VOTE | 475 fans

#213 : Au champs d'honneur

L’équipe du NCIS tente de trouver qui a bien pu dérober un document du Pentagone classé secret-défense, avant que le code du dossier ne soit décrypté par les mauvaises personnes...

** Captures de l'épisode **

Popularité


4 - 8 votes

Titre VO
Archangel

Titre VF
Au champs d'honneur

Première diffusion
18.01.2011

Première diffusion en France
09.04.2011

Photos promo

L'agent Hanna protège l'homme menacé

L'agent Hanna protège l'homme menacé

Sam joué par LL Cool J surveille les alentours avant de continuer avec Driscoll (

Sam joué par LL Cool J surveille les alentours avant de continuer avec Driscoll (

Sam et Driscoll joué par Drew Rausch

Sam et Driscoll joué par Drew Rausch

l'agent Sam hanna et Matt Driscoll fuient les assaillants

l'agent Sam hanna et Matt Driscoll fuient les assaillants

Sam et Matt en fuite restent discrets

Sam et Matt en fuite restent discrets

Sam Hanna surveille

Sam Hanna surveille

Matt est toujours en fuite avec Sam

Matt est toujours en fuite avec Sam

Plus de détails

Scénariste : R. Scott Gemmill & Shane Brennan

Réalisateur : Tony Wharmby

Guests :

Erik Jensen ............................ Landon Frisbee
Anna Campbell 
............................ Jenny Waincroft
Cliff Marc Simon 
............................ Jans Christian Kemp
Drew Rausch
 ............................ Matt Driscoll
Bre Blair 
............................ Carla Mitzer
Leslie Odom, Jr. 
............................ Duane Lausten
Falk Hentschel 
............................ Bradford Harris Elgin

Dans les rues de Los Angeles, deux hommes marchent précipitamment, tout en semblant chercher quelque chose ou quelqu’un. L’un d’eux heurte un transformiste faisant de la pub pour son cabaret et s’excuse machinalement. Le 2ème sort son téléphone, regarde son écran, et désigne une direction : ils courent vers un bus à double étage qui permet aux touristes de visiter Hollywood. La conductrice  réclame leurs billets, mais ce sont des armes qu’ils sortent, la forçant à fermer la porte du véhicule. Le 1er homme s’engage dans l’allée, exhortant les nombreux passagers au calme. Le 2er leur demande alors  qui parmi eux est  Matt Driscoll. Tout le monde se regarde, apeuré, mais personne ne répond. L’homme se tourne vers la conductrice et lui loge froidement une balle dans la cuisse. C’est un avertissement : si ce Matt Driscoll ne se montre pas, l’homme promet de tuer un par un tous les passagers du bus. Aussitôt son compère  force un jeune homme à se lever. Une voix intervient, « attendez, attendez », et cette voix, c’est celle de Sam. Levant les mains, il dit à l’homme encore à l’avant qu’il est Matt Driscoll. Avec un sourire de carnassier, le type s’approche de Sam, lève son arme. L’agent du NCIS ne bronche pas, même quand il entend le bruit caractéristique du chargeur engagé. La caméra zoome sur l’arme, toujours pointée sur la tête de Sam. Quand elle lance son projectile, le générique démarre.

GENERIQUE

 

Dans le gymnase du QG, Hetty et Callen sont sur le mur d’escalade. La scène a lieu 6 heures avant l’épisode dramatique du bus. Hetty est bien plus haut et plus à l’aise que G. En bas, Sam coache son ami, visiblement amusé de ses déboires. Il lui conseille de se servir de ses jambes plutôt que de ses bras. Callen vexé, réplique qu’il sait comment faire, mais Hetty l’enfonce. Kensi apparaît, à la recherche de sa boss. Surprise de la voir là-haut, elle lui dit que le directeur Vance la réclame au téléphone. G. en profite aussitôt pour clamer que si Hetty quitte le mur, elle perd par forfait. Lui est visiblement bloqué. Hetty le contemple et assure Kensi qu’il suffit de patienter 30 secondes, jusqu’à la chute de Callen ; mais la jeune femme insiste : Vance a dit que c’était urgent, et lui fait transmettre « Archange ». A ce mot, Hetty jure et descend du mur (très facilement). D’en bas, elle dit à Callen de les rejoindre au bureau. Mais celui-ci est toujours scotché au même endroit. Sam lui fait remarquer qu’il a gagné et peut donc descendre, mais G. se plaint qu’il soit encore plus difficile de descendre que de monter. Sam lui conseille de laisser aller, il y a un matelas pour la réception. Mais au son, G. s’écrase par terre, sous les yeux de son partenaire qui a mal pour lui. On entend Callen dire qu’il va avoir besoin de glace...

 

Sam rejoint Kensi qui lit à son bureau, à côté de Deeks, un journal dans les mains, et Nell, portant un dossier. Deeks lui montre Hetty toujours dans son bureau. Nell sait que « Archange » est le mot de code du pentagone pour donner l’alerte lors d’une brèche importante dans la sécurité du pays. Hetty leur donne des précisions : les services du renseignement de la marine ont découvert que quelqu’un a transmis sur internet un dossier contenant des centaines de documents classés « secret-défense » se rapportant à la guerre en Afghanistan. Transmis à qui, personne ne sait, transmis volontairement de l’intérieur, ou « hacker », personne ne sait non plus ; pas encore, du moins. Mais ce qui est sûr, c’est que l’affaire est embarrassante pour leur  gouvernement, bénéfique pour leurs adversaires et dangereuses pour leurs militaires. Eric a toutefois trouvé quelque chose : en travaillant avec le Pentagone, il pense avoir une piste concernant la fuite. Il sait qui a téléchargé le fichier, un certain Ray Crossen, qui vit à Santa Monica. Le problème est que ce Crossen  a un blog très populaire, où, tout en restant anonyme, il se plait à rapporter  les agissements du gouvernement. Il n’a pas encore posté le dossier sur son blog. Eric, sur ordre d’Hetty, va  le fermer immédiatement (comme il pourrait lui fermer son compte téléphonique, l’électricité...-il suffit de demander). Cela laisse rêveur Deeks, qui aimerait profiter des talents d’Eric pour disposer gratuitement du câble, mais devant le regard de sa chef, il comprend qu’il vaut mieux oublier le piratage...Hetty envoie Sam chez Crossen, en lui disant d’y aller avec son partenaire victime de  la gravité (tout le monde ricane...).

 

A Santa Monica, Sam respire avec délice l’air iodé, alors que G. se montre plutôt dégoûté de l’odeur de poisson.  Sam aime la mer, l’utérus de notre mère la terre, celui dont nous sommes tous issus ; l’origine de la vie. Une thèse « New Age » qui fout les jetons à Callen, qui voit bien Sam le frictionner ensuite avec des cristaux...Mais Sam trouve dans le refus de son partenaire de se mettre en phase avec la terre, l’explication de ses troubles du sommeil : il ne respecte pas ses rythmes biologiques. G. s’insurge : il n’a pas le rythme, lui ? Sam va pouvoir tâter de son pas de danse ! L’ex-Seal a le dernier mot : la dernière fois qu’il a donné libre cours à son sens du rythme, les gens l’ont cru victime d’une attaque...La porte de Crossen arrête leur ping-pong verbal. Elle n’est pas verrouillée. Leurs armes à la main, les agents investissent les lieux. Callen découvre le corps de Crossen dans sa baignoire remplie d’eau. Il a sans doute été soumis au supplice de l’eau avant d’être définitivement noyé. L’appartement est désert, mais Sam a trouvé sur l’ordinateur portable de Crossen un dossier encrypté, sans doute celui du Pentagone. Eric, appelé à la rescousse via le  téléphone et une clé USB tente de craquer le code d’accès, mais en vain : il lui faudra au-moins une heure, et peut-être n’y arrivera-t-il jamais. Tout ce qu’il peut dire, c’est que quelqu’un a essayé 32 codes, sans succès, et a copié le dossier sur une clé USB. Sam est choqué que quelqu’un puisse trahir son propre camp, ne comprend pas pourquoi. Callen lui dit que Nate aurait de nombreuses explications, mais son équipier n’en voit aucune de bonne. En tout cas, Crossen n’avait visiblement pas le code d’accès au dossier.  Ceux qui le lui ont fait parvenir  sont donc les suivants...

 

Quand Callen rentre au QG, il est hélé par Hetty qui lui fait signe d’approcher. Elle lui explique que le directeur Vance a rendez-vous avec le secrétaire d’Etat à la marine qui lui-même doit briefer le président. Callen comprend que des têtes vont tomber, mais Hetty s’inquiète plutôt pour l’autre bout de l’anatomie humaine : elle sait que les coups de pieds au cul sont plus violents à mesure que l’on descend de l’échelle ...Callen a peur de comprendre : serait-elle la suivante ? Hetty sourit : cela n’arrivera pas, car il aura résolu l’affaire avant ! Callen la quitte en l’assurant qu’il fera de son mieux pour protéger son cu...ir.

 

Eric qui descend l’escalier lui annonce que l’ordinateur de Crossen n’a rien révélé. Ils rejoignent les autres rassemblés autour de leurs bureaux. Eric s’est  intéressé aux internautes qui se connectent régulièrement sur le blog de Crossen. Celui qui lui a transmis le dossier du pentagone devait sans doute être un fidèle. Or, des accros, Crossen en avait environ 700. C’est là que Nell entre en jeu, pour faire le tri : l’ordinateur qui se connecte régulièrement sur le blog,  qui possède une accréditation auprès du pentagone, et qui a donné le dossier crypté, a pu être cerné : il se trouve au siège de « Shaktorn Defense System », une boite qui travaille pour la Marine. Mais l’entreprise a un système de sécurité propre qui empêche de savoir de quel ordinateur précisément il s’agit, donc qui l’utilise. Celui qui a donné le dossier à Crossen ne lui a pas donné le code d’accès, donc le blog n’en fait pas encore mention. Ce qui doit inquiéter la taupe. Sam a alors l’idée d’envoyer sur tous les ordinateurs de l’entreprise un message de Crossen disant qu’il veut discuter d’un important développement ; le coupable en se rendant au rendez-vous sera donc identifié ! Le plan est adopté. Sam est aussi perplexe sur l’équipe qui a tué Crossen. Comment ont-ils pu savoir que le dossier serait sur son ordinateur ? Mais Callen préfère traiter les questions une par une.

 

Sur Hollywood boulevard, près de la tour de Capitol Records, Sam est assis à la terrasse d’un café, une table derrière Callen qui lit les pages sport d’un journal. Il se plaint d’avoir bu trop de café, G. lui répond qu’il aurait dû passer au déca depuis longtemps. Dans la voiture un peu plus loin, Kensi et Deeks surveillent les environs, armés d’un appareil photo et d’une paire de jumelles. Deeks a faim, il est certain de sentir une bonne odeur de gâteaux. Kensi lui explique que cela vient d’un ancien gâteau écrasé il y a bien longtemps sur son siège. Deeks n’est pas convaincu mais n’a pas le temps de poursuivre ses recherches. Kensi vient de repérer une jeune femme inquiète qui se focalise sur Callen. Effectivement elle lui demande s’il est bien Ray Crossen. Devant sa réponse négative, elle balaie les tables du regard, et tombe sur Sam qui hoche la tête. Très nerveuse, elle veut savoir pourquoi il lui a donné rendez-vous. Mais les choses se précipitent quand Kensi et Deeks repèrent un couple qui manifestement suivait la jeune femme, et qu’un troisième homme arrive par le côté opposé. Ils sont en train d’encercler Sam et la dénommée Jenny. Deeks et Kensi sortent de la voiture, Callen donne l’ordre à Sam de mettre les voiles, et lui-même replie son journal et quitte sa table sans regarder devant lui. Il heurte le troisième homme, se retourne et le prend à partie. Sam a attrapé le bras de Jenny, la forçant à se lever et à le suivre. Le couple démarre sur leurs talons. Sam et la jeune femme traversent presque sous les roues d’un camion qui bloque le couple en freinant en catastrophe. Le temps qu’ils le contournent, Sam s’est engouffré avec Jenny dans la tour de Capitol Records. Le couple fait demi-tour, et revient vers le troisième homme toujours aux prises avec un Callen qui l’empêche de bouger pour mieux lui faire la scène du passant outragé. L’homme regarde le couple qui revient, comprend qu’ils ont perdu leur cible, comprend que Callen n’est pas un promeneur ordinaire.

Il tente de sortir une arme, mais Deeks et Kensi l’ont précédé et tiennent en joue les 3 compères. L’homme demande alors à Callen s’il compte tirer en plein jour sur trois agents du FBI. Il fouille sa poche pour sortir son badge en guise de preuve, mais ne le trouve pas : il est déjà dans la main de Callen-le-pickpocket...Deeks s’écrie alors : « Mon vieux, j’espère que c’est un vrai, ton badge, sinon ma partenaire va  mettre un coup de pied dans les boules du FBI... ». Kensi sourit à l’évocation du sort du malheureux  agent  français qui avait tenté de se faire passer pour un membre de la NSA chez l’antiquaire Suisse  Renner  (2x09).

 

A l’annexe, agents du FBI et agents du NCIS se toisent (chacun voulant garder l’enquête), se moquent, s’insultent. Au point que Callen décide de s’en remettre à Hetty. En entendant ce diminutif, les agents du FBI donnent des signes d’inquiétude, ils ont entendu tellement d’histoires à son sujet. L’un d’eux pourtant n’y voit qu’une légende. Mais le chef de leur équipe va vite déchanter. Hetty, aidée secrètement par Eric et Nell qui ont déjà fouillé la vie de l’agent Frisbee, lui fait comprendre qu’ils ont intérêt à collaborer, d’une part parce qu’elle a une arme personnelle contre lui (la femme du FBI, partenaire de jour...comme de nuit), d’autre part parce qu’elle compte appeler son patron (à lui) pour se plaindre (et elle fait partie de ses intimes)...Frisbee ordonne alors à ses collègues de briefer le NCIS. Le FBI était sur des fuites de peu d’importances provenant de Los Angeles. Leur suspect est un officier de la marine. Lequel a  un collaborateur dont ils ignoraient le nom jusqu’à aujourd’hui : Jenny Waincroft. Frisbee demande ensuite à Callen où se trouve Jenny. Il répond qu’il n’en a aucune idée.

