VOTE | 476 fans

#218 : La voie des armes

 

Sam reprend un de ses anciens pseudonymes et embarque pour un vol aller-simple vers le Yémen, dans l’espoir de retrouver le chef d’un groupe terroriste, afin de porter secours au fils d’un prince Saoudien pris en otage...

** Captures de l'épisode **

Popularité


4.22 - 9 votes

Titre VO
Harm's Way

Titre VF
La voie des armes

Première diffusion
01.03.2011

Première diffusion en France
26.11.2011

Photos promo

Callen prépart sa valise pendant que Nate le brief

Callen prépart sa valise pendant que Nate le brief

Sam rempli son inscription dans l'hôtel et Callen prend ses clefs

Sam rempli son inscription dans l'hôtel et Callen prend ses clefs

Nate  Getz joué par Peter Cambor devant son rdinateur

Nate Getz joué par Peter Cambor devant son rdinateur

Sam/Hakeem arrive au Yemen

Sam/Hakeem arrive au Yemen

G rejoint Sam discretement à l'accueil

G rejoint Sam discretement à l'accueil

G est prêt pour partir faire son rôle sous couveture.

G est prêt pour partir faire son rôle sous couveture.

Le psychologue du NCIS Nate Getz

Le psychologue du NCIS Nate Getz

Sam/Hakeem à l'accueil de l'hôtel

Sam/Hakeem à l'accueil de l'hôtel

Callen surveille Sam pour qu'il ne soit pas démasqué

Callen surveille Sam pour qu'il ne soit pas démasqué

Plus de détails

Scénariste : Shane Brennan 

Réalisateur : Tony Wharmby

Guests :

Peter Cambor ............................ Nate Getz
Hakeem Kae-Kazim
 ............................ Abdul Habaza
Jim Hanna ............................ Manager de l'hôtel
Said Faraj ............................ Manager de l'hôtel au Yémen
Joaquin Mas ............................ Amir
Sam Younis ............................ Père de Amir

 

Flash back sur l’épisode 14 de la saison 2 : Moe se fait agresser en prison, sur l’ordre d’Abdul Habaza, comme il le confie à Sam une fois admis à l’hôpital. Pour finir par être torturé et assassiné par ce même Abdul. Hetty veut être certaine, avant d’envoyer Sam dans la prison avec Moe, que son but est de mettre la main sur un dangereux terroriste, et non pas de protéger le jeune homme dont il se sent responsable. Puis Abdul promet à Sam de lui faire parvenir un passeport pour qu’il quitte le pays et rejoigne la cause. Sam pulvérise  un peu du marqueur d’Overwatch sur sa nuque quand ils se donnent une accolade avant de se séparer. Eric peut ainsi  suivre le terroriste  jusqu’au Yémen, à Sanaa, la capitale. Et devant l’écran, Hetty promet à Sam qu’un jour, quelque part,  il aura ce qu’il veut : venger la mort de Moe.

 

Dans la rue de ce qui semble être un village  du Moyen-Orient, un homme se débat avec une chèvre qu’il traine accrochée à une corde. Descendant en trombe les escaliers d’une grange, un petit garçon s’élance dans la rue. Il est poursuivi par un puis plusieurs hommes armés. Il fuit, mais la portière d’une voiture qu’il croise s’ouvre, et il est ceinturé : des bras l’immobilisent. Un homme descend calmement du même véhicule : Abdul Habaza. Il réclame quelque chose en arabe au chauffeur qui l’a rejoint. C’est un pistolet. Il l’arme, puis, sous les yeux du gamin, il le présente à l’homme qui l’avait attrapé. Il ne prononce que deux mots : « tue le » ! L’enfant regarde l’arme Il est terrorisé mais ne crie pas, ne pleure pas. Puis ses yeux  plongent dans ceux de celui qui doit utiliser le pistolet : c’est Sam ! Qui détourne le regard, soupire, puis fixe Abdul.

 

GENERIQUE

Trois jours plus tôt, G. est déjà en train de se servir du café quand Sam se pointe au QG, en retard. G. veut absolument savoir pourquoi,  Sam n’a pas envie de lui répondre. Il s’assure auprès de Kensi que c’est bien le jour de reprise du travail de Deeks.  G.  énumère les causes potentielles de cet horaire inhabituel pour son équipier : trop de margaritas pendant l’Happy Hour de la nuit ? (Sam ne boit pas de margaritas) ; absorbé par son cours de yoga ? (pas de cours de yoga, mais Sam rigole) ; trop de monde au marché des producteurs ? (c’est le dimanche, pas en semaine) ; pas entendu son réveil ? (grimace);  Hetty s’est encore garée sur son emplacement ?  mais ils en ont parlé, il faut qu’il soit sympa avec elle (Hetty ne lui a pas pris sa place de parking). Sam finit par craquer et avouer qu’il surveillait Deeks, qu’il vérifiait s’il avait compris la leçon vis-à-vis de la sécurité, mais qu’il en avait eu marre d’attendre devant chez lui qu’il se pointe. Il avait sans doute eu une panne d’oreiller. Kensi attrape son téléphone, s’il dort encore, il faut le réveiller. Mais l’appel est reçu...dans le sac de Sam. Interloqué, celui-ci sort le téléphone du fond du sac, et se le fait arracher des mains : « c’est pour moi », lui dit...Deeks qui vient d’arriver. Toujours au téléphone, Kensi lui demande comment son téléphone a pu atterrir dans le sac de Sam. Il répond qu’il l’a glissé dedans quand l’ex-SEAL faisait la queue pour acheter son café. Triple, pas trop fort, écrémé et mousseux. Ils raccrochent, Kensi et G. se marrent devant la tête de Sam. Qui ne  croit pas que Deeks l’ait suivi au café, il l’aurait repéré. Effectivement, il surveillait le café. Or Sam a changé de café tous les jours, trois fois depuis le début de la semaine. Il est sûr que Deeks est resté devant le même café pendant ces trois jours. Pourtant son téléphone était bel et bien dans le sac de Sam, qui n’en démord pas : il l’aurait vu, si Deeks l’avait approché ! Le coup de sifflet d’Eric met fin au débat. Ils ont entendu l’ordre, ils connaissent l’exercice, c’st en haut que ça se passe. G. traine pour rester seul avec Deeks, afin de savoir « qui, et combien » : Deeks ne fait aucune difficulté pour lui dire qu’il a donné 20 dollars à un écolier. Discrètement, ils se tapent dans la main...

 

C’est Hetty qui les accueillent à l’étage : Sam vient de recevoir un mail, plus précisément, on vient de donner par courrier électronique une adresse, un jour et une heure à Hakeem Fayed, sur l’adresse donnée par Abdul Habaza avant qu’ils ne se séparent. Un rendez-vous pour l’après-midi même. Impossible de remonter à l’expéditeur. Quant à Abdul, rentré au Yémen via l’Egypte depuis presqu’un mois, il parait devoir  quitter bientôt la capitale Sanaa. Hetty rappelle que l’opération qui le concerne a pour but de mettre la main sur le leader terroriste des Guerriers de l’Islam, son frère Sadaat. Or jusqu’à maintenant ils ne semblent pas encore avoir été en contact. Sadaat est passé dans la clandestinité 18 mois plus tôt, sans doute dans le sud du pays. Des communications téléphoniques interceptées, en plus de prouver qu’il est toujours vivant,  laissent penser qu’un rendez-vous est prévu entre les 2 frères dans les 15 jours à venir. Le problème, c’est que le marqueur d’Overwatch pulvérisé sur la nuque d’Abdul commence à s’effacer. Il n’est déjà plus visible dans les bâtiments, difficilement repérable en ville, et sera bientôt définitivement perdu, dans une semaine au plus. Sam veut donc aller à ce rendez-vous donné à Hakeem. Hetty met les choses au point : la cible est Sadaat, pas seulement Abdul. Eric s’interroge : que faut-il répondre au mail ? C’est Sam qui s’en charge, il écrit « Allahu Akbar » (Allah est le plus Grand) et fait partir le mail. Il sort, l’air buté. Hetty reste seule, songeuse.

 

Callen  gare l’Aston Martin dans West Hollywood. L’appartement où Hakeem a rendez-vous a été  loué, en liquide,  par un certain Jones (pas de rapport avec Nell !) ; G. est un peu inquiet, ça pourrait être un piège. Sam en est conscient, mais le jeu en vaut la chandelle. Il va frapper à la porte de l’appartement. Pas de réponse ; il essaie la poignée : la porte n’est pas verrouillée. Il prévient G., ouvre légèrement la porte, glisse un œil, appelle. Pas un bruit. Sur ses gardes, il pousse un peu plus la porte, et entre. Un corps ensanglanté est allongé face contre terre. G., alerté, veut rejoindre son équipier, mais Sam a peur que les lieux soient sous surveillance. Arme au poing, il fait le tour des pièces. G. s’impatiente dans la voiture, Sam, découragé, lui dit qu’ils sont dans une impasse. Avant de reprendre espoir : sur la table, il y a une enveloppe, sur laquelle il aperçoit une prénom : Hakeem. Protégeant ses doigts d’un mouchoir, il fait tomber le contenu sur la table. Il s’agit d’un passeport au nom d’Hakeem Fayed, avec la photo de Sam, et d’un billet d’avion pour le Yémen. Pour du tourisme.

 

Plus tard, au QG, Deeks et Kensi briefent Sam et Callen sur le mort de l’appartement, Freddie John Fanning, envoyé en prison dans le années 90 pour contrefaçon. Il semble qu’il soit LE type à voir si on a besoin d’une nouvelle identité et des papiers qui vont avec. Il a été exécuté environ 2 heures avant que Sam le trouve, d’une balle dans la tête. La photo provient de la prison, quelqu’un l’a donnée à Fanning, ou bien il est allé la chercher directement dans les données carcérales. Hetty, surgie de nulle part comme d’habitude, pose la question qui fâche : la véritable identité de Sam a-t-elle été compromise ? Mais celui-ci hausse les épaules, c’est l’éternelle question pour quelqu’un qui bosse sous couverture. Hetty insiste, c’est quand même quelqu’un qui fait commerce d’identités qui vient de perdre la vie juste après s’être occupé de celle de Sam. Mais pour ce dernier, l’enjeu est important : Abdul le fait venir au Yémen,  au moment où ils vont le perdre ; et sans Abdul, pas de Sadaat. Eric vient apporter de l’eau à son moulin : les Guerriers de l’Islam réclament à l’Arabie Saoudite la libération d’une douzaine de membres d’Al-Qaida emprisonnés à Ryad, en échange de la vie d’un otage. Callen se détourne, les saoudiens ne négocient pas avec les terroristes, l’otage peut être considéré comme déjà mort. Mais Nell les fait tous sursauter : l’otage a 7 ans. C’est le fils d’un prince saoudien très proche du roi. Enfin,  Hakeem vient de recevoir un mail d’un hôtel de Sanaa qui confirme la réservation d’une chambre. Sam fixe Hetty. Celle-ci cède : Eric doit répondre à l’hôtel que Hakeem est en route ; G. ira là-bas en soutien, et elle va déplacer en complément  quelques atouts présents dans la région ; Deeks et Kensi se chargeront de vérifier si oui ou non Sam a été démasqué. Chacun part s’occuper de sa mission, sauf Callen et Sam. Hetty plante son regard dans les yeux de l’ex-SEAL : s’il a le moindre doute, aussi léger soit-il, que sa couverture ait été mise à jour, il devra prendre le premier avion en partance du Yémen. Sam le lui promet, avant d’aller faire ses bagages. Callen le suit sans rien ajouter, il glisse simplement un regard aigu à Hetty, mélange d’approbation et d’inquiétude partagées. Restée seule, Hetty prend son téléphone et appelle le directeur Vance : elle veut savoir s’ils sont toujours en relations avec ce type de la CIA qui dirigent les opérations au Yémen. On n’entend pas la réponse du Directeur, mais elle lui conseille de lui envoyer une bouteille de Bourbon, ils vont sans doute avoir besoin de lui...

 

Quand elle rejoint G. qui met la dernière touche à ses préparatifs en glissant de nouveaux papiers d’identité et de l’argent dans son portefeuille, Hetty est mal à l’aise. Elle a pris la seule décision possible, et pourtant elle la regrette. Comme G. va faire le voyage en temps que responsable des achats pour le rayon textile d’une grande chaine de magasins, elle lui demande de lui ramener un joli Futah...et Sam. Il boucle son sac, tout est prêt. Hetty ne peut s’empêcher de demander : et Sam ?  Callen  soupire. Il sait qu’elle aurait aimé envoyer quelqu’un d’autre là-bas. Pas lui ? G. prend son temps pour répondre. Il ramasse son sac et fait face : Sam va faire ce qu’il faut. Hetty n’est pas rassurée : il ne faut pas qu’il en fasse plus que nécessaire, et même plutôt moins  ; elle veut être certaine qu’il puisse repartir au cas où ; venger Moe n’est pas le but de la mission. G. sait tout ça, il faut  qu’il en soit de même pour Sam. G. marque son accord d’un signe de tête, et se dirige vers la sortie. Hetty le rappelle : de couleurs vives ! Callen n’y est pas, elle précise : le Futah ! Un sourire et un petit ricanement de compréhension ; il reprend sa marche.

 

A Sanaa, capitale du Yémen, Sam a pris un taxi pour rejoindre son hôtel. Il se dirige vers la réception. Callen est déjà là, buvant le thé, lisant son journal, et surtout surveillant ce qui se passe autour de lui. Quand le réceptionniste confirme la réservation de Hakeem, un serveur dissimulé derrière un pilier lève la tête et écoute de toutes ses oreilles. Callen a remarqué son manège. Il se lève et réclame sa clé, au moment où Sam en termine avec ses formalités. Ils se retrouvent « par hasard » dans l’ascenseur. Callen explique l’attitude du serveur à Sam, qui en déduit qu’Abdul doit déjà être au courant de son arrivée, et qui en échange montre un numéro de téléphone glissé dans une enveloppe que le réceptionniste lui a donnée. G. lui met dans la main un émetteur GPS miniature, à enclencher quand il se déplacera. Trois petits coups et G. interviendra : il compte rester à moins de 2 mn de son copain. La chambre n’est réservée que pour une nuit : Sam va bientôt déménager. Quand les portes de l’ascenseur s’ouvre à l’étage de Callen, il sort lentement, sur un dernier conseil : vas-y doucement, Sam. Dans sa chambre, une valise est posée sur le lit à côté de son sac ; on entend un bruit d’eau qui provient de la salle de bain. G. soulève le couvercle, et ne semble pas étonné du contenu : 2 pistolets, les chargeurs et les boites de munitions correspondants, une boite avec un viseur dessiné, et un téléphone satellite que G. prend en main, avant de demander sans lever la tête, ce que l’on ressent quand on est l’atout d’Hetty au Yémen. Le bruit d’eau s’est arrêté, la porte de la salle de bain s’ouvre, et tout en s’essuyant les mains, un homme répond : « c’est dangereux ». Il échange un regard plein d’amitié avec G. qui le regarde approcher, heureux (dans une certaine mesure, vues les circonstances) de revoir...Nate.

