.

 

Il reste une demi-heure. Eric alerte tous les agents : Kensi a glissé un mouchard GPS sous le pare-choc de la Malibu, et la voiture vient de quitter le domicile des Maragos. Il se dirige vers la partie ouest du parc ;  le bout de forêt couvert par Sam et Callen. Sans perdre de temps, les agents se rapprochent du véhicule suspect, guidé par Eric. Celui-ci est perplexe : qui peut connaître aussi bien le parc, jusqu’à s’engager sur une route qui n’est pas répertoriée sur une carte ? Nell suggère des rangers, des randonneurs, des campeurs... Eric lui demande de chercher des photos récentes du camp de vacances fréquenté autrefois par les frères Maragos. Déjà la Malibu a stoppé, à moins d’un km de la voiture que Sam conduit pied au plancher. Eric ayant passé deux heures à organiser la couverture satellite de la forêt, il vient d’obtenir l’image d’une température corporelle qui se déplace vers l’ouest. Le satellite n’est pas encore totalement en place, ce n’est pas très net, et les deux moteurs chauds des voitures parasitent la zone. Sam et Callen arrivent près de la Malibu. Ils doivent impérativement attendre que le ravisseur soit à l’endroit où Amanda est enterrée avantd’intervenir. Mais Eric n’est pas certain qu’il soit à l’arrêt : il hésite, Sam et Callen sont impatients, il ne reste vraiment pas beaucoup de temps ! Enfin, Eric est affirmatif : le point rouge qui symbolise la chaleur du monstre vient de stopper, à moins de 100 mètres en direction de l’ouest. Sam et Callen s’élancent. Là-bas, dans les arbres, il y a ... deux silhouettes, capuchon sur la tête. La course poursuite s’engage. Les agents ayant leurs objectifs en visuel, Eric prend le temps d’étudier les photos que Nell lui a trouvées sur le camp de jeunes. Et il trouve très vite le visage qu’il cherchait : Amanda ! Elle habitait tout près, il était logique qu’elle y passe des vacances. Les 2 fugitifs sont restés ensemble, ils sont rapides, mais pas assez pour les 2 agents surentrainés. Ils sont rattrapés, plaqués au sol, leurs visages apparaissent : les fils Maragos ! Mais Sam secoue déjà celui qu’il a dans les mains : « où est-elle ? ». Sur la photo, avec Amanda, deux autres ado que Nell et Eric reconnaissent : les frères Maragos. Ils connaissaient Amanda, ils l’ont prise délibérément pour cible...

 

Entre les mains de Sam, l’ado finit par craquer ; il mène les agents sur la « tombe ». Allongés sur le ventre, les mains menottées dans le dos, les deux frères regardent les agents creuser le plus vite possible. Quand sa pelle heurte le bois du couvercle, Sam tape plusieurs fois en hurlant le nom de l’adolescente. Il est brutalement ramené en arrière. Tous leurs gestes, à Callen et à lui, trouvent un écho en Bosnie : les pelles qui dégagent la tombe ; leurs mains qui font sauter les clous du couvercle, une pince qui coupe le cadenas qui maintient les portes en fer; leurs mains qui soulèvent le couvercle, des mains qui ouvrent les portes en fer ; Sam qui plonge pour extraire Amanda, inconsciente, des soldats qui sortent Sam, évanoui ; on l’allonge , il allonge Amanda ; on lui fait la respiration artificielle, il reprend conscience, aperçoit Brian, se remémore ses paroles « Je te sauve la vie, tu sauves quelqu’un d’autre...  C’est comme ça que c’est censé marcher » ; Sam entreprend la respiration artificielle. Amanda tousse, s’agite, retrouvant à la fois son souffle et sa panique. Sam l’apaise, la berce dans ses bras : tout va bien, elle est en sureté...

 

La nuit tombe sur la forêt de Los Angeles. Police, FBI, NCIS, le camp de vacances est rempli de monde. Kensi et Deeks emmènent les adolescents. L’agent Rand soupire, en tapant sur l’épaule de Callen : le NCIS a fait du bon travail. Sam est auprès d’Amanda, qui a reçu les premiers soins. Il lui donne un porte-bonheur : les plaques du sergent Brian Dickerson. Le commandant Rehme peut enfin serrer sa fille dans ses bras...Sam est heureux.

                                         

Au QG, il se gratte vigoureusement en tapant son rapport. Callen lui révèle que tous les signes étaient réunis : quantités de cadavre d’animaux dans le voisinage, problèmes de crises de colère à l’école. Les garçons ont parlé : ils voulaient savoir ce que l’on ressent quand on tue quelqu’un. Leur oncle Lucas leur avait rendu visite fréquemment avant d’être envoyé en prison. Il leur avait expliqué que si la victime était enterrée vivante, la sensation perdurait des jours durant...Une des pires choses que Sam ait entendues...Il fait alors la confidence à G. que ce qui le terrifie vraiment, c’est de perdre son équipier...Les yeux dans les yeux, sérieusement... G. reçoit le message... et puis il détend l’atmosphère : il le serrerait bien dans ses bras, mais il l’a vu assis sur une plante toxique urticante...Cela fait sourire ironiquement Sam : entraîné à la survie en milieu hostile, il sait à quoi ça ressemble ! Mais G. est sûr de lui, et les fesses de Sam le démangent vraiment : il se peut que G. ait raison ! Hetty arrive en brandissant un pot de lotion calmante à la calamine : c’est radical si on en met une couche bien épaisse ! Il n’a qu’à baisser son pantalon, elle ne regarde pas...Leur tournant le dos, enfilant un gant chirurgical, elle leur raconte qu’elle a  dû soigner Ollie North comme ça au Nicaragua. Deux fois. Ollie était vraiment un imbécile. Quand Hetty se retourne, après avoir laissé le temps à Sam de se préparer, il n’y a plus personne. Mr Hanna, Mr Callen, ces messieurs ont disparus ! 

                                                                       - FIN-

[Dans un jacuzzi (sans bulles), une adolescente un peu timide répond aux questions d’un autre adolescent qui la filme.]

Daniel : Parle-nous un peu de toi.

Amanda : J'ai 14 ans. J'aime courir. J'adore Beyoncé.

Daniel : T'as un copain ?

Amanda : Je ne sais pas. [Il la regarde directement.]

Daniel : Comment ça ? Sérieux.

Amanda : J'en ai un ?

Daniel : Évidemment. Si tu veux.

[Amanda et Daniel sont étonnés, effrayés presque par l’apparition d’un homme en uniforme qui a l'air fâché.]

Amanda : Papa ?

Daniel : Bonsoir, commandant Rehme.

Rehme : Vous filmez ma fille dans un jacuzzi ?

Daniel : C'est pas ce que vous croyez.

Rehme : Sortez. De suite. [Daniel décampe.]

Rehme : (sa fille) Va te coucher. [Elle se lève et s'enveloppe dans une serviette. Il la regarde fixement].

[Plus tard, elle est dans son lit ; de petits cailloux frappent la fenêtre de sa chambre.]

[Elle se réveille, sourit, regarde son téléphone.]

[Elle marche près de la piscine, son téléphone dans sa main.]

Amanda : Daniel, tu es là ? [Elle sourit, puis elle voit un cigare et une bière sur la table. Elle perd le sourire.]

Amanda : Papa ?

[On lui met un sac plastique sur la tête, l’écran devient noir.]

 

[Amanda se réveille avec de l’adhésif sur la bouche. Elle éclaire avec son téléphone, arrache la bande.]

Amanda : À l'aide ! [Elle sanglote, elle éclaire le plafond : il est très proche, elle est dans une boîte en bois.]

Amanda : Aidez-moi! [Elle martèle la boite avec ses poings. Elle regarde son téléphone : "APPEL IMPOSSIBLE PAS DE RÉSEAU" Elle crie et sanglote.]

AMANDA : Oh, non! Non, non, non ... pas, non. (Le Martèlement sur le mur) m'Aide!

 

♫ ♫ NCIS: LA 2x05 - Little Angels / Deux frères ♫ ♫

 

[Sam et Callen arrivent au NCIS.]

Callen : Ça existe vraiment ? Je croyais que c'était une légende et que personne n'avait ça.

Sam : Moi si.

Callen : Tu as vraiment peur des clowns. Quelle sorte de clowns ?

[Kensi est déjà près de son bureau, Deeks verse du café dans une tasse.]

Kensi : Comme Deeks ? Ou comme...

Sam : Les vrais clowns. Cheveux orange, grandes chaussures. [Il s'assied. Nell met ses affaires dans son casier, Kensi est assise, Deeks se rapproche.]

Callen : On poursuit des terroristes, ils mettent un nez rouge et tu es bloqué ?

Sam : Je révèle mon côté vulnérable et tu te moques de moi ?

Kensi : Je souffre de trichophobie. [Nell s’arrête.]

Nell : La peur des poils ?

Kensi : Bravo pour la nouvelle.

Sam : Ben alors, Nell.

Deeks : J'avais pas vu ça dans ton profil « Celle à aimer ».

Kensi : Comment tu sais...

Deeks : Maintenant je le sais.

Sam : Vas-y, Deeks.

Kensi : Tu trouveras pas. C'est un pseudo. [Deeks commence à taper sur son clavier.]

Deeks : Commencer une relation par un mensonge ? Comment ça mène au vrai amour ?

Sam : Peur de tous les poils ? [Il caresse son crâne.]

Kensi : Ceux du dos. En broussaille. Des hommes, spécialement. C'est... J'aurais pas dû en parler.

Callen : C'est sûr.

Sam : Tu m'as sorti du sujet des clowns.

Deeks : Charlene St James ? Ta couverture de star du porno ?

Kensi : Comment t'as trouvé ça ? Arrête.

Deeks : Déteste : Dentiers, amasseurs, casier judiciaire. T'as mis la barre très haut.

[Callen se rapproche et lit la page.]

Deeks : Aime : Arts martiaux, musique techno et premier rencart au zoo.

Callen : Beaucoup d'animaux ont des poils sur le dos.

Sam : Elle combat sa peur. [Kensi est piquée.]

[Sifflement, Éric est avec Hetty.]

Hetty : Mesdames, messieurs, hâtez-vous.

Deeks : Allons-y, Charlene. [Ils montent en vitesse.]

 

[La photo du père d'Amanda est sur le grand écran.]

Éric : Le commandant Jason Rehme conçoit et assure les connections cryptographiques utilisées par le personnel de la Marine ayant un haut niveau de sécurité.

Deeks : Un technicien informatique.

Nell : Je le connais. J'ai lu son dossier. Le commandant Jason Rehme a, littéralement, les clés de tous les secrets de la Marine. L'appeler technicien informatique est dire que...

Hetty : Lady Gaga n'est que chanteuse. [Ils sont surpris.]

Deeks : Toujours fan de la Gaga ? [Hetty lui lance un regard méchant, il baisse la tête ; Kensi sourit …]

Hetty : Le commandant Rehme a disparu. Il avait une importante réunion à 6 h. Il n'est pas venu.

Éric : Il n'a répondu à aucun appel, texto ou mail.

Nell : C'est une cible de choix pour les terroristes locaux ou de l'étranger.

Sam : Depuis 6 h, on est compromis.

Callen : Il a disparu depuis une heure et demie. Envoie-moi ces derniers mouvements. Allons-y !

[Les agents foncent vers la sortie.]

Hetty : Inspecteur Deeks ? [Il s’arrête et la regarde.] J'aimerai toujours la Gaga. [Il approuve.]