 

Elle est au sommet de la tour de Capitol Records, regardant Los Angeles sans vraiment la voir. Sam essaie de la faire parler. Elle se décide après avoir vu la photo de Crossen noyé dans sa baignoire. Son petit ami est un officier qui compile des rapports d’opérations, et de suites d’opérations, menées d’abord en Irak, et maintenant en Afghanistan. Et qui petit à petit s’est fait miner par son travail. Il avait besoin que quelqu’un l’écoute, c’est pour cela qu’il avait demandé à Jenny de mettre des informations sur la toile. A l’annexe Frisbee explique que le FBI était remonté jusqu’à lui, le maintenait sous surveillance étroite sans l’arrêter. Pour eux, il avait basculé dans la traitrise, mais ils n’avaient aucune idée du contenu exact des dossiers volés. Ils refusent toutefois de donner son nom au NCIS, et veulent en rester là. Juste au moment où Sam appelle G. pour lui donner le nom et l’adresse que Jenny vient de lui confier. Callen laisse donc partir les agents du FBI : chacun promet à l’autre de partager ses informations, mensonge évident de part et d’autre. Pour Jenny, son ami n’était pas un traitre, il n’avait pas renié le serment prononcé en s’engageant, il voulait juste faire connaître certains faits. Sam est sceptique mais veut bien lui laisser le bénéfice du doute, veut bien l’aider, même, s’il se laisse faire. Il convainc Jenny de l’appeler, de lui dire de rentrer chez lui, où il retrouvera le NCIS et sa petite amie. Elle accepte. 

 

Deeks et Kensi sont arrivés à Silver Lake, au domicile de Driscoll. Personne ne répond quand ils frappent à la porte. Deeks en profite pour dire à Kensi qu’il a aimé la manière dont elle a mouché Heather [par un jeu de mot intraduisible, l’agent du FBI l’ayant accusée d’avoir utilisé un oxymore (oxymoron), elle a répliqué que non, mais qu’une crétine (moron), ça, il y en avait une sur l’affaire, et pas seule d’ailleurs]. Il trouve qu’elle aurait même dû la flanquer par terre. Kensi le soupçonne d’avoir eu envie d’assister à un corps à corps féminin, et lui suggère une bataille d’oreiller en sous-vêtements. Pour une fois, Deeks n’avait pas envisagé le comportement des 2 agents féminins sous l’angle sexuel, il est un peu déstabilisé ! Mais Kensi repère un mouvement derrière les rideaux, dans la maison. Elle ne sait pas si c’est Driscoll. Deeks se retourne pour passer par derrière, et tombe nez-à-nez avec un pick-up, au volant duquel se trouve Driscoll, qui descend lentement. Kensi lui montre sa plaque. Deux hommes armés se glissent derrière le pick-up,  profitant de la taille du véhicule pour se dissimuler. Mais Deeks donne l’alerte, et Driscoll a le temps de se protéger des tirs d’un des hommes, l’autre visant les agents du NCIS. Deeks et Kensi, à l’abri derrière l’angle de la maison, mitraillent chacun leur tireur, pendant que Driscoll remonte derrière son volant. Deux autres hommes armés prennent Kensi et Deeks à revers.  Profitant d’un renfoncement de l’angle de la maison, Deeks les force à reculer. Driscoll enclenche la marche arrière et s’enfuit dans un crissement de pneus. Cela laisse ses deux assaillants sans protection : Deeks et Kensi n’hésitent pas, ils les abattent.

 

Sam arrive un peu plus tard sur le lieu de la fusillade, en compagnie de Jenny. Kensi a envoyé au QG les photos des 2 cadavres pour identification. Elle et Deeks font un bref topo de la situation à Sam. Eric rappelle déjà depuis la salle des ordinateurs, où il met le téléphone sur haut-parleur, pour que les agents à Silver Lake puissent entendre Nell et dialoguer avec Callen. Les deux morts sont des mercenaires arrivés en ville 3 semaines plus tôt avec des visas touristiques. En cheville généralement avec un certain Kemp, patron d’une boite de sécurité d’Amsterdam, qui se vante d’avoir des entrées partout dans le gouvernement des Etats-Unis, et un ex-soldat américain du nom d’Elgin. Deeks et Kensi reconnaissent en eux les 2 tireurs qui ont pu s’enfuir. Donc cette équipe ne voulait pas que le dossier du Pentagone se retrouve sur la toile, pour pouvoir le vendre elle-même au marché noir. Il lui manque encore le code : les 2 hommes restants doivent mettre la main sur Driscoll. Et le NCIS doit y parvenir avant eux. Jenny essaie à nouveau de  contacter son ami, mais tombe sur sa messagerie. Eric n’arrive pas à tracer son téléphone. Jenny pense que Driscoll a dû aller se réfugier chez elle. Elle n’a pas le temps de donner son adresse à Sam, les 3 agents du FBI débarquent. Et veulent emmener leur suspecte. Pas de chance pour eux : Sam dit qu’il vient de l’arrêter, qu’il faut donc 48 heures pour débloquer la procédure. Jenny part avec Kensi et Deeks pour l’annexe. Les agents du FBI sont furieux, mais impuissants. Sam se fait communiquer l’adresse de Jenny par Eric. Callen quitte le QG pour le rejoindre là-bas.

 

Sam est arrivé devant l’appartement de Jenny, Callen en a encore pour 20 mn selon Eric. Driscoll est bien là. Il  ouvre à l’agent du NCIS, inquiet pour Jenny, tentant de comprendre ce qui lui est arrivé quand il est rentré chez lui un peu plus tôt. Quand il apprend que les types qui lui ont tiré dessus voulaient le code, il l’écrit aussitôt sur un papier, le tend à Sam pour qu’il le leur fasse passer. Sam est outré. Il veut savoir ce que contient exactement le dossier mis sur le net, mais Driscoll refuse d’en parler. Avec la clé, Sam pourra le lire, lui, il ne veut pas revoir ça. Il ne veut pas continuer à faire ça. C’était Jenny qui en avait eu l’idée, elle pensait que mettre tout ça ensemble pourrait l’aider. Sam fronce les sourcils : est-ce que Driscoll est déjà parti en mission à l’extérieur, est-ce qu’il en a seulement fait une fois la demande ? Matt s’insurge : il le prend pour un trouillard ? A chaque rotation il a été volontaire, à chaque fois on lui a refusé le départ. Trop bon à son poste ! Driscoll est amer, découragé. Il compile les débriefes et les rapports d’opérations,  il transforme des noms en chiffres. Les morts, les blessés, ce qui casse, ce qui est cassé. Le meilleur, celui qui en sait le plus dans son domaine, des noms, des endroits.

En jetant un coup d’œil dehors, il dit à Sam que ses copains sont là. Mais Sam n’en attendait qu’un seul, et comprend aussitôt le danger. Dehors, ce sont bien Kemp et son copain qui passent sous les fenêtres de l’appartement de Jenny.

 

Sam et Driscoll tentent de fuir par derrière. Mais un van se gare au bout de la rue, 3 hommes en descendent, rejoints très vite par les deux mercenaires. Kemp envoie 2 hommes passer par derrière. Sam les attend, les prend par surprise et les met KO. Cela lui permet d’entraîner Driscoll dans la rue adjacente, mais les hommes sont déjà à leur poursuite, l’étau se resserre autour d’eux. Callen est encore à 10 minutes. Derrière son volant, les mots de Frisbee lui reviennent à l’esprit : le FBI se vantait de savoir seconde par seconde où se trouvait Driscoll. Ils avaient sans aucun doute mis un émetteur sur lui, et Kemp avait tout simplement pénétré dans le système. Sans perdre de temps, en se cachant derrière un 4x4, Sam réclame le téléphone de Driscoll, ses clés, sa montre, tout ce qui peut contenir de l’électronique, et écrase le tout par terre. Puis il l’entraîne plus loin. Callen est encore à 5 minutes ; il suggère un taxi, mais dans LA, Sam n’y croit pas ! Kemp est toujours plus proche, Driscoll sent la panique le gagner. C’est alors que Sam repère les bus de la société « Hollywood Safari Tour ». À la suite de Driscoll, il monte dans celui où de nombreux passagers sont déjà installés, après avoir vérifié que ni Kemp ni ses hommes n’ont pu les voir.

 

Pourtant Kemp et Elgin vont monter dans le bus. Sam les aperçoit qui suivent toujours un signal. Il ordonne à Driscoll de vider ses poches : l’émetteur est caché dans la télécommande du portail. Sam le détruit et le jette par terre, mais il est trop tard. On revoit la scène du début, on comprend  comment les hommes ont trouvé le bon bus, mais pourquoi ils ont perdu leur signal à l’intérieur. Elgin ramasse l’émetteur par terre : ils ne peuvent pas identifier Driscoll. Quand Kemp tire sur le chauffeur, Driscoll essaie de se lever, Sam l’en empêche, et se dénonce. Kemp s’approche, charge son arme et tire...sur Driscoll : il pense que c’est un agent du FBI chargé de la protection de Sam/Driscoll, protection dérisoire à ses yeux vue sa valeur. Touché en pleine poitrine, Matt a du sang dans la bouche. Du regard, il encourage Sam à poursuivre son mensonge.

 

Kemp a entraîné le faux Driscoll dehors. Sam lui dit qu’il n’a pas le code du dossier. Mais Kemp n’en a rien à faire : ce qui l’intéresse, ce sont les capacités de Driscoll à pénétrer dans les bases de données du Pentagone... Le reste du commando arrive avec le van, un homme se précipite pour prévenir Kemp que Sam n’est pas Driscoll. Leur attention  est détournée par un crissement de pneus : Callen est enfin sur place. Sam en profite pour attraper le 3ème homme et le mettre devant lui en protection : Kemp et Elgin tirent sur l’agent du NCIS, et atteignent leur copain. Sam riposte, Callen fait feu. Les deux derniers mercenaires se mêlent à la fusillade. Mais finalement, les 4 types sont touchés et s’écroulent. Sam commande une ambulance auprès d’Eric, pour de nombreux blessés dont Driscoll. Il se précipite à l’intérieur du bus. Kensi et Deeks rejoignent la scène, prennent en charge la logistique d’après-combat. Callen a suivi Sam, il s’occupe brièvement du conducteur, garde un œil sur son équipier, qui se penche sur Driscoll. Le marine est toujours vivant, il entend Sam l’encourager à tenir bon. Il rassemble ses forces pour lui murmurer : des noms, ...pas des chiffres. Puis sa tête retombe contre la vitre, ses yeux se figent, grands ouverts. Driscoll meurt sous le regard impuissant et douloureux de Sam. Il se retourne vers G., silencieux : pas besoin de mots entre eux.

 

Dehors, Kensi photographie les membres du commando à terre, quand le FBI se pointe. Sans un regard pour Kensi ou Deeks, Frisbee se précipite vers le bus. Sam lui barre le passage : c’est trop tard. La prochaine fois qu’il voudra piéger quelqu’un, il faudra qu’il soit prêt à en assumer les conséquences. Frisbee, qui a fait mine de vouloir quand même monter dans le bus, accuse le coup, voit que Callen, derrière Sam, approuve physiquement et moralement son équipier. Il tourne les talons, aboie à ses collègues de monter dans la voiture. Les agents du NCIS les suivent silencieusement du regard.

 

A l’annexe, Sam est assis en face de Jenny dans la salle d’interrogatoire. Jenny est très émue. Chaque fois que Matt demandait à partir, chaque fois elle priait pour que cela lui soit refusé ; chaque fois elle s’était réjouie, chaque fois il avait été déçu. Elle lui avait dit de mettre les dossiers sur internet parce qu’elle pensait que ça pourrait l’aider, qu’il aurait quelque chose dont il puisse être fier. Elle voit que Sam est perplexe : il n’a pas ouvert le fichier, manifestement. Elle sait que Matt avait prononcé quelques mots, interroge Sam du regard. Sam la fixe, voit son chagrin, et lui ment : « votre nom ». Elle tente de garder le contrôle d’elle-même, mais s’effondre en pleurs. Sam lui serre les mains dans un geste de réconfort, et quitte la pièce. Callen, à côté, n’a rien perdu de la scène. Il dit que le FBI est en route pour venir la chercher. Sam lui répond qu’il va attendre avec elle. G. en déduit que Sam va l’envoyer « en mission ». Effectivement, son équipier lui tend le papier griffonné par Driscoll, à transmettre à Eric. G. le déplie, comprend, réfléchit un instant, puis demande ce que Matt a vraiment dit avant de mourir : des noms, pas des chiffres.

 

Eric est devant son ordinateur quand Callen lui met le papier sous le nez, en lui demandant de vérifier si ça marche. Eric réagit instantanément : le code d’accès !! Deeks et Kensi qui arrivent à l’instant à l’étage, ont un message pour Callen : Hetty veut le voir, à propos d’un boulot non achevé. Mais Eric a déjà accès au dossier. Ce sont des noms et des photos de militaires, tous membres des forces spéciales. Deeks ne voit pas ce qu’il y a de confidentiel là-dedans, contrairement à ce que pensait le FBI. Callen, lui,  a compris : ce dossier est un hommage aux hommes tombés pour leur pays. Driscoll  n’accédait pas à des informations confidentielles pour voler des secrets, il dressait la liste des soldats morts au cours de missions confidentielles. Des noms, pas des numéros...

 

G. dans l’armurerie, nettoie avec vigueur son arme. Hetty le rejoint. Il a utilisé pour la première fois une arme à feu alors qu’il avait déjà  20 ans. Malheureusement, cela s’avère nécessaire dans leur branche. Il constate : les humains sont violents, Hetty temporise : ils peuvent aussi être poètes, musiciens, spirituels, ou ...éprouver de la compassion. G. a un peu de mal à comprendre l’attitude de Driscoll. Hetty y voit de la frustration, même s’il a eu tort dans la manière : autrefois, on parlait des guerriers, on leur composait des chansons, on racontait leurs histoires, on leur érigeait des statues. A l’heure actuelle, il est facile d’oublier les sacrifices d’hommes et de femmes, quand on ne parle pratiquement que de stars de la danse. Callen sourit : elle va bientôt lui sortir le couplet des raisons qui les poussent à continuer à faire leur job ! Mais Hetty ne croit pas qu’il ait besoin d’entendre ça ! Non, ce qu’elle va faire, c’est lui donner une chance de se sentir mieux, en lui accordant sa revanche : dans 10 mn sur le mur d’escalade ! Callen n’est pas sûr du tout de vouloir sa revanche, Hetty lui glisse qu’il devrait peut-être faire taire les rumeurs qui courent sur sa piquette lors de leur dernier face-à-face. Là, G. est coincé. Au grand plaisir d’Hetty.

