VOTE | 475 fans

#303 : Duos Explosifs

L’agent Spécial Sam Hanna est envoyé sous couverture comme expert en bombe pendant que l’équipe sprinte pour localiser quelque part en ville des explosifs volés. Dans le même temps, et sous de vives protestations, Hunter change les duos et met Callen en équipe avec Kensi, et Sam avec Deeks...

** Captures de l'épisode **

Popularité


3.83 - 6 votes

Titre VO
Backstopped

Titre VF
Duos Explosifs

Première diffusion
04.10.2011

Première diffusion en France
18.05.2012

Photos promo

L'agent Hanna joué par LL Cool J

L'agent Hanna joué par LL Cool J

Le lieutenant Deeks joué par Eric christian Olsen

Le lieutenant Deeks joué par Eric christian Olsen

Sam et Deeks sortent de la voiture

Sam et Deeks sortent de la voiture

Sam Hanna a prit son arme pour se protéger

Sam Hanna a prit son arme pour se protéger

Deeks et Hanna chez un suspect

Deeks et Hanna chez un suspect

l'agent et le lieutenant Courent

l'agent et le lieutenant Courent

Kensi, Callen, Deeks et Sam parlent à un homme

Kensi, Callen, Deeks et Sam parlent à un homme

le quatuor parle au suspect attaché

le quatuor parle au suspect attaché

Sam et Marty continuent l’interrogatoire

Sam et Marty continuent l’interrogatoire

Diffusions

Logo de la chaîne M6

France (redif)
Samedi 17.12.2016 à 23:30

Plus de détails

Scenario :  Dave Kalstein

Réalisation : Terrence O'Hara

Guests :

Claire Forlani ............................ Lauren Hunter 
Andrew Elvis Miller ............................ Calvin Winslow 
Ethan Wilde ............................ Charles Redman 
Rico McClinton ............................Garde du corps
Leyna Nguyen ............................ Elle-même

L’hélicoptère de  Sky2- News Central (pour CBS) survole Los Angeles. Une journaliste à son bord souligne la fluidité exceptionnelle du trafic. La caméra suit de près un gros SUV qui s’engage sur Colorado boulevard, suivi par une  Sedan qui le double. Elle  accélère brutalement- à l’instant où le SUV est littéralement pulvérisé par une explosion sous les yeux effarés de la journaliste.

 

Générique

 

Callen, Sam, Kensi et Deeks sont réunis autour de leurs bureaux, et Hunter fait une fois de plus les frais de leurs conversations. Du moins ses mérites comparés à ceux d’Hetty, une discussion amenée par Deeks ; et résumée pour Sam par le choix entre une injection létale ou le peloton d’exécution...Il  voit plutôt Hetty comme la petite pilule glissée dans votre verre par quelqu’un qui suivra ainsi toutes vos commandes. A Deeks qui s’inquiète, il ajoute qu’elle ne marche pas sur les animaux de la ferme ! Lequel Deeks  trouve des excuses au comportement d’Hunter qui, ne pouvant évidemment pas obtenir d’eux l’amour et le respect qu’ils donnent à Hetty, use d’autres outils de management. Il semble qu’elle ait réussi à acheter le « traitre » avec une place de parking ! Eric les interrompt, à la voix – le sifflet lui manque terriblement ! Mais il est bien le seul.

 

Dans la salle des OPS, les agents sont encore à la porte que Lauren, renfrognée,  fait lancer par Eric la vidéo de l’explosion. Elle ne jette pas un regard sur eux, alors que Callen la fixe méchamment. Le mort est un marine, Nelson Marcos –ingénieur spécialiste en démolitions. Callen demande de mauvaise grâce en vertu de quoi ils doivent prendre l’affaire en charge, et se fait envoyer sur les roses. Sam fait repasser la bande : la Sedan ralentit à la hauteur du SUV – vérification de l’identité du conducteur, sans doute. Le SUV appartient à Calvin Winslow-ce qui fait ouvrir de grands yeux à Deeks : Winslow gère le plus grand Club de LA (celui avec la porte la plus sûre, derrière laquelle les gens passent plus de temps que dans l’enceinte officielle...)-selon ce qu’il a entendu dire ! Winslow est suspecté d’utiliser son club comme paravent pour fournir des armes légères aux gangs de la ville. Un de ses ex-associés, Thom Baird,  est en train d’ouvrir un club concurrent. Aucun des deux n’a d’antécédents judiciaires.

Callen charge alors Kensi et Deeks d’aller voir Winslow pendant que lui et Sam s’occupent de la victime. Mais Hunter les arrête : Callen va faire équipe avec Kensi et Sam avec Deeks (qui lui jette un regard épouvanté). Elle sort, glaciale.

 

Callen, avec son air mauvais, la rattrape : pourquoi fait-elle ça ? Parce son hostilité envers elle affecte le travail de l’équipe- là il s’insurge. Il est le seul à lui en vouloir, et uniquement parce qu’elle lui dissimule des infos sur lui. Elle lui cloue le bec : « et pourtant il a confiance en Hetty » ! Il n’a pas le temps de réaliser qu’elle enchaine : si elle lui dit ce qu’il y a dans l’ordinateur d’Alexa Comescu, gagnera-t-elle sa confiance ? Comme cela lui parait un bon point de départ, elle  lui explique que les Comescu sont des banquiers : ils prêtent de quoi démarrer à des centaines d’affaires criminelles, en échange de parts. Du coup ils font dans le trafic d’être humains, la drogue, le terrorisme et la contrefaçon, partout où des malfrats ont besoin d’un bailleur de fonds. Si l’affaire se casse la figure, la sanction est...la mort. Hunter est en charge d’une enquête au très long cours – dont elle réfère à ...Hetty. Et dans le fameux ordinateur, il n’y a rien en rapport avec Callen : les infos qu’il recherche sont mortes avec Alexa. Elle a hésité un peu sur les derniers mots...Callen tourne les talons, et rejoint son équipe en bas.

 

Deeks et Kensi sont en pleine discussion : lui trouve qu’une place de parking ne devrait pas lui mériter Sam ! Il faut faire quelque chose ! Mais Kensi  veut suivre les ordres. Alors Deeks demande à Sam s’il est prêt pour son cours intensif- et s’attire un « si tu peux le donner depuis l’hôpital » peu engageant. Kensi s’inquiète de Callen auprès de Sam, après les chocs reçus – mais il lui dit qu’il va bien,  qu’il faut seulement le surveiller quand il est avec Hunter. Et Callen, lui, conseille à Deeks de laisser Sam conduire, et de ne surtout pas hésiter à s’affirmer en leader du groupe, seul moyen de gagner son respect. Du coup le flic essaie d’affirmer qu’ils vont prendre sa voiture – le regard que Sam lui lance en retour est clair : les choses ne vont pas être simples !

 

C’est donc Sam au volant de sa voiture qui se gare devant la maison du marine mort. Deeks passe aussitôt à l’attaque : sachant que dans une équipe il ne peut y avoir qu’un mâle dominant, comme dans les meutes de loup – où le male Alpha assure sa domination en fixant les Betas inférieurs- il regarde donc Sam dans les yeux. Celui-ci sourit très vite : Deeks a l’œil gauche plus grand que le droit. Et il reprend sa marche : « on y va, Alpha » ! Deeks est heureux, ainsi il n’est pas le Beta ! Enfin, sur un nouveau regard de Sam, il nuance- ce qu’il en dit... Marcos vivait seul, d’après son dossier. La porte d’entrée est verrouillée, ils font le tour par derrière. Un homme est  en train de sortir d’une cabane dans le jardin. Dès qu’il les aperçoit, il se met à courir. Deeks le plaque, mais au passage l’homme essuie ses semelles sur son visage. Furieux, le flic lui demande de faire quelque chose de stupide afin que son équipier puisse le flinguer ! Sam tient l’individu en respect avec son arme et lui demande pourquoi il a fui, mais l’homme désigne la cabane : « bombe »! Il ne ment pas : au même instant une forte déflagration détruit l’abri, projetant des débris sur les trois hommes, mais sans les blesser.