L’ex-psychologue se met immédiatement au travail sur son ordinateur portable pour établir une liaison satellite avec Los Angeles, pendant que Callen charge les armes et les fourre dans un sac à dos, avec le contenu de la valise. Hetty a fait revenir Nate au Yémen une semaine après Abdul. Il y avait des contacts au gouvernement, des gens qui l’avaient rencardé sur les Guerriers de l’Islam. La « quincaillerie », mieux valait ne pas demander d’où il la tenait. G. griffonne sur un carnet le numéro que Sam lui a montré dans l’ascenseur, il faut qu’il soit transmis à Eric. L’otage n’a pas été choisi au hasard : c’est l’unique garçon d’un des Princes les plus puissants du gouvernement saoudien. Kidnappé depuis une semaine, mais la nouvelle n’avait été rendu publique que la veille. Peut-être parce que le père a essayé de négocier directement avec les ravisseurs, mais le gouvernement de son pays ne cèdera à aucune de leurs demandes. Sur place, tout le monde pense que Sadaat est derrière tout ça, mais c’est Abdul qui est à la réalisation. Ils n’ont pas encore établi de contacts directs. Nate soupire : pour Abdul, il est mort. Le risque de tomber sur lui est très faible, mais il ne faut pas risquer de compromettre Sam. Il jette donc des clés de voiture à Callen, devenu responsable du ravitaillement.

 

Deux étages plus haut, Sam compose le numéro que le réceptionniste lui a remis. C’est bien Abdul qui lui répond. Sam se montre très heureux d’être là, et impatient de le rencontrer. Cela tombe bien, il est déjà devant la porte de sa chambre. Ils se donnent une « franche » accolade. Comme Abdul veut savoir si Sam a pu quitter le pays sans problème, il lui répond que le type qui devait lui remettre le passeport est mort. Abdul est au courant : l’homme réclamait plus d’argent, menaçant de ne pas délivrer le document, il ne leur avait pas laissé le choix ! En fait, Abdul est venu chercher Sam, il a une voiture qui les attend devant l’hôtel, ils s’en vont tout de suite. Il reste mystérieux sur leur destination : il faut être patient, Allah révèle tout à son heure...Sam s’est détourné le temps d’activer son GPS, il empoigne son sac et sort avec Abdul.

 

Dans la chambre de Callen, le récepteur GPS se met à bipper, indiquant aux deux hommes que Sam est sur le départ. S’il n’a pas prévenu G., c’est qu’il n’est pas seul. Celui-ci se précipite donc, il doit rester en contact avec son copain. Nate va mettre le QG au courant. Il a garé la voiture derrière l’hôtel. Callen court, mais l’ascenseur est pris (par Abdul et Sam). Il dévale donc l’escalier, à temps pour voir des silhouettes s’engouffrer dans une voiture. Il se rue sur l’arrière de l’hôtel. Mauvaise surprise : la voiture décrite par Nate, sa voiture, est coincée quasiment pare-chocs contre pare-chocs à l’avant comme à l’arrière. Il laisse tomber son sac, il a senti le danger derrière lui une fraction de seconde avant que le serveur ne le frappe avec une lame. Le combat est bref, l’homme est projeté à  terre, et Callen lui brise la nuque d’un coup sec. Sans perdre de temps, il charge le corps à l’arrière de sa voiture, monte par le côté passager, et, sans douceur, entreprend de dégager son véhicule. Quelques bosses et bris de verre plus tard, il démarre en trombe au milieu des cris de la foule. Il attrape son téléphone,  compose le numéro du QG. Eric vient juste de recevoir le signal de la balise de Sam : il a déjà presque 6 km d’avance sur son équipier. Celui-ci va devoir se rapprocher. Sur l’écran, un point rouge apparaît  auprès du signal de Sam, dans les rues de Sanaa : le capteur Overwatch d’Abdul. Réalisant que Sam est déjà avec le terroriste, Eric prévient G., qui ricane : il le sait déjà, il a eu un petit problème avec un de ses hommes. Hetty s’inquiète : est-ce que Sam est démasqué ? Callen la rassure, c’est un employé de l’hôtel, il n’a pas eu le temps d’avertir Abdul, et maintenant il « voyage » avec lui. L’important pour l’instant, c’est de ne pas perdre Sam de vue. Callen raccroche, il a besoin de toute son attention pour la route. Au QG, où tout le monde est rassemblé, ils remarquent qu’Abdul se dirige vers le Sud, là où son frère est censé se trouver. Peut-être que finalement, ils vont enfin se rencontrer, et sous les yeux de Sam. Tout ne va donc pas si mal.

 

La voiture des terroristes a quitté la capitale et s’enfonce dans une zone désertique. Sam demande s’ils vont bien vers le sud. Abdul se montre soupçonneux, mais Sam lui met sa montre sous le nez : il est presque l’heure de la prière de midi, il cherche seulement la direction de la Mecque. Abdul fait arrêter la voiture, ils doivent remplir leurs devoirs religieux. En attendant l’heure, ils discutent un peu, du pélerinage à la Mecque que Sam espère bientôt pouvoir réaliser, du frère d’Abdul, un leader tel que leur cause ne peut que réussir. D’autant qu’il prépare une action qui va montrer au monde entier le pouvoir réel des Guerriers de l’Islam. Ce jour de gloire est très proche. Abdul s’éloigne, Sam, resté seul, voit passer une voiture dont il connait bien le conducteur. Le regard perdu dans la poussière, il répond à Abdul « Allahu Akbar ».

 

Dans la voiture qui s’éloigne, Callen rappelle Eric, pour lui annoncer qu’il a rétabli le contact, et qu’il compte rester deux minutes devant. Eric peut annoncer au QG que G. est de nouveau dans la partie.

 

La voiture d’Abdul s’engage dans les rues poussiéreuses d’un village. Il fronce les sourcils : là, en face d’eux, un gamin court, poursuivi par des hommes armés. Il ordonne rapidement au chauffeur d’arrêter le véhicule, et à Sam d’attraper le garçon. C’est la scène qui a ouvert l’épisode. Abdul est furieux, le premier poursuivant de l’enfant baisse la tête sous son regard accusateur. Le terroriste emprunte le pistolet du chauffeur, le charge, sous l’œil attentif de Sam, à qui il le tend en  disant « tue-le ». L’enfant ravale sa salive, les yeux rivés sur la main de Sam. Qui hésite, soupire, se retourne vers Abdul et lui lance que s’il doit s’exécuter, il faudrait d’abord qu’Abdul lui fasse confiance et  lui donne une arme chargée. Le garçon soupire, soulagé. Sam rend l’arme à Abdul, conscient qu’il vient de passer un test. Comme tous ceux qui côtoient Abdul, comme il le confirme en souriant. Avant de mettre en place un chargeur dans le pistolet, de viser le gardien du gamin, coupable de négligence, et de l’abattre. Pour montrer à tous ses hommes combien l’enfant leur est précieux. Il le confie à Sam, qui devra en répondre sur sa vie.

 

La nuit est tombée sur le village. Des feux sont allumés dans des bidons, il fait froid. Sam se réchauffe les mains au-dessus de l’un d’eux, avant de s’approcher d’un vieil homme qui lui verse de la soupe dans un bol. Abdul s’approche, veut savoir où est le gamin. Sam l’a laissé sous la surveillance d’un comparse, Rafiq,  le temps de venir lui chercher à manger. Il essaie d’en savoir un peu plus sur lui, mais Abdul n’est pas décidé à lui confier quoi que ce soit, sauf qu’il ne va pas demander de rançon ni exiger d’échange de prisonniers (ce que pourtant ils ont fait…). Sam insiste, rejoint Abdul devant un barbecue où il prend une galette de pain. Mais le yéménite se contente de lui taper gentiment sur l’épaule. Il saura très bientôt, en attendant, il ne faut pas qu’il quitte le garçon d’une semelle. Sam retourne dans la pièce où l’enfant est assis, libère Rafiq,  se pose à côté du gamin, coupe un peu de pain. Le garçon  est visiblement affamé. Sam essaie de nouer le contact avec Amir, mais l’enfant se contente de fixer le pain. Alors Sam lui parle doucement, lui explique qu’il ne va pas lui faire de mal, ni laisser personne lui en faire. L’enfant fait signe de la tête qu’il a compris. Sam trempe son pain dans la soupe, prend une bouchée. Il veut que le gamin mange, c’est bon, hmmm. Le garçon craque, attrape le pain, le trempe, avale goulûment, au grand plaisir de Sam. Qui lui fait une seule recommandation : quoi qu’il arrive, il faut qu’il reste près de lui.

 

Au même moment, le village est surveillé à travers des jumelles infrarouges. C’est Callen, dissimulé derrière un mur, le téléphone collé à l’oreille parce qu’Eric veut savoir s’il est réchauffé. Ce qui n’est pas vraiment le cas. En tout cas, il a compté au moins cinq hommes armés. Hetty intervient : est-ce que Sam est là ? oui ! Sadaat ? Non, mais ils ont l’air d’attendre quelque chose ; ou quelqu’un. Hetty se fait tranchante : à la minute où la présence de Sadaat est confirmée, elle veut que ses deux agents se mettent hors de danger. Callen lui rappelle que le garçon est ici. Mais pour la boss, le but principal de la mission est la confirmation de la jonction entre les deux frères. G. réplique qu’il ne partiront pas sans l’enfant, et il raccroche rageusement. Eric regarde Hetty qui lui jette un bref coup d’œil inquiet et furieux en retour.

 

Deeks et Kensi, pendant ce temps, assis côte à côte, le même coude sur la table, la tête appuyée sur le même bras, contemplent le dossier de Fanning sur l’écran devant eux, cherchant désespérément l’élément qui leur échappe. Pas de suspect, pas d’arme du crime, pas de  témoins, aucune piste, aucune preuve. Kensi se lève pour faire le point. Fanning est embauché pour fabriquer un faux passeport. Il fait le travail, et se rend dans l’appartement de Mr Jones pour le livrer. Ils ne sont plus d’accord sur la rémunération, ou Mr Jones préfère effacer ses traces, toujours est-il que Fanning est exécuté. Voilà, ils ont mis le doigt sur un indice : Jones travaille pour Abdul. Il est donc possible qu’ils se soient rencontrés avant que le terroriste s’envole pour le Yémen, afin qu’il lui donne les infos sur Sam. Or Jones n’a loué l’appartement où Fanning est mort que pendant une semaine. Donc s’ils se sont vus, c’est peut-être chez Jones…

 

Nell met sur écran ce qu’ils ont sur Abdul : il a quitté le pays le lendemain de son évasion, avec un faux passeport. Il a donc fallu qu’il le récupère. Comme le terroriste était « marqué », Overwatch leur donne le lieu où il a passé sa dernière nuit américaine : un hôtel de West Hollywood. Deeks et Kensi retrouvent le sourire : voilà une piste, peut-être même des témoins.

 

Le patron de l’hôtel a sorti son registre de la nuit en question, mais un soir de semaine, c’est toujours calme, et il est catégorique : il n’y a eu aucune chambre attribuée ce jour là. Comme Nell était tout aussi sûre d’elle, il faut qu’Abdul ait partagé la chambre de quelqu’un d’autre. Il faut donc faire le tour des clients. Comme ils n’étaient que 3, cela va être vite fait. Un couple marié, qui fait ricaner le patron : elle avait l’âge d’être sa fille ! Eliminé ; une femme qui vient tous les mois à la même date depuis…27 ans ! Eliminée ; la 3ème chambre était occupée toute la semaine, mais aucun nom n’apparait : c’est normal ce n’est pas un client mais le gardien de nuit : Félix. Qui justement referme la porte de sa chambre, avant de se diriger vers sa voiture. Le patron de l’hôtel l’arrête, des flics veulent lui parler : il fait un geste vers Deeks et Kensi qui l’accompagnent. Félix se fige, ses yeux balaient les alentours. Kensi demande à Deeks s’il s’agit d’un témoin ou d’un suspect ; il choisit la deuxième option, parce que Félix sort une arme et fait le tour de son pick-up pour se mettre à l’abri avant de tirer. Deeks et Kensi entraîne le patron médusé derrière une voiture. Pas de doute, Félix est devenu leur principal suspect. Ensemble, ils se lèvent et tirent pour avancer vers le pick-up. Félix réplique, puis grimpe dans son véhicule par le côté passager. Il fait une rapide marche arrière, embraye la marche avant pour gagner la sortie du parking, mais les deux agents postés sur son chemin ne lui laissent aucune chance. Son pick-up s’immobilise contre une voiture. Deeks vérifie son pouls. Félix est lui-aussi éliminé…

 

Les deux agents vont alors fouiller sa chambre. Il y a un ordinateur portable sur la table, mais il est en arabe. Deeks fait le tour des lieux : pour un type qui vit là depuis 18 mois, la vieille télé fait tâche, il aurait dû se payer un écran plasma géant ; pas de bière dans le frigo, pas de vêtements sales et puants dans le coin de l’armoire, pas de boites de pizzas qui trainent, ce type ne peut pas être américain !