 

Et elle est déjà à la moitié du mur quand on la retrouve.  Callen  n’a pas encore attaqué, alors que Sam fait tout son possible pour le décider. Il a perdu trois fois, mais sur sept « parties », il peut encore remporter le trophée. G. ne voit pas l’intérêt de perdre encore une fois. Sam insiste, allons, et son moral de battant ? Il ne va pas perdre sans combattre, quand même. Mais G. a un dernier argument : il s’agit d’Hetty. Les deux hommes regardent le petit bout de femme accrochée à sa paroi.

Elle les toise, l’air sévère. Callen secoue la tête, découragé, et Sam hoche la sienne : effectivement, son copain est foutu !!

--------------------------------FIN----------------------------------------------

 

[Rues de Los Angeles. Deux hommes marchent, regardant autour d’eux. L’un d’eux bouscule un homme distribuant des prospectus pour un club.]

Homme 1 : Pardon.

[Le second sort son téléphone.]

Homme 1 : Par où ?

Homme 2 : Par là.

[Ils se précipitent vers un bus de tourisme à deux étages : “Hollywood Safari”.]

Chauffeur de bus : Je dois voir vos billets.

Homme 2 : (montrant son arme) Fermez la porte.

[L’un reste près du chauffeur tandis que l’autre s’avance dans l’allée et s’adresse aux passagers, l’arme à la main.]

Homme 1 : Ecoutez. Restez calmes, et ne bougez pas.

Homme 2 : Si quelqu'un essaie d'atteindre son téléphone, il est mort. Maintenant, lequel de vous est Matt Driscoll ?

[Pas de réponse, les passagers se regardent les uns les autres. L’homme près du chauffeur lui tire une balle dans la jambe.]

Homme 2 : Montrez-vous Driscoll, ou on tue tout le monde dans ce bus.

Homme 1 : (attrapant un homme) Debout !

Passager : Attendez.

Sam : Je suis Matt Driscoll. [L’homme sourit et se rapproche de Sam en le menaçant de son arme. Il pointe son arme sur le visage de Sam, Sam est resté très calme. L’arme tire un coup de feu…]

 

♪♪ NCIS: LA 2x13   Archangel / Au Champ d'Honneur ♪♪

 

[SIX HEURES PLUS TOT

Gymnase du NCIS, mur d’escalade. Hetty est au-dessus de G. Sam les regarde d’en bas.]

Hetty : Plus vite, M. Callen.

Callen : J'ai plus de poids à bouger que vous.

Hetty : Et aussi plus d'excuses.

Sam : Utilise tes jambes, pas tes bras.

Callen : Je sais comment grimper.

Hetty : On dirait pas. D'ici, je vois vos bras trembler.

Sam : Ignore-la. Elle tente de te déstabiliser... encore.

Hetty : Attention... Un faux pas, et vous tombez de 300 mètres sur les gros rochers en bas, explosant votre tête comme une citrouille.

Kensi : (entrant précipitamment dans le gymnase et voyant Sam) Où est Hetty ?

Hetty : Je suis en haut, ma chère.

Kensi : Le directeur Vance est au téléphone.

Callen : Forfait, si vous descendez. [Il n’a pas bougé un bras ou une jambe, toujours bloqué au même endroit.]

Hetty : Dites au directeur... qu'il devra attendre 30 secondes de plus que M. Callen tombe.

Sam : Ne la laisse pas te déstabiliser.

Kensi : Le directeur dit que c'est urgent, et que c'est "Archangel".

Hetty : Flûte. [Elle commence à descendre, très à l’aise. D’en bas désignant G.] On se rejoint aux bureaux. [Elle s’en va.]

[G. ne bouge pas.]

Sam : T'as gagné, descends.

Callen : C'est plus facile de monter que de descendre.

Sam : Laisse-toi tomber.

Callen : Tu me rattrapes ?

Sam : Tu rigoles ?

Callen : Non.

Sam : Y a un tapis. Ça va aller.

Callen : Je me laisse tomber.

[Sam ferme les yeux, souffrant pour G.]

Callen : Je vais avoir besoin de glace.

 

[Bureaux des agents. Deeks lit un journal, Kensi un livre et Nell a un dossier à la main.]

Sam : Il se passe quoi ?

Deeks : On attend Hetty. [Elle est au téléphone dans son bureau.]

Sam : Nell ?

Nell : "Archangel" est le code du Pentagone pour une importante faille de sécurité.

Hetty : (les rejoignant) L'Intelligence de la Marine a découvert que quelqu'un a envoyé un fichier contenant des milliers de documents classés secrets afférents à la guerre en Afghanistan. Où est M. Callen ?

Sam : Il se met de la glace. [Il sourit et elle aussi.]

Kensi : Envoyé où ?

Hetty : On ne sait pas encore.

Sam : C'était un hacker ou une taupe ?

Hetty : On ne sait pas, non plus.

Deeks : Que sait-on ?

Hetty : On sait que ce sera une catastrophe si ça devient public.

Sam : Embarrassant pour nous, précieux pour nos ennemis, dangereux pour nos militaires.

Éric : (arrivant) J'ai quelque chose. J'ai vu avec le Pentagone. On a une piste sur la fuite. Pas sur celui qui l'a envoyé, mais j'ai l'adresse IP de la personne qui a reçu le fichier. L'IP appartient à Ray Crossen. [Il met une pièce d’identité sur l’écran.] Bonne nouvelle, il est de Santa Monica.

Hetty : Mauvaise nouvelle, M. Beal ?

Éric : Il a son propre blog, sur les révélations gouvernementales. C'est un marginal. Il garde son identité secrète.

Sam : Il a déjà posté le fichier sur son site ?

Éric : Pas encore.

Kensi : Peux-tu fermer son serveur ?

Éric : Serveur, électricité...

Deeks : Et le câble gratuit ? [Hetty le regarde sévèrement.] Non, ce serait du piratage.

Hetty : Fermez-le, M. Beal. M. Hanna, Santa Monica. Et prenez votre équipier grimpeur avec vous.

[Santa Monica. Sam et Callen. G. regarde les jolies filles, Sam profite de l’endroit.]

Sam : Un nouveau jour au paradis. C'est bon de sentir l'air de l'océan.

Callen : L'odeur du poisson ? C'est une des raisons de mon départ.

Sam : On vient de l'océan, G. C'est l'utérus de Mère Nature. C'est vrai. C'est le berceau de la vie.

Callen : Arrête avec ces trucs New Age. Tu sais que je n’aime pas ça. Ensuite, tu vas me frotter avec des cristaux.

Sam : Tu t'éloignes des cycles de la Terre. C'est pas bon. C'est pour ça que tu dors pas. [Ils entrent dans un immeuble.] Ton rythme biologique est perturbé.

Callen : Tu dis que j'ai pas de rythme ? Je te refais une démonstration de danse.

Sam : La dernière fois, on a cru que tu faisais une attaque.

[Callen n’apprécie pas la remarque. Ils s’arrêtent devant l’appartement de Crossen et sortent leur arme.]

Callen : On fait comment ? [Sam essaie la poignée, la porte est ouverte.]

Sam : C'est même pas amusant. [Ils entrent.] Agents fédéraux !

Callen : M. Crossen ?

[G. cherche la chambre. Il entend un bruit d’eau, vérifie la salle de bains. Derrière le rideau, dans la baignoire pleine, il trouve un homme tout habillé les yeux grands ouverts.]

Callen : On a un corps. C'est Crossen.

Sam : (le rejoint) Rien à signaler. Ils l'ont torturé, puis noyé quand ils ont en eu fini.

[Callen prend son téléphone.]

Sam : (du salon) Et voilà. [G. le rejoint.] Le fichier manquant. [Il montre un fichier sur l’ordinateur.]

Callen : C'est sans valeur sans la clé de décryptage. [“enters the decryption key” clignote sur l’écran.]

Callen : (au téléphone à Éric) Ray Crossen est mort. On a un ordinateur ici. Le fichier du Pentagone doit être dedans. [Sam utilise une clef USB.] On devrait pouvoir y accéder maintenant.

Éric : (au NCIS avec Nell)  Je l'ai.

Callen : Tu peux l'ouvrir ?

Éric : (tapant) J'essaie.

Callen : (à Sam) Ça va ?

Sam : Oui ça va.

Callen : On ne dirait pas.

Sam : Je ne comprends pas pourquoi quelqu'un ferait ça. Trahir les siens.

Callen : Plein de raisons différentes selon Nate.

Sam : Aucune n'est bonne.

Éric : C'est vraiment crypté.

Callen : Combien de temps pour le cracker ?

Éric : Entre une heure et l'éternité. Je ne sais pas. Quelqu'un l'a ouvert ? Quelqu'un a essayé. 32 tentatives pour être exact, toutes ratées. Mais ils l'ont copié sur une clé USB. C'est pas bon.

Callen : Compris. [Il raccroche.] (à Sam) Ils l'ont copié.

Sam : Je suppose que Crossen ne connaissait pas la clé.

Callen : Mais celui qui lui a envoyé le fichier la connaît.

Sam : (acquiesçant) Il est le suivant.

 

[NCIS. Callen est de retour, Hetty est debout dans son bureau.]

Hetty : Je viens de raccrocher avec le directeur Vance. [Elle lui fait signe de s’approcher. Il obéit, elle attend et croise ses bras.] (doucement) Il va informer le SECNAV, qui ensuite a un rendez-vous avec le président. Vous savez ce que ça veut dire ?

Callen : Des têtes vont tomber.

Hetty : Je m'inquiète plutôt pour la partie basse de l'anatomie. Le bottage de fesses s'empire en descendant les échelons.

Callen : C'est vous, après ?

Hetty : Non, car vous allez résoudre ça avant que ça n'arrive.

Callen : (inquiet) Je protégerai vos fesses... des bottes. [Il quitte Hetty qui retourne à sa table

de travail.]

[Éric descend.]

Éric : Rien à tirer du serveur de Crossen. Cryptage fragmenté, nombreux proxies, et pas de liste d'e-mails, sauf dans sa tête. Mais... on a quand même la liste des fidèles de son site web et de ses révélations. [Éric et Callen rejoignent les autres à leur bureau.] On peut penser que celui qui lui a envoyé le dossier secret devait être un visiteur régulier.

Callen : Ils sont nombreux ?

Éric : Plus de 700. Je les ai triés grâce aux analyses de données de Nell.

Nell : On a cerné le type de documents auxquels on a accès depuis le Pentagone. On a éliminé ceux qui n'ont pas d'autorisation. Et en recoupant avec les infos d’Éric, il ne restait plus qu'une possibilité. [Elle met un dossier à l’écran.]

Deeks : Le pôle administratif de Shaktorn Defense Systems. Un fournisseur de la Marine. L'envoi vers Crossen vient de chez eux.

Sam : On a un nom ?

Nell : Pas encore. Leur réseau a son propre système de sécurité, on peut pas savoir quel ordi a été utilisé.

Sam : Le responsable de la fuite vers Crossen. Crossen ne l'a pas publié car il n'avait pas la clé de décryptage.

Kensi : Donc ils attendent avec angoisse.

Sam : Envoyons un message de Crossen à tous les ordis du département. On dit que Crossen doit les voir pour une affaire importante.

Deeks : On coince le vrai coupable.

Callen : Ça paraît bien.

 

[Sam et Callen marchent côte à côte dans les locaux du NCIS.]

Sam : Comment ils ont su ?

Callen : Ils ont su quoi ?

Sam : Ceux qui veulent le code. Ceux qui ont tué Crossen. Comment ils ont su pour le dossier ?

Callen : Une réponse à la fois. [Sam est préoccupé…]

 

[Hollywood Boulevard. Près de la tour Capitol Records, Sam est assis seul à une terrasse, G. lit les pages sportives d’un journal à une table à côté].

Sam : Si je bois encore un café, il me faudra des anti-acides.

Callen : Je t'ai dit de passer au déca. (via son micro) Kensi, quelque chose ?

[Kensi et Deeks sont dans leur voiture, utilisant un appareil photo et des jumelles pour surveiller les alentours.]

Kensi : Non.

Deeks : C'est génial. [Il fouille dans la boîte à gants.]

Kensi : Tu cherches quoi ?

Deeks : Quelque chose à manger.

Kensi : C'est une boîte à gants, pas un réfrigérateur.

Deeks : Comme si tu mettais pas tes gâteaux ici ? [Il la referme.] Allez, madame, me le cache pas. Je meurs de faim.

Kensi : J'ai rien.

Deeks : Si.

Kensi : J'ai rien.

Deeks : Pourtant, je sens... [Il renifle Kensi.] Un gâteau au beurre de cacahouètes.

Kensi : Quoi ?

Deeks : Beurre de cacahouètes, chocolat. Je le sens. Il est où ?

Kensi : Tu sais pourquoi ça sent ?

Deeks : Oui ?

Kensi : J'en ai laissé un sur le siège, et il a fondu. Il y a des mois.

Deeks : Pourquoi je le sens maintenant ?

[Kensi ne répond pas et prend des photos.]

Kensi : Une brune angoissée vient vers Callen. Elle le guette.

Callen : Repérée. [Il lit son journal, la femme s’arrête devant lui.]

Femme : Ray Crossen ?

[Callen fait signe que non.]

[La femme regarde autour d’elle, Sam opine du chef ; elle se dirige vers sa table. Il se lève et lui serre la main.]

Sam : Asseyez-vous. Vous êtes...

Femme : Jenny.

Sam : Ravi de vous rencontrer, Jenny. [Jenny elle n’est pas ravie mais anxieuse.]

Jenny : De quoi voulez-vous parler ?

Sam : J'ai quelques questions. Mon blog compte pour moi. Ce que je fais a un impact sur les gens.

Jenny : Je suis d'accord.

Sam : Donc vous comprenez que les gens doivent savoir la vérité ?

Jenny : Vous le dites sur le site, "La vraie liberté ne viendra qu'avec la transparence du gouvernement."

Sam : Exactement. Mon blog, c'est ma réputation. Je dois savoir d'où vient ce dossier et ce qui est dedans.

Jenny : (murmurant) Je ne peux pas.

Sam : Je ne citerai personne. Je dois m'assurer que c'est la vérité.

Jenny : Croyez-moi, ça l'est. (Dans la voiture, via la radio) Je dois protéger ma source.

[Kensi remarque un homme noir et une femme blonde.]

Deeks : Attention. Jenny a été suivie.

Kensi : Callen, le couple derrière toi.

Callen : Repérés. [La femme s’assoit et prend un journal, l’homme reste debout, tous les deux regardent les alentours.]