 

Les pompiers et la police sont sur les lieux. L’homme qui avait tenté de fuir est menotté, près de Sam. C’est un véritable géant ! Deeks approche : la brigade de déminage n’a rien trouvé dans la maison, donc « la perche » est leur meilleure piste. Et si Kensi pouvait ne pas savoir pour les semelles essuyées sur son visage...Callen et Kensi les rejoignent,  dans la voiture de la jeune femme. G en descend, visiblement pas dans son assiette ! Il a le mal des transports ! Kensi est furax qu’il mette en cause de la sorte ses talents de conductrice- et aimerait qu’il n’en parle pas à Deeks. Ils ont appris pour l’explosion sur la route de chez Winslow. Charles Redman - terriblement agacé par les surnoms éculés,  explique que Marcos lui donnait l’hospitalité les soirs où il terminait tard son boulot de « spécialiste en hospitalité pour cabaret » - videur, quoi ! Redman fixe Deeks qui les rejoint et réalise qu’il le connaît ; malaise de Deeks quand il arrive sous les yeux incrédules des autres. Il jure ne pas connaître Redman, mais celui-ci donne des détails – ce qui permet à Callen de revenir au fond du problème : le videur n’a pas l’air affecté par la mort de son copain. De plus la police a découvert que la cabane était une fabrique d’explosifs- et contenait du C4 d’origine militaire. Redman accepte de s’expliquer si on le protège de...Calvin Winslow ! Les agents échangent de nouveaux regards...

 

On les retrouve dans l’annexe, dans la salle d’observation, face à l’écran où Eric, Nell et Hunter sont en vidéoconférence depuis la salle des OPS. La Sedan a été retrouvée abandonnée non loin de l’autoroute ; elle avait été volée ½ heure avant l’explosion. A l’intérieur, un téléphone « grillé ».  Redman est bien videur-physionomiste au club, et a passé deux ans dans l’armée. Callen ordonne à Eric de surveiller attentivement l’homme et ses réponses pendant son interrogatoire, et de les tenir au courant. Et il enjoint Sam d’aller avec lui...en violation directe des consignes d’équipe !

 

Redman commence par expliquer que Winslow a déjà envoyé des gars s’occuper d’employés – leur casser la gueule, ou pire. Pour Marcos, il ne peut pas  affirmer que ce soit ce qui est arrivé. Ils se connaissaient depuis le lycée, et quand le Marine n’était pas de garde, ils bossaient ensemble au club. Que Marcos conduise la voiture de Winslow n’était pas inhabituel : ils faisaient parfois office de chauffeurs pour amener les VIP au club.

 

Pendant ce temps au bureau Eric a reçu un rapport préliminaire de la brigade de déminage : le même dispositif a été utilisé dans la voiture et dans la cabane.

 

Il ya quelques jours, Redman a trouvé chez son copain des explosifs militaires. Marcos a avoué les avoir volés, quelqu’un l’ayant recruté pour fabriquer une bombe. Mais il n’a jamais voulu dire qui. Ce matin, le videur avait été réveillé par du bruit – il avait découvert la bombe posée sur l’établi, reliée à un téléphone, et l’alarme du téléphone décomptait : il a pris ses jambes à son cou –au moment où Sam et Deeks arrivaient! Il affirme n’avoir pas vu Winslow depuis environ une semaine, au club.

Mais depuis la salle des OPS, Nell fait savoir que Redman et Winslow ont échangé plus une douzaine de coups de fil lors des 15 derniers jours.

Sommé de s’expliquer, Redman jure qu’il n’a pas appelé son boss, que Marcos utilisait parois son téléphone : ça devait être lui.

De la salle des OPS, Hunter ordonne aux agents de sortir : elle a quelque chose à leur montrer.

 

Dans la salle d’observation, Kensi pense qu’il se sent  vraiment coupable. Deeks ajoute qu’il est surtout en train de se couvrir !

De la salle des OPS Hunter, glaciale, demande à Sam d’analyser les fragments de bombes retrouvés sur l’autoroute et dans la cabane- les photos des morceaux sont rassemblés en deux cadres sur l’écran. Sam est catégorique : les deux engins ont beaucoup de points communs (même mode de construction, même adhésif, fil électrique, même mode de détonateur : 2 téléphones portables servant de détonateurs). Dans ce cas, un des téléphone reçoit un signal et déclenche la mise à feu, l’autre, avec ce même signal, alerte un autre engin. Cette autre bombe, si elle est équipée du même système, va exploser et transmettre à une troisième – on crée comme ça des explosions en chaine. Pour détruire un gros truc. Deeks ne peut pas s’empêcher de demander à Sam s’il était bien le gamin de la bande fasciné par le feu – et s’attire un nouveau regard noir.

Dans la salle des OPS, Nell montre en aparté une vidéo à Hunter : Marcos avait une caméra de sécurité à l’arrière de sa maison, la bande est formelle : Redman est le seul à être allé dans la cabane. Quant à Eric, il annonce que Camp Pendleton vient d’annoncer le vol de 6 kg de C4 et d’une caisse de détonateurs d’un entrepôt de munitions auquel Marcos avait accès.

 

Sam et G. échangent un nouveau regard avant de se précipiter de nouveau dans la salle d’interrogatoire. Ils ouvrent la porte à la volée pour demander des comptes à Redman. Celui-ci admet alors que Winslow a tué Marcos, mais par sa faute. C’est lui qui lui avait présenté son copain. Ils s’étaient vus offrir 100.000 dollars pour 5 bombes actionnées par téléphones portables. Mais Marcos avait changé d’avis quand il avait découvert la cible ; ce qui lui a coûté la vie. Il avait confié à son copain que 4 des bombes devaient viser le 1er objectif, qu’il lui dirait tout dès son retour. Mais manifestement la 2ème cible, c’était lui...Redman est très affecté. Il continue sa confession : quand il a appris la nouvelle, il a paniqué. La bombe-spécimen fabriquée par Marcos lui avait servi à détruire la cabane et tous les indices tels que leurs empreintes digitales sur le matériel. Pour Callen et Sam, l’inquiétude vient de monter d’un cran : 1 seule cible, 4 bombes : de quoi détruite la moitié d’un quartier...

De retour au QG, les agents débattent sur le sentiment le plus fort chez Redman, entre le remords et la peur. Ils pensent avoir assez d’indices pour coincer Winslow mais Hunter n’est pas d’accord. Parole contre parole, Redman ne fait pas le poids contre un homme entouré d’avocats très efficaces. Callen voudrait qu’au-moins ils puissent lui dire qu’ils sont au courant pour les bombes, cela devrait le dissuader de les utiliser- et sauver des vies. Hunter ne voit pas les choses sous le même angle. Elle demande à Sam s’il pense pouvoir utiliser Redman pour s’introduire chez Winslow. G hésite entre exaspération et inquiétude. L’ex-SEAL et Hunter conviennent que si Winslow a encore confiance en son videur, et que celui-ci a envie de se racheter, ça pourrait marcher. Sam part régler des trucs avec Eric- Deeks le suit...Callen a choisi le camp de la colère rentrée, mais Hunter l’ignore superbement : elle le charge avec Kensi de retrouver la maitresse de Winslow, Ashley Winslow, repérée par les ATF. Elle leur donne un dossier et réclame d’être tenue au courant. Et toujours aussi glaciale, elle les plante là. Kensi soupire : quand-est-ce qu’Hetty sera de retour ? Bonne question...