 

 

[Maison de Rehme. Deux voitures du NCIS, G. conduit l’Aston Martin …] [Personne, rien de suspect.]

[Callen appuie sur la sonnette. Il essaye d’ouvrir la porte]

Callen : Le verrou est mis. [Ils prennent leurs armes à feu, Callen a un outil pour forcer la porte.] [Il indique l'arrière de la maison à Kensi et Deeks.]

Kensi : Allons-y.

[Callen ouvre la porte et Sam entre.]

Sam : Personne.

[Callen est dans la cuisine et sent la cafetière.]

Callen : Encore chaud. On a fait du café.

Sam : Il était peut-être sur minuterie. Lit défait.

[Deeks les rejoint.]

Deeks : Pas de trace de femme dans la maison. Par contre, il a une fille. Amanda, 14 ans. [Il montre une photo de la fille.]

[Kensi ouvre la porte avec précipitation.]

Kensi : J'ai trouvé du sang. [Ils la suivent dehors, près de la piscine, elle montre les traces de sang.] Une trace, comme si quelqu'un avait été traîné vers les bois.

Sam : La propriété touche la forêt nationale d'Angeles.

Kensi : Le sang commence ici. [Elle désigne le sang sur le sol, lève la tête t s’arrête.] J'ai trouvé le commandant.

[Rehme apparaît, sale; il tient une tong ensanglantée]

Rehme : C'est ma fille. [Il a l'air désemparé, hors d'haleine. G. lance un regard inquiet à Sam.]

 

[À l'intérieur de la maison. Rehme est assis dans sa salle de séjour avec G. et Kensi, Sam écoute et regarde les étagères]

Rehme : Je l'ai bouleversée, hier soir. Je la cherchais.

Callen : Dans les bois ?

Rehme : Elle va y courir le matin.

Callen : On ne court pas en tong. [Rehme soupire.] Les flics ?

Rehme : Dans le bois, il n'y a pas de réseau. Je voulais la trouver vite.

Kensi : C'était quoi, votre dispute ?

Rehme : Elle était avec un garçon. C'était stupide. Je l'ai fait partir.

Kensi : Nom ?

Rehme : Daniel quelque chose. Daniel Proffer.

[Kensi prend son téléphone. Sam regarde une photo dans un cadre ;]

Sam : Sa maman est morte ?

Rehme : Il y a quatre ans. Comment vous savez ?

Sam : Les divorcés n'ont pas des photos de leur ex partout dans la maison.

Rehme : Je voulais juste lui dire que j'étais désolé.

Sam : Vous lui direz quand on la retrouvera.

Deeks : Le service des forêts rassemble ses gardes. Ils vont chercher.

Kensi : Daniel, le copain, était chez lui. J'ai envoyé des agents pour confirmer.

[Rehme lit un message qui vient d’arriver sur son téléphone portable et se lève.]

Sam : Quoi ?

Rehme : Ce serait d'Amanda, mais ce n'est pas son adresse mail. Il y a un lien vers une vidéo. Depuis mon mail.

[Il tape sur son ordinateur, les agents regardent pardessus son épaule. Ils voient Amanda bâillonnée dans la boîte en bois.]

Callen : (à Deeks) Vois si Éric peut tracer le lien.

Deeks : D'accord.

[Le couvercle est cloué sur Amanda.]

 

[Sam se souvient : il est en uniforme, son visage est contusionné et il est frappé encore une fois. Un autre marine se fait tirer dessus. Il est entouré d’hommes à capuche parlant en serbe. Sam, s'est évanoui et il est jeté dans une tombe avec des portes métalliques à côté de l’autre marine. Les portes sont fermées. Sam tousse.]

[Sam regarde tristement l'écran dans la maison de Rehme : de la terre est jetée sur la boîte …]

 

 

[Maison de Rehme. Elle est pleine de monde.]

Callen : (à Sam) FBI, agent Rand.

Rand : Le père est à côté ? Il ne doit pas voir ça. [Elle parle d’un film.]

Callen : Le commandant est dehors avec nos agents.

Rand : Allez-y. [Elle le remet à un agent du FBI assis devant un ordinateur] [Trois vidéos apparaissent : trois filles se trouvant dans des boîtes en bois avec un ruban adhésif sur leur bouche.] Trois jeunes filles ont été enlevées, tuées, et enterrées dans des boîtes. Deux des corps ont été retrouvés. Mais un est toujours manquant.

Sam : Je me souviens.

Callen : Vous le teniez.

Rand : En effet. Il y a deux ans. Lucas Maragos. [son dossier apparait sur l’ordinateur.]

Il purge trois peines de perpétuité au pénitencier de Victorville. Maragos envoyait les vidéos aux parents des filles. Il voulait torturer les familles.

Callen : Faites voir notre vidéo ? C'est l'exacte réplique de celles-ci.

Sam : Regardez les mains du tueur. Gants de chirurgien bleus.

Rand : C'est un imitateur.

Sam : Les vidéos ont été montrées ?

Rand : On s'en est servi pendant le procès, donc elles étaient disponibles.

Callen : Et si Maragos avait un partenaire ?

Rand : On n'en a pas trouvé la preuve. Mais je vais relire les dossiers et voir si des noms ressortent.

[De la terre est jetée, la boîte enterrée… Sam a un autre souvenir.

 

Il craque une allumette.

Sam : Dickerson ! Tiens cette allumette. [Il la met dans la main de son pote.] La lâche pas. On n'en a plus que trois. Je vais pousser le couvercle, pour essayer d'ouvrir.

[Il pousse, le métal fait du bruit. Sam s’essouffle et s’arrête.]

 

[Sam revient au moment présent.]

Rand : Le FBI reprend l'affaire. Merci, les gars. [Sam baisse la tête.]

 

[Sam et Callen sont dehors. Rehme les rattrape.]

Rehme : Je peux vous parler ?

Callen : Bien sûr.

Rehme : Je ne connais pas ces types. Je suis un pur Navy. J'ai confiance dans le NCIS. Vous pouvez rester ?

Callen : C'est plus de notre ressort.

[Rehme regarde G. droit dans les yeux.]

Rehme : J'ai perdu ma femme. Je ne veux pas perdre ma fille. S'il vous plaît.

[Callen est embarrassé.]

Callen : comprends, mais...

Sam : On va voir ce qu'on peut faire.

[Callen est stupéfié, il regarde fixement son partenaire qui sert la main de Rehme. Sam part, Callen regarde Rehme retournant à sa maison et suit Sam.]

Callen : Qu'est-ce qui t'a pris ? [Sam le regarde mais ne répond pas.] Sam, parle-moi. Pourquoi tu lui as dit ça ?

Sam : Parce qu'on va le faire. [Callen est surpris ; Sam est décidé.]

 

[Bureau d’Hetty. Elle taille un bonsaï. Sam fait son apparition.]

Sam : Je veux rester sur l'enlèvement.

Hetty : Ce n'est pas dans nos attributions, M. Hanna.

Sam : Je pense que si. [Hetty taille encore.] C'est un imitateur. Le commandant Jason Rehme est le gardien de toutes les informations secrètes de la Navy. [Hetty est attentive.] Pendant que le FBI court après le tueur, on fait peut-être chanter le commandant pour avoir accès à ces informations.

Hetty : C'est une théorie intéressante.

Sam : Je prends des congés.

Hetty : C'est bien dramatique. [sam. quitte le bureau.] Ne me rejetez pas. Je ne vous rejetterais jamais. Trouvez-la.

 

[En haut. Sam se précipite dans la pièce, Callen suit… La carte de la forêt d'Angeles est mise sur l'écran.]

Éric : La forêt nationale d'Angeles couvre 2 630 km². Si Amanda y est enterrée, on a aucune chance de la retrouver.

Kensi : Satellite infra-rouge ?

Éric : Si elle est enterrée, sa chaleur corporelle est tombée. Ça ne marchera pas.

Callen : C'est quoi ? (Il montre une maison sur la carte.]

Éric : Un centre équestre. Voici les chemins pour chevaux. Il y a un camp de vacances, ouvert seulement l'été.

Callen : Remontre-nous la vidéo.

Éric : Voici les trois vidéos du FBI et celle d'Amanda.

Deeks : Le même mode opératoire. Même angle de prise de vue, même taille de boîte.

Sam : Mêmes gants bleus.

Deeks : Celui qui a enlevé ces trois filles a aussi enlevé Amanda.

Nell : En vérifiant les caméras de surveillance les plus proches, on a trouvé une Chevy Malibu noire de 2009, qui allait peut-être vers le parc à 4 h 30. On ne voit pas le conducteur. [On voit l’arrière de la voiture sur la vidéo.]

Sam : Pas de plaques. Il avait quelque chose à cacher.

Kensi : L'aile arrière gauche est emboutie.

Callen : Voiture neuve, il a dû le déclarer à l'assurance.

Éric : Deux résultats dans la zone de Los Angeles. Pour l'une, la photo ne correspond pas.

L'autre ressemble à notre voiture. Elle est louée à Galea Shipping, une compagnie grecque qui opère sur le port de Los Angeles. Cette voiture est assignée au président de la société. [Il s’arrête net.]

Sam : Quoi ?

Éric : Le président de la société est André Maragos. Le frère de Lucas Maragos. [Il met les photos des deux frères côte à côte à l’écran.]

Kensi : Condamné pour les trois premiers meurtres.

Callen : (à Deeks) Va au pénitencier de Victorville...

Deeks : Parler à Lucas Maragos, et voir ce que je peux en tirer, ça marche. [Il sort.]

Éric :Selon les dossiers du FBI, toutes les boîtes étaient enterrées à la même profondeur, et avaient la même dimension. [Il met une représentation des boites à l’écran.] Si je calcule l'oxygène restant... Amanda a encore neuf heures à vivre.

[Sam sort son téléphone, il enclenche un compte à rebours de 9 heures.]

Sam : (à Éric) Prépare un compte à rebours, de neuf heures. Mets-le sur les grands écrans avec sa photo. Que tous les gens du bureau le voient. [La photo d'Amanda est sur l'écran, le compte à rebours a commencé.]

 

[L’Aston Martin entre par une porte et s’arrête. Callen, Sam et Kensi en sortent].

Callen : (à Éric au téléphone) Les caméras de sécurité ?

Éric : Rien, c'est un circuit fermé, et la société de sécurité ne fait pas d'enregistrements.

Callen : Merci.

[Un homme approche.] 

Homme : Vous désirez ?

Callen : Agents fédéraux...

Sam : (discrètement) Kensi, reste derrière, cherche la Malibu.

[Il rattrape G., Kensi s'appuie contre la voiture.]

Sam : Jolie maison.

[Ils entrent dans la maison.]

Homme : Par ici, je vous prie.

[M. et Mme Maragos et 2 adolescents prennent leur petit-déjeuner. M. Maragos se lève et fait face à Sam et G.]

André : Vous êtes agents fédéraux ? [Les agents montrent leur badge.]

Callen : M. Maragos, possédez-vous une Malibu noire ?

André : De quoi s'agit-il ?

Sam : Votre société Galea Shipping loue une Chevy Malibu qui aurait été vue près d'une scène de crime.

André : Ma société loue près de 50 voitures.

[Le téléphone de Sam sonne, répond.]

Sam : J'écoute.

Kensi : J'ai trouvé la Malibu.

[Sam regarde ironiquement Maragos.]

 

[Kensi regarde la barrière. Elle se lève, les agents et la famille entière la rejoignent.]

André : Comment êtes-vous entrée ici ? Le garage était fermé et sous alarme.