Kensi : Un autre arrive de l'autre côté. [Elle signale un homme en costume.]

Deeks : Ils les coincent. [Il ouvre sa portière.] Allons-y. [Kensi et Deeks quittent la voiture.]

Callen : T'as entendu, Sam ?

Sam : (regardant Jenny) J'ai entendu.

Callen : On se tient prêts à agir. [Il repose son journal, se lève et quitte sa table, il regarde ses pieds et bouscule l’homme en costume.]

Sam : On doit y aller. [Il se lève et lui prend le bras.]

Jenny : Quoi ?

Sam : Danger ! [La femme blonde se lève ; l’homme noir les regarde.]

Homme en costume : (fixant Callen, en colère) Vous voulez quoi ?

Callen : Une excuse.

Homme en costume : Vous m'avez heurté. [Jenny et Sam s’en vont, le couple essaie de les suivre.]

Callen : Vraiment ? [Il bloque le passage à l’homme.]

Homme en costume : Tirez-vous.

[Sam et Jenny traversent la rue, un camion manque de les renverser. Il bloque le couple.]

Callen : Je vois le genre. Le trottoir est à vous. Et pareil sur l'autoroute ? Vous voulez rentrer chez vous plus vite que tout le monde ?

[Le couple réussit à traverser mais Sam et Jenny ont déjà disparu, cachés dans l’immeuble de Capitol Records.]

Homme noir : Allons-y. [Ils rejoignent l’homme en costume.]

Callen :... dans votre voiture de sport européenne ? [L’homme essaie de partir, Callen l’attrape par le bras.] Je vous parle. [L’homme regarde le couple, tous les deux lui font un signe négatif de la tête.]

Homme en costume : (fixant Callen) Qui êtes-vous ?

Callen : Vous avez perdu quelqu'un ? Je déteste ça. [L’homme essaye de prendre son arme.] Je ferais pas ça si j'étais vous. [L’homme regarde autour de lui et voit Kensi et Deeks le tenant en joue.]

Homme en costume : Vous faites une grosse erreur.

Callen : C'est ma réplique.

Homme en costume : Vous tireriez sur trois agents du FBI ? Je peux ? [Il veut sortir son badge de sa poche.]

Callen : Main gauche. [L’homme fouille sa poche de sa main gauche mais ne trouve rien.] Vous cherchez ça ? [Callen lui montre son badge du FBI.]

Deeks : Mec. Ce badge a intérêt à être un vrai ou elle va te latter dans tes noix de fédéral.

 

[Hangar à bateaux. Les trois agents du FBI et les trois agents du NCIS sont face à face autour de la table.]

Agent noir : C'est ça, une surveillance ?

Deeks : Sois sûr qu'on surveille vos culs de FBI.

Agent féminin : Vous interférez dans une enquête fédérale.

Kensi : Notre enquête, en fait.

Agent en costume : On bosse dessus depuis des mois.

Callen : C'est visiblement à nous de prendre le relais.

Kensi : La fuite a été découverte grâce au talent de la Marine.

Agent féminin : C'est pas contradictoire ?

Kensi : Mais con tout court, oui. Plusieurs, même.

Deeks : La vache. Point : Kensi. FBI au service.

Agent en costume : Vous dépassez votre juridiction. Nous sommes l'agence principale.

Callen : Exact. Mais il vaut mieux s'en assurer. J'appelle Hetty.

Agent féminin : (doucement à son collègue) Comme Henrietta Lange ?

Kensi : Vous la connaissez ?

Agent en costume : On a entendu des choses.

Agent noir : C'est pas une légende ?

Deeks : Au contraire, mon frère. Elle existe. Vous ne voulez pas que la petite sorcière vous guette. [Les agents du FBI le regardent. Callen revient, il tend son téléphone à l’agent en costume.]

Callen : Elle veut vous parler.

Frisbee : Ici l'agent Frisbee. [Hetty est au NCIS avec Éric qui immédiatement fait des recherches sur l’agent avec l’aide de Nell.]

Éric : Landon Archibald Frisbee, né à Hackensack, New Jersey.

Hetty : Agent Landon Archibald Frisbee, de Hackensack ?

Frisbee: Oui.

Nell : Darlene est sa femme.

Hetty : Comment va votre femme, Darlene ?

Frisbee: Bien.

Éric : Beaucoup d'appels tardifs à cette femme... Heather Teasdale. (L’agent féminin.)Divorcée, travaille dans le même immeuble.

Hetty : Et Heather ?

Frisbee : Heather ?

Hetty : Teasdale. C'était un secret ? Désolée. On est d'accord pour dire que c'est une affaire de sécurité nationale.

Frisbee : C'est "Freeze-be".

Hetty : Je n'ai vraiment pas envie de devoir appeler Bobby pour me plaindre de votre réticence à collaborer avec nous pour une affaire aussi grave.

Frisbee : Bobby ?

Hetty : Votre directeur !

Frisbee :Ce ne sera pas nécessaire.

Hetty : Contente d'entendre ça. Passez une bonne journée... Agent Frisbee.

Frisbee :C'est Freeze... [Elle raccroche.]

Callen : Tout va bien ?

Frisbee :Dis-leur.

Heather : On nous a chargés d'enquêter sur une série de... fuites mineures ici à Los Angeles. Notre enquête s'est concentrée sur un second maître. Il a un partenaire, mais on ignorait qui c'était... jusqu'ici.

Kensi : La femme qui a rencontré Sam.

Deeks : Elle s'appelle...

Agent noir : Jennifer Waincroft. Directrice administrative chez...

Callen: Shaktorn Defense Systems.

Frisbee :à vous. Où est-elle ?

Callen : Je n'en sais rien. [Il reprend son téléphone.]

 

[Jenny est au sommet de la tour de Capitol Records avec Sam.]

Jenny : Allez-vous m'arrêter ?

Sam : Ça dépend de vos actes. Et de ce qui est réparable.

Jenny : On doit rester encore longtemps ?

Sam : Tant que ce n'est pas sûr. Ou jusqu'à ce que vous parliez.

Jenny : Pourquoi pensez-vous que j'ai besoin de vous ?

Sam : Vous n'avez sûrement pas envie de finir comme celui que vous veniez voir. [Il lui montre une photo sur son téléphone :] Ray Crossen.

Jenny : Qui l'a tué ?

Sam : C'est ce que je cherche à découvrir.

Jenny : (hésitante) Mon petit ami est dans la Marine. Il a compilé des rapports sur les opérations et des rapports de combat. D'abord en Iraq, plus récemment en Afghanistan. Ça a fini... par avoir raison de lui.

Sam : Que voulez-vous dire ?

Jenny : Ça l'a épuisé. Jour après jour, à lire les rapports, à compiler des listes de pertes... sans pouvoir faire quoi que ce soit.

 

[Hangar à bateaux. Les 6 agents sont autour de la table. Deeks a mis ses pieds sur la table.]

Agent noir : C'est un second maître qui a accès à des dossiers confidentiels.

Heather : A un certain moment, notre homme est passé de croyant à observateur. D'un patriote à un traître.

Callen : Il a commencé à voler des documents confidentiels ?

 

[Sommet de l’immeuble.]

Jenny : Il voulait que je mette des documents sur Internet. Il avait besoin qu'on l'écoute.

Sam : Vous étiez d'accord.

Jenny : Je voulais l'aider à surmonter ça.

 

[Hangar à bateaux.]

Frisbee : D'abord des statistiques sans grande importance puis une diffusion à grande échelle de documents très... sensibles.

Callen : Quel type de documents ?

Frisbee : Pas de certitude. Il a accédé à une base de données sur d'anciennes opérations en Iraq, et d'autres en cours en Afghanistan, et les services secrets.

 

[Sommet de l’immeuble.]

Sam : Il essaye de faire honte au gouvernement pour qu'il change de politique. Comment s'appelle votre petit ami ?

 

[Hangar à bateaux.]

Frisbee : On ne peut pas le divulguer.

Callen : Vous ne l'avez pas coincé ?

Frisbee : On connaît tous ses faits et gestes.

Callen : Je croyais qu'on coopérait.

Frisbee : On vous en a assez dit.

Deeks : Ça ne va pas plaire à Hetty. [Les agents du FBI le regardent. Un téléphone sonne.] Ça doit être elle.

 

[Sommet de l’immeuble.]

Sam : Son petit ami s'appelle Matt Driscoll. Second maître Matt Driscoll. J'envoie une adresse.

 

[Hangar à bateaux.]

Callen : OK.

Frisbee : Alors ?

Callen : Je crois que c'est bon. Merci pour les infos. On vous tient au courant si on a du nouveau... J'espère que vous en ferez autant.

Frisbee : (visiblement sans en penser un mot)  Ça va de soi. [Les agents du FBI se lèvent.]

Deeks : On n'approuve pas, si vous vous posiez la question. [Ils s’en vont.] Goûtez les churros au coin. Ils sont délicieux.

 

Callen : Le petit ami de Jenny est le second maître Matt Driscoll. Il vit à Silver Lake. On a l'adresse.

Kensi : Allons-y. [Kensi et Deeks se lèvent et sortent.]

[Callen compose un numéro.]

Callen : (à Éric) Trouve-moi tout ce que tu peux sur le second maître Matt Driscoll.

 

[Sommet de l’immeuble.]

Jenny : Matt est un homme bien.

Sam : Les gens bien ne volent pas de dossiers confidentiels.

Jenny : Matt n'est pas un traître. Il a besoin qu'on l'écoute.

Sam : Il a prêté serment.

Jenny : C'est vrai. Je jure que ça le bouleverse. [Elle a les larmes aux yeux.] Il ne savait pas... comment agir autrement. Vous ne lui ferez pas de mal ?

Sam : Je veux juste l'aider. S'il le veut. Appelez-le. Dites-lui de rentrer à la maison. Dites-lui qu'on arrive.

 

[Silver Lake. Deeks et Kensi frappent à la porte de la maison de Driscoll, pas de réponse. Ils regardent par la fenêtre, font le tour de la maison.]

Deeks : J'ai aimé comme tu as parlé à cet agent du FBI.

Kensi : Tu arrives à croire à son attitude ?

Deeks : Tu aurais dû te jeter sur elle.

Kensi : Pour que tu te rinces l'œil ?

Deeks : Quoi ? Non... Attends. Peut-être.

Kensi : En sous-vêtement avec des polochons ?

Deeks : Tu me provoques maintenant.

[Une ombre se déplace derrière le rideau de la maison.]

Kensi : Il y a quelqu'un à l'intérieur.

Deeks : Driscoll ?

Kensi : Je n'ai pas bien vu. [Un pickup arrive dans l’allée derrière eux.]

Deeks : Je couvre tes arrières. [Il se retourne.]

Kensi : Passe devant.

[Le conducteur du véhicule est Driscoll. Kensi lui montre son badge.]

Kensi : Second maître Matt Driscoll ?

[Deux hommes armés se glissent derrière le pick-up,  profitant de la taille du véhicule pour se dissimuler. Mais Deeks les repère.]

Deeks : Ils sont armés ! À terre !

[Il plonge, un des hommes tire sur Driscoll qui a le temps de se protéger, l’autre homme vise Deeks et Kensi qui sont à moitié cachés derrière le mur de la maison et qui tirent aussi.]

Deeks : Il y en a d'autres. [Deux autres hommes traversent le jardin et tirent sur les agents par derrière. Deeks les vise, Kensi continue de tirer en direction de l’homme près de la voiture. Driscoll est effrayé et rentre dans sa voiture. Deeks oblige les hommes à partir.]

Deeks : Dégagé à 6 heures.

[Kensi et Deeks visent l’homme à côté de la voiture. Driscoll s’enfuit en voiture, découvrant ainsi deux assaillants que les agents abattent.]

Deeks : Ça va ?

Kensi : Oui. Et toi ?

 

[Silver Lake. Deeks est au téléphone, Kensi prend des photos des défunts. La voiture de Sam arrive.]

Jenny : (voyant les corps) Mon Dieu.

Sam : Restez là. [Il s’approche de Deeks et Kensi.] Driscoll ?

Deeks : Il est venu, il a vu, il a disparu. L'avis de recherche est lancé.

Kensi : Deux morts, deux ont filé. Pas d'identification. Ils l'attendaient dedans.

Deeks : Comment va-t-elle ?

Sam : Limite. [Son téléphone sonne, il décroche.]

 

[NCIS. Callen entre dans la salle informatique.]

Éric : (à Sam) Je te mets sur haut-parleur.

Callen : Les deux tireurs chez Driscoll étaient des soldats.

Nell : [met les pièces d’identité à l’écran] Travis Dale Donovan, ancien soldat anglais,

Peter Van Hoost, ancien des forces de défense sud-africaine.

 

[Silver Lake.]

Sam : Mercenaires.

Nell : (voix off) Entrés aux Etats-Unis avec un visa de tourisme il y a 20 jours.

 

[NCIS]

Nell : Nombreux voyages aux USA, en Europe, Asie et Afrique les derniers 18 mois. Ces types bougent.

Callen : Avec qui bougent-ils ?

Nell : Associés connus, Jans Christian Kemp, ex- capitaine de l'ancienne armée sud-africaine. [Un des deux hommes à s’être enfuis.] Kemp a une compagnie de sécurité privée basée à Amsterdam. Se vante d'avoir des relations au gouvernement américain. Et il y a... Bradford Harris Elgin, ancien Ranger venant de l'Ohio. [Le quatrième tireur.] Retraité depuis 12 ans.

Éric : Ils ont dû arriver par le même vol.

Callen : Envoie les photos à Kensi et à Deeks. Éric, essaie de voir si Driscoll se sert de son portable. Sam, à ton avis ?

Sam : (au téléphone) Les informations classifiées ne valent rien au marché noir si n'importe qui peut les télécharger.

Callen : Il leur faut la clé.

 

[Discussion entre Callen au NCIS et Sam à Silver Lake.]

Sam : Ils veulent Driscoll. Le FBI ignore le contenu des fichiers ? Tu le crois ?

Callen : Possible. Le seul qui puisse répondre est...

Sam : Encore lui.

Callen : Il est populaire.

Sam : Pas avec tout le monde.

 

[Silver Lake. Deeks et Kensi regardent les photos envoyées par Nell.]

Kensi : C'est un des types.

Deeks : Et voici l'autre.

 

[NCIS]

Éric : Driscoll est en ville. J'arrive pas à le localiser. Il a coupé son GPS.

Callen : Driscoll a répondu au dernier appel de Jenny.

 

[Silver Lake.]

Sam : La dernière fois, ça a failli le tuer. (à Jenny) Pouvez-vous rappeler Matt ?