 

Sam gare sa voiture à proximité du club de Winslow. A l’arrière, Redman est inquiet...Deeks veut bien faire en proposant à Sam de « répéter », mais l’agent n’est pas d’humeur. Chacun se méthodes...Redman avoue qu’il ne se sent pas vraiment prêt – Sam le rassure, Winslow s’attend à le voir stressé. D’ailleurs le voilà qui arrive, entouré de gardes du corps. Ils lui donnent quelques minutes pour s’installer à l’intérieur avant de le rejoindre.

 

Kensi et Callen empruntent l’escalier extérieur d’un immeuble. Kensi pense qu’ils devraient essayer de mieux se connaître – partager des choses plus personnelles. Comme elle insiste, G lui dit de commencer...et la jeune femme reste muette. Ils en restent là sur les échanges d’ordre privé ! Du coup Kensi s’interroge sur le pourquoi du changement d’équipiers. Callen commence à renifler du louche. L’appartement d’Ashley Thomas donne sur une terrasse. Kensi force la serrure, l’occupante n’ayant pas répondu quand G a frappé. Et là, surprise, aucun meuble, rien dans le frigo. Ce qui laisse Callen songeur : on dirait qu’Ashley n’a jamais emménagé là...

 

Sam donne le signal du départ en enlevant sa ceinture de sécurité. Redman prend le temps de le remercier : il apprécie vraiment qu’il le laisse faire ça, cela représente beaucoup à ses yeux. Deeks réclame le mot de détresse . sam lui lance « Deeks » ! Bonne chance pour caser ça dans une phrase !

 

Suivis à la trace par Nell, Eric et Hunter devant l’écran géant des OPS, Sam et Redman pénètrent dans l’antre du Winslow, un club de luxe où le propriétaire les regarde approcher, assis dans un fauteuil, 2 gardes du corps à proximité. Il félicite Redman pour son courage…L’homme lui explique s’être trompé sur Redman, et vouloir arranger les choses. Quand à Sam Harris, il tend la main à Winslow qui la refuse et fait signe à un de ses types. Celui-ci veut se saisir de Sam et se retrouve à genou devant lui, bras tordu dans le dos. Sam et Redman expliquent alors que Marcos a dit avoir trafiqué les bombes  pour qu’elles n’explosent pas– Sam peut vérifier et solutionner le souci, il suffit de lui montrer les engins. Winslow le prend un peu de haut, ce qui pousse Sam à brandir…une bombe, qui bipe et clignote de façon inquiétante. Il la pose près de Winslow, et montre le bouton de commande qu’il serre dans la main. Winslow, d’un calme méritoire, empêche son garde du corps libéré de la poigne de Sam, de se servir de son arme. Sam précise que c’est une vraie bombe, 250 gr de C4 : si la pression de son pouce se relâche, il n’y aura plus qu’à nettoyer la pièce à l’aspirateur…

 

A cet instant Kensi et Callen entre dans la salle des OPS. G fixe aussitôt l’écran – Kensi dit qu’ils n’ont rien sur Ashley Thomas. Callen marmonne qu’il devrait être là-bas – Sa chef réplique que Sam a la situation en main. Il lui jette un regard haineux, elle lui en rend un glacial.

 

Dans le club, Sam « teste » son engin, à la grande frayeur générale ! Mais la bombe, qui s’est bien allumée en rouge, fait un gros bang—et rien de plus. Winslow a perdu son calme sur le coup, il le récupère très vite, et avoue qu’il pourrait bien  flinguer Sam  lui-même. Alors l’ex-SEAL explique qu’il a altéré l’engin : la chaine explosive s’est arrêtée au niveau de la mise à feu. C’est la différence entre le bang et le boom. L’eau, qui ne se compresse pas, bloque l’explosion là où elle est. On peut donc utiliser de l’eau comme une barrière : et  il vide sa bombe- sur le dossier de Winslow-pour  montrer le liquide. En plaçant la barrière à gauche,  le souffle part à droite ; en la plaçant en haut, le souffle part vers le bas. Ainsi, quand en théorie on veut détruire un immeuble, on peut finir en endommageant seulement le rez-de-chaussée ou en réduisant en miettes un quartier complet. Winslow comprend que Marcos a pu « faire ça à ses bombes ». Sam avance alors qu’il est temps qu’il embauche un pro...et l’autre lui répond que c’est ce qu’il vient de faire.

 

Au QG, en bas, Nell montre à Callen, sur un écran plat horizontal, de très nombreuses photos de jeunes femmes : il semble que Winslow en ait une (ou plusieurs) différentes chaque soir. Seules 4 filles ont fait plus d’une soirée à son bras- aucune du nom d’Ashley Thomas. Callen lui demande alors de voir du côté de la surveillance par l’ATP, mais ...les photos en sont déjà issues ! Nell a hanté aussi les paparazzis et les sites people.  Winslow ne semble pas s’éloigner beaucoup de sa base, et du côté des réseaux sociaux, c’est aussi le néant.

Kensi les rejoint en descendant l’escalier 4 à 4 : un virement vient d’arriver de Suisse, l’équivalent de 12 mois de loyers, chez le propriétaire de l’appartement d’Ashley Thomas. Connaître le titulaire du compte émetteur va prendre du temps, les banques suisses étant difficiles à convaincre de livrer leurs infos.

Kensi, curieuse, demande laquelle parmi toutes ces filles est la fameuse Ashley. Aucune...et Callen commence à comprendre pourquoi !

 

Il fonce sur Hunter en train d’écrire. Il ne croit plus à l’existence d’Ashley Thomas. Il voit juste qu’ils s’occupent d’un type qui est loin d’être une priorité, que les équipes sont chamboulées et qu’ils chassent un fantôme. Et il voudrait bien savoir pourquoi. Hunter qui se défend est interrompu par son téléphone. Eric la prévient que Sam est en route.

 

Winslow conduit Sam et Redman jusqu’à un bâtiment que Deeks (arrivé sur leurs talons dans la Mercedes noire) reconnait : c’est le club de son concurrent. Là où les bombes  sont très certainement posées. Outre les 3 hommes , 2 gardes du corps et un gars de la sécurité vont frapper à la porte géante du club et entrent sans façon en glissant une enveloppe dans la main du gardien. Le club tout neuf n’est pas encore ouvert au public ; il est gigantesque, entouré de commerces côté entrée principale...Hunter a envoyé G et Kensi en secours. Le plan est simple : attendre que Sam ait localisé et désamorcé les 4 bombes, puis investir les lieux. Deeks admire la simplicité, qu’est-ce qui pourrait foirer ? Nell s’attire un regard très noir de sa chef quand elle répond « plein de choses ». Hunter réclame que le voisinage soit évacué sous le prétexte d’une fuite de gaz et que la police coupe (discrètement) la circulation.

 

Callen au volant de la Jaguar bleue flambant neuve, se gare derrière Deeks, content que son ex-équipière arrive avec l’ex-équipier de son équipier actuel...qui lui-même est dans la boite de l’ex-équipier de Winslow ! Callen dit qu’il faut faire évacuer la rue – ce que Hunter a déjà mis en route. Sauf que Winslow va forcément se douter de quelque chose. Kensi est chargée de surveiller la manœuvre : dès que la rue est vide, ils entrent ! Callen dit à Deeks de rester avec lui –un 3ème équipier dans la même journée, le voilà tout chose...G. met son oreillette, il a la liaison avec les OPS. Eric transmet l’info à Hunter au moment où Nell regarde l’écran d’un drôle d’air...

 

Winslow est tout simplement en train d’uriner par terre. Il déteste l’idée que ce type « qu’il a fait » le remercie comme ça. Pas question de seulement brûler les lieux, il faut faire le plus de mal possible. D’où les bombes. La 1ère est dans le lustre au-dessus du bar. Equipée de 2 téléphones, elle bipe et clignote (en vert) tranquillement. Deux autres engins sont planqués sur les murs porteurs de devant et derrière, la dernière dans l’escalier principal, explique Winslow. De quoi faire le travail proprement si la chaine explosive fonctionne. Il montre un  portable : le numéro qui va tout déclencher est déjà sur l’écran. Winslow en aparté demande à un de ses hommes de faire le tour des lieux par sécurité, en commençant par  devant. C’est-à-dire là où la rue est en cours d’évacuation.