Effectivement,  Kensi qui fouille une valise découvre un passeport colombien. Mais les colombiens ne parlent généralement pas arabe. De la doublure de la valise, Kensi sort un deuxième passeport, yéménite celui-là, toujours avec la photo de Félix ! Seulement le nom de son propriétaire les laisse sans voix : Sadaat Habaza. Ils viennent de retrouver le frère d’Abdul…

 

Deeks et Kensi se hâtent de retourner au QG. Sadaat était à Los Angeles depuis de long mois, voilà pourquoi personne ne l’avait vu au Yémen. Mais diriger un groupe terroriste à des milliers de kms de distance frise l’impossible. Nell a vérifié toutes leurs infos à partir de ce nouvel indice, et est arrivée à la conclusion qu’Abdul est le véritable patron des Guerriers de l’Islam. Autre mauvaise nouvelle : le groupe a donné une heure aux saoudiens pour satisfaire leurs exigences. Or Abdul sait très bien qu’ils ne changeront pas d’avis…Eric intervient, il a réussi à pénétrer dans l’ordinateur de Sadaat, et accéder à ses mails. En arabe. Nell fait une rapide traduction. Sadaat a été tuyauté par un mail du département d’Etat à l’Ambassade des Etats Unis au Yémen : il sait que Nate est au Yémen ; en pièces jointes, il y a des photos de Nate datant d’une semaine après l’évasion d’Abdul ;  lors de laquelle Sam l’a poignardé. Nate est démasqué, et donc Sam aussi. Son faux passeport, son billet pour le Yémen, étaient là pour le piéger : un agent fédéral américain est un atout autrement puissant qu’un gamin de 7 ans. Hetty donne une rafale d’ordres : Eric doit la mettre en liaison avec Callen, Kensi contacter Nate et lui faire quitter immédiatement son fichu hôtel, et Nell appeler le Directeur Vance, pour lui dire qu’ils ont besoin de leur autorisation, et tout de suite.

 

Au Yémen, Callen surveille toujours le camp aux jumelles, le jour se lève. Son téléphone vibre. Ce qu’il entend en décrochant lui arrache un geste de mauvaise humeur : Hetty lui ordonne d’abandonner la mission. Mais la suite remplace la colère par l’inquiétude : Sam est compromis. Hetty réclame confirmation, Callen la lui donne : la mission est abandonnée.

 

A l’intérieur, Amir se réveille, à côté de Sam qui dort encore. Le petit garçon se lève silencieusement, il veut gagner la porte. Mais la main de Sam se referme sur sa jambe : il va l’accompagner. Mais la porte s’ouvre brusquement, Abdul entre, une révolver à la main, suivi de deux hommes armés. Il se plante devant Sam, sourit. Sam hoche la tête, il a compris qu’il est grillé. Il se laisse pousser dehors, tandis qu’un des types s’occupe d’Amir. Le petit garçon est planté devant une caméra numérique. Abdul demande à Sam le nom de l’agence qui l’emploie. Il connait le NCIS. Sam lui répond que dans ce cas, il sait qu’il devrait se rendre tout de suite, pendant qu’il lui reste une chance. Abdul éclate de rire, Sam lui plait ! Il ne va pas le tuer. Pas tout de suite. Il veut d’abord montrer aux Etats-Unis et à leurs alliés jusqu’où va leur résolution, ce qui devrait les mener directement à la table des négociations. Il fait un signe à ses hommes. L’un d’eux met en marche la caméra, l’autre lève son fusil, Amir va être exécuté.

 

Un bruit de moteur interrompt son geste. La voiture de Callen fonce vers eux. Immédiatement, les hommes d’Abdul ouvrent le feu. Abdul se met à l’abri derrière un mur, Sam plonge sur Amir et ils s’abritent derrière des caisses et des bidons. Le conducteur de la voiture s’éjecte et roule sur la route jusqu’à des caisses qui le protègent. La voiture folle gêne les tireurs qui sont obligés de se pousser pour la laisser passer. Elle finit sa course dans un mur. Callen a déjà tué un des hommes. Abdul tire également, mais regarde aussi derrière lui. G. abat encore deux hommes, les autres sont hors d’atteinte pour lui. Abdul se met à courir dans la direction opposée. G. ouvre son sac,  jette le deuxième pistolet à Sam, qui descend les 2 derniers types. Callen sort de son abri, jette un œil sur l’enfant qui va bien ; Sam hurle « Abdul » : une voiture vient de démarrer, Abdul s’enfuit. Callen ouvre son sac, en sort la boite qu’il lance à Sam pendant que de l’autre main il téléphone : « besoin de cette autorisation, Hetty, immédiatement » ; Sam tient à la main  une visée laser. Hetty interroge : « Directeur » ? La voiture s’éloigne. La voix d’Hetty au téléphone accorde l’autorisation. G. transmet : « feu vert, Sam ». Sam lève le bras, hésite. Callen cette fois hurle : « Sam, feu vert » !

Sam appuie sur le bouton : la cible est peinte. Le rond rouge de la visée laser se reflète dans le rétro d’Abdul, qui prend peur, surveille l’arrière de sa voiture, mais ne comprend pas la nature exacte du danger qui pèse sur lui. Un sifflement au-dessus de sa tête l’aura peut-être brièvement éclairé : sa voiture explose dans une boule de feu impressionnante. Un drone armé vient de remplir sa mission. A Los Angeles, la scène a été suivie par l’intermédiaire de la caméra du drone. Hetty raccroche son téléphone, terriblement soulagée…

 

Quatre véhicules empruntent la piste désertique où Sam et Callen patientent, encadrant Amir ; Nate est juste derrière eux. Le premier 4x4 se range sur le côté, protégeant le deuxième qui vient s’arrêter près des silhouettes immobiles. Des gardes du corps descendent, et surtout un homme qui ne peut être que le père d’Amir. Celui-ci a serré la main de Sam en le regardant approcher. Puis il se jette dans les bras du Prince, qui se baisse pour le serrer contre lui. Il se redresse, remercie d’un petit signe de tête plein de reconnaissance Callen, puis Sam, qui fait un dernier sourire au petit garçon, avant que les deux saoudiens et leurs accompagnateurs remontent dans leurs véhicules et repartent. Il est temps aussi pour les agents du NCIS de rentrer à la maison. Nate répond au regard interrogateur de Callen : lui, il reste, Hetty a besoin de lui, à Dubaï, ou au Sultanat d’Oman, elle n’était pas très sûre.  Ils se séparent donc. Callen s’installe derrière le volant, mais ne démarre pas : il fixe Sam, en train de boucler sa ceinture. Il veut savoir pourquoi il a hésité. Sam regarde droit devant lui. G. précise, quand il devait viser Abdul ; Sam soupire, il voulait être certain de ses motifs avant d’appuyer sur le bouton. Il continue à fixer l’horizon, alors que G. a toujours les yeux braqués sur lui : il interroge encore : Moe ? Sam secoue très légèrement la tête. G. hoche la sienne, détourne le regard. Sa prochaine question est trop importante : « justice ou revanche » ? Sam répond : « justice ». G. se tourne vers lui, il veut lire la vérité dans ses yeux, Sam refuse le contact.

Il ajoute « j’espère » et enfin livre son regard à celui de son ami. Il est sincère, jusque dans ce petit doute qui subsiste. Callen démarre. Sam remarque aussitôt qu’il ne prennent pas la route du retour : G. lui explique joyeusement qu’ils doivent ramener un Futah pour Hetty …De couleurs vives…Sam propose d’en ramener deux !

 

     ---------------------------------- FIN --------------------------------------------

[Précédemment dans NCIS : Los Angeles...

 

(Images de l’épisode 2x14 Lockup - Derrière les Barreaux)

Moe est passé à tabac dans les cuisines de la prison.

Sam : Qui a fait ça ?

Moe : Un certain Abdul Habaza.

 

Sam rentre dans la chambre de Motel d’Abdul et découvre le corps torturé de Moe dans la salle de bain.

 

NCIS avant que Sam ne rejoigne Moe en prison.

Hetty : Voulez-vous coincer un terroriste, ou protéger Moe parce que vous vous en sentez responsable ?

 

Devant le motel, Abdul discute avec Sam.

Abdul : Je te contacterai. Tu auras un passeport, pour quitter ce pays et rejoindre notre cause.

 

NCIS. Sur un écran on voit un point rouge qui se déplace sur une carte.

Éric : C'est Abdul sur Overwatch. Il est descendu d'un avion à Sanaa.

Hetty : Il y aura un lieu et un moment pour ce que vous voulez. Et je vous le promets, vous l'aurez.]

 

[Maintenant.

 

Dans la rue de ce qui semble être un village du Moyen-Orient, un homme se débat avec une chèvre qu’il traine accrochée à une corde. Descendant en trombe les escaliers d’une grange, un petit garçon s’élance dans la rue. Il est poursuivi par un, puis plusieurs hommes armés. Il fuit, mais la portière d’une voiture qu’il croise s’ouvre, et il est ceinturé : des bras l’immobilisent. Un homme descend calmement du même véhicule : Abdul Habaza. Il réclame quelque chose en arabe au chauffeur qui l’a rejoint. C’est un pistolet. Il l’arme, puis, sous les yeux du gamin, il le présente à l’homme qui l’avait attrapé.]

Abdul : Tue-le.

[L’enfant regarde l’arme. Il est terrorisé mais ne crie pas, ne pleure pas. Puis ses yeux plongent dans ceux de celui à qui on a ordonné de tirer : c’est Sam ! Qui détourne le regard, soupire, puis fixe Abdul.]

 

♫ ♫ NCIS Los Angeles 2x18   Harm's way / La voie des armes ♫ ♫

 

TROIS JOURS PLUS TÔT

 

[NCIS. G se sert un café.]

Callen : Tu es en retard. Trop de margaritas hier soir ?

Sam : Je ne bois pas de margaritas. [Il range ses affaires dans son bureau, Kensi est là aussi.] Deeks revient aujourd'hui ?

Kensi : Il paraît.

Callen : Tu as abusé du yoga ? [Il s’assoit.]

Sam : (amusé) Je ne fais pas de yoga. [Il s’assoit.]

Callen : Le marché fermier était bondé ? Je sais que tu y vas.

Sam : C'est le dimanche.

Callen : Une panne d'oreiller ? [Sam le regarde l’air interdit.] Hetty s'est garée sur ta place. On en a discuté. Sois gentil avec elle.

Sam : Hetty n'a pas pris ma place. Je surveillais Deeks. Je protégeais ses arrières.

Callen : Tu essayais de le coincer.

Sam : Il a pris deux balles parce qu'il est routinier. Je voulais m'assurer qu'il avait appris sa leçon. Vu qu'il revient aujourd'hui.

Callen : Et ?

Sam : J'en ai eu marre de l'attendre. Il a eu une panne d'oreiller.

Kensi : Je vais l'appeler. [Elle prend son téléphone. Un téléphone sonne près de Sam, qui cherche d’où vient le bruit.]

Sam : C'est mon sac. [Kensi sourit, G. cache son sourire moqueur. Sam ouvre son sac et trouve le téléphone.] Qu'est-ce... [Il sort le téléphone et Deeks apparait.]

Deeks : Ça doit être pour moi. [Il prend le téléphone.]

Kensi : Que fait ton portable dans ce sac ? [Parlant à Deeks au téléphone alors qu’il est à côté.]

Deeks : J'ai dû l'y glisser quand il allait chercher un café. Triple café, lait écrémé, sans mousse.

[Sam secoue la tête. G. et Kensi se moquent de lui.]

Sam : Tu ne m'as pas suivi au café. Je t'aurais vu.

Deeks : J'étais en planque au café.

Sam : Je vais dans trois cafés différents. J'en change tous les jours. Tu es resté en planque dans le même toute la semaine ? [Deeks sourit.]

Callen : Il a mis son portable dans ton sac.

Sam : Je l'aurais vu.

Kensi : Mais tu l'as pas vu.

[Éric siffle.]

Éric : Quand je siffle, vous montez.

Kensi : Bienvenue.

[Kensi et Sam rigolent et montent. Callen attend Deeks.]

Callen : Qui tu as payé, et combien ?

Deeks : Un écolier. 20 dollars.

[Discrètement, ils se tapent dans la main...]

 

[A l’étage.]

Hetty : Vous nous avez manqué. [Deeks lui est reconnaissant mais ne répond pas.]

Hetty : (à Sam) Votre pseudonyme, Hakeem Fayed, a été contacté par e-mail. Cela a été envoyé à l'adresse que vous a donnée Abdul Habaza avant qu'il ne parte au Yémen.

Éric : L'émetteur est intraçable. Pas d'activité préalable sur les comptes mail. Le message contient une adresse à West Hollywood, une date et une heure. C'est cet après-midi.

Sam : Il prépare un rendez-vous.

Callen : On a quoi sur Abdul Habaza ?

Nell : On suit ses mouvements depuis qu'il a quitté le pays. Il est allé au Yémen via l'Égypte. Il y est depuis un mois, et n'a pas encore quitté la capitale.

Hetty : Nous espérions qu'Abdul Habaza nous mènerait à son frère, Sadaat, chef des Guerriers de l'Islam. Pour ce que nous en savons, ça n'a pas encore eu lieu. [On voit une photo de mauvaise qualité de Sadaat.]

Callen : La révolution égyptienne a déstabilisé la région.

Nell : Sadaat est sur toutes les listes de terroristes. Il a disparu du radar il y a dix-huit mois, et on pense qu'il se cache quelque part au sud du pays. Les écoutes de communications montrent qu'Abdul et Sadaat doivent se rencontrer dans les deux semaines. Elles prouvent que Sadaat est vivant.

Kensi : On perd le signal ?

Nell : Le marqueur que Sam a mis sur Abdul se décompose. La topographie de la zone n'arrange rien, et on le perd quand il est à l'intérieur.

Deeks : Quand va-t-on le perdre complètement ?

Éric : Au mieux dans une semaine.

Sam : Je dois y aller, Hetty.

Hetty : Une chose à la fois, M. Hanna. N'oubliez pas l'idée principale. Nous voulons Sadaat, pas uniquement son frère.

Éric : Comment veux-tu répondre au mail ?

[Sam se rapproche de l’ordinateur et tape lui-même la réponse : “Allah Akbar”. Il envoie le message et sort. Hetty est songeuse…]

 

[West Hollywood. Callen gare son Aston Martin.]

Sam : Tu me reçois ?

[Éric est au NCIS avec Nell.]

Éric : Fort et clair, Sam.

Callen : Qu'est-ce qu'on a, Éric ?

Éric : Immeuble de location. Appartement avec service. Payé en liquide. La personne s'appelle...

Sam : Smith ?

Éric : Presque. Jones. [Il regarde Nell.]

Nell : Aucun rapport.

Callen : Soit une rencontre, soit un piège.

Sam : Rien n'est exclu. [Sam sort de la voiture et va vers l’appartement 101. Il écoute, n’entend rien. Il frappe à la porte, pas de réponse. Il essaye la poignée.]