Boîte vocale de Driscoll : Laissez votre message

Jenny : Matt, c'est Jenny. Rappelle-moi dès que possible. [Elle est inquiète.]

Sam : Où irait-il s'il a peur ?

Jenny : Chez moi. [Une voiture se gare, elle voit trois personnes à bord.] Qui sont-ils ?

Sam : FBI.

Jenny : Que veulent-ils ?

Sam : Vous.

Deeks : Agent Frisbee. Salut. Vous avez tout raté.

Frisbee : Merci d'avoir pris soin de la suspecte. Nous prenons le relais.

Sam : Désolé, c'est impossible. Je viens de l'arrêter. [Jenny est surprise et déçue.] Combien dure la procédure, Agent Blye ?

Kensi : 48 heures. C'est affreux, non ? [Les agents du NCIS sont ravis du tour joué au FBI.]

Jenny : (à Sam) Je vous en prie. Trouvez-le.

Kensi : Suivez-moi. [Elle conduit Jenny vers la voiture.]

Sam : (doucement à Frisbee) Vous avez trop attendu pour bouger. Et après, c'était trop tard. Et vous voulez sauver la face en faisant tout vous-mêmes ? Vous ne savez même pas ce que Driscoll a téléchargé.

Frisbee : On va gagner. Vous le savez.

Sam : Je dis à Hetty d'attendre votre appel. [Ils échangent des regards hostiles. Sam pend son téléphone et Frisbee s’en va.]

 

[NCIS]

Éric : Ça vient.

Callen : Jenny l'a contacté ?

 

[Silver Lake.]

Sam : Pas décroché, elle a dit qu'il irait chez elle. Le FBI est parti bredouille. Fâchés.

Callen (téléphone) : Où est Jenny ?

Sam : On l'amène à la planque.

 

[NCIS]

Éric : Vous avez l'adresse.

Callen : On s'y retrouve. [Il s’en va.]

 

[Devant chez Jenny ; Sam est au téléphone.]

Sam : (à Éric) Je suis arrivé. Quand G arrive-t-il ?

Éric : Pas avant 20 minutes.

[Sam raccroche et frappe à la porte.]

Sam : Matt Driscoll, Agent spécial Sam Hanna, NCIS. [Les yeux de Driscoll apparaissent à la porte.] Jenny m'envoie.

Driscoll : Entrez.

Sam : (sans entrer) Vous êtes seul ?

Driscoll : Oui. [Sam entre, Matt ferme la porte.]

Driscoll : Que se passe-t-il ? Jenny va bien ? Elle m'a dit de rentrer.

Sam : On vous attendait.

Driscoll : Qui étaient-ils ?

Sam : Ils veulent ce que vous avez.

Driscoll : Qu'est-ce que je peux avoir... La clé de décryptage. Ils veulent la clé.

Sam : Le fichier ne vaut rien sans elle.

[Driscoll se dépêche d’écrire quelque chose sur un papier.]

Driscoll : Voilà. Donnez-la-leur, bon Dieu. [Il donne le papier Sam.]

Sam : Comme ça ?

Driscoll : Comme ça. [Il s’assoit.]

Sam : Vous avez téléchargé quoi ?

Driscoll : Voyez-vous même. Je ne peux plus... Je ne peux plus le regarder. C'est impossible. C'était l'idée de Jenny. De créer ce fichier. Elle pensait que ça m'aiderait.

Sam : Vous avez été déployé ?

Driscoll : Non.

Sam : Vous l'avez demandé ?

Driscoll : C'est ce que vous pensez ? Je suis un lâche ?

Sam : Vous l'êtes ?

Driscoll : Je me porte toujours volontaire. Je suis refusé à chaque fois. Toujours pour la même raison. Trop précieux. Nous qui restons à l'arrière servons aussi. On a même une médaille pour ça. C'est moi... trop précieux, trop bon à ce que je fais.

Sam : Que faites-vous ?

Driscoll : Je change les noms en nombres. Les gens en statistiques. C'est important, non ? Je suis le meilleur. Ce bon vieux Matt, M. Nombres. Ancien militaire ?

Sam : SEAL.

Driscoll : Vous ne comprendrez pas.

Sam : Essayez.

Driscoll : Les débriefings d'opérations. Les rapports d'action. Les noms. Les endroits. Les morts, les blessés, ceux qui craquent et ceux qui ont craqué. [Il se lève, va à la fenêtre. Il tourne le dos à Sam et a les larmes aux yeux.] Vous savez ce que dit de moi mon officier ? Personne dans l'armée n'en sait autant que moi dans mon domaine. Personne. Et à la fin de la journée, j'ai tout changé en nombres. [Il voit quelque chose par la fenêtre.] Vos amis sont là.

Sam : J'en attends qu'un. [Dehors les deux mercenaires sont presque à la porte.]  Il y a une autre sortie ?

[Sam et Driscoll tentent de fuir par derrière. Mais un van se gare au bout de la rue, trois hommes en descendent, rejoints très vite par les deux mercenaires. Sam et Driscoll se cachent derrière un mur.]

Sam : (à Éric) Dis à Callen qu'on a de la compagnie. Ils sont sept.

Éric : Compris.

 

[NCIS. Éric s’approche de Nell assise à son ordinateur.]

Éric : Nell, cherche une carte, six pâtés de maisons autour de la position de Sam. Appelle Kensi et Deeks. Dis-leur d'aller là-bas. [Il réenclenche son micro.] Callen, on a un problème.

 

[Devant chez Jenny. Sam et Driscoll essayent de rester cachés. Kemp envoie deux hommes passer par derrière. Sam les attend, les prend par surprise et les met KO. Cela lui permet d’entraîner Driscoll dans la rue adjacente, mais les hommes sont déjà à leur poursuite, l’étau se resserre autour d’eux.]

Sam : (dans son micro)  Si tu t'es arrêté prendre des donuts, je te tue.

Callen : (au volant)  Je peux aller en chercher. Quelle est la situation ?

Sam : Driscoll est avec moi. On est au sud de l'appartement. Au croisement de la 23e.

Callen : Et ta voiture ?

Sam : Kemp est partout. [Un des hommes regarde l’écran de son téléphone.] Ils nous encerclent.

Callen : J'arrive dans 10 min.

Sam : On n'a pas 10 min.

Callen : Le FBI a dit qu'ils savaient où était Driscoll à chaque instant. Kemp a dû pirater leur système. Driscoll est piégé.

[Sam et Driscoll se sont arrêtés, ils sont cachés derrière une voiture.]

Sam : Donnez-moi votre téléphone.

Driscoll : Hé ! [Sam l’ouvre et le jette.]

Sam : On vous a mis un traceur. Montre, clés, tout ce qui est électronique. Allez, vite.

Driscoll : (obéissant à Sam)J'ai que ça. [Sam se débarrasse de tout.]

Sam : On doit bouger.

Callen: Et un taxi ?

Sam : Ici, vous rigolez ? Nulle part où aller, G.

Callen : J'arrive dans 5 min

Sam : Conduis plus vite. [Kemp se rapproche.]

Driscoll : Où on va ?

Sam : Par là.

[Sam repère les bus de la société « Hollywood Safari Tour ». À la suite de Driscoll, il monte dans celui où de nombreux passagers sont déjà installés, après avoir vérifié que ni Kemp ni ses hommes n’ont pu les voir.]

 

[Pourtant Kemp et Elgin vont monter dans le bus. Sam les aperçoit qui suivent toujours un signal.]

Sam : Le traceur est encore actif. Videz vos poches. [Driscoll lui donne quelque chose.] Garage. [L’émetteur étai caché dans la télécommande du portail.]

Chauffeur de bus : Pardon, je dois voir vos billets.

Kemp : Fermez la porte. [Il a une arme. Elgin voit la commande du garage au sol.]

Elgin : Écoutez tous. Restez assis, restez calmes... et surtout ne bougez pas.

Kemp : Si quelqu'un essaie d'atteindre son téléphone, il est mort. Maintenant, lequel de vous est Matt Driscoll ?

[Driscoll veut se lever, Sam met sa main sur sa jambe pour le retenir.]

Kemp : Montrez-vous, Driscoll, ou on tue tout le monde dans ce bus.

Elgin : Debout.

Sam : Attendez. Je suis Driscoll.

[Kemp s’approche, charge son arme et tire...sur Driscoll.]

Kemp : Le FBI vous a assigné un seul agent. Vous valez plus que ça, Driscoll. Descendez du bus, allez.

[Touché en pleine poitrine, Matt a du sang dans la bouche. Du regard, il encourage Sam à continuer de jouer son rôle.]

Sam : J'ai pas la clé de décryptage.

Kemp : Vous n'avez pas compris ? Je veux pas le fichier. Mais votre accès aux fichiers du Pentagone. Vous savez combien ça vaut pour moi ?

[Un troisième mercenaire arrive.]

Mercenaire : C'est pas Driscoll.

 

[Leur attention est détournée par un crissement de pneus : Callen est enfin sur place. Sam en profite pour attraper le 3ème homme et s’en servir de bouclier. Kemp et Elgin tirent sur l’agent du NCIS, et atteignent leur complice. Sam riposte, Callen fait feu. Les deux derniers mercenaires se mêlent à la fusillade. Mais finalement, les quatre mercenaires sont touchés et s’écroulent.]

Sam : Éric, envoie une ambulance. Plusieurs blessés, dont Driscoll.

Éric : Compris.

[Sam se précipite à l’intérieur du bus.]

[Kensi et Deeks arrivent et prennent en charge les suites du combat.]

[Callen a suivi Sam, il s’occupe brièvement du conducteur, garde un œil sur son équipier, qui se penche sur Driscoll.]

Sam : (à Matt) Ils arrivent. Tenez bon. D'accord, Matt ? Ils arrivent.

[Le marine est toujours vivant, il entend Sam l’encourager à tenir bon. Il rassemble ses forces.]

Driscoll : (murmure) Des noms... pas des chiffres.

[Puis sa tête retombe contre la vitre, ses yeux se figent, grands ouverts. Driscoll meurt sous le regard impuissant et triste de Sam. Il se retourne vers G., silencieux : pas besoin de mots entre eux.]

 

[Dehors, Kensi photographie les membres du commando à terre, quand le FBI se pointe. Sans un regard pour Kensi ou Deeks, Frisbee se précipite vers le bus. Sam lui barre le passage.]

Sam : (en colère) Fini. [Frisbee essaye de se dégager.] La prochaine fois que vous piégez quelqu'un, préparez-vous aux conséquences.

[Frisbee, qui a fait mine de vouloir quand même monter dans le bus, accuse le coup, voit que Callen, derrière Sam, approuve son équipier. Il fait demi-tour et part avec son équipe.]

 

[Hangar à bateaux. Jenny est assise en face de Sam dans la salle d’interrogatoires, pleurant en silence.]

Jenny : A chaque fois qu'il se portait volontaire, je priais qu'ils refusent. Et ce fut le cas. J'étais heureuse. Lui, non.

Sam : Il a dit que c'était votre idée de mettre le fichier sur Internet.

Jenny : Je pensais que ça l'aiderait. Il était hanté par son travail. Et maintenant ?

Sam : Il y aura une enquête.

Jenny : Et le FBI ?

Sam : Eux aussi.

Jenny : Je l'ai fait pour Matt. Pour qu'il puisse... être fier de quelque chose. [Elle regarde Sam qui manifestement ne comprend pas.] Vous n'avez pas vu les fichiers.

Sam : Non.

Jenny : L'agent Callen a dit que Matt avait dit quelque chose.

Sam : Votre nom. [Jenny recommence à pleurer, il pose sa main sur la sienne.]

[Il se lève et sort de la pièce, il rejoint Callen qui regarde Jenny sur l’écran de surveillance.]

Callen : Le FBI arrive.

Sam : Je vais attendre avec elle. [Il se sert un café.]

Callen : Ça veut dire que je dois partir ?

[Sam lui donne le mot écrit par Driscoll.]

Sam : Pour Éric.

[Callen le lit et comprend de quoi il s’agit.]

Callen : Driscoll a dit quoi avant de mourir ?

Sam : "Des noms, pas des chiffres."

 

[NCIS. Éric est à son ordinateur. Callen lui remet le papier.]

Callen : Vois si ça marche.

Éric : La clé ? [Callen acquiesce.]

[Kensi et Deeks entrent.]

Deeks : (à Callen) Hetty te cherche. Un truc en suspens entre vous.

[Callen est préoccupé.]

Éric : Ça marche. Des Forces Spéciales. [Sur l’écran des noms et des photos défilent.]

Deeks : Pourquoi c'est un sujet sensible ?

Callen : Ça ne l'est pas. Le FBI croyait que si.

Éric : C'est quoi, au juste ?

Callen : Un hommage.

Kensi : Aux morts.

Callen : Driscoll n'accédait pas à des informations secrètes pour les voler. Il faisait la liste des soldats tués pendant des missions secrètes. Des noms, pas des chiffres.

 

[Armurerie. Callen nettoie son arme. Hetty le rejoint.]

Callen : J'avais 20 ans, la première fois que j'ai fait feu.

Hetty : Un mal nécessaire dans notre profession, j'en ai peur.

Callen : On est violents, n'est-ce pas ? Les humains.

Hetty : Parfois. Mais on peut aussi être poétiques, musicaux, spirituels, compatissants.

Callen : Pourquoi Driscoll a fait ça ?

Hetty : Mauvais jugement, frustration. A travers l'histoire, les combattants ont été acclamés. On contait leurs histoires, on chantait leurs chansons, on leur érigeait des statues. Aujourd'hui, c'est facile d'oublier les sacrifices que nos hommes et femmes font quand le pays est plus intéressé par des célébrités qui dansent.

Callen : Ça ressemble à un discours de motivation pour continuer.

Hetty : J'ai pas besoin de vous le dire. C'est pourquoi je vous donne une chance de vous sentir mieux en vous accordant une revanche. Sur le mur... dans 10 min.

Callen : Et pourquoi je voudrais une revanche ?

Hetty : J'ai pensé que vous aimeriez infirmer la rumeur... que je vous écrasais la dernière fois.

 

[Mur d’escalade. Hetty est déjà à la moitié du mur.  Callen n’a pas encore commencé.]

Sam : Te retiens pas, G. Tu dois tout donner. Tout se gagne ici [montrant la tête], pas là-haut. Regarde pas. Elle va croire que t'es nerveux.

Callen : Je suis pas nerveux, mais résigné.

Hetty : Allez, M. Callen. Je vais pas rester là toute la nuit.