 

Hunter avertit G - Kensi a entendu aussi. Elle fait presser les dernières personnes, et quand la porte du club s’ouvre et que le garde du corps demande ce qui se passe, elle répond du ton pressé qui convient : fuite de gaz- la 2ème de la semaine. Le gars jette un œil et fait demi-tour rapidement. La rue est presque évacuée – mais la situation vient de se corser.

 

Le type avertit aussitôt Winslow qui se rapproche de Sam en trouvant que ça fait une drôle de coïncidence, la rue évacuée pour une fuite de gaz- que donc quelqu’un les a donnés aux flics. Et en armant le révolver qu’il vient de sortir de sa poche, il ajoute qu’il va découvrir qui ! Sam le regarde tranquillement: celui qui a fabriqué les bombes les a trafiquées, il semble que les bons employés soient difficiles à trouver!  Winslow rétorque qu’il l’a trouvé, lui, maintenant. Sam en perd son sourire.

 

Dans la rue, Callen s’alarme. Eric lui indique la position des gens à l’intérieur du club, et la situation (une seule bombe désactivée). Il décide d’intervenir et se met à courir. En même temps il prévient Kensi d’être prête – Deeks le suit, indifférent lui-aussi à Hunter qui leur ordonne de garder leurs positions...

 

Dans le club, Winslow, menaçant, soupçonne Sam de ne peut-être pas être qui il prétend être...La tension monte...Et Redman intervient : « c’est moi « ! Il confesse rapidement qu’il a peut-être laissé échapper quelque chose aux flics quand ils l’ont interrogé. Il ajoute être désolé – mais cette fois il parle à Sam. Winslow l’abat froidement.

Hunter réclame une ambulance – et Callen lance l’assaut.

Sam s’est agenouillé auprès de Redman, qui gémit, et lui murmure « pour Nelson – pour Nelson » avant de mourir. Winslow commence « quand tu ne sais pas à qui faire confiance », Sam termine sa phrase « ne fais confiance à personne ». En visant soigneusement l’arrière de son crane, Winslow lève son arme...et est interrompu par le cri de Callen « Agents fédéraux » ! Il change de cible aussitôt et la fusillade éclate, pendant que Sam plonge sur le garde du corps près de lui et l’empêche d’utiliser son arme. Winslow se met à l’abri, Callen descend le 2ème garde du corps. Le type de la sécurité caché derrière le bar surgit, Deeks l’allume. Sam et Kensi se charge de Winslow et le blesse au bras. Il attrape alors son téléphone et appuie sur l’appel automatique, avant de fuir par un couloir.

Dans la salle des OPS, un bip-bip alerte Eric de ce qui vient de se passer. Il tente de bloquer l’appel pendant que les agents dans le club vérifient que tout va bien. Mais Eric panique, l’appel a été transmis ! Et effectivement, dans le club, le téléphone de la bombe désamorcé par Sam se met à sonner. Tous fixent l’engin avec inquiétude...La petite lumière passe au rouge pendant que le 2ème téléphone  entreprend de passer son appel. Sam jette que ce truc est sans danger, mais pas les autres ! Au même moment Hunter hurle à Callen de se casser d’urgence. Les sonneries de téléphone continuent, les agents se mettent à fuir le plus vite possible. Winslow court aussi, mais se retrouve devant une porte cadenassée. Pantelant, il regarde son téléphone, il réalise ce qui se passe dans le club. Dans sa tête il suit la progression des petites lumières vertes qui passent au rouge. Résigné, il soupire...

Et l’enfer se déclenche. Les agents atteignent la porte quand la première explosion retentit ; les flammes lèchent presque Sam qui ferme la marche. Ils dégringolent les marches extérieures quand la 2ème secoue le bâtiment, et plongent à la 3ème pour atterrir lourdement à plat ventre sur le sol. La violence du souffle est extrême, les débris s’accumulent autour de Deeks, Kensi, Sam et Callen !

Quand le calme revient, ils se relèvent pourtant (péniblement) sans trop de bobos.

Au QG, le soulagement est intense...Hunter enlève son casque et glisse à Nell : on ne s’ennuie jamais dans ces moments là. Elle quitte la pièce au moment où l’ordinateur de la jeune femme se met à bipper...Nell contemple avec étonnement les résultats qui s’y affichent.

 

Callen se dirige à grandes enjambées vers le bureau de Hunter. Mais Nell le guettait dans l’escalier, et lui lance qu’elle l’a trouvée. Il la fixe, un peu perdu ; elle précise : Ashley Thomas. Il jette un œil sur Hunter, occupée au téléphone, et grimpe 4 à 4 l’escalier. Le nom d’Ashley qui jusque là n’apparaissait nulle part dans aucune donnée fleurit de partout sur la toile ! Elle est même en photo avec Winslow pour leur heure de gloire sur le tapis rouge. Quand l’écran dévoile son visage, Nell et Callen changent de couleur. G se précipite hors de la salle des OPS en demandant à Nell de lui envoyer l’image sur son téléphone.

 

Le bureau de Hunter est vide, d’occupants comme de dossiers. Callen sursaute ! Une voix familière lui demande s’il cherche quelqu’un ! Hetty !! Hetty est là, souriante, un plateau  dans les mains. Elle détache les syllables : Lan-ge-Hen-riet-ta, au cas où il aurait oublié ! Il se remet de sa surprise pendant qu’elle transporte théière et tasse préférée sur son bureau. Il réclame Hunter, elle lui dit qu’elle est partie en mission – pourquoi est-ce qu’il la demande ? Parce qu’il a trouvé la personne qu’elle recherchait : il tend son téléphone à Hetty qui sourit. Ashley Thomas n’est autre que Lauren Hunter !

Ce que G avait supposé lui est confirmé par Hetty : Winslow mort, sa petite amie – créée de toutes pièces, allait pouvoir aller convaincre les copains du type en Europe qu’elle est digne de confiance, et ainsi enquêter sous couverture sur une affaire bien plus importante.  Sans lien avec les Comescu. D’ailleurs, Hunter n’a jamais mis le petit doigt dans cette bataille – à la différence de G et de Hetty elle-même.

Callen accuse le coup. La boss, qui s’est assise, répond à sa question muette : il voulait savoir pourquoi elle était partie seule affronter les Comescu, et bien...à cause de sa mère. Cela blesse G, à qui les larmes viennent aux yeux : elle connaissait sa mère ?! Hetty le regarde tristement. Il vaudrait mieux qu’il s’assoit, elle va tout lui raconter. Mais lui résiste – il se sent trahi- pourquoi maintenant ? Sa voix se brise sur ces mots. Hetty plaide sa cause : parce qu’il ne craint plus rien des Comescu maintenant, et parce qu’elle n’en peut plus de se taire !  G hésite- Hetty le supplie de s’asseoir. Il obtempère, ému.

Elle ne sait plus par où commencer. Callen mâchonne sa langue, comme lorsqu’il hésitait à poser la question cruciale de son prénom à Hannah Lawson. Il se décide : « elle s’appelait comment » ? Hetty sourit...Clara- elle s’appelait Clara...

 

      ------------------------------------- FIN -------------------------------------

[Un hélicoptère de la télévision survole Los Angeles.]

Journaliste : Oh, encore une belle matinée dans la cité des Anges. La lumière de la circulation qui sort de Pasadena, en direction du centre, sans travaux ni accidents à signaler. Quelle journée idéale pour aller travailler, donc, si vous êtes au volant dans le travail, vous devriez prendre une photo à cause de la postérité ou quelque chose à montrer à vos petits-enfants.