Sam : La porte n'est pas verrouillée. J'entre. [Il entrouvre la porte avec précaution et regarde à l’intérieur, toujours sur ses gardes.]

Sam : Il y a quelqu'un ? [Pas de réponse. Il entre et voit un homme allongé sur le sol et du sang sur le tapis.]  G., j'ai un corps.

Callen : J'arrive. [Il détache sa ceinture de sécurité.]

Sam : Attends, l'appartement est peut-être surveillé. [Callen reste dans la voiture, Sam regarde dans les autres pièces, arme en main.]

Sam : Rien à signaler.

Callen : Alors, Sam ?

Sam : Y a rien. [Il s’arrête à la vue d’une enveloppe sur la table au nom d’Hakeem.] Peut-être pas. [Il attrape l’enveloppe destinée à Hakeem Fayed en faisant attention aux éventuelles empreintes, l’ouvre et la vide sur la table.]  J'ai trouvé un faux passeport [avec sa photo] et un aller simple pour le Yémen.

Callen : Classe affaires ?

Sam : Touriste.

 

[Deeks et Kensi sont à leur bureau et font le point avec Sam et Callen.]

Deeks : Le mort est Freddie John Fanning. Emprisonné dans les années 90 pour contrefaçon. C'est le gars à appeler si tu as besoin d'une nouvelle identité.

Kensi : D'après le légiste, sa mort remonte à quelques heures avant l'arrivée de Sam. Une balle dans la nuque.

Sam : Exécution.

Callen : Après la livraison du faux passeport.

Kensi : Comment Fanning a eu ta photo ?

Sam : C'est celle de mon enregistrement à la prison d’Oakville. On lui a fourni, ou il l'a piratée lui-même.

[Hetty arrive de nulle part, comme d’habitude.]

Hetty : La question est de savoir si votre identité a été découverte.

Sam : C'est la question qu'on se pose à chaque travail sous couverture.

Hetty : C'est vrai. Mais ce Fanning était un marchand d'identités. Et la dernière identité qu'il a manipulée est la vôtre.

Sam : Pas la mienne, Hakeem Fayed. Abdul me veut au Yémen. On va perdre sa trace. Dans ce cas, on n'aura jamais Sadaat.

[Éric et Nell les rejoignent.]

Éric : Des nouvelles d'Arabie Saoudite. Les Guerriers de l'Islam veulent l'échange de membres d'Al-Qaïda emprisonnés à Riyad, contre un otage saoudien enlevé il y a sept jours.

Callen : Les Saoudiens ne négocieront pas. Cet otage est déjà mort.

Nell : L'otage a sept ans. [Ils sont tous choqués.] C'est le fils d'un prince saoudien ami intime du roi.

Sam : C'est parti, Hetty. Les Guerriers de l'Islam font parler d'eux.

Éric : On a aussi reçu un mail. Du moins, Hakeem Fayed a reçu un mail. C'est le nom d'un hôtel à Sana'a, la capitale. Blue Oasis. Une chambre est réservée pour Hakeem.

[Sam fixe Hetty.]

Hetty : Répondez-leur. Remerciez-les de leur hospitalité. Dites-leur qu'Hakeem arrive. [Nell et Éric retournent à l’étage.] M. Callen part en soutien. Je réunis des forces au Yémen en renfort supplémentaire. Mlle Blye et M. Deeks vont essayer de trouver si l'identité de M. Hanna a été compromise.

[Sam s’en va, Callen reste assis devant l’écran.]

Hetty : M. Hanna. Si on a la preuve, si mince soit-elle, que votre couverture est grillée, vous prenez le premier vol pour rentrer. Compris ?

Sam : Compris. [Sam et Hetty échangent un signe de tête. Callen suit son partenaire qui sort. Hetty prend son téléphone.]

Hetty : Directeur Vance, je vous prie. Léon, c'est Hetty. Sommes-nous encore en relation avec le gars de la CIA qui dirige les opérations au Yémen ?

[On ne comprend pas la réponse de Vance à travers le téléphone.]

Hetty : Vous devriez lui envoyer une bouteille de bourbon. On va avoir besoin de lui.

 

[NCIS. Callen prépare son voyage, il glisse des papiers d’identité et de l’argent dans son portefeuille.]

Hetty : Votre couverture, M. Callen ?

Callen : Ray Haymes, marchand de textiles pour un grand magasin.

Hetty : Vous pourrez me rapporter une jolie fouta. [Il met ses affaires dans son sac] Et Sam ?

Callen : Tout est prêt.

Hetty : Et lui ?

Callen : Vous auriez préféré quelqu'un d'autre.

Hetty : Pas vous ?

Callen : Sam fera ce qu'il faut.

Hetty : Et rien de plus, M. Callen. Et si c'est nécessaire, beaucoup moins. Je veux savoir s'il pourra arrêter si ça devient nécessaire. Il ne s'agit pas de venger la mort de Moe.

Callen : Je le sais.

Hetty : Assurez-vous que lui le sache. [Callen acquiesce. Elle sort et lui précise.] Des couleurs vives, M. Callen. [Il la fixe interloqué.]  La fouta.

 

[Yemen. Sana’a. Sam est dans un taxi. Le conducteur regarde Sam tout en le conduisant dans des rues étroites. Il s’arrête devant l’hôtel Blue Oasis. Sam descend et échange quelques mots en arabe avec le chauffeur. Il entre dans l’hôtel. Dans un petit salon à l’entrée un homme boit du thé en lisant le journal : c’est Callen qui surveille les alentours. Sam va à la réception.]

Sam : (au réceptionniste) Réservation. Hakeem Fayed.

Réceptionniste : Bien sûr. Une seconde, monsieur. [Callen remarque que le serveur s’intéresse à Sam.] Une chambre seule, une nuit. C'est bien ça ?

Sam : On dirait.

Réceptionniste : Pourriez-vous avoir la gentillesse de remplir le formulaire, je vous prie.

[Callen va à la réception.]

Callen : Ma clé, s'il vous plaît.

Réceptionniste : Bien sûr, M. Haymes. La voilà. [Callen prend sa clé et écoute ce que l’homme dit à Sam.]  Vous avez la chambre 615. On a laissé ceci pour vous, monsieur. [Il lui donne une enveloppe.]

[Le réceptionniste et le serveur suivent Sam des yeux qui prend le même ascenseur que Callen. Quand les portes se referment il montre l’enveloppe à Callen.]

Sam : On m'a laissé ça. Quelqu'un dans le hall ? [Il ouvre l’enveloppe et en sort un papier.]

Callen : Le serveur travaille pour quelqu'un. Il te surveillait.

Sam : Abdul sait que je suis arrivé. C'est un numéro, sûrement un téléphone jetable. [Il montre le numéro à Callen.]

Callen : Je vais le donner à Éric. Tiens, un émetteur GPS. [Il met un petit bouton dans la main de Sam.] Déclenche-le quand tu partiras. Trois clics si t'as besoin de moi. Je serai là en deux minutes. Ta réservation dure longtemps ?

Sam : Une nuit.

Callen : Il va te déplacer. [Les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Callen en sort, Sam reste à l’intérieur.] Bon courage, Sam.

Sam : Toi aussi.

[Callen entre dans sa chambre. Il y une mallette sur le lit près de son sac. On entend de l’eau coulé dans la salle de bain. Callen ouvre la mallette : 2 pistolets, des chargeurs et des boites de munitions, une boite contenant un viseur et un téléphone satellite. Le robinet est fermé. Callen prend le téléphone.]

Callen : Ça fait quoi d'être l'atout d'Hetty au Yémen ?

[Callen regarde l’homme qui s’essuie les mains : Nate !]

Nate : Dangereux.

 

[Chambre de Callen.]

Nate : Hetty m'a envoyé au Yémen une semaine après l'arrivée d'Abdul. J'ai des contacts ici. Des gens du gouvernement qui en savent plus qu'ils le disent sur les Guerriers de l'Islam. Ils me donnent des infos. [Callen charge un des pistolets.]

Callen : Où as-tu eu le matériel ?

Nate : Ne demande pas. [Il tape sur son ordinateur.]

Callen : T'as une liaison ?

Nate : Ça arrive. [G. écrit quelque chose sur un carnet et le pose sur la table près de Nate.]

Callen : Envoie ça à Éric. C'est le numéro qu'Abdul a laissé pour Sam. Que peux-tu me dire sur le gamin ? [Il charge le deuxième pistolet, et met tout le matériel dans un sac.]

Nate : Un choix réfléchi. Fils unique du prince le plus influent du gouvernement saoudien. Il a été kidnappé y a plus d'une semaine, mais... ils n'ont rendu l'enlèvement public qu'hier. C'est possible que le père ait gardé ça secret pour tenter de négocier en privé avec les terroristes, mais le gouvernement ne cédera pas.

Callen : Nos contacts pensent que c'est Sadaat ?

Nate : Rien n'arrive sans l'accord de Sadaat, mais... ça ressemble plus à Abdul.

Callen : Ils ne se sont pas déjà retrouvés ?

Nate : Pas que je sache. Abdul n'a pas quitté la ville, s'il avait rencontré Sadaat, mes sources l'auraient su.

Callen : Ça va ?

Nate : Abdul pense que je suis mort. Peu de chances que je le croise, mais mieux vaut ne rien risquer. Je me déplace uniquement la nuit, en restant hors de vue le jour. Ce qui veut dire... que tu es de corvée de repas. [Il lui lance des clefs et le regarde avec un petit sourire.]

 

[Chambre de Sam. Il compose le numéro de téléphone trouvé dans l’enveloppe.]

Abdul : (au téléphone) Bienvenue, mon ami. Tout va bien ?

Sam : Tout va bien. Je suis content d'être là.

Abdul : Tout comme moi, Hakeem. [On frappe à la porte.]

Sam : Quand peut-on se voir ? [Sam ouvre la porte avec prudence.]

Abdul : Pourquoi pas maintenant... Hakeem. [Il est sur le pas de la porte. Il coupe son téléphone, entre et ferme la porte derrière lui. Ils se donnent une accolade.]

Sam : Content de te voir.

Abdul : Pas de problème pour quitter l'Amérique ?

Sam : Le gars chez qui j'ai récupéré les papiers était mort.

Abdul : Oui, il demandait trop d'argent. Il menaçait de garder les papiers. On n'avait pas le choix. Bienvenue dans la cause, mon frère.

Sam : Qu'est-ce que je dois faire ?

Abdul : Pour commencer, pas besoin de t'installer. On part maintenant.

Sam : Pour aller où ? Un autre hôtel ?

Abdul : Sois patient, Hakeem. Allah révèle tout en temps voulu. Prends tes affaires. Une voiture nous attend. On a une longue route. Prêt ?

Sam : On y va. [Il active le GPS.]

 

[Chambre de Callen. Le GPS se met à bipper.]

Callen : Sam bouge. Abdul a dû le contacter.

Nate : Il t'aurait prévenu s'il pouvait. Quelqu'un est avec lui.

Callen : Une voiture ?

Nate : Le SUV dans l'allée derrière l'hôtel.

Callen : Préviens Éric.

[Il saisit son sac à dos et se précipite vers la porte de sa chambre. L'ascenseur n'est pas libre, il court vers l'escalier. Sam est avec Abdul dans l'ascenseur. Callen arrive dans le hall à temps pour voir Abdul et Sam sortir. Il sort par derrière. Le serveur observe Sam et Abdul monter dans un 4 x 4 et suit Callen. G. voit que son 4 x 4 est coincé entre 2 voitures. Il soupire. Derrière Callen le serveur lève une lame et s’apprête à frapper. Mais G. est plus rapide, il pare le coup ; ils se battent brièvement. Callen lui brise le cou, ouvre la porte de son 4 x 4, met le corps dans la voiture et entre dans la voiture avec son sac par la porte passager. Il fait marche arrière, poussant la voiture derrière la sienne puis passe la marche avant pour pousser la voiture de devant. Sa voiture est dégagée et il part en trombe. Il prend son téléphone.]

Callen : Dis-moi tout, Éric.

Éric : Le GPS de Sam se connecte. Ton GPS te positionne à cinq kilomètres derrière lui. Ils vont vers le sud par Taizz Road. [Il tape sur son clavier. Hetty et Nell regardent pardessus son épaule. Kensi et Deeks regardent un écran pour suivre les déplacements d’un point vert figurant Sam sur une carte de la ville.] Tu dois réduire l'écart.

Callen  J'y travaille.

Éric : Abdul est avec lui. [Le point rouge représentant Abdul Habaza est proche du point vert représentant Sam.]

Callen  Je sais. J'ai eu un problème avec un de ses gars.

Hetty : Sam est-il grillé, M. Callen ?

Callen : Non, je ne pense pas. C'est un employé de l'hôtel. Il n'a pas eu le temps de l'alerter. J'ai pris le corps avec moi. Éric, ne le perds pas.

Éric : Je vais essayer. [Callen coupe la communication pour mieux se concentrer sur la route.]

 

[NCIS]

Kensi : Ils vont vers le sud, hors de la ville.

Nell : Les rumeurs disent que Sadaat se cache au sud de la région.

Kensi : Finalement, Abdul va peut-être voir son frère.

Deeks : Et il emmène Sam avec lui.

Hetty : Tout n'est pas perdu alors.

 

[La voiture d’Abdul traverse une zone désertique. Sam est assis à l’arrière avec Abdul.]

Sam : On va vers le sud ?

Abdul : Pourquoi tu veux savoir dans quelle direction on va ?

Sam : Je veux connaître la direction de La Mecque. C'est l'heure de la prière de midi. [Il montre l’heure à Abdul. Abdul parle en arabe au chauffeur et la voiture se gare sur le côté.]

Abdul : Un petit pèlerinage à La Mecque en traversant la frontière vers l'Arabie Saoudite ? [Il lui montre une direction.]

Sam : Bientôt j'espère.

Sam : Tu dois être content d'être revenu au Yémen. Voir ta famille. Tu m'as dit que tu avais un frère.

Abdul : Sadaat. Il est avec moi où que je me trouve.

Sam : Tu es très fier de lui.

Abdul : Mon frère est un meneur d'hommes, Hakeem. En le voyant, tu comprendras que notre cause ne peut pas perdre. Nous échafaudons un plan qui montrera à l'Ouest le pouvoir des Guerriers de l'Islam. Ce jour est très proche.