Kensi : (avec une petite voix) Je suis désolée. Je cherchais les toilettes des dames. Toute petite vessie. (avec sa vois normale, à Sam) Éric a comparé l'impact. C'est la voiture.

Sam : Vous avez menti à un agent fédéral, M. Maragos. [André regarde sa femme.]

André : Jennifer utilise cette voiture ?

Mme Maragos : Notre assistante s'en sert.

André ; Je suis désolé, je n'y connais rien en voitures. Je n'ai jamais vu celle-ci. Je me gare dans l'allée.

Mme Maragos : Jennifer amène les enfants à l'école. Mon mari part avant qu'ils se lèvent.

[Callen ramasse un cadre.]

Sam : Où était Jennifer cette nuit ?

André : En plein trek en Alaska.

Callen : M. Maragos, c'est vous et votre frère ? [Il montre une photo avec plusieurs adolescents. Sam la saisit.]

Sam : Vous étiez en camp ensemble ?

André : C'est... un malade mental, mais je n'ai plus de relation avec lui.

Sam : Je répète... Vous étiez en camp ensemble ? [André acquiesce.] Où est ce camp ?

André : La forêt nationale d'Angeles.

Sam : Pile là où une jeune fille a été enlevée ce matin.

 

 

[Prison de Victorville. Lucas Maragos est conduit dans une salle d’interrogatoires où Deeks l’attend.]

Deeks : Ces bijoux sont vraiment nécessaires ? [Les poignets et les chevilles sont dans des fers reliés à une chaîne entourant la taille de Lucas.]

Lucas : Problèmes de confiance. [Il parle des deux gardiens qui l’accompagnent.]

Gardien : Vous avez dix minutes.

Deeks : Quand un gars enterre trois filles, ça peut se comprendre, non ?

Lucas : Ils n'en ont trouvé que deux.

Deeks : Je ne suis pas là pour discuter de ces détails.

Lucas : Le bon Dieu est dans les détails, ma liberté aussi. Une autre fille a été enlevée. Ce détail signifie que je ne vais peut-être pas finir ici. La méthode était la même ?

Deeks : Exactement la même. Vous avez un partenaire dehors ?

Luca : Vérifiez mes communications.

Deeks : C'est fait. Vos seuls appels sont pour votre frère André. Alors c'est ça ? Vous et votre frère aimez tuer ensemble ? Enterrer les filles puis attendre en vous marrant pendant qu'elles meurent ?

Lucas : Je n'ai pas tué ces filles. Y a-t-il des preuves qui incriminent mon frère ? Il aurait pu commettre ces meurtres.

Deeks : Si on oublie votre ADN qui couvre les corps de ces filles.

Lucas : C'est mon frère. L'ADN est forcément proche. Personne n'a vérifié son ADN.

Deeks : Vous alliez ensemble au camp de la forêt d'Angeles. Ça vous dit rien ? On pense que la dernière fille y est enterrée.

Lucas : Je vous aide à la trouver, vous rouvrez mon dossier.

Deeks : Si vous n'y êtes pour rien, promis.

Lucas : Quand on était mômes, dans ce camp, il y avait des chats sauvages partout. André passait des heures à les attraper et à les étrangler.

Deeks : Les étés magiques d'un jeune sociopathe.

Lucas : Je sais où il les a enterrés.

Deeks : Montrez-moi.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires. André est assis en face de G.]

André : Si mon frère est impliqué là-dedans, je ferai tout pour vous aider.

Callen : Une fille de 14 ans est enterrée et son air s'épuise. Ça vous rappelle quelque chose ?

André : Bien sûr. Mais mon frère est en prison.

Callen : Où étiez-vous la nuit dernière ? [Sam regarde la scène sur un écran. L’horloge indique 7h28min.]

André : Chez moi avec ma femme.

Callen : Vraiment ? [Sam prend son téléphone.] Qu'avez-vous fait ?

André : J'ai dîné, fait du sport, pris une douche.

Sam : (au téléphone à Kensi) André dit qu'il était avec sa femme la nuit dernière.

Kensi : Je vois ce que je peux faire.

 

 

[Maison des Maragos. Mme Maragos est assise à l'extérieur, buvant une tasse de thé; les scientifiques travaillent à l'intérieur. Kensi la rejoint.]

Kensi : Je voulais m'excuser pour tout ça.

Mme Maragos : Merci.

Kensi : Les garçons vont bien ? [La femme fait un signe de la tête.]  Si je peux me permettre, votre mari était-il ici hier soir ? Pourrait-il être lié à la disparition d'Amanda Rehme ?

Mme Maragos : Absolument pas. Il a beaucoup de défauts, mais il ne pourrait pas faire ça à une gamine.

Kensi : Je suis d'accord. Je ne crois pas qu'il l'ait fait. Mais il n'était pas ici la nuit dernière, et je suis sûre que vous aimeriez savoir où il était. Votre mari était-il ici la nuit dernière ?

[Mme Maragos reste silencieuse et Kensi prend son téléphone.]

Mme Maragos : Attendez, je n'ai pas répondu.

Kensi : Bien sûr que si.

Sam (téléphone) : Envoie.

Kensi : Elle l'a pas dit, mais André n'est pas rentré cette nuit.

Sam : Merci.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires.]

Callen : Qu'avez-vous mangé ?

André : Je ne m'en souviens pas.

[Sam entre.]

Sam : Votre femme vous a balancé, vous n'étiez pas chez vous.

André : Je suis désolé, je me suis trompé. Vous avez raison. J'ai passé la nuit au bureau. Et maintenant la formule magique : Je veux un avocat.

Callen : Vous étiez seul ?

André : Fin de la conversation.

 

[G. et Sam sont de retour au NCIS ; Éric descend l’escalier.]

Éric : André était au bureau. J'ai pisté son portable, il n'a pas bougé.

[Le téléphone de Callen sonne, il répond.]

Sam : J'y crois pas. Son téléphone était dans un tiroir. Je veux des témoins ou des images.

Callen : Son avocat est allé voir un juge. Il essaie de le faire libérer. On peut pas le garder éternellement.

Sam : André risque de fuir. Il a de l'argent. Il peut aller dans un pays sans traité d'extradition. (à Éric) Surveillez tout... Téléphones, cartes de crédit, tout.

[Sam court en haut, Éric se gratte la tête et le suit. Callen ne bouge pas. Il se retourne : Hetty le regarde fixement. Il se rapproche, ennuyé.]

Callen : Pourquoi nous ?

Hetty : Le FBI accepte notre aide.

Callen : (regardant vers l’étage) Je respecte la vie privée de Sam, mais je dois comprendre.

[Elle incline la tête d'un air approbateur, ouvre une armoire, choisit un dossier, lui remet une feuille. Callen la lit, il est peiné, il regarde Hetty qui incline la tête.]

Callen : Il n'a rien dit.

Hetty : Dans notre métier, nous avons tous nos cauchemars. Soutenez votre équipier.

 

[Callen rejoint ses collègues à l’étage.]

Sam : André était au bureau, mais regarde. [Sur une vidéo une voiture blanche quitte les lieux.]

Éric : Son téléphone est resté au bureau. Une voiture de la boîte.

Callen : Mais pas la Malibu noire.

Deeks : (via le téléphone à Éric) Passe-moi Sam.

Éric : Bonne nouvelle, le téléphone satellite passe dans les bois. Deeks pour toi.

Sam : Envoie.

 

[Quelque part dans les bois. Les rangers et des scientifiques sont au travail avec Deeks ; certains creusent avec des pelles]

Deeks : Viens ici maintenant.

 

[OPS center. Sam raccroche à la hâte.]

Sam : On y va. [Callen le suit …]

 

[Dans les bois. Un squelette de chat haret est exhumé. Deeks observe Callen et l'arrivée de Sam, Lucas regarde le chat.]

Sam : (en colère, à Lucas) D'autres endroits ?

Lucas : Demandez à mon frère... C'est à lui.

Sam : Ça a l'air de vous plaire. (à Deeks) Donne-moi les clés. [Il libère Lucas de ses entraves et l’attrape.] Viens avec moi.

[Ni Deeks ni G ne parlent ni ne bougent mais ils ont l’air inquiet.]

Lucas : Où vous m'emmenez ? Où on va ?

[Sam le regarde et lui parle doucement.]

Sam : Soit vous me donnez un autre endroit, soit je dis que vous avez attrapé mon arme, et que j'ai dû me défendre.

Lucas : En y pensant, il y a d'autres endroits où André enterrait les animaux.

Sam : Montrez-moi.

 

[Les pelles creusent. Sam, G., Deeks et Lucas observent…]

Callen : C'est une caisse. [Il indique un trou.]

Sam : On se bouge ! On se bouge !

Callen : Caisse. [Lui et Sam saisissent 2 pelles et creusent.]

Deeks : (à Lucas) À genoux !

Sam : Allez !

Deeks : Restez là.

Sam : Amanda !

Callen Continuez de creuser. [De la poussière vole tout autour.]

[Ils ouvrent la boîte et trouvent un squelette.]

Deeks : On dirait qu'on a trouvé votre numéro trois, Lucas.

[Sam est le plus déçu.]

 

[Camp dans les bois. André et Lucas vont être mis face à face : André est avec Kensi, Lucas avec Sam. Le FBI est là aussi.]

Deeks : Les retrouvailles risquent de ne pas être chaleureuses.

Callen : Tournons ça à notre avantage.

André : Tu sais que tu détruis ma vie.

Lucas : Pareil pour moi.

Rand : J'ai parlé avec le procureur fédéral. Si Amanda est retrouvée morte, enterrée et asphyxiée, cela constituera des circonstances spéciales.

André : Je fais quoi, là ?

Callen : Des circonstances spéciales signifient la peine de mort.

André : Vous perdez du temps avec moi.

Lucas : Je connais ton côté sombre, André, je sais de quoi tu es capable. Mais là, tu ne peux pas me faire porter le chapeau, j'étais en prison.

Rand : (à André) J'ai un mandat pour prendre un échantillon de votre ADN et le comparer à celui trouvé sur les trois premiers corps. (à un agent) Allez-y.

[Sam regarde autour de lui et voit Rehme, très affecté. Sam s’approche d’André.]

Sam : Vous ne voulez toujours pas parler ?

André : Il vous a conduit à sa dernière victime, et vous me suspectez ? Il devait avoir un partenaire.

Callen : Vous n'étiez pas à votre travail hier. Où étiez-vous ?

Rand : Ouvrez la bouche. [Un agent prélève un échantillon.]

 

[Sam rejoint le père d’Amanda.]

Rehme : Lequel des deux l'a fait ?

Sam : On ne sait pas. Peut-être aucun des deux.

Rehme : Combien de temps ma fille a-t-elle ? Ne me dites pas que vous ne savez pas.

Sam : On a calculé qu'il lui reste six heures d'oxygène. On ne renonce pas. [Ca le réconforte un peu.]

Deeks : (essayant de ne parler qu’à Sam) L'avocat d'André vient d'arriver avec un ordre de remise en liberté.

Sam : Reste avec le commandant. (à Rehme) Un moment.

Avocat : Mme Rebecca Turman a témoigné être la maîtresse de M. Maragos. Il était avec elle hier soir. À la lumière de ce témoignage, le juge a accordé la remise en liberté. [Il remet une feuille à Rand, qui incline la tête. Il saisit le bras d'André] Allons-y.

Rand : Pourquoi avoir laissé votre téléphone et changé de voiture ?

Avocat : Ne répondez pas.