Sam : Te laisse pas battre avant même d'avoir atteint le mur.

Callen : Elle m'a battu 3 fois.

Sam : C'est en sept essais, vas-y.

Callen : Pour que je perde encore ?

Sam : Et ton esprit de compétition ?

Callen : Sam, c'est Hetty. [Ils la regardent tous les deux.]

(L’écran devient noir.)

Sam : T'es foutu.

 

 

[Streets of Los Angeles. 2 men are walking, looking around. One of them hits a man handing leaflets for a cabaret club]

MAN 1: Sorry.

[The 2nd man holds out his phone]

MAN: Which way?

MAN 2 [Pointing]: That one.

[They hurry to a sightseeing double deck bus, “Hollywood Safari”, get in].

DRIVER: Excuse me. I need to see your pass.

MAN 2: Shut up. Close the door. [He shows a gun] (passengers gasping)

[Man 2 stays close to the driver, man 1 talk to the passengers, holding a gun, walking between the seats].

MAN 1: Listen up. Stay in your seats, stay calm, and please don't move.

MAN 2: Anybody tries to text or make a phone call, they're dead. Now...which one of you is Matt Driscoll?

[No answer, the passengers look at each others]. (gun fires)[The 2nd man shoots the driver in her leg]. (gasping)

MAN 2: Show yourself, Driscoll, or we kill everyone on this damn bus.

Man 1 [grabing a guy]: Get up!

MAN: Wait! Wait. [Sam, hands up, look at man 2]

SAM: I'm Matt Driscoll. [Smiling, man 2 comes close to Sam, aims his gun]. (gun hammer cocks)[He points his gun to Sam’s face; Sam is still very calm. The gun shots its bullet…].

 

♪♪ NCIS: LA 2x13 ♪♪ Archangel ♪♪

Original air date on January 18, 2011

 

[OPS center, gym, climbing wall. 6 hours earlier. Hetty is higher than G.; Sam look at them].

HETTY: Move it, Mr. Callen.

CALLEN: I got more body mass to move than you.

HETTY: You got a lot more excuses, too.

SAM: Use your legs, not your arms.

CALLEN: I know how to climb.

HETTY: Doesn't look like it. From here, I can see your arms shaking.

SAM: Ignore her. She's trying to psych you out...again.

HETTY: Careful...Mr. Callen. One small slip, and you'll drop 1,000 feet to the jagged rocks below, splitting your head open like a pumpkin.

KENSI [Hurrying in the gym, seeing Sam]: Where's Hetty?

HETTY: I'm up here, dear.

KENSI: Uh...Director Vance is on the phone for you.

CALLEN: You leave the wall, you forfeit. [He hasn’t moved an arm or a leg, stuck at the same place].

HETTY: Tell the director that, uh, he needs to wait the extra 30 seconds for Mr. Callen to fall.

SAM: Don't let her get in your head, G.

KENSI: Director says it's urgent, and also to tell you, "Archangel."

HETTY: Oh, bugger. All right. [She starts coming down, very easily. Down, she points to G.]: Meet us in the bullpen. [She goes]

CALLEN: Uh-huh. (sighs) [He still doesn’t move]

SAM: You won. Come on.

CALLEN: You know, it's a lot faster going up than it is coming down, all right, big guy?

SAM [smiling]: Just let go.

CALLEN: You gonna catch me?

SAM: You're kidding, right?

CALLEN: No.

SAM: You have a mat. You'll be fine. Come on.

CALLEN: I'm letting go.

 (crashing, groans) [Sam closes his eyes, feeling pain for G.]

CALLEN: I think I'm gonna need some ice.

 

[Agents desks. Deeks is reading a newspaper, Kensi a book, and Nell has a file in her hands].

SAM: So what's the word?

DEEKS: Waiting on Hetty. [She’s in her office, a phone in her hands]

SAM: Nell... what do you know?

NELL: "Archangel" is the Pentagon's code alert for a major security breach.

HETTY [Joining them]: The Office of Naval Intelligence has discovered someone's uploaded a file containing thousands of classified Pentagon documents pertaining to the war in Afghanistan. Where's Mr. Callen?

SAM: He's icing. [He smiles, she smiles, nodding].

KENSI: Uploaded where?

HETTY: We don't know yet.

SAM: Was it a hack or an inside job?

HETTY: We don't know that, either.

DEEKS: So... what do we know?

HETTY: We know it'll be a bloody mess if it goes public.

SAM: Embarrassing to our government, valuable to our enemies, dangerous to our military.

ERIC [appearing]: I got something. I've been working with the Pentagon. Might have a lead on a leak. Maybe not who took it, but I've got the IP address of the person that received the uploaded file. IP is owned by Ray Crossen. [He puts his ID on the screen]: Good news is, he's local--lives in Santa Monica.

HETTY: What's the bad news, Mr. Beal?

ERIC: He has his own popular weblog, specializing in governmental exposés. He's a bit of a recluse. Likes to keep his identity secret.

SAM: Has he posted the file onto his site yet?

ERIC: Not yet.

KENSI: Can you shut down his server?

ERIC: His server, his cell service, his electricity-- you name it.

DEEKS: Can you get me free cable? [Hetty looks nastily at him]:  No, because that would be piracy. [Hetty nods slightly]

HETTY [speaking to Eric]: Shut him down, Mr. Beal. [facing Sam]: Mr. Hanna, Santa Monica. And take your gravitationally challenged partner with you.

 (giggles) [Sam, Deeks, Nell…].

 

[Santa Monica. Sam and Callen. G. looks at the foxy girls, Sam enjoys the place].

SAM: Another day in paradise. Got to love that fresh ocean air.

CALLEN: You mean the smell of fish? It's one of the reasons I moved away from here.

SAM: We come from the ocean, G. It's Mother Nature's womb. It's true. It's the primordial soup of life.

CALLEN: Stop with the New Age stuff. You know that freaks me out. Next thing I know, you'll be rubbing me with crystals.

SAM: You alienate yourself from the cycles of the Earth. It's not good. That's probably why you can't sleep. [They enter the hall of a building]: Your circadian rhythm's all messed up.

CALLEN: Are you saying I don't have any rhythm? Don't make me break out my Running Man on you again.

SAM: Last time you unleashed your Running Man, people thought you were having a seizure. [Nasty look from Callen. They stop in front of the door of Crossen’s apartment, take their gun]. 

CALLEN: How we going to do this? [Sam tries the handle] (click) [the door opens].

SAM: Where's the fun in that? [They surround the place].

SAM: Federal agents!

CALLEN: Mr. Crossen?

[G. searches the bedroom] (water trickling) [He heards the water, checks the bathroom. Behind the curtain, in the tub full of water, there’s a dressed man, eyes wide opened].

CALLEN: Got a body. It's Crossen.

SAM [who joins his partner]: Place is clear. I'm guessing they waterboarded him, then drowned him when they were done.

[Callen takes his phone] (shutter clicks)

SAM [From the main room]: Here we go. [G. joins him]: That's our missing file. [He shows a file on a laptop to Callen].

CALLEN: It's worthless without the decryption key. [“enters the decryption key” is twinkling on the screen].

 (speed-dialing)

ERIC: Yeah.

CALLEN: Eric. Ray Crossen is dead. Look, we got a computer here. Looks like it might be the classified Pentagon file on it. [Sam uses a flash drive]: We should have access to it... now. [The USB device has been detected].

ERIC [in the OPS center, Nell sitting close to him]: Uh, got it.

CALLEN: Can you open it?

ERIC [typing]: I'm trying.

CALLEN [looking at Sam, keeping the phone near his ear]: You okay?

SAM: I'm okay.

CALLEN: You don't look okay.

SAM: I just don't understand why someone would do this. Betray their own.

CALLEN: A lot of different reasons, according to Nate.

SAM: None of them good.

ERIC: Callen, this is seriously encrypted.

CALLEN: All right, well, how long until you can crack it?

ERIC: Anywhere between an hour and... never. I honestly don't know.

CALLEN: Can you tell if anyone's opened it?

ERIC: Oh... somebody's been trying. 32 attempts, to be exact, all of them failed. But... they did make a copy onto a flash drive. Not good.

CALLEN: Got it. [he cuts off his call, speaks to Sam]: They copied it.

SAM: Got to assume Crossen didn't know the decryption key.

CALLEN: But whoever sent him the stolen Pentagon file does.

SAM [nodding]: They're next.

 

---------------------ZAPPING------------------------

 

[OPS center. Callen is back, Hetty is standing in her office].

HETTY: Mr. Callen. [She waves, wanting him to come close. He obeys, she waits, crossing her arms].

HETTY [softly]: I just got off the phone with Director Vance. He's on his way to brief SECNAV, who in turn has an appointment with the president. You know what that means, don't you?

CALLEN: Heads are going to roll.

HETTY: It's that other end of one's anatomy I'm worried about. The ass chewing gets worse on the way back down the ladder.

CALLEN: What does that mean? You're next?

HETTY: No. Because you're going to resolve this before that happens.

CALLEN [worried]: I will do my best to protect your ass...sets. [He leaves Hetty who gets back to her office].

 

[Eric is going down the stairs]

ERIC: Crossen's server and laptop have drawn a blank. Compartmentalized encryption, multiple proxies, and if he had an e-mail list, it was in his head.

But... what we do have are his loyal followers who log onto his Web site regularly to read the latest doom. [both join the others around the agents desks].

ERIC: Now, I figure whoever uploaded the classified files to his Web site was probably a frequent visitor.

CALLEN: How many frequent visitors?

ERIC: (chuckles) Over 700. So, I filtered them through Nell's data analysis.

NELL: We've been anatomizing the type of documents that might have been accessed from the Pentagon. Now, we can eliminate anyone without the security clearance. And by cross-referencing Eric's information, we were able to track it to one standout candidate. [she puts a file on the screen].

DEEKS: The admin department of one Shaktorn Defense Systems. They uploaded it to Crossen. It's a defense contractor that works for the Navy.

SAM: We got a name?

NELL: Not yet. They run their own internal network through a secure system, so we can't tell which computer was used.

SAM: Whoever it was uploaded the file to Crossen. Crossen hadn't posted it onto his Web site yet because they didn't give him a decryption key.

KENSI: So they're anxiously waiting.

SAM: We send a message from Crossen to every computer in the admin department. Tell them Crossen needs to meet to discuss an important development.

DEEKS: Flush out the real culprit.

CALLEN: Sounds like a plan.

 

[Sam and Callen walk side by side in the OPS]

SAM: How did they know?

CALLEN: How did who know?

SAM: Team that's after this decryption key. The guys who killed Crossen. How did they know the file was coming?

CALLEN: One answer at a time. [Sam is puzzled…].

 

[Hollywood Boulevard. Near the Capitol Records tower, Sam is sitting alone outside a coffee shop, G. is reading the sport pages of a paper at the next table].

SAM: (groan) If I drink another espresso, somebody's going to have to bring me some Rolaids.

CALLEN: I told you to switch to decaf. (over radio): Kensi, you see anything? [Kensi and Deeks are in their car, using a camera or glasses to look around].

KENSI: No. [She shakes her head].

DEEKS: (sighs)This is awesome. [He opens the glove compartement, searches inside]

KENSI: What are you looking for?

DEEKS: I'm looking for something to eat.

KENSI: Well, that's a glove compartment, not a refrigerator.

DEEKS:(chuckles) Yeah, like you don't stash your Ho Hos in here? All right, come on, lady.(slams drawer) Don't hold out on me, 'cause I am starving.

KENSI: I don't have anything.

DEEKS: Yes, you do.

KENSI: I don't have anything.

DEEKS: How come I smell... (sniffs) [He sniffes Kensi] (four little sniffs) (long sniff) Peanut butter at?

KENSI: What ?

DEEKS: Yeah. Peanut butter, chocolate-- I smell it. Where is it?

KENSI: No. [He stares at her, increduleous]

KENSI: No. You know why you smell them? Because...

DEEKS: Because...

KENSI: I left one on the seat, and it... melted. Many, many, many months ago.

DEEKS: Hmm, So why do we smell it now? Hmm?

 [camera shutter clicks] [Kensi uses her camera without answering].

KENSI: Got an anxious brunette coming up on Callen. She's clocking him.

CALLEN: Got her. [He reads his paper, she stops in front of him].

WOMAN: You Ray Crossen?

CALLEN: [Shaking his head]: Sorry.

[The woman looks around, Sam nods when she spots him, she goes to his table. He gets up, they shake hands]

SAM: Hey. Hi, have a seat. You must be...

WOMAN: Jenny.

SAM: It's nice to finally meet you, Jenny. [But Jenny isn’t pleased, she ‘s anxious]

JENNY: What did you need to talk about?

SAM: I just want to ask you some questions. You know, my blog's important to me. I feel like what I do has an impact on others.

JENNY [approvingly]: I agree.

SAM: Then you agree that it's important for people to know the truth?

JENNY: Like you say on the Web site, "True freedom only comes through the transparency of our government."

SAM: Exactly. My blog is my reputation. Which is why I need to know where you got that file from, and what's in it exactly.

JENNY (whispers): I can't do that.

SAM: I won't publish any names. I just want to make sure it's the real deal.

JENNY: Trust me. It is.

[In the car] (over radio): But I have to protect my source. [Kensi notices a black man and a blond woman]

DEEKS: Head's up. I think Jenny brought company.

KENSI: Callen, check the couple behind you.

CALLEN: Got 'em. [The woman sits down and takes a newspaper, the man stands in front of a food truck, they both look around].

KENSI: There's another one coming in the opposite direction. [She notices a man in suit].

DEEKS: They're boxing them in. [He opens his door]: Let's go. [Kensi and Deeks get out of the car].

CALLEN: Hearing this, Sam?

SAM: [staring at Jenny]: I hear what you're saying.

CALLEN: Get ready to move. [He folds his paper up, gets up and leaves his table, looking at his feet and hitting the man in suit]

CALLEN: Hey. [They face themselves].

SAM: We need to move now. [He gets up, grabs her arm]

JENNY: What are you doing?

SAM: You're in danger. [The blond woman gets up, the black man look at them]

MAN [staring at an angry Callen]: You expect me to say something?

CALLEN: How about, "Excuse me"?

MAN: You bumped into me. [Sam and Jenny are leaving the place, the couple tries to follow them].

CALLEN: Oh, really?! Is that it? [He moves, blocking the man out]

 (horn honks) [Sam and Jenny cross the road, a truck almost hits them. It blocks the couple out !]

MAN: Get the hell out of my way.