[Sam reste seul, et regarde une voiture roulant vers eux à vive allure : Callen…]

 

[Callen conduit comme s’il n’avait pas vu Sam et prend son téléphone. Il regarde dans son rétroviseur.]

Callen : J'ai rétabli le contact, Éric. Je me positionne deux minutes en tête.

 

[NCIS. Nell et Hetty sont debout derrière Éric.]

Éric : Compris. Callen l'a retrouvé.

 

[La voiture d’Abdul atteint un village où un enfant s’enfuit devant des hommes armés. Abdul remarque l’enfant qui se dirige vers la voiture.]

Abdul : (au chauffeur) Arrête-toi. (à Sam) Attrape le garçon. [Sam ouvre rapidement la porte de la voiture, en sort et attrape l'enfant.]

[L'homme qui poursuivait le garçon est honteux. Abdul est fâché. Il regarde le conducteur de sa voiture et lui dit quelque chose en arabe. Le conducteur lui remet son arme à feu. Abdul l’arme. Le garçon a l'air effrayé, mais ne pleure pas. Abdul donne l'arme à feu à Sam].

Abdul : (à Sam) Tue-le. [Sam regarde l'arme à feu, puis Abdul. Il a soupesé l'arme à feu. Le garçon le regarde fixement. Sam plante ses yeux sur Abdul.]

Sam : Si tu veux que je le fasse, tu devrais me donner une arme chargée. [Le garçon pousse un soupir de soulagement, Sam rend le pistolet.] C'est un test ?

Abdul : Je teste tout le monde, Hakeem. [Il sourit, lève l'arme à feu, vise Sam et appuie sur la gâchette. Le garçon ferme ses yeux et redoute le tir.]

Abdul : Tu as réussi. [Abdul met le chargeur dans le pistolet, l’arme, et vise l'homme qui devait surveiller le garçon. Quand le coup de feu part le garçon se blottit contre la jambe de Sam.]

Abdul : (parlant de sa victime) Il a échoué. (s’adressant à tous) Que ce soit une leçon pour tous, sur l'importance de ce garçon. (à Sam) C'est ta responsabilité maintenant. Donne ta vie pour le protéger.

 

[La nuit est tombée. Des hommes cuisinent dehors. Sam arrive et se réchauffe les mains au-dessus d’un feu. Un vieil homme lui donne de la soupe. Abdul s’approche.]

Abdul : Où est le garçon ?

Il est avec Rafiq. Je lui prends à manger. Pourquoi ce garçon est-il si important ?

Abdul : C'est le fils d'un prince saoudien.

Il y en a beaucoup. Ils se comptent par milliers.

Abdul : (il rit) C'est vrai, mais lui, c'est un favori. Tout comme son père.

Sam : Tu veux une rançon ?

Abdul : Non, Hakeem, pas de rançon.

Sam : Un échange de prisonniers ?

Abdul : Non. [Il fait quelques pas. Sam regarde autour de lui puis le suit vers le barbecue et prend du pain. Il regarde Abdul.]

Sam : Quoi ?

Abdul : Tu verras, Hakeem. Très bientôt. [Il tape sur l’épaule de Sam.]  Va voir le garçon. Apporte-lui à manger. Ne le quitte pas des yeux.

Sam : Mais tu disais que bientôt le monde verrait la puissance des Guerriers de l'Islam.

Abdul : Tu crois que le pouvoir de notre cause se mesure à la vie d'un enfant ? [Sam secoue la tête.]

Sam : Alors dis-moi quoi.

Abdul : Bientôt, mon frère.

 

[Sam va dans la pièce où l’enfant est gardé et relève Rafiq. Il s’assoie à côté de lui et coupe du pain. Manifestement le petit garçon a faim mais ne bouge.]

Sam : (en arabe) Tu es Amir. [Le petit garçon ne répond pas et regarde le pain. Sam lui parle doucement]  Je ne vais pas te faire de mal, ni personne d'autre. Compris ? [Le garçon fait oui de la tête. Sam sourit et trempe du pain dans sa soupe.]

Sam : Pain et soupe. [Il mange le morceau de pain et montre le reste au petit garçon.] T'en veux ou je mange tout ? C'est bon. [Il lui tend le pain et le garçon en prend un morceau.] Voilà. [Le garçon cède, attrape le pain, le trempe, avale goulûment. Sam est satisfait.]

[Ils parlent arabe tous les deux.]

Sam : S'il se passe quelque chose, reste à côté de moi, d'accord ? [Le petit garçon acquiesce. Ils continuent leur repas.]

 

[On voit le village au travers des jumelles à infrarouge.]

Éric : (au téléphone) T'es au chaud ?

[Callen est caché derrière un mur et regarde le camp tout en étant en contact téléphonique avec l’équipe du NCIS à Los Angeles.]

Callen : Pas vraiment. Il y a des gardes. J'en vois cinq, peut-être plus.

 

[NCIS. Hetty se rapproche d’Éric et de son micro.]

Hetty : (à Callen) Confirmez-vous que vous voyez M. Hanna ?

Callen : Confirmé. Abdul est avec lui.

Hetty : Sadaat ?

Callen : Pas encore, mais il semble attendre quelque chose. Ou quelqu'un.

Hetty : Dès que vous avez la confirmation de la présence de Sadaat, je veux que vous sortiez tous les deux de là, sains et saufs.

Callen : Le garçon est là, Hetty.

Hetty : Votre priorité, M. Callen, est de confirmer que Sadaat a rejoint son frère.

Callen : Je ne pars pas sans le garçon. [Callen raccroche rageusement.]

[Éric regarde sa chef qui est mécontente et nerveuse elle aussi.]

 

[Deeks et Kensi sont à leur bureau en train de regarder le dossier de Fanning affiché à l’écran. Ils ont tous les deux posé un bras sur la table pour soutenir leur tête car ils sont fatigués de chercher sans succès.]

Deeks : Freddie John Fanning.

Kensi : On rate quelque chose.

Deeks : Un suspect.

Kensi : Arme du crime.

Deeks : Des témoins. On n'a pas de témoins. Ça aide beaucoup des témoins. Ça pourrait même nous dire si Sam est grillé.

Kensi : Des preuves.

Deeks : Un indice. [Ils changent tous les deux de bras.]  Un indice, ça serait super.

[Kensi secoue la tête et se lève.]

Kensi : Ce qu'on sait. Fanning doit faire un faux passeport.

Deeks : Coché. [Il laisse sa tête tomber sur son ordinateur.]

Kensi : Fanning fait le passeport et le livre à M. Jones à son appart loué à la semaine.

Deeks : Coché. [Il lève un doigt mais sa tête est toujours sur le bureau.]

Kensi : Il demande plus d'argent ou Jones se débarrasse d'un témoin gênant. Dans tous les cas, Fanning est tué.

Deeks : [relevant la tête] Fanning a raté le coche. Coché.

Kensi : On rate quelque chose.

Deeks : Coché.

Kensi : (elle semble avoir compris quelque chose et se rassoit) On rate quelque chose. Abdul emploie Jones.

Deeks : Continue.

Kensi : Et si Abdul avait vu Jones avant d'aller au Yémen, pour lui donner les informations de Sam ?

Deeks : Mais il n'avait loué que pour la semaine.

Kensi : Donc si Abdul a vu Jones...

Deeks : ce n'était pas à l'appart. Ç'aurait pu être chez Jones.

Kensi : Coché.

 

[Ils rejoignent Nell devant l’ordinateur.]

Nell : Abdul est parti au Yémen le lendemain de son évasion.

Kensi : Avec un faux passeport.

Deeks : Jones a dû lui donner.

Kensi : Où a-t-il dormi ce soir-là ?

Nell : On a retracé ses pas. Il était au West Hollywood Motor Inn sur Wilton.

Deeks : Un indice ?

Kensi : Peut-être des témoins. [Ils s’en vont. Nell est intriguée.]

 

[Deeks et Kensi sont dans le bureau du West Hollywood Motor Inn avec le propriétaire.]

Homme : C'est calme en milieu de semaine.

Kensi : Calme comment ?

Homme : Aucune entrée cette nuit-là. [Il vérifie son registre.]

Deeks : Aucune ?

Homme : Aucune.

Kensi : Nell affirme qu'il était ici.

Deeks : Il a peut-être rejoint quelqu'un qui était déjà là. On peut jeter un œil ?

[L’homme hésite puis tend ses papiers à Kensi.]

Kensi : Bon, trois clients. Un couple marié de l'Idaho ?

Homme : Marié. Elle aurait pu être sa fille.

Deeks : On oublie l'Idaho.

Kensi : Une célibataire du Texas.

Homme : Une habituée. Tous les mois à la même date.

Deeks : Depuis ?

Homme : Depuis que je suis là, environ 27 ans.

Deeks : On oublie le Texas.

Kensi : Et là ? Occupé toute la semaine, mais pas de nom. [Elle montre une ligne de la liste.]

Homme : Ce n’est pas un client. Le gérant de nuit, Felix.

[Félix sort justement de sa chambre à ce moment-là.]

Homme : Félix ! [Félix va vers sa voiture quand le propriétaire et les agents sortent. Felix s’arrête et attend.]  Les flics voudraient te parler.

[Le propriétaire désigne Deeks et Kensi. Felix regarde autour de lui comme s’il cherchait une échappatoire.]

Kensi : Témoin ou suspect ?

Deeks : Suspect.

[Félix sort une arme et se met à courir puis monte dans son véhicule. Les agents sautent derrière une voiture en entrainant le propriétaire du motel avec eux pour se protéger.]

Deeks : Principal suspect.

[Deeks et Kensi se relèvent et tirent. Ils se déplacent tout en restant cachés derrière une voiture. Felix tire à travers la fenêtre passager du véhicule en roulant vers la sortie du parking.]

Kensi : Prêt ?

[Ils se lèvent et tirent, le véhicule continue d’avancer, ils tirent encore et le véhicule percutent une autre voiture et s’arrête. Deeks vérifie le pouls de Félix.]

Deeks : On oublie Felix.

 

[Deeks et Kensi fouillent la chambre de Felix. Il y a une vieille télé mais un ordinateur portable récent sur la table.]

Deeks : Pour un type qui vit ici depuis 18 mois, il n’a pas beaucoup d'affaires. Pas de grand écran plasma.

Kensi : L'ordinateur est en arabe.

Deeks : Pas de bières. [Le réfrigérateur est plein. Deeks ouvre une armoire.]  Pas de fringues sales dans les coins. [Il regarde toute la pièce.]  Pas de boîtes de pizza. Ce n’est pas vraiment américain.

[Kensi a trouvé son passeport.]

Kensi : Felix Attino. Colombien.

Deeks : Ça explique le côté non-américain, mais pas l'arabe.

[Kensi fouille dans la doublure de la valise .]

Kensi : Ça oui. Un passeport yéménite. Regarde le nom. [Sadaat Habaza…]

Deeks : On a trouvé le frère d'Abdul.

 

[Deeks et Kensi sont de retour dans les locaux du NCIS.]

Kensi : Pas étonnant qu’on n’ait pas vu Sadaat au Yémen, il était là.

Deeks : Comment diriger un groupe terroriste de l'autre bout du monde ?

[Ils trouvent Hetty et Nell sur leur chemin.]

Nell : C'est impossible. Sadaat était une fausse piste. Sachant ça, j'ai repris ce qu'on savait, ou ce qu'on croyait savoir. Le vrai leader du groupe est Abdul.

Hetty : Et il y a pire.

Nell : On a un ultimatum des Guerriers de l'Islam pour leurs exigences.

Kensi : Quand ?

Nell : Une heure.

Kensi : Les Saoudiens ont déjà exclu tout échange contre le garçon. Pourquoi Abdul croit qu'ils vont changer d'avis ?

Hetty : Il ne le croit pas.

[Éric apparaît au-dessus d’eux.]

Éric : Vous devriez venir regarder ça. [Ils se précipitent à l’étage. Hetty a l’air très inquiet.]

Éric : J'ai pu accéder aux mails de Sadaat. J'ai trouvé ça. [Il met un message en arabe à l’écran.]

Hetty : (à Nell)  Vous comprenez ?

Nell : C'est un échange de mails entre Sadaat et Abdul. Sadaat a appris par un mail du Département d'État à l'ambassade américaine au Yémen que Nate était à Sana'a. Sadaat confirme que la photo jointe a été prise une semaine après l'évasion d'Abdul, donc après qu'Abdul ait vu Sam poignarder Nate. [Nate est sur différentes photos mises sur l’écran.]

Deeks : Nate est grillé.

Kensi : Donc Sam l'est aussi. [Hetty fait oui de la tête.]

Éric : Pourquoi donner un faux passeport et un billet à Sam s'il savait que c'était un agent fédéral ?

Nell : Un piège.

Hetty : Capturer un agent fédéral américain est un outil de propagande puissant. Et un moyen de pression plus efficace qu'un enfant de sept ans. Je dois parler à Callen. Prévenez Nate. Qu'il fiche le camp de cet hôtel. Appelez le directeur Vance. Il nous faut cette autorisation tout de suite.

 

[Callen surveille toujours le camp des terroristes.]

Éric : [à Hetty au NCIS]  Callen en ligne.

Hetty : M. Callen. Abandonnez la mission. [Callen a un geste d’énervement.] Sam est grillé. Confirmez, M. Callen. [Callen est désormais plus inquiet que déçu d’abandonner.]

Callen : Confirmé. Mission abandonnée.

 

[Sam est endormi près du garçon qui vient de se réveiller. L'enfant se lève et marche silencieusement vers la porte. Sam saisit une de ses jambes.]

Sam : Attends. Je vais avec toi.

[Mais la porte s'ouvre, Abdul les regarde, une arme à feu dans la main. Deux hommes qui brandissent leur arme le suivent. Abdul regarde fixement Sam et sourit. Sam incline la tête et sourit aussi. Un des hommes pousse le garçon à l'extérieur, l'autre fait de même avec Sam. L'enfant est mis devant une caméra vidéo.]

Abdul : (en arabe) Pour quelle agence tu travailles ?

Sam : NCIS.

Abdul : Je les connais.

Sam : Alors tu sais que tu ferais mieux de te rendre tant qu'il est encore temps.