Callen : Car sa femme le traque avec son GPS. Pareil avec son portable.

Sam : (à Rand) Vous allez le laisser partir ?

Rand : On n'a pas le choix.

[Sam prend le document, le chiffonne, le jette sur le sol et s’en va.]

Callen : Où tu vas ?

Sam : Trouver Amanda. [Callen le suit sans enthousiasme.]

 

[Plus tard, G. lit une carte.]

Callen : On continue ?

Sam : C'est trop loin d'une route pour continuer. [Callen se rapproche de lui.]

Callen : Que s'est-il passé en Bosnie ?

Sam : (fixant G.) Tu as parlé à Hetty, donc tu sais.

[Callen secoue la tête et s’éloigne. Sam ne bouge pas.]

Sam : Mon équipe devait localiser et capturer des criminels de guerre serbes. Un autre SEAL, Brian Dickerson, était avec moi. [Callen est tout près et attentif.] On nous conduisait à une fosse commune de musulmans assassinés. Mais c'était un piège tendu par les para-militaires serbes. On m'a battu. [Il parle et l’on voit ses souvenirs. Il est battu, on tire sur son camarade. Des hommes parlent serbe.] On a tiré sur Brian. Ils ne voulaient pas nous tuer avant de nous avoir interrogés. Dans les bois, il n'y avait nulle part où nous cacher, donc ils nous ont enterrés... dans une tombe improvisée... à côté des autres corps. [Ils sont mis dans une tombe. Plus tard, la tombe est éclairée par une allumette] Brian se vidait de son sang. Je n'ai rien pu faire. [Il déchire un peu de tissu ; la tombe est très petite, il est difficile de se déplacer; il presse le chiffon sur la blessure de Brian.

Sam : Essaie de faire pression dessus.

Brian : Tu fais quoi ?

Sam : J'essaye d'avoir de l'air. [Il glisse un tube à travers la terre et essaye de respirer avec.] Ça marche... Ça marche un peu. Tiens, respire.

Brian : Ma seule façon de t'aider... c'est de mourir vite.

Sam : Essaie de respirer.

Brian : Je te sauve... tu en sauves un autre. C'est comme ça que ça marche.

Sam : Allez, respire.

Brian : Tu ferais la même chose pour moi.

[retour au présent]

Sam : Je ne sais pas combien de temps a passé. [Callen est très ému.] J'ai allumé la 3e allumette.

[Dans la tombe sombre, il allume la dernière allumette, éclaire les yeux vides de son copain... Il les ferme]

[Dans le bois, il ressent le même chagrin qu’à l’époque.]

Callen : Merci d'avoir parlé.

[Ils se regardent l'un l'autre, Callen essayant de consoler son partenaire.]

 

Éric (radio) : Les gars.

Callen : Oui.

Éric : J'ai trouvé un plan de vol quittant Burbank. André Maragos essaye de quitter le pays.

[Les deux agents courent à leur voiture.]

 

 

[Aéroport de Burbank. Un jet se déplace, Sam et Callen arrivent.]

Sam : Dis-leur de les arrêter.

Éric : La tour de contrôle n'arrête pas de dire au pilote qu'il n'a pas l'autorisation.

Callen : Il va y aller quand même.

[Sam commence à courir, il veut bloquer l’appareil.]

Contrôleur : 7650 Sierra Hotel, répondez. Vous n'avez pas l'autorisation d'emprunter la piste huit.

[Sam court et a sorti son arme ;]

Callen : Il ne va pas s'arrêter.

[Sam vise le pilote et tire, le jet s’arrête.]

Sam : Arrêtez ! Arrêtez ! [Les moteurs s’arrêtent. Les portes s’ouvrent.]

Sam : Descendez de l'avion tout de suite ! [André, les mains e l’air, son fils et sa femme descendant. Les agents les tiennent toujours en joue.]

André : J'avais le droit de quitter le pays.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires. André est assis, Sam est débout penché vers lui.]

Sam : Pourquoi avoir offert un million au pilote pour aller au Venezuela après le refus de la tour ?

André : Mon avocat m'a dit que j'avais droit de quitter le pays. Je voulais juste partir du pays jusqu'à ce que tout soit fini. Mon frère Lucas a détruit ma famille. Je voulais juste m'éloigner.

[Sam regarde sa montre, attrape André par le cou et lui parle doucement à l’oreille.]

André : Je ne vous crois pas.

Callen : (radio) Sam, on a quelque chose.

 

[Sam quitte la salle d’interrogatoires. Dans la pièce d’à côté les agents suivent la scène sur un écran, le compte à rebours dit 3h59. Sam rejoint Kensi, Deeks et G.]

Callen : Le FBI a vérifié. Tout l'ADN trouvé sur les corps correspond sans hésitation à Lucas. Aucune correspondance avec André.

Deeks : On a la preuve qu’André était avec sa maitresse hier soir, car ils ont fait... une petite vidéo.

[Sur la vidéo une femme sourit et commence à se déshabiller.] 

André : Montre-moi un peu ça.

Femme : T'auras que ça.

Sam : Ça peut dater d'avant.

Kensi : Regarde. [Il y a une télé dans la chambre, New channel, Obama parle, Deeks fait un zoom.]

Deeks : Il y a la date et l'heure du journal télévisé d'hier soir. Il y a passé toute la nuit. Crois-moi, t'as pas envie de voir la suite.

Callen : (à Sam) André était notre seule piste. Et c'était une piste logique.

Sam : Donc on n'a pas de suspect, et aucune idée de l'endroit où est Amanda. (en colère) On n'a rien !

 

 

[3h25, Sam regarde la vidéo d’Amanda]

Sam :Regarde ça. [On voit un doigt devant la caméra.] Quand il a pris l'appareil. Il a enlevé un gant, il a changé de mode opératoire.

Callen : C'est logique. Le gant aurait été déchiré en creusant.

Sam : D'après toi, qu'a-t-il fait de ses gants après ?

Callen : Il a pu les brûler, les déchiqueter. C'est plein d'ADN. [Deeks et Kensi les entendent et se rapprochent.]

Sam : Et en faisant vite, sans faire attention, il oublie un gant dans la terre de la boîte.

Deeks : Affaire terminée. On l'attrape dès qu'on trouve ce gant.

Kensi : Mais il n'existe pas. [Éric et Nell arrivent.]

Sam : On n'en est pas sûr. Peut-être que le tueur non plus. Il fait vite, il a peur. Il jette tout, jusqu'à ce qu'il réalise qu'il a laissé un gant.

Deeks : Mais c'est pas le cas.

Callen : On peut lui faire croire que si.

Sam : Exactement.

Callen : Joli.

Kensi : Seulement s'il a détruit la vidéo.

Deeks : Lucas l'a fait.

Sam : (à Éric) J'aimerais que tu ajoutes un bout de gant chirurgical bleu, ici. [Il montre le haut de la boîte.] Comme si c'était dans le trou et recouvert par la terre.

Éric : C'est possible.

Callen : On le montre à André et Lucas.

Sam : Je suis sûr qu'ils sont dans le coup. On leur montre qu'il y a un gant oublié. Je ne sais pas s'ils ont un complice.

Nell : Celui qui l'a fait aura peur et y retournera.

Callen : Et on attend à côté du parc.

Deeks : C'est risqué.

Callen : On a besoin de la vidéo vite.

Éric : Je m'en occupe. [Il part avec Nell.]

 

[Nell met un gant bleu sur la table, une photo est prise avec un appareil et Éric la télécharge pour l’inclure dans la vidéo.]

 

[Deeks met le DVD dans son ordinateur pour montrer la vidéo à Lucas.]

Deeks : Vous voyez cette tache ici ? C'est un gant oublié dans la terre, et il est plein d'ADN.

[Lucas regarde la vidéo.]

 

[Même vidéo dans la maison des Maragos.]

André : C'est vraiment nécessaire ? [Mme Maragos à l’air écœuré. Le garçon rentre juste à ce moment là.]

Sam : Le coupable a oublié un gant dans la terre. C'est plein d'ADN.

Garçon. Que se passe-t-il ?

Mme Maragos :Allez dans l'autre pièce.

Sam : Elle est peut-être morte, mais on finira par la retrouver. Et alors, on saura qui est le coupable. Désolé du dérangement. I[Les agents partent. Les Maragos se regardent, inquiets.]

 

[compte à rebours : 30 min. NCIS]

Éric : Kensi a mis un traceur sous le pare-choc de la Malibu noire. Elle part de chez André. Il semble qu'il se dirige vers la partie ouest du parc.

 

[Sam démarre sa voiture.]

Callen : C'est à nous.

 

[NCIS]

Éric : La voiture a pris une route qui n'est pas sur la carte. Qui connaît le parc ?

Nell : Les gardes. Les randonneurs, campeurs. À quoi tu penses, Éric ?

Éric : Tu peux trouver des photos du camp Wild Forest ? Photos récentes ? [Nell acquiesce.]

[Sur l’écran le point rouge figurant la voiture ne bouge plus.]

Éric : La voiture s'est arrêtée.

 

[Voiture de Sam]

Callen :Loin, Éric ?

Éric (radio) : Vous êtes proches. Il est à 800 mètres.

 

[NCIS]

Éric :J'ai mis en place un satellite pour la couverture images. Il arrive en position... maintenant. Je vois quelqu'un. Il se dirige vers l'ouest.

Nell : Tu peux rien avoir de plus précis ?

Éric : Le satellite bouge encore.

 

[Forêt d’Angeles. Sam s’arrête à proximité de la Malibu.]

Callen : On est à sa voiture. Tu as quoi ?

Sam : Éric, il est sur les lieux ?

Callen : On doit attendre qu'il soit au bon endroit.

 

[NCIS]

Éric :Je crois qu'il s'arrête. Je sais pas.

 

 

[Forêt d’Angeles.]

Sam : Éric, doit-on y aller ? [Sur son écran Éric voit la lumière se déplacer.]

Callen : Allez, Éric. On n'a plus le temps.

 

[NCIS]

Éric :Il s'est arrêté, à 100 mètres de vous. Allez-y !

 

[Sam et Callen courent ; Éric et Nell les regardent sur l'écran. Ils réduisent l'écart. Ils voient 2 formes. Ils les poursuivent. Au NCIS, ils voient 4 taches rouges]

Éric : Ils sont deux. Ils bougeaient ensemble.

 

[Dans les bois, les agents courent derrière les 2 types.]

[Au NCIS, Éric regarde les films d'adolescents dans le camp, datés 2006, 2007.]

Nell : On cherche quoi ?

Éric : Ça. [Il désigne une fille, Amanda.]

Nell : Bien sûr. Amanda a été au camp. C'était près de sa maison.

 

[Dans les bois. Les agents réduisent l'écart. Tous les deux attrapent leur homme.]

[Callen voit un garçon, le fils d'André ...]

Garçon : Quoi ?

[Sam a son frère.]

Sam : Où est-elle ?

 

[OPS center. Éric et Nell observent les frères Maragos sur une photo.]

Éric : Les garçons sont allés au camp, comme leur père et oncle. Ils la connaissaient.

Nell : C'était prémédité.

 

[Dans les bois.]

Sam : (secouant le garçon) Où est-elle ?

Garçon : Je vais vous montrer.

Sam : Debout !

 

 

 

[Sam et Callen creusent à la hâte avec des pelles. Les deux garçons sont allongés et menottés.] Sam : Amanda!