 

[La caméra suit un SUV noir et une Sedan sur Colorado Boulevard. La voiture dépasse le SUV. Et puis accélère. Tout d'un coup, le SUV explose ! Il est totalement détruit.]

 

Journaliste : Qu'est-ce que c'était? Ok, nous avons un SUV qui vient d'exploser. Nous allons essayer de descendre. C'est une scène de chaos absolu. Max, allons-nous obtenir ça? [Max filme.]

 

♫ ♫  NCIS : LOS ANGELES 3x03   Backstopped / Duos explosifs ♫ ♫

 

[NCIS. Bureaux des agents. Callen se sert un café, Sam est le seul assis à son bureau.]

Callen : C'est comparer des pommes et des oranges.

Sam : L'injection létale ou le peloton d'exécution.

Kensi : Pas vraiment équitable à aucun d'eux.

Deeks : Je dis juste que la comparaison ne demande qu’à être faite.

Callen : Hetty et Hunter.

Deeks : Choisie ton poison.

Sam : Hetty est plutôt la petite pilule que tu glisses dans le verre d'une personne de sorte qu'ils suivent vos commandes.

Deeks : Ces pilules existent? Vraiment?

Sam : Calme-toi, Deeks-- Ils ne travaillent pas sur des animaux de ferme.

(rires)

Callen : Je fais confiance à Hetty. Impossible de dire la même chose à propos de Hunter.

Deeks : Ok, Écoute, Hunter essaie juste de faire son boulot. Et elle ne va évidemment pas obtenir l'amour et le respect qu'on donne à Hetty, alors elle utilise d'autres outils de dirigeant.

Kensi : Vrai, comme le secret.

Sam : Et impitoyable.

Callen : Pas de problème en utilisant les autres pour atteindre ses propres objectifs.

Deeks : Elle n'est pas si mal.

Kensi : Ok, y a-t-il une raison pour que tu continues à la défendre.

Deeks : Non. Pas de raison.

Kensi : Non?

Deeks : J'ai juste, vous savez, je veux dire, elle a amélioré tout le matériel ici.

Kensi : Uh-huh.

Deeks : Ouais. Elle nous a obtenu tous ces nouveaux fusils d'assaut HK-416. [Sam lève un sourcil.]

Deeks : (très vite) Elle m'a donné une place de parking.

Kensi : Ha! Voila.

Deeks : Quoi?!

Callen : Tournant en traître pour le parking.

Deeks : Non.

Sam : Traître.

Deeks : Déclare le gars qui a cinq secondes de marche à pied de sa voiture de muscle d’agressivité à la porte d'entrée.

Kensi : Oh, quitte tandis que tu es en avance, Deeks.

Deeks : J’ai gagné ?

Éric: Même pas en rêve.

[Ils lèvent la tête.]

Éric : Navré de vous interrompre mais le devoir nous appelle…dure de ne plus pouvoir siffler…

Deeks: Et bah moi, ça ne me manque pas du tout…et vous les gars ?

Callen : Non.

Sam : Non.

Kensi : Pas franchement.

 

[Ils entrent dans la salle des opérations. Hunter ne les regarde pas.]

Lauren : Éric.

[Callen s’avance et lui jette un regard peu amène.]

Éric : Une séquence du local segment de trafic de la société affiliée CBS. Regardez le SUV noir.

Nell : Le chauffeur a été tué instantanément par l'explosion. Sergent Nelson Marcos, U.S. Marine.

Lauren : Marcos était un ingénieur de combat spécialisé dans les démolitions.

Callen : Alors quel est notre angle ? La sécurité intérieure ? Terrorisme ? Espionnage ?

[Il la regarde, elle le regarde ...]

Lauren : Le sergent Marcos était un marine. N'est-ce pas une raison suffisante?

Sam : Éric, repasse-la à demi-vitesse. [Éric fait ce qu’il demande] Zoome sur la berline bleue qui arrive sur le SUV. Vous avez vu ça ? Elle ralentit.

Callen : Ils se sont assurés qu'il était lui avant qu'ils fassent exploser la bombe.

Sam : Sedan identifiait le conducteur. Tout le monde ralentit lorsque la berline accélère au loin.

Lauren : Le SUV appartient à Calvin Winslow. [La carte d’identité du jeune homme est sur l'écran.]

Deeks : Le Calvin Winslow? Cet homme gère le plus grand club dans L.A. Les personnes les plus sexy, les meilleurs DJs, des portes infranchissables. Je veux dire, les gens passent plus de temps derrière ces cordes de velours que ce qu'ils font à l'intérieur du club actuel. [Il remarque que tous le regardent.] Ou alors j'ai entendu.

Nell : L'ATF suspecte Winslow de se servir de son club comme un front pour déplacer les petites armes à des gangs de la ville.

Kensi : On dirait que son ancien partenaire est sur le point d'ouvrir son propre club.

[Il y a un site de potins people à l'écran: "prétendant au trône: Winslow et Tom Baird".]

Deeks : Thom Baird est venu en tant que protégé de Winslow, puis il a sauté du navire. Ils ont eu un accrochage, et maintenant ils sont concurrents.

Éric : Drame au clubland. Pas de casier judiciaire pour Winslow ou Baird.

Callen : Très bien, visitez Winslow et voyez ce qu'il sait. Nous allons voir chez la victime, Nelson Marcos.

[Les deux équipes s’apprêtent à partir.]

Lauren : J'ai fait certains changements opérationnels. Callen, tu vas travailler avec Kensi, Sam avec Deeks. Partenaire en place. Je suis sûr que vous allez faire tout ce travail.

[Ils sont tous stoppés dans leur élan. Lauren sort.]

 

[Callen court après elle. Ils se font face dans le couloir.]

Callen : Pourquoi faites-vous ça?

Lauren : Votre hostilité envers moi est entrain d'affecter le travail de l'équipe.

Callen : Non, ce n'est pas le cas. L'équipe se porte bien. Quel que soit l'hostilité que j'ai n'est pas à leur sujet. Il s'agit de vous. Je ne peux pas faire confiance à une personne qui retient des informations sur mon passé, ma vie.

Lauren : Et pourtant vous avez confiance en Hetty. [G. ne répond pas.] Si je te disais ce qu'il y avait sur l'ordinateur portable d'Alexa Comescu en Roumanie, aurais-je gagné ta confiance?

Callen : Ce serait un bon début.

Lauren : Le vrai business de la famille Comescu est l'argent. L'argent propre. Ils ont fourni des centaines d'entreprises criminelles tout autour du monde avec des prêts pour partir en affaire. Et en échange des capitaux, la famille devenait copropriétaire.

Callen : Je pensais qu'ils étaient impliqués dans le trafic humain.

Lauren : Oui, ils l’étaient. En plus de la drogue, le terrorisme ainsi que les marchandises contrefaites. Si tu étais un criminel à la recherche d'investisseur. Tu appellerais Comescu.

Callen : Et si ton entreprise échouait ?

Lauren : Tu mourrais. [G. encaisse.] Le portable est juste la pointe de l’iceberg. Mon enquête ne fait que débuter. C'est ...

Callen : (l’interrompant) « Votre » enquête ?

Lauren : Approuvé par le directeur Vance.

Callen : Et vous faite rapport à ... ?

Lauren : Hetty. Il n'y a rien à propos de vous sur le portable, Agent Callen. Les réponses que vous cherchez, elles... ont disparus avec Alexa Comescu en Roumanie.

 

[Bureau des agents. Deeks et Kensi parlent face à face. Sam est assis à son bureau.]

Deeks : Une place de stationnement c'est juste un morceau d’asphalte. Ça ne vaut pas la peine Sam.

Kensi : Tu crois que je ne le sais pas ?

Deeks : Donc nous devons faire quelque chose.