Abdul : (rigolant) Je t'aime bien, Hakeem. Je ne vais pas te tuer. Pas encore. Mais un aperçu de notre résolution envoyé à ton pays et à ses alliés devrait les ramener à la table des négociations. [Il fait signe de la main, un homme allume la caméra, un autre vise le garçon. Le bruit d’un moteur se fait entendre. Tout le monde regarde un 4 x 4 fonçant vers eux.]

[Abdul et Sam parlent en arabe.]

[Sam désigne le garçon effrayé. Tous les hommes tirent sur la voiture. Abdul court derrière un mur. Sam plonge, saisit le garçon et le cache derrière des caisses. Callen saute de la voiture et roule sur la route pour atteindre les caisses, tandis que la voiture vide le protège et frappe finalement un mur. Callen tue un homme. Abdul tire. Il regarde derrière lui. Callen atteint encore deux hommes. Abdul court dans la direction opposée. Callen ouvre son sac, jette une arme à feu à Sam qui tue les deux derniers hommes. Mais une voiture part, Abdul la conduit et s'enfuit.]

Sam : Abdul ! [Callen saisit son sac, enlève une boîte, la remet à Sam. Il prend son téléphone tandis que Sam ouvre la boîte et sort ce qu’elle renferme.]

Callen : L'autorisation, Hetty. Maintenant !

Hetty : Autorisation accordée, M. Callen.

Callen : Feu vert, Sam. [Sam hésite.] Sam, feu vert !

[Sam vise la voiture d’Abdul avec une visée laser.]

Sam : Cible marquée.

[Abdul remarque la tache rouge et semble effrayé. Il regarde derrière, mais ne voit pas le vrai danger qui vient d’en haut. Un missile frappe sa voiture et l’explosion est énorme. Un drone a accompli sa mission… Au NCIS, ils ont observé la scène grâce à la caméra du drone. Hetty est si soulagée qu'elle raccroche le téléphone …].

 

[Quatre voitures roulent dans le désert jusqu’à Sam, Callen, Nate et Amir qui attendent au milieu d'une route vide. Le Prince saoudien sort d'une d'entre elles. Amir a mis sa main dans celle de Sam. Ils se sourient l'un à l'autre. Le Prince se rapproche et le garçon se jette dans ses bras. Le père parle en arabe et incline la tête avec reconnaissance devant Callen et Sam. Sam, sourit à Amir. Le jeune garçon, son père et tous les gardes du corps remontent dans les voitures, ils quittent le point de rendez-vous.]

Sam : Rentrons. [Callen regarde Nate.]

Nate : Je reste. J'ai du travail à Dubaï. Ou à Oman. Hetty ne savait pas trop.

Callen : À bientôt, Nate.

Callen : Pourquoi tu as hésité ? À marquer Abdul ?

Sam : (soupire) Je voulais être sûr de savoir pourquoi je le faisais. [Il regarde droit devant lui.]

Callen : Moe ? [Sam fait oui de la tête et Callen qui le regardait détourne le regard.]

Callen : Vengeance ou justice ? [Il ne regarde pas Sam.]

Sam : Justice. [Callen essaye de lire dans ses yeux s’il dit la vérité mais Sam tourne la tête.]

Sam : J'espère.

[Enfin il laisse son ami le regarder dans les yeux. Il est sincère, jusque dans ce petit doute qui subsiste. Callen démarre.]

Sam : Ce n’est pas la route de la maison.

Callen : J'ai promis une fouta à Hetty. Des couleurs vives.

[L’écran devient noir.]

Sam : Tu devrais lui en prendre deux.

 

Previously on NCIS Los Angeles...

[footages from Lockup-214-: Moe is struck in the kitchen of the prison]

SAM: Who did this to you?

MOE: His name is Abdul Habaza.

[Sam is searching Abdul’s room in a motel, and finds Moe’s tortured body]

SAM: Moe?

[OPS center, before Sam joins Moe at the prison]

HETTY: Is this about taking down a terrorist, or about protecting Moe because you feel responsible for him?

[Outside of the motel room, Abdul speaks with Sam]

ABDUL: When the time comes, I will contact you. I will arrange for a passport, so you can leave the country and join our cause.

[They hug, and Sam sprays some “Overwatch” residue on Abdul’s neck]

[OPS center. A red spot is moving on a map on the screen]

ERIC: That's Abdul's Overwatch signature. He just got off a plane in Sana'a.

HETTY: There will be a time and a place for what you want. And I promise you, you'll have it.

 

                    -------------------ZAPPING-----------------------------

 

[Arabic village. A little boy is fleeing down stairs, he runs out of a barn, in a street, an armed man is running behind him. A second man with a gun starts pursuing him. A car is running in the opposite way. A back door opens, and the little boy is caught by a man. Abdul gets out of the car.]

ABDUL:  (speaks Arabic) [One of his man hands him a gun. He arms it] (gun clicks) [The boy is scared but doesn’t say anything]

 (gun clicks)

ABDUL:  Shoot him. [He shows the gun to a man, the boy looks at it with fear] (dog barks in distance) [The boy looks at the man who will shoot him: Sam…]

 

                              ♫ ♫ NCIS Los Angeles ♫ ♫ 2x18 ♫ ♫

              ♫ ♫ Harm’s way ♫ ♫ Original Air Date on March 01, 2011 ♫ ♫

 

THREE DAYS EARLIER

[OPS center. G. is pouring some coffee in a cup.]

CALLEN: You're late. Few too many margaritas at happy hour last night?

SAM: I don't drink margaritas. [He puts his gears on his desk, Kensi is there too] Deeks is back today, right?

KENSI: So he said.

CALLEN: You get carried away at yoga class?

SAM:  (laughs) I don't do yoga. [He sits down]

CALLEN: There was probably a big crowd at the farmers market? I know you do the farmers market.

SAM: The farmers market is on Sunday.

CALLEN: What'd you do, sleep through your alarm? [Sam looks blankly at him] Hetty parked in your space again. We talked about this. You got to be nice to her.

SAM: Hetty did not park in my spot. I was checking on Deeks, okay?

KENSI: Checking?

SAM: Was watching his back.

CALLEN: You were trying to catch him.

SAM: The guy gets shot because he doesn't alter his daily routine. I wanted to make sure he got the memo on personal security. Being this is his first day back and all.

CALLEN: And?

SAM: Got tired of waiting for him to leave home. I guess he slept through his alarm clock.

KENSI: Better call him then. [She takes her phone] (beep) (speed dial beeping) [She waits] (cell phone ringing) [it rings just near them, Sam looks around]

SAM: That's my bag. [Kensi smiles, G. hides his ironic laugh] (phone continues ringing)

[Sam opens his bag, finds the ringing phone]

SAM: What the...? [As he takes out the phone Deeks appears]

DEEKS: That'd be for me. [He grabs it] : Marty Deeks.

KENSI: Hey! It's Kensi.

DEEKS: Hey.

KENSI: How did your phone get in Sam's bag? [both speak over their phones…]

DEEKS: I must have, uh, slipped it in there while he was waiting in line for coffee. Medium triple, low fat, hold the foam.

[Sam shakes his head] (phone beeps off) [G. and Kensi are laughing at Sam]

SAM: You didn't follow me to the coffee shop. I would've spotted you.

DEEKS: All right. I staked out the coffee shop.

SAM: I go to three different coffee shops; a different one each day.

 You've staked out that same coffee shop every morning this week, didn't you? [Deeks smiles]

CALLEN: He did get his phone into your bag.

SAM: I would have seen him.

KENSI: But you didn't.

(Eric whistles)

ERIC: You hear the shrill, you know the drill. [He puts a thumb up]

KENSI: Welcome back, partner.

DEEKS: Thanks.

 (Sam and Kensi chuckle) [They go upstairs, Callen waits for Deeks]

CALLEN: Who did you pay, and how much?

DEEKS: Schoolkid. 20 bucks.

[G. puts a hand in his back, Deeks taps on it !]

 

[Upstairs]

HETTY: Mr. Deeks. You've been missed. [Deeks looks pleased but stays quiet]

HETTY: Mr. Hanna, your alias, Hakeem Fayed, has been contacted via e-mail. It was sent to the address given to you by Abdul Habaza before he fled to Yemen. Eric?

ERIC: Sender is untraceable. No prior activity on either e-mail account. Message consists of an address in West Hollywood, a date, and a time. [3pm]Date is today. Time, this afternoon.

SAM: Setting up a meeting.

CALLEN: What's the latest on Abdul Habaza?

NELL: We've been able to monitor his movements since he left the U.S. He flew to Yemen via Egypt. He's been back for nearly a month, and has yet to leave the capital of Sana'a.

HETTY: It was our hope that Abdul Habaza would lead us to his brother, Sadaat, the leader of the Warriors for Islam. But as far as we've ascertained, that hasn't yet happened. [The pic of Sadaat’s face is not good]

CALLEN: The Egyptian revolution has made that entire region unstable.

NELL: Sadaat is on a dozen different terrorist lists. He went underground about 18 months ago, and is believed to be hiding somewhere in the south of the country. Now, cell phone intercepts suggest that Abdul and Sadaat may be planning a meeting for sometime in the next two weeks. They also prove Sadaat is still alive.

KENSI: Why do we keep losing the signal?

NELL: The chemical marker Sam sprayed on Abdul is breaking down. Narrow streets in a built up area don't help, and it no longer works when he's indoors.

DEEKS: So how long until we lose him completely?

ERIC: Several days. Week at the most.

SAM: I need to take that meeting, Hetty.

HETTY: One step at a time, Mr. Hanna. Don't lose sight of the bigger picture. Our prize is Sadaat, and not just his brother.

ERIC: So, how do you want to reply to Abdul's e-mail?

[Sam comes close to the computer and types himself a reply, “Allahu Akbar”; he sends it. And goes out of the OPS. Hetty looks pensive.]

 

[Callen is parking his Aston Martin in West Hollywood]

SAM: Comms check, Eric?

[Eric is with Nell in the OPS center]

ERIC: Loud and clear, Sam.

CALLEN: What do we have, Eric?

ERIC: All right. Address is a short-term rental. Serviced apartment. Cash transaction. Guest's name is...

SAM: Smith?

ERIC: Close. Jones. [He looks at Nell who shakes her head]

NELL: No relation.

CALLEN: Could be a meet. Could be a trap.

SAM: Could be anything. [He nods, gets out of the car and goes to the #101. He listens, hears no noise inside. He knocks at the door, nobody answers. He tries the door] (door clicks)

SAM: Door's unlocked. I'm going in. (door slowly creaks) [He looks carefully inside the room]

SAM: Anybody here? [No answer. He gets in, sees a man lying down on the floor, blood has poured on the carpet]

SAM: G, got a body.

CALLEN: Coming in. [He unlocks his seat bell]

SAM: Wait. Somebody might be watching the apartment. [Callen stays in the car, Sam searches the rooms, gun up]

SAM: It's clear.

CALLEN: What do you got, Sam?

SAM: Dead end. [He spots an envelope on the table, with a first name : Hakeem] Maybe not. [He grabs the envelope, which is for Hakeem Fayed, opens it after he protected his fingers with a handkerchief, and turns it upside down on the table. He sees a passport]

SAM: I got a fake passport [with his photo] and a one-way ticket to Yemen.

CALLEN: Business or coach?

SAM: Coach.

 

                      ------------------------ZAPPING------------------------

 

[Deeks and Kensi are at the agents desks and brief Sam and Callen]

DEEKS: Dead guy was Freddie John Fanning. He served time in the '90s for forgery. Considered by many to be the go-to guy if you need a new identity and the paper to back it up.

KENSI: Preliminary forensics puts time of death a couple of hours before Sam arrived for his meeting. Single gunshot, back of the head.

SAM: Executed.

CALLEN: After he delivered your fake passport.

KENSI: How did Fanning get your photo?

SAM: It was taken when I was being processed at Oakville Prison. Somebody might have supplied it, or he hacked into the prison database himself.

[Hetty appears from nowhere as usual]

HETTY: The question is, has your real identity been compromised.

SAM: That's a question we ask ourselves every time we pretend to be somebody else.

HETTY: True. But this man Fanning was a dealer in identities. And the last identity he was dealing in was yours.

SAM: Not mine, Hakeem Fayed. Abdul wants me in Yemen. In a few days time we'll lose him. If we lose him, we'll never get to Sadaat.

[Eric and Nell join them]

ERIC: News out of Saudi Arabia. Warriors for lslam is demanding the release of a dozen Al Qaeda members imprisoned in Riyadh,

in exchange for a Saudi hostage that they took seven days ago.

CALLEN: Saudis don't negotiate with terrorists. That hostage is as good as dead.

NELL: The hostage is seven years old. [They all look shocked] He's the son of a Saudi Prince, who's a close confidant with the king.

SAM: It's started, Hetty. Warriors for lslam is trying to put itself on the map.

ERIC: And we received an e-mail. Or, at least, Hakeem Fayed did. It's the name of a hotel in the capitol Sana'a. The Blue Oasis.

They're holding a room for Hakeem.

[Sam stares at Hetty]

HETTY: E-mail them back. Thank them for their hospitality. Tell them that Hakeem is on his way. [Nell and Eric go back upstairs]

Mr. Callen will go as back up. I'll shift assets in the region to Yemen, for additional support. Miss Blye and Mr. Deeks can

focus on finding out if Mr. Hanna's identity has been compromised. [Both move away]

[Sam is leaving, Callen stays sitting in front of the screen]

HETTY: Mr. Hanna. Any evidence, no matter how slight, that suggests that your cover's been blown and I want you out of there on the next possible flight. Understood?

SAM: Understood. [He nods, she nods. Callen follows his partner who goes away. Hetty takes her phone]

 (cell phone beeps)

HETTY: Director Vance, please.

VANCE: Yes

HETTY: Leon, it's Hetty.

VANCE: Yeah

HETTY: Are we still on speaking terms with that fellow from the CIA who runs operations in Yemen?

 (Vance speaks indistinctly over phone)

HETTY: Then you should send him a bottle of bourbon. I think we're going to need him.

 

[Callen is putting bills and ID in his wallet. Hetty joins him]

HETTY: Confirmed your alias, Mr. Callen?

CALLEN: Ray Haymes. A textile buyer for a department store chain.

HETTY: Ooh, maybe you can bring me back a nice futah. [He puts his gear in a bag]…And Sam.

CALLEN: All set.

HETTY: Is he?

CALLEN:  (sighs) You'd prefer to send someone else.

HETTY: You wouldn't?