 

[flash-back : les pelles creusent. Il n'y a plus de terre sur la boîte. On ouvre les portes; des mains essuient la poussière au-dessus des portes métalliques]

 

[Callen et Sam ouvrent la boîte. Amanda est inconsciente. Sam la saisit]

 

[flash-back : les Marines sortent leurs partenaires de la tombe]

 

[Sam porte Amanda.]

 

[flash-back : Sam est allongé sur le dos]

 

[Sam pose Amanda sur le sol]

 

[flash-back : un fusilier marin se penche vers le visage de Sam.]

 

[Sam entend « Je te sauve... tu en sauves un autre. C'est comme ça que ça marche. » et il voit son copain mort près de lui.]

 

[Sam fait du bouche à bouche à Amanda. Callen les observe]

Sam : Tu es en sécurité.

 

[Il fait sombre dans le camp. La police, le FBI, l'équipe de secours, chacun s’active.] [Kensi et Deeks prennent en charge un garçon.]

Rand : Bon travail. [Elle donne une tape sur l’épaule de Callen.]

 

[Amanda est assise sur les marches à l'arrière de l'ambulance, avec Sam. Un auxiliaire médical finit juste de lui donner quelques soins.]

Sam : Merci. Voilà quelque chose... que je veux que tu gardes. [Il lui donne la plaque d'identité militaire de son copain Brian] Ça porte chance. [Elle respire avec un masque à oxygène. Il met une main sur son épaule] Voilà ton père. [Il lui indique]

Amanda : Papa. [Ils se prennent dans les bras et pleurent.]

Rehme : Tout va bien ?

Amanda : Ça va. Je t'aime. [Sam les laisse ensemble, il sourit.]

 

[NCIS. Callen rejoint Sam qui est en train de se gratter.]

Callen : Tous les signes étaient là. Beaucoup d'animaux morts dans le voisinage, problèmes de violence sur leurs dossiers scolaires.

Sam : Ils parlent ?

Callen : Ils disent avoir voulu ressentir ce que ça faisait de tuer. Apparemment, Lucas les a beaucoup vus avant d'aller en prison. Il leur a dit que quand on enterrait une victime vivante, ce sentiment durait.

Sam : J'espère ne rien connaître de pire. Tu sais ce qui m'effraie ?

Callen : À part les clowns ?

Sam : Perdre mon équipier. [Ils se regardent fixement]

Callen : J'aimerais t'embrasser, mais... Je t'ai vu t'asseoir sur du sumac vénéneux dans le parc.

Sam : J'ai été entraîné à la survie dans la jungle. Je sais à quoi le sumac ressemble.

[Callen secoue la tête, en désaccord total avec lui.]

Sam : C'est sur mon cul, non ?

Hetty : Tout à fait, M. Hanna. Et il n'y a rien de mieux qu'une bonne couche de lotion apaisante.

[Elle montre le bocal avec plaisir.] Baissez votre pantalon. Je ne regarde pas. [Elle se retourne et enfile un gant.] J'ai dû faire ça pour Ollie North au Nicaragua. Deux fois. Cet homme était vraiment un con. [Elle se retourne, le bureau est vide.

Hetty : Messieurs !

 (Camera shutter clicking) [A girl is sitting in a hot tub, looking at a camera. A boy is filming and questioning her]

DANIEL: So, Amanda. Tell us a little bit about yourself.

AMANDA: Um, I'm 14. I like to run. And...I love Beyoncé

DANIEL: you have a boyfriend?

AMANDA: I don't know. [He looks directly at her]

DANIEL: What do you mean? Come on. (Chuckles)

AMANDA:  (Chuckles) Do I?

DANIEL: Yeah. Definitely. If you want.

REHME: Amanda. [Amanda and Daniel are surprised, almost scared. The man is in uniform and looks angry]

AMANDA: Daddy?

DANIEL: Hi, Commander Rehme.

REHME: You're videotaping my daughter in a hot tub?

DANIEL: It's not like that.

REHME: Get out of here. Now.

DANIEL: Yes, sir. [He jumps out and runs]

REHME: You should go to bed. [She gets up and wraps herself up in a towel. He stares at her]

[Later, she’s in bed] (Soft tap) [little bits of gravel are hitting the window of her room]  (Intermittent tapping) [She wakes up, smiles, looks at her phone]

[She walks near the swimming pool, her phone in her hand.]

AMANDA: Daniel? [She smiles] Daniel. Daniel, are you there?

[She spots a cigar and a beer on a table. Her smile fades]

AMANDA: Daddy?

[A plastic bag is thrown around her face; the screen becomes black]

 

(Muffled gasping) [Amanda has some tape on her mouth. She lights her with her phone, tears out the tape]

AMANDA: Help me! Help! (Sobbing)

[She lights the ceiling: it’s very close, she’s in a wooden box]

AMANDA: Help me! (Pounding on wall)

[She looks at her phone: “call failed-no service”]

AMANDA: Oh, no! No, no, no... no, no. (Pounding on wall) Help me! (Sobbing)… (Screaming)

 

   ♫ ♫ NCIS: La 2x05 - Little Angels ♫ ♫

♫ ♫ Original air date on October 12, 2010 ♫ ♫

 

[Sam and Callen are entering the OPS center]

CALLEN: I mean, that really exists? I thought that was some urban legend. I didn't think people actually had that.

SAM: I do.

CALLEN: You're really afraid of clowns.

SAM: Yeah.

CALLEN: What kind of clowns are we talking about? [Kensi is already near her desk, Deeks is pouring some coffee into a cup]

KENSI: Clowns like Deeks? Or clowns like, uh...

SAM:  no, real clowns. Orange hair. Fat-toed shoes. [He sits down. Nell puts her gear in her locker, Kensi is sitting, Deeks comes closer]

CALLEN: So, we bust in on some terrorists, they pop on a red nose, and you're gonna freeze up on me?

SAM: I reveal a vulnerable part of myself, and you mock me?

CALLEN: Hell, yeah.

KENSI: Well, I have chaetophobia. [Nell stops]

NELL: Fear of hair?

KENSI: Impressive. Gold star for the new girl.

SAM: Way to go, Nell. [She goes]

DEEKS: I didn't see that in your "Romancing the One" profile.

KENSI: How did you know that I...

DEEKS: I do now.

SAM: Go, Deeks.

KENSI: Well, you'll never find it. It's an alias. [Deeks starts typing on his laptop]

DEEKS: Starting off the relationship with a lie? How's that ever going to lead to true love?

SAM: Are you afraid of all hair? [he strokes his bald head]

KENSI: Back hair. Shaggy back hair. On men specifically. It's...I shouldn't have brought it up.

CALLEN: You really shouldn't have.

SAM: You got me out of the clown thing.

DEEKS: Oh! Charlene St. James? Is that your, uh, porn star cover?

KENSI: How did you find that? No, no, no, Deeks. Don't do this.

DEEKS: Dislikes Dentures, hoarders, prison records. Setting the bar pretty high there, huh? [Callen comes close, he reads the page]

KENSI: Deeks.

DEEKS: Likes Martial arts, techno music, and first dates at the zoo.

CALLEN: Don't most animals have hair on their backs?

SAM: That's how she faces her fears.

[Kensi is piqued]

 (whistle) [Eric is above, with Hetty]

HETTY: Ladies and gentlemen, make haste.

DEEKS: Let's move it, Charlene. [They hurry upstairs]

 

[The photo of Amanda’s father is on the large screen]

ERIC: Commander Jason Rehme designs and maintains the cryptographic logons used by the department of naval personnel with the highest security clearance.

DEEKS: He's a computer tech.

NELL: No, no. I know this guy. Read all his stuff. Commander Jason Rehme literally holds the keys to the Navy's classified kingdom in his head. To call Jason Rehme a computer tech is to call...

HETTY: Lady Gaga just a singer. [They look surprised]

DEEKS: Still lovin' the gaga, huh? [Hetty gives him a nasty look, he bends his head; Kensi smiles…]

HETTY: Commander Jason Rehme is missing. He had a department meeting at 06:00. He never showed.

ERIC: He hasn't answered any calls, texts or e-mails.

NELL: He'd be a prime target for both domestic and international terrorists.

SAM: So as of 0600, we are compromised.

CALLEN: He's been missing for an hour and a half. Send me his last known whereabouts. Let's move.

[they walk hastily to the exit]

HETTY: Detective Deeks? [He stops, looks at her]

HETTY: I will always love the Gaga. [He smiles approvingly]

 

[Rehmes’ house. Two NCIS cars park, G. drove the Aston Martin…](Birds singing) [Nobody, nothing suspect]

 [Callen presses the doorbell button] (Doorbell chimes) [He tries the door]  (Doorknob jiggling)

CALLEN: Door's locked. [They take their guns, Callen a tool to force the door]

SAM: Kensi, Deeks. [He points at the back of the house]

KENSI: Let's go.

[Callen opens the door, Sam rushes inside]

SAM: NCIS! …No one here.

[Callen is in the kitchen, he feels the coffee pot]

CALLEN: Still warm. Someone made coffee.

SAM: Coffee could have been on a timer. Bed was slept in.

[Deeks joins them]

DEEKS: No sign of a mom living in the house. He's got a daughter, though. Amanda, 14. [He shows a photo of the girl]

[Kensi opens the door, urgently]

KENSI: Guys, I found blood. [They follow her outside, near the swimming pool; she shows them blood trails]

KENSI: No drops. Smearing, like somebody was dragged towards the woods.

SAM: Property backs up to Angeles national forest.

KENSI: Blood starts here. [She points at blood on the ground, raises her head and freezes]

KENSI: I found the commander.

[Rehme appears, dirty; he raises a bloody flip-flop]

REHME: It's my daughter's. [he looks distraught, out of breath. G. gives a worrying look at Sam]

 

[Inside the house. Rehme is sitting in his living-room with G. and Kensi, Sam listens and looks on the shelves]

REHME: I upset her last night. I went looking for her.

CALLEN: In the woods?

REHME: She goes running on the trails in the morning.

CALLEN: You don't run in flip-flops.

REHME:  (Sighs)

CALLEN: Why didn't you call the cops?

REHME: Once you get in the woods, there's no cell service. I wanted to find her quickly.

KENSI: What was your fight about?

REHME:  (Sighs) She had a boy over. It was stupid. I made him leave.

KENSI: The boy's name?

REHME: Daniel something. Daniel Proffer.

[Kensi gets up and takes her phone] (Speed-dials) [Sam looks at a photo in a frame]

SAM: Her mom died?

REHME: Four years ago. How did you know that?

SAM: Divorcees don't normally have pictures of their ex all over the house.

REHME: I just wanted to tell her I was sorry.

SAM: You can tell her when we find her.

DEEKS: The, uh, forest service is calling in all the rangers, they'll start a search.

 (Phone buzzing) [on the table]

KENSI: Daniel, the boyfriend, was home in bed. I got agents heading over to confirm.

[Rehme reads his message, gets up]

SAM: What is it?

REHME: It says it's from Amanda, but it's not her email address. It's a web link to a video. It's linked to my email. [he types on his computer, the agents watch over his shoulders. They see Amanda with the tape on her mouth, lying in a wooden box]

REHME: Oh, God.

CALLEN [to Deeks]: See if Eric can get a trace on this.

DEEKS: Done.

[The lid is nailed over Amanda]

REHME: Oh, no. No.