Kensi : Les ordres sont les ordres.

[Deeks soupire.]

Kensi : Faire ce qu'on nous a dit. Ça rend le tout plus facile.

Deeks : Très Bien. Tu es prêt pour la course intensive de Marty Deeks ?

Sam : Tu peux l'enseigner de l’hôpital.

Deeks : Ok.

Kensi : Hey. [Elle se rapproche de sam.] Est-ce qu'il y a quelque chose que je dois savoir à propos de Cal... [Callen arrivant elle murmure] Est-ce qu'il y a quelque chose que je dois savoir à propos de Callen? Je sais qu'il a eu la vie dure avec Hetty, la Roumanie et...

Sam : (l’interrompant) Il va bien. Regarde-le avec Hunter.

[Deeks qui a entendu la question de Kensi se rapproche de G.]

Deeks : Ok. Alors, euh, Est-ce que tu as des astuces pour moi pour dompter un SEAL en colère.

Callen : Oui, laisse-le conduire.

Deeks : C'est tout ?

Callen : N'aie pas peur de prendre l'initiative. Affirmez votre autorité. Laisse-le savoir que tu es à l'aise d’être en charge.

Deeks : (dubitatif) Vraiment?

Callen : C'est en réalité la seule façon de gagner son respect. [Il va vers la sortie.] Kensi?

Kensi : Ouais. [Elle le suit.]

Deeks : J'étais en train de repenser, et je pensais que nous devrions prendre mon auto.

[Sam ne répond pas et son regard n’est pas très engageant.]

Deeks : Oui, c'est une bonne idée.Nous devrions probablement prendre ta voiture. Parce que la mienne est beaucoup plus loin. La tienne est probablement plus proche. Ouais, bon plan. On devrait prendre ta voiture. [Il parle seul, suivant Sam.]

[De l'étage, Hunter le regarde en souriant...]

 

[Sam gare sa voiture.]

Deeks : La maison d'un cadavre.

Sam : Ouais.

[Ils sortent de voiture et traversent la rue pour se rendre dans la maison de Marcos.]

Deeks : Je sais ce qui cloche ici.

Sam : Dis-le.

Deeks : Il ne peut y avoir qu'un seul mâle alpha dans une relation.

Sam : Mâle alpha.

Deeks : Oui.

Sam : Dominante figure d'autorité.

Deeks : Ouais.

Sam : Chef de la meute.

Deeks : Le problème c'est qu'on se retrouve à en avoir deux.

Sam : Et comment une meute permet de résoudre ce problème, Deeks ?

Deeks : Tu regardes le canal nature n'est-ce pas ?

[Sam fait signe que oui de la tête.]

Deeks : Une meute de loups, le mâle alpha garde le contact visuel pour afficher sa domination sur les betas.

[Ils restent face à face, les yeux dans les yeux… Sam sourit.]

Sam : Personne ne t'a jamais dit que ton œil gauche est plus gros que ton œil droit.

Deeks : Quoi?

Sam : Allons-y, Alpha.

[Il avance et Deeks le suit.]

Deeks : Exactement. Exactement mon avis, parce que je ne suis évidemment pas Beta. [Sam le regarde.] Il suffit de dire.

Sam : D'après son dossier de la marine, Marcos vivait seul. [Il vérifie la porte qui est verrouillée.] On va jeter un œil autour.

[Dans le jardin, un homme est  en train de sortir d’une cabane.]

Sam : Agent fédéral!

[L'homme voit Deeks et Sam et s'enfuit dans la direction opposée. Deeks tente de le stopper et parvient à le plaquer, mais au passage l’homme essuie ses semelles sur son visage. Sam lève son arme vers le fuyard qui est très grand.]

Deeks : (se relevant) D'accord, c'est mon visage que tu viens juste de piétiner. S’il te plaît, fait quelque chose de stupide ainsi mon collègue va pouvoir te tirer dessus.

Sam : Pourquoi tu cours ?

Homme : (montrant la cabane) Bombe.

[Au même instant la cabane explose ! Une terrible explosion projette des morceaux de bois partout dans le jardin. Heureusement aucun des hommes n’est blessé ...]

 

[Un peu plus tard.]

Deeks : Tout est bon, l'équipe de démineur a sécurisé la maison. J'ai regardé autour, je n'ai rien trouvé, ce qui veut dire que, heuu, Paul Bunyan est notre meilleure piste.

Homme : Comme c'est original. Jamais entendu celle-là, le dure à cuire.

Sam : Il t'a eu, non ?

Homme : Oui, j'ai été impressionné. Personne n'a jamais battu les semelles de mes chaussures avec son visage comme ça.

Deeks : Je sais que tu ne veux pas que je devienne le mâle alpha avec toi maintenant.

Homme : Défi moi.

Sam : Calme toi.

Deeks : Je vais te laisser tomber comme la troisième période française. Tu penses à ce sujet.

[Deeks se rapproche de Sam.]

Deeks : Kensi n'a pas besoin de tout savoir Battre les semelles de ses chaussures avec le truc de mon visage, non ? Bien dit. [Il s’écarte.] Je vais aller voir la zone de l'explosion.

 

[Kensi gare sa voiture près de la maison. Callen sort et n'a pas l'air bien. Elle s'inquiète.]

Kensi : Tu vas bien?

Callen : J'ai déjà été mieux.

Kensi : Est-ce que c'est Hunter?

Callen : Le mal des transports.

[Elle s’arrête net.]

Kensi : Je suis un bon conducteur.

Callen : Loin de là.

[Elle l’attrape.]

Kensi : Ok, Deeks n'a pas besoin de savoir que tu te sens de cette façon, non? Hey, Callen?

Sam : (au téléphone) Très bien. Merci, Éric. Ouais.

Callen : On était en route pour Winslow, quand on a eu la nouvelle. Est-ce que ça va entre toi et Deeks?

Sam : Oui. [Il observe le teint de Callen.] Ta voiture est malade?

Kensi : Quoi...? Non... Donc qui est Goliath ?

Homme : Quoi ensuite, des blagues ?

[Kensi fait un geste comme pour dire : désolée, je n’ai pas pu m’en empêcher.]

Sam : (à Kensi) C'est Charles Redman. (au suspect) Dis leur ce que tu m'as dit à propos du sergent Marcos.

Redman : Ecoute, Nelson était mon ami. Il m'a laissé dormir ici quand je travaillais tard.

Callen : Travaillé tard en faisant quoi?

Redman : [emphatique]Spécialiste de l'hospitalité des cabarets.

[Sam rigole et Callen le regarde perplexe.]

Sam : Il est le portier d'un club de nuit.

[Redman regarde Deeks qui s’éloigne des décombres pour les rejoindre.]

Redman : Je savais que ce gars me semblait familier.

[Ils regardent tous Deeks.]

Deeks : Mm-hmm.

Kensi : Vous vous connaissez, tous les deux?

Deeks : Non.

Redman : Jeudi dernier au club-- j'ai essayé de couper la ligne. Vous avez dit aux gens que vous étiez dans ce film de vampires.

Deeks : Kensi, c'est... J'ai été en infiltration là. Je... Je suivais la piste avec ce gars. Tu te souviens du dossier avec ce truc.

Kensi : Non.

[Deeks rigole.]

Callen : Tu n'as pas l'air réellement fâché à propos de la mort de ton ami, M. Redman.

Redman : Je ne le savais pas avant que vous me le disiez. Il ne m'a pas encore frappé, je suppose.

Deeks : L'équipe de déminage vient de dire que... le hangar était une fabrique d'explosif. Il dise avoir trouvé des résidus de C-4 de type militaire. Tu veux nous l'expliquer?

Redman : Je le ferai. Si vous me protégez.

Callen : De qui ?

[Redman hésite à répondre.]

Redman : Calvin Winslow.

[Les agents échangent un regard.]