CALLEN: Sam will do what needs to be done.

HETTY: And nothing more, Mr. Callen. And if necessary, much less. I need to know that he can walk away, if that's what's required. This is not about avenging Moe's death.

CALLEN: I know that.

HETTY: Well, please make sure that he does. [Callen nods. He walks to the outside. She calls]

HETTY: Bright colors, Mr. Callen. [He stares at her, puzzled]

HETTY: The futah. [He smiles, chuckles, and goes. She stays alone, shrugs, worried, looks at the red signal on the plan of Sana’a, on the screen]

 

[Yemen. Sana’a. Sam is in a taxi.] (horn beeping) [The driver is running through narrow streets, looking at Sam, who gets out at the blue Oasis Hotel. (conversing in Arabic with the driver) He enters, in the foyer, a man is drinking tea while reading a paper : Callen, who watches around. Sam comes close to the reception]

RECEPTIONIST: As-salaam alaikum.

SAM: Alaikum salaam. Reservations. Hakeem Fayed.

RECEPTIONIST: Of course. Just one second, sir. [Callen notices that a waiter is looking at Sam] Single room, for one night. Is that correct, Mr. Fayed?

SAM: Guess so.

RECEPTIONIST: If you don't mind, please be so kind as to fill all the details out here, please. [He hands Sam a form]

[Callen joins the reception]

CALLEN: Hey, my room key, please? 409.

RECEPTIONIST: Of course, Mr. Haymes. Here you go. [Callen takes his key and hears the words the man says to Sam] It will be room 615. Uh, by the way, this was left for you, sir. [He hands an envelope]

SAM: Thank you. (conversing in Arabic)

RECEPTIONIST: Shoukran. [He and the waiter follow Sam with their eyes, taking the same lift than Callen. When the doors are closed, Sam shows his envelope]

SAM: This was left for me. Anyone in the foyer? [He opens his envelope and takes a paper out]

CALLEN: The busboy's on someone's payroll. He didn't miss a bit.

SAM: Guess Abdul knows I've checked in. There's a number to call, probably a burn cell phone. [He shows the number at G.]

CALLEN: I'll give it to Eric. GPS tracking device. [He puts a small button in Sam’s hand] Turn it on when you're moving. Three clicks if you need me. I'll only ever be two minutes away. How long is the room booked for?

SAM: One night.

CALLEN: He's going to move you. [The doors open. Callen gets out, Sam stays inside]

CALLEN: Take it easy, Sam.

SAM: You, too.

[Callen enters his room. There a suitcase on his bed, near his bag] (water running) [the noise comes from his bathroom. Callen opens the suitcase: 2 guns, magazines, ammo boxes, a satellite phone, a box with a aiming draw] (water stops running) [Callen takes the phone]

CALLEN: So how does it feel to be Hetty's asset in Yemen?

 (door opens) [Callen looks at the man who dries his hands: Nate !]

NATE: Dangerous.

 

             ----------------------------ZAPPING-------------------------------

 

[Callen’s room]

NATE: Hetty had me back in Yemen within a week of Abdul arriving. Got some contacts here. People inside the government who know a little more than they're letting on about the Warriors of lslam. They've been feeding me the intel. [Callen arms one of the gun]

CALLEN: Where'd you get the hardware?

NATE: Don't ask. [He types on a laptop]

CALLEN: Got an uplink yet?

NATE: It's coming on line right now. [G. writes something on a notepad and puts it on the table near Nate]

CALLEN: Send that to Eric. It's the contact number Abdul left for Sam. What can you tell me about the boy they're holding hostage? [He arms the second weapon, and puts it with all the “hardware” in a rucksack]

NATE: They chose him well. He's the only son of one of the most powerful princes in Saudi government. And he was kidnapped

over a week ago, but...they only went public with the abduction yesterday. It's possible that the father kept the news quiet to try to negotiate privately with the terrorists, but the government won't give in to their demands.

CALLEN: Contacts on the ground think Sadaat's behind it?

NATE: Nothing happens without Sadaat's approval, but...it's more likely Abdul playing this.

CALLEN: And you're sure they haven't linked forces yet?

NATE: Sure as I can be. Abdul hasn't left the city since he arrived, and my sources are confident that if Sadaat had met with him, they'd have heard about it. (sighs) [he scratches his head]

CALLEN: You okay?

NATE: Abdul thinks I'm dead. Chances of me running into him are negligible, but we can't risk it. I only move around at night, stay out of sight during the day. Which means...You're on the lunch run. [He throws him keys and stares at him, with a little smile]

 

[Sam’s room. He takes the phone number and his phone](dialing phone)

ABDUL: [over the phone] As-salaam alaikum, Hakeem.

SAM: Walaikum as-salaam, Abdul.

ABDUL: Welcome, my friend. Is everything well?

SAM: Everything's great. I'm excited to be here.

ABDUL: As I am, Hakeem. (knock at door) So when can we meet? [Sam opens carefully the door]

ABDUL: We could meet now...Hakeem. [He is there, on the doorstep. He cuts the call off, enters, closes the door behind him. They hug]

SAM: Good to see you.

ABDUL: You had no problems leaving America?

SAM: The guy I collected my paperwork from was dead.

ABDUL: Yes, well, he demanded more money. Threatened to withhold your papers. He left us no choice. Welcome to the cause, brother.

SAM: So what's the plans for me?

ABDUL: Well, to begin with, there is no need to unpack. We are leaving right now.

SAM: Going where? Another hotel?

ABDUL: You must be patient, Hakeem. In time, Allah reveals everything. Get your things. I have a car waiting. We have a long way to drive. Ready?

SAM: Let's go. [He turns on the GPS device]

 

[Callen’s room] (GPS locater chirping) [G. takes the GPS receptor]

CALLEN: Sam's on the move. Abdul must have contacted him.

NATE: He would have warned you if he could. Someone must be with him.

CALLEN: Car?

NATE: Light brown SUV in the alley behind the hotel.

CALLEN: Tell Eric. [He grabs his rucksack and walks hastily to the door of his room. The lift isn’t free, he runs to the stairs. Sam is with Abdul in the lift. Callen appears in the foyer in time to see Abdul and Sam going outside. He heads for the back of the hotel. The busboy watches Sam and Abdul getting in a SUV, and follows Callen. G. sees his SUV is stuck between 2 cars. He sighs] (man yells) [Behind Callen the busboy raises a blade and is going to strike. G. is faster, he parries the hit; they fight briefly. Callen broke his neck with his hands, opens the door of his SUV, heaves the body on the backseat, gets in the car with his bag by the passenger door]  (engine starts) [he reverses, pushing the car behind, then runs forwards, pushing the car in front; the crowd is yelling] (glass breaking) [His car is free, he shoots off at top speed. He takes his phone] (dialing phone)

CALLEN: Talk to me, Eric.

ERIC: Sam's GPS is coming on line now. Your satphone GPS puts you three and a half miles behind him. They're headed south on Taizz Road. [He is typing on his keyboard, Hetty and Nell watch over his shoulder, and Kensi and Deeks look at green spots moving in the streets of the town, on the large screen] You're going to have to close the gap.

CALLEN: Yeah, I'm working on that.

ERIC: Callen...Abdul is with him. [The red spot called Abdul Habaza is flashing close to the green one going for Sam]

CALLEN: I know. Had a little problem with one of Abdul's guys.

HETTY: Has Sam been compromised, Mr. Callen?

CALLEN: No, I don't think so. He's a hotel employee. He didn't have time to warn Abdul. I'm bringing the body with me. Eric, don't lose him.

ERIC: Trying not to. [Callen cuts the call off, he has to focus on the road]

 

[OPS center]

KENSI: Looks like they're heading south, out of the city.

NELL: Sadaat's rumored to be hiding out in the south of the country.

KENSI: Maybe Abdul's finally going to meet his brother.

DEEKS: And he's bringing Sam with him.

HETTY: It's not all bad then. [She nods]

 

[ Abdul’s car is running through desert area. Sam is sitting at the back with Abdul ]

SAM: We headed south?

ABDUL: Why are you so interested in what direction we're traveling, Hakeem?

SAM: I'm trying to ascertain the direction of Mecca. It's time for noon prayer, brother. [He shows his watch at Abdul]

ABDUL:  (speaking Arabic) [The car parks by the side of the track]

ABDUL: A short pilgrimage to Mecca across the border into Saudi Arabia, Hakeem, hmm? [He points]

SAM: One day soon, maybe.

ABDUL: Inch Allah.

SAM: You must be pleased to be back in Yemen; see your family. You told me in prison you had a brother.

ABDUL: Sadaat. He is with me wherever I travel.

SAM: You're very proud of him.

ABDUL: My brother is a leader of men, Hakeem. When you meet him you'll understand why our cause cannot fail. We are putting into play a plan that will show the West the true power of the Warriors for lslam. That great day will come very soon.

[Sam stays alone, and looks at a car running in front of him: Callen…]

SAM: Allahu Akbar [looking at the dust]

 

 

 (phone dialing) [Callen drives like if he didn’t see Sam. He takes his phone, looking at his rear-view mirror]

CALLEN: Reestablish contact, Eric. I'm going to stay two minutes ahead.

 

[OPS center. Nell and Hetty are standing behind Eric]

ERIC: Copy that. Callen's back in the game.

 

[Abdul ‘s car reaches a village, where a kid runs out of a bar, fleeing armed men. Abdul spots the boy coming straight to his car]

ABDUL [urgently]: Stop the car. Hakeem, grab the boy. [Sam opens quickly the door, gets out of it and catches the kid]

[The man who first pursued the boy looks ashamed. Abdul is angry. He looks at the driver of his car who stands at his side]

 (speaking Arabic) [The driver hands him his gun. ♫ ♫ Abdul arms it. Sam looks closely at his hands. ♫ ♫ The boy looks scared, but doesn’t cry. ♫ ♫ Abdul gives the gun to Sam]

ABDUL: Shoot him. ♫ ♫ [Sam looks at the gun, then at Abdul. He felt the gun. The boy stares at it. Sam rivets his eyes on Abdul]

SAM: If you want me to do this, you should trust me and give me a loaded weapon. [The boy sighs in relief, Sam hands the gun back] You test me, Abdul?

ABDUL: I test everybody, Hakeem. [He smiles, raises the gun, aims at Sam and pulls the trigger. The boy closes his eyes and gasps] (click)

ABDUL: You passed. [Abdul puts the magazine in the gun, arms it and aims at the man who had to watch the boy] (gunshot) [The boy snuggles up to Sam’s leg]

ABDUL: [to Sam] He failed. [To all of them] Let this be a lesson to all of you, of the importance of this boy. [to Sam] He is now in your charge, Hakeem. [Sam nods] Guard him with your life.

SAM: As-Salaam alaikum.

 

           -------------------------------ZAPPING---------------------------------

 

(singing in distance) [it’s pitch dark. Men are cooking outside, some are watching. Sam is walking, he warms his hands: there are fires in cans; he takes soup an old man gives him]

SAM: Shoukran

[Abdul joins him]

ABDUL: Where is the boy?

SAM: He's with Rafiq. I came to get him some food. What makes this boy so valuable?

ABDUL: He is the son of a Saudi prince.

SAM: There are a lot of Saudi princes. They count them by the thousands.

ABDUL: [he laughs] That's true, but this one is a favorite. As is his father.

SAM: [nodding] You're holding him for ransom.

ABDUL: No, Hakeem, not for ransom.

SAM: A prisoner exchange?

ABDUL: No. [he walks further. Sam looks around, then follows him to the barbecue; he takes a piece of bread, stares at Abdul]

SAM: Why then?

ABDUL: [gently] You'll see, Hakeem. Very soon. [He pats Sam’s shoulder] Go back to the boy. Take him his food. Do not leave his side.

SAM: But you said the world would soon learn how powerful the Warriors for lslam really are.

ABDUL: You think we measure the power of our cause by the life of a small boy? [Sam shakes his head]

SAM: Then tell me why.

ABDUL: Soon, my brother.

[Sam goes to the room where the boy is guarded by a man ad his riffle. Sam sits down at his side]

SAM:  (sighs) [He cuts some bread, the boy looks hungry but doesn’t move]

SAM: …Hakeem (speaks Arabic) You're Amir. [The boy doesn’t answer but stares at the bread]

SAM: [He speaks softly] Listen, Amir...I won't hurt you, and I won't let anybody else hurt you. You understand? [The boy nods. Sam smiles, dunks a piece of bread in the soup]

SAM: Soup and bread. [He eats his bread, shows the rest to the boy] If you don't eat it, I will. Mm. It's good. Mm. Hmm? [He hands the bread, the boy hastily cuts a bit]

SAM: Exactly. [The kid dunks it in the soup and eats greedily, Sam nods approvingly]

BOTH: (speaking Arabic)

SAM: If anything happens, I want you to stay by my side. You understand? [The boy nods]

SAM: Good. [both continue eating] ♫ ♫

 

[We see the village through infrared glasses]

ERIC [over phone]: Keeping warm? [Callen is hidden behind a wall and watches the camp, his phone near his ear]

CALLEN: Barely. They've posted guards. I'm counting five guys, could be more.

 

[OPS center. Hetty comes close to Eric and his mic]

HETTY: Mr. Callen, can you confirm Mr. Hanna?

CALLEN: Confirmed. Abdul's with him.

HETTY: Sadaat?

CALLEN: Not yet. But it seems like they're waiting for something. Or someone.

HETTY: The minute you can confirm Sadaat's presence, I want the two of you out of harm's way.

CALLEN: The boy is here, Hetty.

HETTY: Your primary mission, Mr. Callen, is to confirm that Sadaat has joined his brother.

CALLEN [meaning it]: Not leaving without the boy. [he furiously cuts the call off]

[Eric stares at his boss, she glazes briefly and nervously at him]

 

[Desks of the agents. Fanning’s file is on the screen. Deeks and Kensi are looking at it obviously for a long time. Both support their head with their hand, elbow on the desk]

DEEKS: Freddie John Fanning.

KENSI: We're missing something.

DEEKS: A suspect.

KENSI: A murder weapon.

DEEKS: And witnesses. Don't forget witnesses, we're missing them. Witnesses can be very valuable, you know. Maybe even tell us if Sam's been compromised.

KENSI: And evidence.

DEEKS: And a clue. [Both change their arm put on the desk] A clue would be good, too.