CALLEN: Oh, you're one of those guys, huh? You think you own the sidewalk. I bet you do the same thing on the freeway; you think you own that, too. Like maybe you got to get home a little faster than everybody else, is that it?

[The couple is able to cross the street, but Sam and Jenny have already disappeared, hidden into the Capitol building].

BLACK MAN: Let's go. [They go back to the man in suit].

CALLEN: ...in your big, fat European sports car? [The man tries to flee, Callen grabs his arm]: Hey. I'm talking to you. [the man look at the couple, both shake their head].

MAN [facing Callen]: Who are you?

CALLEN: Did you lose somebody? I hate when that happens. [the man wants to take his gun out of his holster at his bell]: I wouldn't do that, if I were you. [The man looks around, sees Kensi and Deeks aiming their guns].

DEEKS: Morning.

MAN: You're making a big mistake.

CALLEN: That's actually my line.

MAN: You prepared to shoot three FBI agents in broad daylight? May I? [He wants to take his badge out of his pocket].

CALLEN: Left hand. [The man searches with his left hand, but takes nothing out].

CALLEN: You looking for this? [He shows a FBI badge]…

DEEKS: Oh, buddy. That badge better be real, or my partner is going to kick you in the FBI balls.

 

--------------------------ZAPPING-------------------------

 

[Boathouse. The three FBI agents are facing the three NCIS agents. The table is separating them]

FBI BLACK AGENT: Is that what you call surveillance?

DEEKS: Uh, we sure as hell surveilled your FBI asses.

BLOND WOMAN: You're interfering with a federal investigation.

KENSI: Uh, our investigation, actually.

MAN: We've been working this case for months.

CALLEN: Then, it's clearly time for us to take over.

KENSI: You wouldn't have even known there was a leak if Naval Intelligence hadn't discovered it.

BLOND WOMAN: Isn't that an oxymoron?

KENSI: No. But there is a moron in all this. Several, in fact.

DEEKS: Oh, snap. What? Point: Kensi. FBI serves.

MAN: You've overstepped your jurisdiction. We're the senior agency here.

CALLEN: Good point. But... it's best to be sure about a thing like that. I'll get Hetty in on this. (speed-dials cell phone)

BLOND WOMAN [softly to the man]: Hetty. As in Henrietta Lange?

CALLEN: Hetty, this is Callen. We got a situation.

KENSI: You know her?

MAN: We've heard stories.

FBI BLACK AGENT: Sounds like a whole lot of urban legend, if you ask me.

DEEKS : Au contraire, mon frère. She's real. And you do not want that little chupacabra surveilling your asses. [The FBI agents stare at him. Callen comes back, he hands his phone to the man in suit].

CALLEN: She wants to talk to you.

DEEKS:  (chuckling)

FRISBEE: This is Agent Frisbee. [Hetty is upstairs with Eric who has already delved in Frisbee’s life with Nell].

ERIC:  (whispering): Landon Archibald Frisbee, born in Hackensack, New Jersey.

HETTY: Agent Landon Archibald Frisbee, from Hackensack?

FRISBEE: Yes.

NELL: His wife's name's Darlene.

HETTY: How's your wife, Darlene?

FRISBEE: She's fine.

ERIC: Lots of late-night phone calls to this woman...uh, Heather Teasdale. [The blond FBI agent]: She's a recent divorcée, works in the same federal building.

HETTY: How's Heather?

FRISBEE:  (clears throat) Heather?

HETTY: Teasdale. Oh, no. Oh, was that a secret? I'm so sorry. I think we can both agree, Agent Frisbee, that this is a matter of national security.

FRISBEE: It's "Freeze-be."

HETTY: I would hate to have to call Bobby and complain to him about your reluctance to collaborate with us on such a serious matter.

FRISBEE: Bobby?

HETTY: Your director!

FRISBEE:  (clears throat) I don't, um...think that'll be necessary.

HETTY: Oh, I'm so glad to hear that. Have a wonderful day...Agent Frisbee.

FRISBEE: It's Freeze...(line clicks) (phone beeps)5he puts the cell phone on the table].

CALLEN: Is everything okay?

FRISBEE: Tell them.

HEATHER: We were tasked to investigate a series of...low-level leaks here in Los Angeles. Our investigation has been focusing on a petty officer. We know he had a partner, but we didn't know who it was...until today.

KENSI: The woman who met Sam.

DEEKS: And her name is...

FBI BLACK AGENT: Jennifer Waincroft. She's an admin manager at...

CALLEN [interrupting]: Shaktorn Defense Systems.

FRISBEE: Your turn. Where is she?

CALLEN: I have no idea. [He grabs his phone on the table].

 

[From the top of the Capitol tower, Sam and Jenny are watching LA].

JENNY: Are you going to arrest me?

SAM: Depends on what you've done. And what can be undone.

JENNY: How long do we have to stay up here?

SAM: Until it's safe enough to leave. Or till you tell me what you know.

JENNY: And what makes you think I need your help?

SAM: Because I'm pretty sure you don't want to end up like the guy you came to see.(beep) [He shows a pic on his phone: Crossen in his tub]:Ray Crossen.

JENNY: Who did that?

SAM: That's what I'm trying to find out.

JENNY [She hesitates]: My boyfriend's in the Navy. He compiled operational and after-battle reports. First in Iraq, more recently in Afghanistan. After a while, it started to get to him.

SAM: Get to him how?

JENNY: It wore him down. Day after day, reading the reports, compiling casualty lists...feeling helpless to do anything.

 

[Back in the boathouse. The 6 agents are sitting at the table. Deeks has his feet on it].

FBI BLACK AGENT: He's a petty officer with top-level security clearance.

HEATHER: At some point, our petty officer went from believer to an observer. From patriot to traitor.

CALLEN: He started stealing classified documents?

 

[Top of the building]

JENNY: He asked me to leak material onto the Internet. He just wanted someone to listen.

SAM: And you agreed.

JENNY: I just wanted to help him get through this.

 

[Boathouse]

FRISBEE: What started out as some rather benign statistics eventually ballooned into a full-scale breach of very... sensitive material.

CALLEN: What kind of material?

FRISBEE: We don't know exactly. He logged into a database that contained information about past operations in Iraq and ongoing operations in Afghanistan, including black ops.

 

[Top of the building].

SAM: Your boyfriend's trying to affect change by shaming the government into changing its policy. [She nods]: What's your boyfriend's name, Jenny?

 

[Boathouse]

FRISBEE: We can't reveal that.

CALLEN: And you haven't brought him in?

FRISBEE: Oh, we know where he is every second.

CALLEN: I thought we were cooperating.

FRISBEE: I think we've told you enough. [He stands up].

DEEKS: Hetty is not going to like that. [The FBI agents stare at him].

 (cell phone rings)

DEEKS: That's probably her now.

 (ringing)

CALLEN:  (beep) Yeah.

 

[Top of the building]

SAM: Her boyfriend's name is Matt Driscoll. Petty Officer Matt Driscoll. I'm sending an address.

 

[Boathouse]

CALLEN: Got it.

FRISBEE: So?

CALLEN: So, I think we're good. Thank you for sharing. We'll be sure to let you know if we find anything, and...I hope you'll do the same for us.

FRISBEE [Obviously lying]: Of course. [The FBI agents go out].

DEEKS: Oh, and, uh...[They stop and look at him]: We don't validate, just in case you're wondering. [They go].

DEEKS: Oh, and uh...be sure to try the churros around the corner. They're awesome.

 (door slams)

 

CALLEN: Jenny's boyfriend is Petty Officer Matt Driscoll. Lives in Silver Lake. I e-mailed you the address.

KENSI: We are on it. [Deeks and Kensi stand up and go out]

CALLEN:  (speed-dialing) Eric.

ERIC: Yeah.

CALLEN: Gonna need everything we've got on Petty Officer Matt Driscoll.

 

[Top of the building]

JENNY: Matt's a good man.

SAM: Good men don't steal national secrets.

JENNY: Matt's not a traitor, Agent Hanna. He just wants someone who'll listen.

SAM: He took an oath when he joined the Navy.

JENNY: I know... and so does he. [She has tears in the eyes] :He is so torn up about doing this, I swear. He just...didn't know what else to do. Promise me you won't hurt him.

SAM: I'm trying to help him. But he has to let us. Call him. Tell him to go home and wait. Tell him we're coming.

 (speed-dialing) [Jenny is calling].

 

[Silver Lake. Deeks and Kensi knock at the door of Driscoll’s house, there’s no answer. They look through the windows, go round the house]

DEEKS: (whistles) Like the way you handled that FBI agent.

KENSI: Can you believe her attitude?

DEEKS: Should have thrown down with her.

KENSI: Why, so you could watch us cat-fight?

DEEKS: What? No... Wait. Maybe.

KENSI: What about a pillow fight in lingerie?

DEEKS: See? Now you're just teasing me.

[There’s a shadow shape moving behind the curtain in the house]

KENSI: Someone's inside.

DEEKS: Driscoll?

KENSI: Didn't get a good look. [A pickup is coming in the alley behind them].

DEEKS: I'll cover the back. [he turns round]

KENSI: Take the front.

DEEKS: Oh... Kensi? [The driver in the pickup is Driscoll. Kensi shows him her badge].

KENSI: Petty Officer Matt Driscoll?

DRISCOLL [getting down his car, staying behind the opened door]: Yeah.

KENSI: NCIS. [Behind the car, 2 shapes appear, they hide themselves, but they are carrying…]

DEEKS: They got weapons! Get down! [He dives, one of the men shoots  Driscoll who had time to protect himself, the 2nd aims Deeks and Kensi who are half-hidden behind the wall of the house, and shoot also]

 (gunfire continues)

DEEKS: More company. [Two other men come through the garden and shoot the agents from behind. Deeks aims at them, Kensi still shooting the man near the car. Driscoll is scared, and gets in his car. Deeks forces the men to move away]

DEEKS: Six is clear.

KENSI: Okay. (gunfire continues) [both aim the men hidden behind the car]

 (tires squealing)[Driscoll flees]

DEEKS: Go! [The car is no more here, the men have no more shield: they are killed].

DEEKS: You okay?

KENSI: Yeah. You?

DEEKS: Yeah.

 

--------------------------------ZAPPING-------------------------------

 

[Silver Lake. Deeks is calling, Kensi takes pics of the dead men. (shutter snaps). Sam’s car stops].

DEEKS: Uh-huh. Got it. Okay.

JENNY: Oh, my God. [She’s seen the bodies].

SAM: Stay here. [He comes to Deeks and Kensi]: Driscoll?

DEEKS: He came, he saw, he fled. Pickup. Eric's putting out a BOLO.

KENSI: Two down, two got away. Cashed up. No I.D. They were inside waiting for him.

DEEKS: How's our girl?

SAM: On edge. (phone ringing) [He takes it out of his pocket] (phone beeps) : Go.

 

[In the OPS center, Callen is entering in the computers room]

ERIC: Putting you on speaker, Sam.

CALLEN: Two shooters at Driscoll's house were both contract soldiers.

NELL [putting the ID of the men on the scree]: Travis Dale Donovan, former British Army, and Peter Van Hoost, former South African National Defense Force.

 

[Silver Lake]

SAM: Mercenaries.

NELL [over the phone]: Arrived in the country on tourist visas three weeks ago.

 

[OPS center]

NELL: Multiple entries into the U.S., Europe, Asia and Africa over the past 18 months. These guys get around.

CALLEN: Who do they get around with?

NELL: Known associates-- Jans Christian Kemp, former captain in the old South African Defense Force. [he’s one of the 2 men who fled]: Kemp runs a private security firm based in Amsterdam. Boasts he has connections on all levels of U.S. government. And then there's...Bradford Harris Elgin, former Army Ranger from Ohio. [The 4th gunman]: Cashed out 12 years ago.

ERIC: Bet they all flew in on the same flight.

CALLEN: Send the photos to Kensi and Deeks to I.D. Eric, see if you can track Driscoll using his cell phone. Sam, what are you thinking?

SAM [over the phone]: Thinking classified intel's not worth much on the black market if everybody with a computer can download it on the internet.

CALLEN: They need that decryption key.

 

[Silver Lake]

SAM: They need Driscoll. FBI still claiming they don't know what's in the file?

[OPS center]

CALLEN: Yep.

[Silver Lake]:

SAM: You believe them?

CALLEN [over phone]: It's possible.

[OPS Center]

CALLEN: The only one who can answer that is...

[Silver Lake]

SAM: Him again.

[OPS center]

CALLEN: Popular guy.

[Silver Lake]

SAM: Not with everyone.

KENSI: That is one of the guys. [Kemp is on a pic on her phone]

DEEKS: Yeah. There's your other one. [Elgin].

[OPS center]

ERIC: Driscoll's downtown somewhere. I can't pinpoint him. He turned off his GPS.

CALLEN: Driscoll answered last time Jenny called.

[Silver Lake]

SAM: Yeah. Last time he did what she asked, he ended up almost getting killed. [Tho he faces her]: Will you call Matt again? [She hesitates, then dials].

DRISCOLL [vocal box]: Leave your number. I'll get back to you.

JENNY: Matt, it's Jenny. Call me as soon as you get this. [She worries].

SAM: Where would he go if he was scared?

JENNY: My place. [A car stop behind her, she looks at the 3 persons inside]: Who are they?

SAM: FBI.

JENNY: What do they want?

SAM: You.

DEEKS: Agent Frisbee. Hey, buddy. Missed the shootout.

FRISBEE: Well, thanks for taking care of our suspect. We'll take it from here.

SAM: I'm sorry. I can't do that. I just arrested her. [Jenny is astonished, disappointed]: How long will that process take, Agent Blye?

KENSI: 48 hours. Shocking, isn't it? [The NCIS agents enjoy, the FBI agents come to terms…].

[Jenny stares at Sam, tears in the eyes]:

JENNY: Please. Find him.

KENSI: This way. [She grabs Jenny, pulls her gently to the car].

SAM [softly to Frisbee]: You guys waited too long to move. And when you did, it was too late. Now you want to save face by doing it all on your own? You guys don't even know what Driscoll downloaded into those files, do you?

FRISBEE: We will win this. You know that.

SAM: I'll tell Hetty to expect your call. [half-nasty, half-scared look on Frisbee’s face]

 (speed-dialing)[Sam is dialing] (engine starting) [the FBI car go away].

ERIC: Yeah.

SAM: Eric, I need Jenny Waincroft's address.

[OPS center]

ERIC: Copy that.

CALLEN: Jenny reaches him, Sam?

[Silver Lake]

SAM: He didn't pick up, but she says he'll go to her place. FBI just left empty-handed. They're not happy. [He is!]