 

[Sam has a flashback. He he’s in uniform, his face is bruised and is hit once more]

SAM:  (Grunting) [A second marine is shot; hooded men are surrounding them] (Shot fires) (Man speaking Serbian)

[Sam, fainted, is thrown into a grave through metal doors, side by side with the shot man. Doors are closed]

SAM:  (Coughing)  (Chains rattling) [The doors are locked]

 

[Sam looks sadly at the screen in Rehme’s house: earth is shoveled on the box…]

 

-----------------------ZAPPING-------------------------------

 

[Rehme ‘s house is busy]

CALLEN: FBI Agent Rand, Sam Hanna.

SAM: Hey.

RAND: Is the father secure?  He shouldn't see this. [She has a video tape in her hand]

CALLEN: Commander Rehme's outside with our agents.

RAND: Play it. [She hands it to a FBI agent sitting in front a computer] (Typing, beeping)

[Three video appear: three girls lying in wooden boxes with tape on their mouth, a hand check if they are alive]

RAND: Three other girls have been kidnapped and left to die in boxes buried underground. Two of the girls' bodies were found, but one was never recovered.

SAM: I remember this.

CALLEN: You got this guy.

RAND: Yeah, we did. Two years ago. Lucas Maragos. [The file of the guy appear on the screen] He's serving three consecutive life sentences at the U.S. penitentiary at Victorville. Maragos would send the video to the parents of the girls. He got off on torturing their families.

CALLEN: Can you bring our video up here? The video we got is a dead ringer for these.

SAM: Look at the killer's hands. Same blue surgical gloves.

RAND: Then we have a copycat.

SAM: Were these tapes released publicly?

RAND: They were used as evidence during the trial, so there was access.

CALLEN: What if Maragos has a partner?

RAND: There was no evidence of a partner. But I'll go back through the files and see if any names pop up in connection with him.

[Earth is shoveled, the box is buried…Sam has another flashback]

 

[He lights a match](Gasping, coughs)

SAM: Dickerson! I need you to hold this match. [He puts it in his buddy’s hand]

DICKERSON : (Grunting): okay.

SAM: Don't let it go out. We only got three left. I'm going to push the top. Try to bend it open. [He pushes]

SAM:  (Straining with exertion) (Metal creaking) (Grunting forcefully) [He stops].

 

[Sam is back]

RAND: The FBI will take it from here. Thanks, guys. [Sam bends his head]

 

[Sam and Callen are going outside.]

CALLEN:  (Sighs)

[Rehme is running to catch them up]

REHME: Can I talk to you?

CALLEN: Of course.

REHME: I don't know these guys. I'm Navy, born and bred. I trust NCIS. Is there a way you can stay on this?

CALLEN: It's no longer our jurisdiction.

[Rehme looks G. straight in the eye]

REHME:  (Sighs) I lost my wife. I can't lose my child. Please.

[Callen looks nervous]

CALLEN: I understand. But there's nothing...

SAM: We'll see what we can do. [Callen is astonished, he stares at his partner who shakes hand with Rehme. Sam steps forwards, Callen looks at Rehme going back to his house, and follows Sam]

CALLEN: You want to tell me what that was all about?

[Sam glances at him but doesn’t answer]

CALLEN: Sam, talk to me. Why did you tell him that?

SAM: Because that's what I'm going to do. [Callen is surprised, Sam is stubborn]

 

[Hetty’s office. She’s pruning a bonsai. Sam comes hastily]

SAM: I want to stay on the abduction case.

HETTY: It doesn't fall within our purview, Mr. Hanna.

SAM: I think it does. [Hetty prunes again] The guy's a copycat. Commander Jason Rehme is the gatekeeper for all of the Navy's

classified information. [Hetty listens carefully] While the FBI is running around looking for a killer, the commander could be being blackmailed into providing access to top secret information.

HETTY: That's an interesting theory.

SAM: I'm taking a leave of absence.

HETTY: That's very dramatic. [Sam leaves the office] Sam, please don't turn your back on me. I would never do that to you. Find her. [Sam nods].

 

[Upstairs. Sam rushes into the room, Callen follows…A map of the Angeles forest is put on the screen]

ERIC: The Angeles national forest is close to 650,000 acres. If Amanda is buried somewhere in there, finding her is going to be next to impossible.

KENSI: What about infrared off a satellite?

ERIC: If she's buried, her body temperature is dropping. It's not going to work.

CALLEN: What's this? [He points at a house on the map]

ERIC: Equestrian Center. There are horse trails here. Uh, there's a kids' camp here, only open in the summer.

CALLEN: Can you bring up the kidnapper's video again?

ERIC: Yeah. These are three FBI videos and Amanda's.

DEEKS: The M.O. Is really consistent. The same camera angle, same size boxes.

SAM: Same blue surgical gloves.

DEEKS: I swear whoever did this to the first three girls is the same person who's got Amanda.

NELL: Searching the nearest surveillance cams, we got a black '09 Chevy Malibu possibly headed from the park at 4:30 A.M. Can't see the driver. [We see the back of the car on a video]

SAM: No plates. Somebody's hiding something.

KENSI: It's got a Fender bender on the rear driver's side.

CALLEN: '09 is new. You'd make an insurance claim.

ERIC: [typing] I got two matches in the L.A. area. One, the insurance photos don't match. The other looks like our car. All right, it's leased to Galea shipping. They're a Greek company that operates out of the port of L.A. Oh, this one is assigned to

the President of the company. [He stops dead] Whoa.

SAM: What is it?

ERIC: The President of the company is Andre Maragos. He's the brother of Lucas Maragos. [Both photos are side by side on the screen]

KENSI: The guy convicted of the first three murders.

CALLEN: Deeks, can you get out to U.S. penitentiary at Victorville and...

DEEKS: Talk to Lucas Maragos, see if I can make some sense of this? Done. [He goes out]

ERIC: Now, according to FBI files, all the boxes were buried at the same depth, and the dimensions of the boxes were exactly the same. [he puts on the screen a 3-dimensional pic of a box] Calculating the remaining oxygen...Amanda's got about nine hours to live.

[Sam takes his phone out of his pocket] (Setting timer)[He starts a 9 hours countdown]

SAM: I want a countdown on screen...nine hours. I want it on the big monitors with her picture. I want everybody in the office to see it.

 (Timer beeping) [Amanda’s photo is on the screen, the countdown has begun.]

 

[The Aston Martin enters a gate and stops. Callen, Sam and Kensi get out of it].

 (Speed-dials)

CALLEN: Eric, you get anything off the security camera?

ERIC: No go, it's a closed circuit, and the alarm company indicates no recorders.

CALLEN: Thanks.

[A man appears]

MAN: May I help you?

CALLEN: Federal agents to see Mr. Maragos.

SAM [in an aside, to Kensi] : Kensi, hang back, then see if you can find the Malibu.

[He catches G. up, Kensi leans against the car]

SAM: Nice place.

[They enter the house]

MAN: This way, please. [Mr. and MRS Maragos and 2 teens  have their breakfast. Mr. Maragos gets up and faces Sam and G.]

ANDRE: You men are federal agents? [They show their ID]

CALLEN: Mr. Maragos, do you drive a black Malibu?

ANDRE: No. What is this about?

SAM: Your company Galea shipping leases a Chevy Malibu that may have been photographed near the scene of a crime.

ANDRE: My company leases probably close to 50 cars.

 (Phone rings) [Sam answers]

SAM: Go.

KENSI: Found the Malibu.

 (Phone beeps off) [Sam looks ironically at Maragos]

 

[Kensi is looking at the fence. She stands up, the agents and the whole family join her]

ANDRE: How did you get in here? The garage was locked with an alarm.

KENSI: [little voice] Oh, my bad, I'm so sorry. I was looking for the ladies' room. Teeny, tiny, little bladder. [normal voice, to Sam] Eric matched the dent. It's the car.

SAM: You lied to a federal Agent, Mr. Maragos. [Andre looks at his wife]

ANDRE: Is this the car Jennifer uses?

Mrs. MARAGOS: Our personal assistant drives this car.

ANDRE: I'm sorry, I wouldn't know a Malibu from a Taurus. I don't think I've ever even seen this car. I park mine in the driveway.

Mrs. MARAGOS: Jennifer drives the boys to school in the morning. My husband leaves the house before they're even up.

[Callen takes a frame down the wall]

SAM: Where was Jennifer last night?

ANDRE: Alaska, backpacking.

CALLEN: Mr. Maragos, is this you and your brother? [He shows a pic with several teens. Sam grabs it]

ANDRE: Yes. Oh, God.

SAM: You were in camp together?

ANDRE: He's, he's mentally ill, but I have no connection to him whatsoever.

SAM: One more time... were you in camp together?

ANDRE: Yes.

SAM: Where is this camp located?

ANDRE: The Angeles national forest.

SAM: Exactly where a young girl was kidnapped this morning. [Andre looks downcast under Sam’s eyes]

 

-----------------------------------ZAPPING-------------------------------

 

[Victorville penitentiary. Lucas Maragos is brought to a questioning room where Deeks is waiting] (Security door buzzing)

DEEKS: Is all that jewelry really necessary? [wrists and ankles are cuffed and tied to a chain surrounding Lucas’ waist]

LUCAS: (Laughs) They have trust issues. [he speaks about the 2 guards accompanying him]

GUARD: You've got ten minutes, huh?

DEEKS: Guy buries three girls in the ground, I guess it's understandable, right?

LUCAS: Well, they only found two girls.

DEEKS: Yeah, I'm actually not here to debate the details of your case.

LUCAS: God is in the details and so is my freedom. Another girl was kidnapped. That's a detail which means I may not have to spend the rest my life in here. Was the M.O. The same?

DEEKS: Exactly the same. You got a partner on the outside?

LUCAS: Oh, no, no, no, no, no. Check my call records, my e-mail.

DEEKS: I did. The only phone calls you make are to your brother Andre.

LUCAS:  (Sighs)

DEEKS: So is that it? You and your brother like killing together? Yeah? Bury the girls and then sit there giggling with each other while they suffocate to death?

LUCAS: I didn't kill those girls.

DEEKS: Of course not.

LUCAS: No. [He tries to bang on the table](Cuffs and shackles jangling) Is there any evidence at all that points to my brother? He could have committed all these murders.

DEEKS: That's interesting, except for the fact that your DNA is all over the dead girls' bodies.

LUCAS: We're related. The DNA's got to be close. Nobody checked my brother's DNA.

DEEKS: You and your brother went to camp together in the Angeles national forest. Remember that? We think the latest girl could be buried there.

LUCAS: I help you find her, you reopen my case.

DEEKS: You have nothing to do with it, sure.

LUCAS: When we were kids at that camp, there were feral cats that were all over the place. Andre... well, Andre used to spend hours catching them and strangling them.

DEEKS: Ah, the golden summers of a sociopathic youth.

LUCAS: I know where he buried them.

DEEKS: Okay. Show me.

 

[Boathouse. Questioning room. Andre is sitting opposite to G.]

ANDRE: If my brother has something to do with this, I will help you in every way I can.

CALLEN: A 14-year-old girl is buried alive in a box and running out of air. Does that sound familiar?

ANDRE: Of course, but my brother's in prison.

CALLEN: So where were you last night? [Sam is watching the scene on a monitor. Timer says 7h28mn]

ANDRE: At home with my wife.

CALLEN: Really? [Sam takes his phone](Dialing)

CALLEN:  What were you doing?

ANDRE: I ate, exercised, took a shower...

SAM: Kensi?

KENSI: (Over phone): yeah.

SAM: Andre says he was home with the wife last night.

KENSI: I'll see what I can do.

 

[Maragos’house. Mrs. Maragos is sitting outside, drinking a cup of tea ;  scientists are working inside. Kensi joins her]

KENSI: Hey. Just wanted to say sorry for all of this.