[Kensi shakes her head and stands up]

KENSI: What we know. Fanning is hired to forge a passport.

DEEKS: Check. [His head falls down on his laptop, his forehead hits it]

KENSI: Fanning completes that passport and delivers it to Mr. Jones at his short term rental apartment.

DEEKS: Check. [Finger up, head down on the laptop]

KENSI: There's a dispute over money or maybe Jones wants to tie up loose ends. Either way, Fanning is shot.

DEEKS: [raising his head] Fanning checks out checkless. Check.

KENSI: We're missing something.

DEEKS: Check.

KENSI: No, no, no, no. [She sits down] Deeks, we are missing something.

DEEKS: Okay. [He concentrates on her words]

KENSI: All right, Jones works for Abdul.

DEEKS: Go on.

KENSI: What if Abdul met with Jones before he left for Yemen to give him Sam's details?

DEEKS: But Jones' apartment had only been rented out for a week.

KENSI: Right. So if Abdul did meet with Jones...

DEEKS: It wasn't at the apartment. It could have been at Jones' house.

KENSI: Check.

 

[They join Nell in front of a computer]

NELL: Abdul flew out to Yemen the day after he broke out of prison.

KENSI: He flew out on a fake passport.

DEEKS: ones must have given it to him.

KENSI: Where did Abdul stay that night?

NELL: We were tracking him on Overwatch. Stayed at the West Hollywood Motor lnn on Wilton.

DEEKS: A clue?!

KENSI: Maybe even witnesses. [They go away. Nell is puzzled]

 

[Deeks and Kensi are in the office of the West Hollywood Motor Inn with the owner]

MAN: It's always quiet midweek.

KENSI: How quiet?

MAN: No new bookings that night. [He checks his forms]

DEEKS: None?

MAN: Not a one.

KENSI: Nell said he definitely stayed all night.

DEEKS: Well, maybe he shared with somebody, that was already staying here. Do you mind if I take a look? [The man hesitates, then hands his papers to Kensi]

KENSI: All right, three guests. Married couple from Idaho.

MAN: Married. She was young enough to be his daughter.

DEEKS: Well, scratch Idaho.

KENSI: Single woman from Texas.

MAN: Regular. Same time every month.

DEEKS: For how long?

MAN: Long as I've owned the place. Going on 27 years.

DEEKS: And scratching Texas.

KENSI: What about this one? It was occupied all week, but there's no name against it. [She shows a line on the list]

MAN: That's not a guest. That's the night manager, Felix.

[Felix is just getting out of his room]

MAN: Felix! [He calls, as Felix is going to his car when the 3 are coming. Felix stops and waits]

MAN: Cops want to have a word with you. [He points at Deeks and Kensi. Felix gives a look around]

KENSI: Witness or suspect?

DEEKS: Suspect.

[Felix takes his gun and runs, going round his pickup. The agents dive behind a car, pushing the man with them]

DEEKS: Make that prime suspect.

[Deeks and Kensi stand up and shoot]

DEEKS: Go!

[They move forwards, hide again behind a car. Felix shoots too, and gets in his pickup by the passenger door]

KENSI: Ready? Three, two... one. Go !

[They stand up and shoot, the pickup reverses, then runs forwards, they shoot again and the pickup hits a car and stops. Deeks checks Felix’s pulse]

DEEKS: Scratch Felix.

 

[Deeks and Kensi search Felix’s room. There’s an old TV but a recent laptop on the table]

DEEKS: For a guy that lived here for 18 months, he sure doesn't have much to show for it. He's got no big-screen flat plasma TV.

KENSI: Computer's configured for Arabic.

DEEKS: No beer. [The fridge is empty. Deeks opens the wardrobe]

DEEKS: No funky week-old clothes in the corner. [He looks around]  No pizza boxes. This is very un-American.

[Kensi has found a passport]

KENSI: Felix Attino. Columbian.

DEEKS: That explains why he's un-American, but not why he speaks Arabic.

[Kensi searches the lining of a suitcase ]

KENSI: This would. Yemeni passport. Look at the name. [Sadaat Habaza…]

DEEKS: We just found Abdul's brother.

 

               -------------------------ZAPPING--------------------------------

 

[Deeks and Kensi are coming back to the office]

KENSI: No wonder Sadaat hasn't been seen in Yemen. He's been here all along.

DEEKS: How hard is it to run a terrorist group from the other side of the world?

[Nell and Hetty are blocking their way]

NELL: It's virtually impossible. I think Sadaat was a misdirect. With this new intel, I went back and analyzed what we knew, or what we thought we knew. I think the true leader of the group is Abdul.

HETTY: And the news doesn't get any better.

NELL: Warriors for lslam have released a deadline for the Saudis to meet their demands.

KENSI: How long?

NELL: One hour.

KENSI: But the Saudis have already rejected a hostage exchange for the boy. Why would Abdul think that they would change their mind?

HETTY: I don't think he does.

[Eric appears above them]

ERIC: Guys... you better take a look at this. [They hurry upstairs. Hetty worries a lot]

ERIC: I broke the password to Sadaat's laptop, accessed his e-mails. Found this. [He puts a mail in Arabic on the screen]

HETTY: Ms. Jones, how's your Arabic?

NELL: Well, it looks like the e-mails are between Sadaat and Abdul. Sadaat was tipped off by a State Department e-mail to the U.S. Embassy in Yemen of Nate's presence in Sana'a. Sadaat confirms that the attached photos were taken a week after Abdul's escape, and after Abdul saw Nate stabbed by Sam. [Nate is on different photos on the screen]

DEEKS: Nate's been compromised.

KENSI: Which means Sam's been compromised. [Hetty shakes her head]

ERIC: Why give Sam a fake passport and an airline ticket to Yemen  if you know he's an undercover federal agent?

NELL: It's a trap.

HETTY: A captured U.S. federal agent is a powerful propaganda tool. And much more leverage than a seven-year-old boy. Eric, I need to talk to Callen. Ms. Blye, alert Nate. Tell him to get the hell out of that hotel. And Nell? Get Director Vance on the phone. Tell him we need that authority, and we need it now.

 

[Callen is still watching the terrorists camp]

 (phone buzzing)

CALLEN: Yeah.

ERIC [to Hetty in the OPS center]: Callen's on speaker.

HETTY: Mr. Callen? Abort the mission. [Callen has a gesture of anger] Sam's been compromised. [No more anger in G.’s eyes] Confirm, Mr. Callen.

CALLEN: Confirmed. Aborting mission.

 

[Sam is asleep near the boy who has just woken up. The kid stands up and walks silently to the door. Sam grabs one of his leg]

SAM: Wait. I'll go with you. [But the door opens, Abdul is looking at them, a gun in his hand. 2 men who raise their weapon follow him. Abdul stares at Sam and smiles. Sam nods and smiles too. One of the men pushes the boy to the outside, the other does the same with Sam. The kid is put in front of a video camera]

 (speaking Arabic)

ABDUL: Which federal agency do you work for?

SAM: NCIS.

ABDUL: I know of them.

SAM: Then you know it's probably best that you surrender to me now, while you still have a chance.

ABDUL:  (laughing) You know, I like you, Hakeem.

SAM: Hmm. [He nods] Sam.

ABDUL: Sam. I'm not going to kill you. Yet. But a display to your country and their foreign allies of our resolve should be enough to bring them to the negotiating table. [He waves, a man turns the camera on, another aims at the boy] (truck engine revving) [Everyone look at the SUV running very fast to them]

ABDUL:  (shouts in Arabic)

SAM: (speaking Arabic) [He points at the scared boy. All the men shoot at the car. Abdul runs behind a wall. Sam dives, grabs the boy and hides him behind cans and boxes. Callen throws himself out of the car and rolls on the road to reach boxes, while the empty car protects him and finally  hits a wall. Callen kills a man. Abdul is shooting. He looks behind. Callen hits 2 more men. Abdul runs to the opposite direction. Callen opens his bag, throws a gun to Sam who kills the last 2 men. But a car goes away, Abdul is driving and fleeing ]

SAM: Abdul! [Callen grabs his bag, takes a box out, hands it to Sam. He takes his phone while Sam opens the box and takes out its contents]

CALLEN: Need that authority, Hetty. Need it now!

HETTY: Director?

[The car is running]

HETTY [over the phone]: Authority granted, Mr. Callen.

CALLEN: Green light, Sam. [Sam hesitates]

CALLEN: [urgently] Sam, green light!

[Sam aims at the car with a laser]

SAM: Target painted. [Abdul notices the red spot, looks scared. He looks behind, but doesn’t see the real danger. A missile hits his car: it and he blow up in a terrific fire. A UAV has jus fulfilled its mission…In the OPS center, they have watched the scene from the UAV camera. Hetty is so relieved as she hangs up the phone… ].

 

[4 cars are running in the desert to Sam, Callen, Nate and Amir who are waiting in the middle of an empty road. The Saudi Prince gets out of one of them, which has just stopped in front of Amir putting his hand into Sam’s. They smile to each other. The Prince comes closer, the boy rushes to him, they hug, both are so relieved and happy!] (father speaking Arabic) [The Prince nods gratefully to Callen, who nods, to Sam, who nods too and gives a special smile to Amir. The young boy and his father, and all the bodyguards get back into the cars, they all leave the place.]

SAM: Let's go home. [Callen looks at Nate]

NATE: I'm staying. There's work to do in Dubai. Or Oman. Hetty, uh, wasn't sure which.

CALLEN: We'll see you around, Nate. [He nods to say goodbye, Sam does the same, Nate too. Sam takes the passenger seat in Callen’s car. Before starting the engine, G. stares at Sam]

SAM: What?

CALLEN: Why'd you hesitate? [Sam glazes over] Targeting Abdul?

SAM: (sighs) Wanted to be sure why I was squeezing the trigger. [He looks straight ahead of himself]

CALLEN: Moe? [Sam shakes slightly his head. Callen nods, stops staring at his partner]

CALLEN: Revenge, or justice? [He doesn’t want to look at Sam]

SAM: Justice. [Callen wants to see in his eyes if that’s true. Sam doesn’t turn his head]

SAM: I hope.

[They exchange a profound look, G. questioning, Sam truthful]

[Callen starts the engine, the car runs forwards]

SAM: This isn't the way home.

CALLEN: Nope. Promised Hetty I'd get her a futah… Bright colors.

[The screen becomes dark]

SAM: Better get her two.

 

                 ---------------------------THE  END------------------------------

 

Kikavu ?

Au total, 114 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

quimper 
11.06.2019 vers 00h

Casey5102 
17.04.2019 vers 21h

schumi 
15.04.2019 vers 11h

friends76 
08.03.2019 vers 00h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Austin83  (18.04.2019 à 21:02)

En fait Nate deviendra plus tard un excellent agent de terrain qui aura fait ses preuves, certes maladroitement et en risquant sa vie, mais il sera à la hauteur et les autres seront fiers de lui !!! J'aimais beaucoup le personnage de Mo, Sam était vraiment un grand frère pour lui, quel dommage d'avoir eu ce triste sort !!!!!

schumi  (15.04.2019 à 11:02)

Retour des personnages d'Abdul et de Nate! Bon celui ci semble un peu blasé, je ne suis pas sûre qu'ils 'épanouisse vraiment sur le terrain... quand est-ce qu'il rentre à LA?

Callen et Sam semblent vraiment concernés par le sort de l'enfant otage mais Hetty me semble un peu insensible pour une fois...

En tout cas la mort de Mo est vengée, meêm si Sam a hésité!

Contributeurs

Merci aux 5 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Concours
Aujourd'hui à 14:48

Acteurs secondaires
Aujourd'hui à 20:38

Hetty ne prend pas de vacances
Aujourd'hui à 17:32

Sam Hanna
Avant-hier

Allégeance
Avant-hier

Plus de secret
Avant-hier

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne CBS

11.01 : TBA (inédit)
Dimanche 29 septembre à 21:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne M6

10.23 : Menace intérieure (inédit)
Samedi 17 août à 21:00
1.29m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.22 : Plus de secret (inédit)
Samedi 10 août à 21:50
1.34m / 9.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.21 : Évasion russe (inédit)
Samedi 10 août à 21:00
1.47m / 9.4% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.20 : "Goulot" d'étranglement (inédit)
Samedi 3 août à 22:00
1.19m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.19 : Le chat et la souris (inédit)
Samedi 3 août à 21:05
1.23m / 8.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.18 : La cavale d'enfer (inédit)
Samedi 27 juillet à 22:00
1.38m / 8.4% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
Quartier Rizzoli & Isles : sondage avec Los Angeles et Hetty

Quartier Rizzoli & Isles : sondage avec Los Angeles et Hetty
Le quartier Rizzoli & Isles propose un tout nouveau sondage. Le thème proposé est le suivant...

Barrett Foa s'absente momentanément

Barrett Foa s'absente momentanément
Avis à tous les fans de notre adorable Barrett Foa l'interprête de notre attachant Opérateur...

Le final de la saison 10 c'est ce soir sur M6 !

Le final de la saison 10 c'est ce soir sur M6 !
M6 clôture la diffusion de la saison 10 inédite de NCIS : Los Angeles ce samedi avec les deux...

Animation : Hetty ne prend pas de vacances

Animation : Hetty ne prend pas de vacances
Mais pourquoi donc Hetty ne prend pas de vacances ? Tout simplement parce que ses agents et ses...

Audiences 10x21 et 10x22 sur M6 !

Audiences 10x21 et 10x22 sur M6 !
Samedi soir, M6 diffusait les vingt et unième et vingt deuxième épisodes de la saison 10 inédite de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

ophjus, 17.08.2019 à 13:09

Le quartier The Bold Type a un mois, n'hésitez pas à venir voir comme il a bien grandi !

quimper, Avant-hier à 17:08

Nouveau sondage sur le quartier Rizzoli & Isles. Jane et Maura ont besoin de votre aide pour choisir leur destination de vacances .

quimper, Avant-hier à 17:10

Et inutile de connaitre la série pour pouvoir voter. Alors, n'hésitez pas à venir. Bon week-end à toutes et tous.

cinto, Avant-hier à 19:21

Donnez un nouveau titre à la série The Tudors ; merci pour vos votes au sondage, PDM et votre petit tour sur le quartier.

sabby, Hier à 09:47

Bien le bonjour, le quartier S.W.A.T vous propose un tout nouveau sondage, une nouvelle PDM en vote et une nouvelle séance du Survivor

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site