 

[Hangar à bateaux. Deeks, Sam, Callen et Kensi sont dans la salle d'observation, et regardent sur l'écran Éric, Nell et Lauren qui sont dans la salle des opérations.]

Éric: La Police de Los Angeles a trouvé la berline bleue abandonnée à quelques blocks de l'autoroute. Déclarée volée il y a 30 minutes.

Callen : Un lien avec l'explosion ?

Éric : Il y avait un téléphone jetable à l'intérieur. Je parie que c'est ce qu'ils ont utilisé pour activer la bombe.

Sam : Du nouveau sur Redman ?

Nell : Les relevés bancaires démontrent qu'il dit la vérité sur le travail de la porte au club de Calvin Winslow. Il a aussi fait deux ans dans l'armée.

Callen : Parfait, travaillons sur ce gars, Éric. Surveillez l'interview-- pistez ses réponses. Nous mettra à jour sur notre comms. Sam, allons découvrir pourquoi Redman a tellement peur de Winslow.

[Ils entrent dans la salle d’interrogatoires.]

Callen : Je n'ai pas réalisé qu’être spécialiste de l'hospitalité de cabaret était un travail dangereux. Pourquoi as-tu besoin de protection de Winslow ?

Redman : Il a des hommes-- ils ont mis les coups sur les employés. Peut-être pire.

Sam : Ces hommes ont tué le sergent Marcos?

Redman : Je ne sais pas. [Les deux agents semblent plutôt septiques. Sam est maintenant assis face au suspect.]

Redman : Ecoute, nous étions copains depuis le lycée. Il travaillait avec moi au club quand il était en congé.

Sam : Marcos était en entrain de conduire l'un des SUV de Winslow quand il a explosé.

Redman : Les chauffeurs de Winslow conduisent des clients VIP pour le club. Il se sert de nous comme des chauffeurs parfois.

 

[NCIS. Salle des opérations. Éric travaille sur un ordinateur qui émet un bip : courriel arrivé. Il le lit.]

Éric : Je viens de recevoir un rapport préliminaire des démineurs de la police de Los Angeles. Le dispositif qui a tué Marcos a été de même conception que celui qui a détruit le hangar de stockage.

Lauren : Les photos ?

Éric : Elles arrivent.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires.]

Sam : Alors qu'est-ce que Marcos a fait à Winslow?

Redman : Il y a quelques nuits, je suis allé dormir chez Marcos. J'ai trouvé certains engins planqué dans un placard. Explosives. Le genre de trucs que l'armée utilise. Je l'ai confronté, et il a dit qu'il les a volés. Quelqu'un l'a engagé pour fabriquer une bombe.

Callen : Winslow ?

Redman : Il n'a pas voulu me le dire.

Sam : Alors que faisiez-vous dans ce hangar, ce matin?

Redman : J'ai été réveillé par des bruits. J'ai entendu quelqu'un à l'arrière. J'étais simplement assis sur l'établi. Il était relié à un téléphone portable. Le téléphone avait un compte à rebours. Ecoutez, je me suis simplement barré.

Callen : Quand as-tu parlé avec Winslow pour la dernière fois ?

Redman : Il y a environ une semaine, au club.

 

[NCIS. Salle des opérations. Nell regarde un écran d’ordinateur.]

Nell : Je vois plus de douze appels du portable de Redman à Winslow depuis ces deux dernières semaines

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires. Sam et Callen échangent un regard en apprenant cette information…]

Sam : Alors explique les appels passés à Winslow depuis ton téléphone.

Redman : Je vous l'ai dit, je n'ai pas appelé Winslow. Marcos utilise parfois mon téléphone. Ça devait être lui.

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : (via les oreillettes de G. et Sam)  Sortez, messieurs, il y a quelque chose que vous devez voir.

 

[Hangar à bateaux. Sam et G. rejoignent Deeks et Kensi dans la salle d’observation.]

Kensi : Il se sent clairement coupable.

Deeks : Et il se couvre clairement.

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : (froidement)Ce sont les photos des preuves des restes des bombes de l'autoroute et de l'abri. Votre avis, Agent Hanna.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’observation. Les photos sont sur l’écran.]

Sam : Je dirais que les deux bombes ont été fabriquées par la même personne. Il y a des éléments communs dans la réalisation. Même type de bande, de fil et chaque bombe est équipée avec deux téléphones pour les déclencher. Le premier téléphone reçoit un signal et déclenche l'explosion. L'autre téléphone prend ce signal et le transmet aux autres appareils. Ces bombes sont faites pour être utilisées ensemble. C'est comme si la première déclenchait la seconde et la seconde une troisième, etc... C'est une chaîne d'explosions.

Lauren : (sur l’écran de vidéo conférence)Une chaîne destinée à quoi ?

Sam : A détruire quelque chose de gros.

Deeks : Tu étais le gamin bizarre sur l'aire de jeu obsédé par le feu, n'est-ce pas ? [Sam lui adresse un regard méchant.] Je dis ça... Je ne dis rien

Sam : (à Lauren) Voilà mon expertise.

 

[NCIS. Salle des opérations. Lauren fait un signe d’approbation quand Nell s’approche d’elle.]

Nell : Vous allez sûrement vouloir voir ça Marcos avait des caméras derrière sa maison. [Elle montre les images de Redman entrant dans l’abri.]  Le seul à être entré dans l'abri aujourd'hui est Redman.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’observation. Callen et Sam échangent un regard.]

Éric : (par radio)Camp Pendleton a reporté 5 kilos de C-4 manquant dans leur approvisionnement ainsi qu'une caisse de capsules explosives. Le sergent Marcos avait accès à cette localisation.

[Sam et Callen se ruent dans la salle d’interrogatoires.]

Deeks : Paul Bunyan est foutu.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires. Callen et Sam sont très remontés contre le suspect.]

Callen : Tu as utilisé Marcos. Tu l'as convaincu de voler des explosifs à Pendleton et de fabriquer des bombes pour de l'argent.

Sam : Tu étais le seul dans cet établi ce matin. Marcos n’appelait pas Winslow. Toi, oui.

Callen : (à l'oreille de Redman, calmement) Alors... tu veux recommencer?

Redman : Winslow a tué Nelson. Mais c'est ma faute. Winslow savait que j'étais un ex miliaire mais je n'avais pas l'expertise qu'il voulait Alors je lui ai parlé de Nelson. Il nous a offert 100.000 dollars pour 5 bombes reliées à des détonateurs sur téléphone. J'ai convaincu Nelson de m'aider.

Callen : Pourquoi l'avoir tué ?

Redman : Parce qu'il avait changé d'avis et découvert ce qu'était la cible.

Sam : Quelle était la cible?

Redman : Je ne sais pas. Il m'a appelé après être parti et m'a promis de me dire quand il rentrerait. Winslow voulait quatre bombes pour la première cible, une pour la seconde.

Sam : Je suppose qu'il était la seconde cible.

Redman : (peiné) J'aurais dû y aller avec lui. Je savais qu'il doutait. J'ai fait tuer mon ami. [Sam sourit tristement à son partenaire.] J'ai paniqué en apprenant la nouvelle Nelson avait fait une bombe pour Winslow. Je l'ai utilisé pour exploser l'abri. Il y avait des plans partout les explosifs, les détonateurs. C'était le plus simple pour détruire toute preuve avant l'arrivée des flics.

Callen : (inquiet) Quatre appareils.

Sam : Une cible. On devrait surveiller un demi-block.

[Ils échangent un regard inquiet…]

 

[L’équipe est de retour au NCIS.]

Kensi : Redman semblait réellement repentant.

Callen : Plutôt réellement terrifié.

Sam : On a assez pour accuser Winslow ?

Deeks : Le mobile serait bien.

[Lauren apparait, toujours aussi froide.]