Mrs. MARAGOS: Thank you.

KENSI: The boys are okay? [Mrs. Maragos nods]

KENSI: If you don't mind me asking, was your husband home last night?

Mrs. MARAGOS: Yes.

KENSI: Do you think he could possibly have anything to do with Amanda Rehme’s disappearance?

Mrs. MARAGOS: Absolutely not. He might be a lot of things, but Andre couldn't do something like that to a young girl.

KENSI: I agree. I don't think he did it, but I don't think he was home last night either...And I bet you'd like to know where he was. Was your husband home last night?

Mrs. MARAGOS:…

[Kensi gets up and dials]

Mrs. MARAGOS: Wait, I didn't give you my answer.

 (Speed-dials)

KENSI: Yeah, you did.

 (Phone rings)

SAM: Go.

KENSI: She didn't say it, but Andre didn't come home last night.

SAM: Got it.

 

[questioning room]

CALLEN:  What'd you eat?

ANDRE: I mean, I can't remember.

[Sam enters]

SAM: Your wife just gave you up, told us you weren't home last night.

 (Andre chuckles)

ANDRE: I'm sorry, my mistake. You're right, I was at work all night. And now for those magic words: I want a lawyer.

CALLEN: Was anyone else with you?

ANDRE: Conversation over.

 

[G. and Sam are coming back in the OPS center, Eric is coming down the stairs]

ERIC: Guys, Andre was at work. I tracked his cell phone; It was there all night.

 (Phone rings) [Callen answers]

SAM: I don't buy it.

CALLEN: Yeah.

SAM: [To Eric] So his phone was in a drawer. I want witnesses or camera confirmation.

CALLEN: Okay. Andre's lawyer is going before a judge. He's trying to get an order of release. [To Sam] We can't hold this guy forever.

SAM: Andre is a flight risk. He's got money. He may go to a country with no reciprocity, and we'd never get him back. [To Eric] Let's go, I want everything monitored...phones, credit cards, everything.

[Sam runs upstairs, Eric scratches his head before following. Callen stands motionless. He turns round: Hetty stares at him. He comes closer, annoyed]

CALLEN: Why are we on this case?

HETTY: The FBI is welcoming our assistance.

CALLEN: Hetty. [He looks upstairs] I respect Sam's privacy, I do, but I need to know what's going on.

[She nods approvingly, opens a cupboard, picks a file, hands a sheet; Callen reads it, looks concerned, looks at Hetty who nods]

CALLEN: He never said anything.

HETTY: In our line of work, we're all haunted by nightmares. Stay close to your partner.

 

[Callen joins the others upstairs]

SAM: Andre was at work, but then look. [On the screen, a white car runs out of the plant]

ERIC: His phone and car stayed at work. He took a company car.

CALLEN: But not the black Malibu.

Deeks (Over radio): Eric, I need Sam.

ERIC: Sat Coms work in the woods. That's good news. Got Deeks for you. [Sam picks up the phone]

SAM: Go.

 

[Somewhere in the woods. Rangers and scientists are at work with Deeks; some are digging with shovels]

DEEKS: Sam, you need to get out here now.

 

[OPS center. Sam hangs up hastily]

SAM: Let's go. [Callen follows him…]

 

[In the woods. A feral cat skeleton is exhumed. Deeks watches Callen and Sam coming, Lucas looks at the cat]

SAM: [angrily, to Lucas] Any other sites?

LUCAS: You should ask my brother... these are his.

SAM: You seem to be enjoying the attention. [waving to Deeks] Give me the keys. [He frees Lucas, grabs him] Take a walk with me.

LUCAS:  (Grunting)

[Neither G. nor Deeks moves or speaks, they just look worried]

[Lucas tries to resist]

LUCAS: Hey, man! Where are you taking me? Where are we going?

[Sam faces him, speaks softly]

SAM: You either tell me where there's another site, or I tell everyone how you went for my gun, and I was forced to defend myself.

LUCAS: …Yeah. Yeah, come to think of it, there were a few other sites Andre used to bury the animals.

SAM: Show me.

 

[Shovels are digging. Sam, G., Deeks and Lucas are watching…]

 (Hollow thump)

CALLEN: That's a box. [He points at the hole]

SAM: Move, move, move!

CALLEN: Box. [He and Sam grab 2 shovels and dig hastily]

DEEKS: [To Lucas]Get on your knees!

SAM: Come on!

DEEKS: Stay back.

SAM: Amanda!

CALLEN: Keep shoveling. [dust flies all around]

SAM: Amanda!

[They open the top of the box: they find a skeleton]

DEEKS: I guess we found your number three, right, Lucas?

[Sam is more “disappointed” than everyone…]

 

---------------------------ZAPPING------------------------

 

[Camp in the woods. Andre and Lucas are going to be brought face to face: Andre is with Kensi, Lucas with Sam. The FBI is there too]

DEEKS: Something tells me for there’s not gonna be year. A lot of brotherly love.

CALLEN: Then let's use it to our advantage.

ANDRE: You're destroying my life, you know that?

LUCAS: I could say the same thing.

RAND: I've just spoken with the federal prosecutor. If Amanda Rehme is found dead, buried underground and suffocated to death, it's gonna constitute special circumstances.

ANDRE: Why have I been brought here?

CALLEN: Special circumstances translates to the death penalty.

ANDRE: You're wasting your time with me.

LUCAS: I know your dark side, Andre, I know what you're capable of. But this time you can't pin it on me, because I was in prison.

RAND: [To Andre] I've just gotten a court order to get a DNA sample from you and compare it to the DNA found on the bodies of

the first three girls. [To an agent] : Swab him.

[Sam looks around ; he sees Mr. Rehme, looking worried. He comes closer to Andre]

ANDRE: You sure you got nothing to say now?

LUCAS: He walks you up to his last victim, [he points at Lucas] and you're looking at me? He obviously has a partner.

CALLEN: You weren't at work last night. Where were you?

ANDRE:… [Sam goes away]

RAND: Open your mouth. [An agent takes a swab of his mouth]

[Sam joins Amanda’s father]

REHME: Which one of them did it?

SAM: We don't know. Could be neither of them.

REHME: How long does my daughter have to live? And don't tell me you don't know.

SAM: We estimate she has about six hours of oxygen left.

REHME: Oh, God.

SAM: We're not giving up. [That comforts him a little bit...]

DEEKS: Sam. [He tries to speak only to Sam] Andre's lawyer just showed up. He's got an order for release.

SAM: Stay with the commander. [To Mr. Rheme] One moment.

 

LAWYER: Ms. Rebecca Turman has testified that she is Mr. Maragos's mistress. Mr. Maragos was with her last night. In light of her testimony, the judge has granted an order of release. [He hands a sheet to Rand, who nods, then shakes her head. He grabs Andre’s arm] Let's go.

RAND: Why did you leave your cell phone at work and then switch cars?

LAWYER: Don't answer.

CALLEN: 'Cause his wife tracks him on his GPS. Same with the cell phone.

SAM: [To Rand]You just gonna let him go?

RAND: We don't have a choice.

[Sam takes the release form, crumples it, throws it on the ground, and steps hastily away]

CALLEN: Where are you going?

SAM: To find Amanda. [Callen follows him without any enthusiasm]

 

[Later, G. reads a map (obviously again)]

CALLEN: Keep going?

SAM: It's too far from any road to go any further. [Callen comes closer to him]

CALLEN: What happened in Bosnia?

SAM: [He faces his partner]You spoke to Hetty? Then you know.

CALLEN: Okay. [He nods and turns on his left. Sam doesn’t move]

SAM:……My seal team was war criminals. Another seal, Brian Dickerson, was with me. [Callen is very close, listening carefully] We were taken to a mass grave filled with murdered Muslims. Turned out to be a trap set by the Serbian paramilitary. I was beaten.

[He speaks, and we see his memories. He is beaten, his partner is shot, (Gunshot) men speak Serbian]

SAM: Brian was shot. They didn't want to kill us until they interrogated us. [Brian laid on the ground, Sam is unconscious. They are dragged to the metal doors]

SAM: Out in the woods, there wasn't anywhere to hide us, so they buried us...In a shallow grave...Along with the other bodies. [ men speak Serbian, they put both bodies in the grave. Later, the light of a match appears in the dark grave]

SAM: Brian was bleeding out. There was nothing I could do.

[Tho he tears a bit of cloth apart ; the grave is very small, it’s difficult to move ; he presses the rag on Brian’s wound]

SAM: Try to keep pressure on it, okay?

BRIAN: (Groaning, coughing) What are you doing?

SAM: Trying to get some air. [He pulls a pipe up through the earth, tries to breath with it]

SAM: (Coughs) (Coughing) It's work... it's working a little. Try to take a breath.

BRIAN: he best thing I can do for you is... is die fast.

SAM: Try to take a breath.

BRIAN: I save you... (Grunts in pain) You save someone else. That's how it's supposed to work.

SAM: I said, take a breath.

BRIAN: Sam...You would do the same for me.

[Back to the present]

SAM: I don't know how much time passed. [Sam breaks off, Callen is affected] I lit the last match.

[In the dark grave, he lights the last match, lights the empty eyes of his buddy... He closes them]

[Yet in the wood, he feels the same grief he felt there]

CALLEN: Glad you told me.

[They tare at each other, Callen tries to comfort his partner]

ERIC: (Over radio) guys.

CALLEN: Go.

ERIC: I just found a flight plan out of Burbank. Andre Maragos is trying to leave the country.

[Both agents run back to their car]

 

[Burbank runways] (Jet engines roaring) [A jet moves, Sam and Callen are coming]

SAM: Tell them to stop. [He shows his badge, hand up]

ERIC: Air traffic control has repeatedly told the pilot not to move toward the runway.

CALLEN: He's just gonna go for it.

[Sam starts running, he wants to “block” the plane]

CONTROL: Flight controller: 7650 Sierra hotel, acknowledge. You are not cleared to taxi. You are not cleared to runway eight.

SAM: Stop! [He runs, he has taken his gun in his hand]

CALLEN: He's not gonna stop!

[Sam aims at the pilot, then at the tires] (Four gunshots) [The jet stops]

SAM: Shut it down! Shut it down!  (Engines shutting down)

[The door/gangway opens]

SAM: Everybody out of the plane now! [Andre, hands up, gets down; his boys and his wife follow him. The agents still points at them]

 

[Boathouse. Questioning room. Andre is sitting, Sam stands up, leans towards him]

ANDRE: I was free to leave the country.

SAM: Why'd you offer the pilot a million dollars to get you to Venezuela after the tower told you to stop?

ANDRE: My lawyer told me that I was free to leave. I just wanted to get out of the country until this was over. Having a brother like Lucas has destroyed my family. I just wanted to get away.

[Sam looks at his watch, grabs Andre’s neck, speaks softly in his ear]

ANDRE: I'm not buying it.

CALLEN: [over radio] Sam, we've got something.

 

[Sam gets out of the questioning room. In the other room, the agents were following the scene over the screen; the countdown says: 3h59. Sam joins Kensi, Deeks and G.]

CALLEN: The FBI double-checked. All DNA on the dead girls was a rock-solid match to Lucas. There's no DNA match to Andre.

DEEKS: We also got proof that Andre

was with his mistress last night, because they made... (Typing) A little memento.

[On a video: A woman is smiling and takes lasciviously her shirt off]

ANDRE: Show me what you got. Mm-hmm! [He ‘s filming]

WOMAN: That's all you get.

SAM: Could've made this last year.

KENSI: No. Look.