CALLEN: Where's Jenny?

SAM: Deeks and Kensi are taking her to the boat shed.

[OPS center]

ERIC: Address is on your phone, guys.

CALLEN: Meet you there. [Already going out]

SAM: Cool.

 

[Outside Jenny’s place, Sam is speaking in his phone]

ERIC: Yep.

SAM: Eric, I'm at the address. What's G's ETA?

 

 

ERIC: Callen's still 20 minutes out, Sam.

SAM: Thanks. [he cuts the call, knock at the door]

SAM: Matt Driscoll, Special Agent Sam Hanna, NCIS.

 (window blinds rattling)[Driscoll’s eyes appear]

SAM: Matt, Jenny sent me. [He puts his ID in front of the eyes]

[The eyes disappear, the door opens. Driscoll is scared].

DRISCOLL: Come on.

SAM: [without entering]: You alone?

DRISCOLL: Yeah. [Sam enters, Matt closes the door].

DRISCOLL: What the hell's happening? Is Jenny okay? She told me to go home. And I got there and...

SAM: You walked into something.

DRISCOLL: Who were they?

SAM: They want what you've got.

DRISCOLL: What could I possibly have...The decryption key. They want the decryption key.

SAM: The file's worthless without it.

[Driscoll hurries to write something on a paper]

DRISCOLL: Here. Give it to them, for God's sake. [He hands the paper to Sam]

SAM: That quick, huh?

DRISCOLL: That quick. [He sits down]

SAM [softly]: What did you download, exactly?

DRISCOLL: You can see for yourself. I can't... I can't look at it anymore. I can't keep doing it. This was Jenny's idea--putting this file together. She thought it would help.

SAM: Did you ever do a tour?

DRISCOLL: No.

SAM: Ever volunteer?

DRISCOLL: Is that what you think? I'm a coward?

SAM: Are you?

DRISCOLL: Every rotation, I volunteer. I always get knocked back. Same reason every time. Too valuable. We who stay behind serve, as well. You know, they give a medal for that. That's me-- too valuable, too good at what I do.

SAM: What do you do?

DRISCOLL: Turn names into numbers. People into statistics. Important stuff, right? Nobody's better at it. Good old Matt-- Mr. Numbers. You former military?

SAM: SEAL.

DRISCOLL: You'll never understand.

SAM: Try me.

DRISCOLL: Operational debriefs. After-action reports. Names. Places. Dead, wounded, breaking and broken. [He gets up, goes to the window, turning his back to Sam, as tears appear in his eyes]: You know what my C.O. said to me? No one in the military knows as much as I do in my field. No one. And at the end of the day, I just turn them into numbers. [He sees something outside through the window]: Your friends are here.

SAM: I'm only expecting one. [outside, the 2 mercenaries are almost in front of the door]:  There a back way out of this place?

[They are out, in the back alley; a van stops at its end, 3 men get down. Sam and Driscoll are hidden behind a wall].

SAM:  Eric, tell Callen we've got company. Kemp. Party of seven. [Near the van, Kemp and Elgin have joined the 3 guys].

ERIC: Copy that.

 

[OPS center. Eric comes to Nell sitting in front a computer].

ERIC:  Nell, I need a street map, six-block radius centered on Sam's current location.

NELL: Typing.

ERIC: And then alert Kensi and Deeks. Tell them to get down there. [He turns his mic on]: Callen, we've got a little problem.

 

[Jenny’s place. Sam and Driscoll try to stay hidden].

KEMP: You two, check the back.

MAN: All right.

KEMP: Move!

[Sam waited for the 2 checking the back, and knocks them down. He waves to Driscoll, speaks in his mic]

SAM: If you've stopped for doughnuts, I will be pissed.

CALLEN [driving on a freeway]: I can stop if you want. What's the sitrep?

SAM: Driscoll's with me. [They are walking in the streets] We're south of the apartment building. The cross street is 23rd.

CALLEN: Can you get to your car?

SAM: Kemp's flooding the area. [One of the man has a phone and looks at its screen]: They're boxing us in.

CALLEN: I'll be there in ten minutes.

SAM: Not sure we got ten minutes.

CALLEN: Wait, Sam, the FBI said they knew where Driscoll was every second. Kemp must have hacked into the system. Driscoll's bugged.

[Sam and Driscoll stop, hidden behind a car]

SAM: Give me your phone.

DRISCOLL: Here. [Sam opens it, puts it apart]: Hey. What the hell?

SAM: You're bugged with a GPS locator. Wristwatch, keys, anything electronic. Come on. Come on.

DRISCOLL: That's all I got. [Sam breaks the stuff, grabs Matt’s arm]

SAM: Come on, we got to keep moving.

CALLERN: What about a cab?

SAM: In L.A.? What, are you kidding me? Nowhere to run, G.

CALLEN: Be there in five.

SAM: Drive faster. [Kemp is getting closer]

DRISCOLL: Where to?

SAM: There. [He runs to an Hollywood Safari tour bus, gets in with Driscoll. The men can’t have seen them].

 

--------------------------------ZAPPING-----------------------------------------

 

WOMAN: The Hollywood Safari Tour will be leaving very shortly...

[Sam watches outside: Kemp is checking his phone, it’s the footage we saw at the beginning of the episode]

SAM: They're still tracking you. Empty your pockets. [Driscoll gives him something]: Garage remote. [He opens it, sees a bug].

 (clatters) [He throws it down, but it’s too late, both men get in the bus].

DRIVER: Excuse me. I need to see your pass.

KENP: Shut up. Close the door. [He has his gun]

 (door closes)

(beeping) [Elgin sees the garage remote broken on the ground]

ELGIN: Listen up. Stay in your seats, stay calm...and please don't move.

KEMP: Anybody tries to text or make a phone call, they're dead. Now, which one of you is Matt Driscoll?

 (gun fires, people screaming)

[Driscoll wants to stand up, Sam puts his hand on his leg to prevent it].

KENP: Show yourself, Driscoll, or we kill everyone on this damn bus.

ELGIN: Get up.

SAM: Wait. Wait. I'm Matt Driscoll.

(gun hammer cocks) [The shoot hits…Driscoll] (passengers screaming) (groans)

KEMP: The FBI assigns you one agent. (clicking tongue): You're worth more than that, Driscoll. Off the bus. Move.

[Sam glances at Matt, who looks at him, gets out of the bus]

SAM: I don't have the decryption key.

KEMP: You still don't get it, do you? It's not the file I want. It's your talent to get into the Pentagon database. You have any idea how much that's worth to me?

[A third mercenary is running to them]

MAN: That's not him. That's not Driscoll.

 (tires squeal) [Callen’s here at last ! Sam grabs the 3rd man and uses him like a shield: Kemp and Elgin wants to shoot Sam and their man gains the bullets. Callen shoots from his car, Sam from behind his shield. The other men came with the van, but Sam and Callen manage to shoot all of them]

SAM: Eric, I need an ambulance now. Multiple casualties. One of them is Driscoll.

ERIC: On it.

[Kensi and Deeks stop their car, Sam is already in the bus, Callen follows his partner, checks the driver].

[Driscoll is still alive] (wheezing softly)[Sam leans towards him]

SAM: Help's on the way. You hang in there. You hear me, Matt? Help's coming.

[Driscoll is weak, he tries to whisper something]

DRISCOLL: Names...not numbers. [The light in his eyes vanishes, leaving them fixed, blank, empty. There’s a lot of pain in Sam’s glance to Callen].

 

 (camera shutter clicks) [Kensi takes photos of the mercenaries. A car stops behind her: Frisbee and his partners are getting out. Frisbee doesn’t look neither Kensi nor Deeks, he hurries to the bus. Sam has just gone down. He grabs Frisbee’s throat]

SAM [angrily]: It's too late. [Frisbee tries to get in]: Next time you want to entrap someone, be prepared for the consequences. [Frisbee sees Callen who is just behind his partner, nodding to back Sam’s words. Frisbee doesn’t say anything but leaves the agents].

FRISBEE [To his team members]: Come on, get in the car.

 

[Boathouse. Jenny is sitting in front of Sam, in the questioning room, crying slightly]

JENNY: Every time he applied for a posting, I prayed they'd say no. And they did. Made me happy. Made him sad.

SAM: He said releasing the file on the Internet was your idea.

JENNY: I thought it would help him. He was so haunted by his work…[She regains control]: What happens now?

SAM: There'll be an investigation.

JENNY: And the FBI?

SAM: Them, too.

JENNY: I did it for Matt. So he'd have something he could be proud of. [She looks at Sam, who obviously doesn’t understand]: You haven't looked at the files.

SAM: No.

JENNY: Agent Callen mentioned that Matt said something. [Sam nods, she waits, so sad…]

SAM: Your name. [She starts crying, he puts his hands on her hands] (sniffles)  (sobs)[Sam gets up and leaves the room, joins Callen who looked at them on the screen].

CALLEN: FBI is on their way over.

SAM: I'll wait with her. (liquid pours) [He takes coffee].

CALLEN: Which would suggest that I'm going somewhere? [Sam hands the paper Driscoll wrote for him]

SAM: For Eric. [Callens reads, understands].

CALLEN: What did Driscoll really say before he died?

SA[softly]: "Names, not numbers."

 

[OPS center. Eric is typing]

CALLEN: See if that works. [He hands the paper to Eric]

ERIC: Decryption key. [He stares at Callen who nods]

[Kensi and Deeks come in]

DEEKS: Hetty's looking for you. [He’s speaking to Callen]: Something about unfinished business. [Callen is puzzled].

ERIC: It works. They're all Special Forces. [On the screen, pics are scrolling, photos and names…]

DEEKS: Somebody want to explain why this is so sensitive?

CALLEN: It's not. The FBI just thought it might be.

ERIC: So, what is it, exactly?

CALLEN: A tribute.

KENSI: To the fallen.

CALLEN: Driscoll wasn't accessing confidential information to steal secrets. He was compiling the names of soldiers killed in classified missions. Names, not serial numbers.

 

[Armoury. Callen is cleaning his gun. Hetty joins him].

CALLEN: You know I didn't fire my first gun until I was 20?

HETTY: Ah. A necessary evil in our trade, I'm afraid.

CALLEN: We are a violent bunch, aren't we? Humans.

HETTY: Sometimes. But we can also be poetic, musical, spiritual, compassionate.

CALLEN: So what is it that made Driscoll do what he did?

HETTY: Oh... misguided... frustration. Throughout history, warriors were heralded. Stories were told, songs were sung, statues were built. Today, it's easy to forget the sacrifices our men and women make when much of the country is more concerned with dancing celebrities.

CALLEN: This is starting to sound an awful lot like a pep talk on why we keep doing this.

HETTY: I don't need to tell you that. No. This is where I give you a chance to feel better by granting you a rematch…Climbing wall...ten minutes.

CALLEN: And what makes you think I want a rematch?

HETTY: I just thought you'd like to dispel the rumor going around that, um, you were owned when we last met.

CALLEN: Yeah. [Hetty enjoys his face!].

 

[The gym. Hetty has started to climb. G. is still on the ground…].

SAM: You can't hold back, G. You got to go for it. You win up here, [He points his brain] not up there [the top of the wall]: Don't look. She's just going to think you're nervous.

CALLEN: Thank you, coach. (chuckles): I'm not nervous. I'm... resigned.

HETTY: Come on, Mr. Callen. I can't hang out up here all night.

SAM: You don't want her beating you before you even get to the wall.

CALLEN: She's already beaten me three times.

SAM: Best of seven-- you can do it.

CALLEN: So I can lose one more time?

SAM: Where's your fighting spirit, G?

CALLEN: Sam, it's Hetty. [Both stare at her…Callen shakes his head, Sam nods].

SAM: (chuckles) [The screen is black] : You're screwed.

 

Kikavu ?

Au total, 113 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

sammarie24 
04.07.2019 vers 15h

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

quimper 
09.06.2019 vers 01h

schumi 
12.04.2019 vers 22h

Casey5102 
06.04.2019 vers 20h

Jamie08 
19.03.2019 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (12.04.2019 à 22:56)
Quelle chute de Callen... l'escalade c'est dangereux. La guerre fait des ravages même loin des champs de bataille on dirait. Je n'ai jamais cru que sam allait mourir mais quel carnage. C'était une belle idée que cet hommage même si c'est illégal.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier 13 Reasons Why est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | 13 Reasons Why

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne M6

10.15 : L'armée de l'ombre (inédit)
Samedi 29 juin à 21:00
1.27m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.14 : Écran de fumée (inédit)
Samedi 22 juin à 21:55
1.34m / 8.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.13 : Anges-gardiens (inédit)
Samedi 22 juin à 21:05
1.49m / 8.6% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.11 : Sortie de route (inédit)
Samedi 15 juin à 21:05
1.32m / 6.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.09 : Monnaie d'échange (inédit)
Samedi 8 juin à 21:00
1.58m / 8.2% (Part)

Logo de la chaîne CBS

10.24 : False flag (inédit)
Dimanche 19 mai à 22:00
5.28m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
résultats sondage

résultats sondage
Je clos le sondage en cours depuis le début de la saison 10. Il vous demandait :  Nous avons...

Calendrier

Calendrier
Les vacances sont enfin là pour nos acteurs et leurs fans.  Choup37 nous a donné un avant goût de ce...

Audiences 10x15 et 10x16 sur M6 !

Audiences 10x15 et 10x16 sur M6 !
Samedi dernier, M6 diffusait les quinzième et seizième épisodes de la saison 10 inédite de NCIS :...

La saison 10 continue ce soir sur M6 !

La saison 10 continue ce soir sur M6 !
M6 continue la diffusion de la saison 10 inédite de NCIS : Los Angeles ce samedi avec deux épisodes...

anniversaire

anniversaire
Aujourd'hui c'est un jour spécial pour un agent très spécial. Chris O'Donnell qui joue le rôle de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

Supersympa, Avant-hier à 17:09

13ème et dernier duel de l'animation "Angel vs Dollhouse" qui oppose... Angel et Echo !

Supersympa, Avant-hier à 17:10

Rendez-vous sur le quartier Dollhouse.

choup37, Avant-hier à 18:48

Il est toujours temps de se lancer dans la bataille de Kaamelott! Des cards vous attendent en échange d'un coup de main sur le quartier..

choup37, Avant-hier à 18:48

.. notamment pour transférer les fiches acteurs, avis aux fans !

ophjus, Hier à 22:28

Bonsoir, nouveau sondage sur le quartier Sherlock, ouvert à tous !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site