WOMAN: Where's my wine? [There a TV on in the room; News channel; Obama is speaking. Deeks zooms]

DEEKS: There's a date and time stamp from the news report from last night. He was there all night. Trust me, you do not want

to watch this whole tape.

CALLEN: [To Sam] Andre was all we had. It made sense to keep looking at him.

SAM: So we got no suspects, no idea where Amanda is. [angrily] No nothing!

 

------------------ZAPPING-------------------------

 

[3h25 ; Sam is watching the video of Amanda]

SAM: Hey, take a look at this. [We see a finger in front of the camera] When he picked up the camera, he pulled off the glove, changed the M.O.

CALLEN: That makes sense. Glove would've been shredded from all the digging.

SAM: Okay, G., hear me out on this. What does this guy do with his gloves afterwards?

CALLEN: Well, first thing, you would, uh, burn them, shred them; It's full of DNA. [Deeks and Kensi hear them and come close]

SAM: What if he's going fast, got careless, left a glove behind, like in a box or in the dirt in the hole.

DEEKS: Case is closed. I mean, we catch him the second we find that glove.

KENSI: But there is no glove. [Eric and Nell appear]

SAM: We don't know that. Maybe neither does the killer. He's going fast, he's scared. He tosses everything, only to realize he left a glove behind.

DEEKS: Right, but he... but he didn't.

CALLEN: But we can make him believe that he did.

SAM: Exactly.

CALLEN: Nice.

KENSI: As long as he destroyed the tape afterwards.

DEEKS: Well, Lucas did.

SAM: Eric, I want you to digitally insert just a small piece of blue surgical glove here. [He points at the top of the box] Like it was in the hole and got covered with dirt.

ERIC: Yeah, I can do that.

CALLEN: Then we show it to Andre and Lucas.

SAM: I'm telling you, this is connected to those two. We show them that there's a glove that's been left behind. I don't know if it was them or a partner.

NELL: Whoever did it's gonna get scared and go back and get it.

CALLEN: And we stake out the park.

DEEKS: It's a long shot.

CALLEN: We're gonna need that video fast.

ERIC: I'm on it. [He leaves with Nell]

 

[Nell is putting a blue glove on the table ; a camera takes a pic ; Eric uploads it, sticks it into the video]

 

[Deeks puts a DVD in a laptop before Lucas]

DEEKS: You see that little sucker right there? It's a glove that got left in the dirt, and it is filled with DNA.

[Lucas stares at the video]

 

[Same video, in the Maragos’ kitchen]

ANDRE: Is this really necessary? [Mrs. Maragos looks disgusted. The boys just enter]

SAM: Whoever's behind this left that little glove in the dirt. It's filled with DNA.

BOY:  What's going on?

Mrs. MARAGOS: Go in the other room.

SAM: We may not find Amanda alive, but we will find her eventually. And when we do, we'll know exactly who did this. Sorry to bother you. [The agents go away, the Maragos look at each other, worried]

 

[countdown : 30 mn. OPS center]

ERIC: Guys, Kensi slipped a GPS under the bumper of the black Malibu. It left Andre's house. Looks like it's headed towards the Western part of the park.

 

[Sam’s car starts its engine]

CALLEN: That's us.

[The car moves]

 

[OPS center]

ERIC: The car just headed onto a road that's not even on a map. Who knows the park that well?

NELL: Rangers. Hikers, campers. Hmm...What are you thinking, Eric?

ERIC: Can you find me some photos from camp wild forest? Uh, recent photos? [Nell nods]

[On the screen the red spot stops moving]

ERIC: Guys, that Malibu stopped.

 

[Sam’s car]

CALLEN: How far, Eric?

ERIC: [over radio] You're closing the distance. He's a half a mile away.

 

[OPS center]

ERIC: I spent the last two hours organizing satellite coverage. It's overflying and coming on task... now. I've got a heat signature. He's moving west.

NELL: You can't get it clearer than that?

ERIC: Satellite's still moving into position.

 

[Angeles forest. Sam stops near the Malibu]

CALLEN: We're at his car. What have you got?

[Sam and Callen get out of the car]

SAM: Eric, what are you seeing? Is he at the burial site?

CALLEN: We can't move until he's right on top of it.

 

[OPS center]

ERIC: He might be stopping. I don't know.

 

[Angeles forest. Sam urges]

SAM: Eric, should we move?

 

[OPS center. Eric looks at his screen, it becomes clear ; the red sport is moving]

 ERIC: (Sighs)

 

[Angeles Forest.]

CALLEN: Come on, Eric. We're running out of time.

 

[OPS center]

ERIC: Okay. He stopped moving just a hundred yards west of you. Go!

 

[Sam and Callen run ; Eric and Nell look at them on the screen. They close the gap. They see 2 shapes. They chase them. At the OPS center, they see the 4 red spots]

ERIC: There are two of them. They were moving together.

 

[In the woods, the agents run behind the 2 guys]

[At the OPS Center, Eric look at pics of teens in the camp, dated 2006, 2007]

NELL: What are we looking for?

ERIC: That. [He points at a girl : Amanda]

NELL: Of course. Amanda went to the camp. It was right near her house.

 

[In the woods. The agents are closing the gap. Both tackle their man]

 (Grunting) [Callen sees a boy, Andre’s son...]

BOY: What?

 (Grunts) (Panting) [Sam has his brother in the hands]

SAM: Where is she?

 

[OPS center. Eric and Nell are watching the Maragos brothers on a pic]

ERIC: The boys went to the same camp as their father and Uncle. They knew Amanda.

NELL: They targeted her.

 

[Angeles Forest]

SAM: Where is she?! [He shakes the boy](Grunts)

BOY: I'll show you.

SAM: Get up! (Panting) (Grunting)

 

 

[Sam and Callen are digging hastily with shovels. Both boys are laying, cuffed, on their chest]

  (Grunting)

 (Hollow thumping)

SAM: Amanda! (Hollow thumping)

[Flashback: shovels are digging]

[There’s no more earth on the box] [the doors are unlocked; Hands wipe the dust above the metal doors]

[Callen and Sam open the box] [the doors are opened]

[Amanda is unconscious. Sam grabs her] [Marines carry their partners out of the grave]

[Sam carries Amanda] [Sam lays on his back].

[Sam puts Amanda down on the ground] [A marine leans towards Sam’s face, he breathes in his mouth]

SAM: (Coughing) [He hears in his mind “ (Coughing) I save you...You save someone else. That's how it's supposed to work.”. He sees his dead buddy near him]

[Sam is giving Amanda mouth-to-mouth respiration. Callen watches them anxiously; he checks her pulse]

AMANDA:  (Gasping) (Coughing)

SAM: Okay, okay. You're safe. You're safe. [He hugs her]

AMANDA: (Gasping)

 

 

[It’s almost dark in the camp. Police and FBI, rescue team, every one is still busy] (Siren wailing in distance) [Kensi and Deeks are taking each a cuffed boy]

RAND: Good job. [She pats Callen’s shoulder]

 

[Amanda is sitting on the stairs at the back of the ambulance, with Sam. A paramedic just finishes to give her some care]

SAM: Thanks. Amanda, I have something...That I want you to have. [He gives her the ID tags of her buddy Brian] It's for good luck. [she breathes through an oxygen mask. He puts a hand on her shoulder] There's your father. [He points at him]

REHME: Amanda.

AMANDA: Daddy. Oh, daddy. [They hug. Both cry]

REHME: Are you all right?

AMANDA: I'm okay. I love you. [Sam leaves them alone. He smiles…]

 

[OPS center. Callen joins Sam who is scratching frantically his bottom]

CALLEN: Well, all the signs were there. The string of dead pets in the neighborhood, school records indicating anger issues.

SAM: Boys talk?

CALLEN: Yeah. They said they wanted to know what killing felt like. Apparently, Uncle Lucas paid a lot of visits to them before he went to prison; Told them that if they buried the victims alive, the feeling would last for days.

SAM: [He shakes his head] (Scoffs) Wish that was the worst thing I'd ever known. You know what really scares me?

CALLEN: You mean, besides clowns?

SAM: Losing my partner. [He means it. They stare at each other]

CALLEN: I'd hug it out with you, but, uh, I saw you sitting on some poison oak back in the woods.

SAM:  (Scoffs) Trained in wilderness survival, G. I know what poison oak looks like.

[Callen shakes his head, definitively at odds with him]

SAM: …It's on my butt, isn't it?

HETTY: Yes it is, Mr. Hanna, and there's nothing like a good, thick slathering of calamine. [She shows happily the jar]Remove your pants. I won't look. [She turns her back at them, puts a glove on] I had to do this for Ollie north in Nicaragua. Twice. The man really was an ass. [She turns round, faces an empty chair] Mr. Hanna? Mr. Callen?

[the screen becomes dark]

HETTY: Gentlemen ?!

           ------------------------------THE END-----------------------------------

Kikavu ?

Au total, 114 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

quimper 
25.05.2019 vers 22h

Casey5102 
06.04.2019 vers 20h

schumi 
01.04.2019 vers 19h

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

friends76 
04.03.2019 vers 19h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (01.04.2019 à 19:55)
Encore un sam qui a peur des clowns? C'est du au prénom ou QUOI??? Épisode centre sur les phobies et quelle horrible expérience pour Sam! Comment peut on se remettre de ça?

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier 13 Reasons Why est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | 13 Reasons Why

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne M6

10.15 : L'armée de l'ombre (inédit)
Samedi 29 juin à 21:00
1.27m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.14 : Écran de fumée (inédit)
Samedi 22 juin à 21:55
1.34m / 8.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.13 : Anges-gardiens (inédit)
Samedi 22 juin à 21:05
1.49m / 8.6% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.11 : Sortie de route (inédit)
Samedi 15 juin à 21:05
1.32m / 6.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.09 : Monnaie d'échange (inédit)
Samedi 8 juin à 21:00
1.58m / 8.2% (Part)

Logo de la chaîne CBS

10.24 : False flag (inédit)
Dimanche 19 mai à 22:00
5.28m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
résultats sondage

résultats sondage
Je clos le sondage en cours depuis le début de la saison 10. Il vous demandait :  Nous avons...

Calendrier

Calendrier
Les vacances sont enfin là pour nos acteurs et leurs fans.  Choup37 nous a donné un avant goût de ce...

Audiences 10x15 et 10x16 sur M6 !

Audiences 10x15 et 10x16 sur M6 !
Samedi dernier, M6 diffusait les quinzième et seizième épisodes de la saison 10 inédite de NCIS :...

La saison 10 continue ce soir sur M6 !

La saison 10 continue ce soir sur M6 !
M6 continue la diffusion de la saison 10 inédite de NCIS : Los Angeles ce samedi avec deux épisodes...

anniversaire

anniversaire
Aujourd'hui c'est un jour spécial pour un agent très spécial. Chris O'Donnell qui joue le rôle de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

Supersympa, Avant-hier à 17:09

13ème et dernier duel de l'animation "Angel vs Dollhouse" qui oppose... Angel et Echo !

Supersympa, Avant-hier à 17:10

Rendez-vous sur le quartier Dollhouse.

choup37, Avant-hier à 18:48

Il est toujours temps de se lancer dans la bataille de Kaamelott! Des cards vous attendent en échange d'un coup de main sur le quartier..

choup37, Avant-hier à 18:48

.. notamment pour transférer les fiches acteurs, avis aux fans !

ophjus, Hier à 22:28

Bonsoir, nouveau sondage sur le quartier Sherlock, ouvert à tous !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site