Lauren : L'ATF suit de près Winslow depuis des années. Le dossier doit être sans faille.

Callen : Interrogeons le, mettons lui la pression.

Lauren : Redman contre lui et ses avocats ?

Callen : On lui dit qu'on sait pour les bombes. Au moins, il ne les utilisera pas.

Lauren : Ça ne l'enferme pas

Callen : Ca sauve des vies

[Sam approuve.]

Callen : (ironique) C'est quoi notre mission déjà ?

[Lauren le regarde dans les yeux puis détourne le regard.]

Lauren : Sam...penses-tu qu'on peut utiliser Redman pour entrer dans l'organisation de Winslow ?

[Sam sourit. Callen regarde mi-inquiet, mi-exaspéré.]

Sam : Si Winslow lui fait toujours confiance, et si Redman est prêt a travaillé avec nous.

Lauren : Redman se sent coupable. Peut-être qu’il veut se racheter.

Sam : (dubitatif) Peut-être.

Lauren : Ça vaut le coup de l'essayer.

[Sam regarde G.]

Sam : Avant je dois organiser la logistique avec Éric.

Lauren : Fait-le.

[Sam regarde à nouveau son ex-partenaire et les quitte.]

Deeks : J'accompagnerai mon partenaire. [Il s’en va.]

[Callen est en colère.]

Lauren : L'ATF a placé Winslow sous surveillance. Ils ont confirmé qu'il a une maitresse. [Elle donne un dossier à Kensi.] Son nom est Ashley Thomas. Je vais avoir besoin d'informatique en direct.

[Elle s’en va après un dernier regard glacial.]

Kensi : Quand est-ce qu'Hetty revient ?

Callen : Bonne question.

 

[Sam se gare. Deeks et Redman, nerveux, sont avec lui.]

Deeks : Le club de Winslow. Donc tu veux répéter?

Sam : (irrité) Répéter quoi ?

Deeks : Je pratique mon texte avant d'aller sous-couverture, mais, tu sais, c'est peut-être juste moi.

Sam : Tu veux aller te faire coiffer et te maquiller aussi ?

Deeks : (rigolant) Je suis très dévoué à ma tâche.

Sam : Je suis le mouvement.

Deeks : Ah, de l'impro ! J'aime ça. Moi, j'aime la méthode, tu vois ? On s'en fiche, l'impro est bien aussi.

[Il regarde Redman qui est manifestement effrayé.]

Deeks : Lequel d'entre nous a la présence la plus dominante dans ce partenariat ? Ne pense pas, réponds simplement. (Il claque des doigts) Go.

Sam : Ignore-le, Redman. Tu es prêt?

[Redman secoue la tête et soupire.]

Redman : Pas vraiment.

Sam : Bien. Il va s'attendre à ce que tu sois nerveux.

Redman : C'est lui. [Un garde du corps ouvre la porte et un homme en costume et chemise rose sort.] Voila Winslow.

Sam : Ok. Donnez-lui quelques minutes à s'établir, puis on y va.

 

[Kensi et G. marchent dans une résidence et montent des escaliers extérieurs.]

Kensi : Alors, quelle est ta nourriture préférée ?

Callen : Excuse-moi ?

Kensi : C'est juste pour rompre la glace.

Callen : Kensi, on se connait depuis longtemps

Kensi : Oui, mais que sait-on vraiment l'un de l'autre? On a toujours Sam et Deeks comme amortisseurs sociaux et je sais que tu ne t'ouvres à personne mais quand même...

Callen : Tu ne t'ouvres pas aux autres non plus.

Kensi : Oui, mais je veux bien essayer pour le bien de ce partenariat.

[Il s’arrête et la regarde.]

Callen : D'accord.

Kensi : Ok.

Callen : J'écoute.

[Kensi rigole, hésite, le regarde, sourit, hésite toujours et recommence à grimper.]

Kensi : On reste sur l'affaire.

Callen : Je suis d'accord.

Kensi : Je suis d'accord. Okay. Pourquoi Hunter nous a séparés ? Oh attends... Parce qu'elle le peut.

Callen : Trop maline pour le faire par caprice. Elle l'a fait pour une raison.

[Ils arrivent sur un palier.]

Callen : Et bien, nous y voilà... L'unité d'Ashley Thomas.

[Il frappe à la porte.]

Callen : Je ne pense pas qu'elle soit ici

[Kensi force la porte. Ils entrent dans un appartement vide.]

Callen : Tu es sûr qu'on a la bonne adresse ?

Kensi : Ouais. [Elle ouvre le réfrigérateur : vide.] On dirait qu'elle est partie.

Callen : Ou alors elle n'est jamais venue.

 

[Voiture de Sam.]

Sam : Ok. On y va.

[Il détache sa ceinture.]

Redman : Merci de m'avoir laissé faire ça. Ça représente beaucoup pour moi.

Deeks : Quel est le mot de détresse ?

Sam : Deeks.

Deeks : Bonne chance pour utiliser ça dans une phrase

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Sam : (radio) Ok, Éric, on bouge.

[Il est penché en avant sur sa caméra.]

Éric : Je te reçois 5 sur 5, Sam.

[Éric sourit ... et Nell aussi ... et Hunter aussi ! Ils regardent les images en direct sur le grand écran.]

 

[Club de Winslow. Sam et Redman entrent dans un endroit luxueux ... Winslow est assis dans un fauteuil, au fond de la salle, lisant des dossiers. Au moins deux gardes du corps sont à ses côtés, une femme dans la pénombre nettoie une table.]

Winslow : Tu en as, Redman. La plupart des gens auraient fui.

Redman : J'ai fait une erreur avec Marcos. Je viens pour la réparer.

Winslow : Qui est ton ami ?

Sam : Sam Harris. [Sam se penche pour lui serrer la main mais Winslow ne bouge pas.]

Winslow : Je ne te connais pas.

Sam : Ça vaut le coup de me connaitre. Tu as un problème. Je peux l'arranger.

Winslow : J'ai un problème ?

Sam : Équipement défaillant.

Redman : Marcos m'a appelé. Il m'a dit que ça n'exploserait pas.

Winslow : Celle de ce matin a bien fonctionné.

Redman : Il ne l'a fait que pour quatre. Celles qu'il a mises en place pour toi.

Sam : (ironique) Comme j'ai dit, équipement défaillant.

Winslow : Et tu peux réparer ça.

Sam : Je dois voir l'équipement pour vérifier.

Winslow : C'est déjà sur place.

Sam : Ça va couter plus cher. Pourquoi tu ne me donnes pas l'endroit ? Je vais regarder.

Winslow : Ce n'est pas une négociation.

[Sam pousse le garde du corps et sort une bombe. Il la pose sur la table près de Winslow. Le garde du corps se redresse et sort son arme. Mais Winslow lui fait signe de ne rien tenter : Sam a le détonateur et la bombe sonne.]

Winslow : Hey, hey, hey. C'est vrai ?

Sam : 250 grammes de C4. [Winslow est calme et impressionné.] Le circuit du détonateur est terminé aussitôt que je relâche la pression sur l'interrupteur ici.

Winslow : Et au final ?

Sam : Ils vont récupérer les parties avec un aspirateur industriel.(ironique) Ça ressemble à une négociation à présent.

 

[NCIS. Callen et Kensi entrent dans la salle des opérations. Lauren regarde l’écran et ne leur prête aucune attention.]

Lauren : Avez-vous eu de la chance avec la maitresse de Winslow ?

[Callen a les yeux fixés sur l’écran. Kensi se rapproche de Lauren.]

Kensi : L'appartement n'a rien donné.

Callen : Je devrais être là-bas.

Lauren : L'agent Hanna a la situation sous contrôle.

[G. Lui lance un regard noir, en retour elle lui lance un regard glacial.]

 

[Club de Winslow. Winslow est resté calme.]

Winslow : C'est une petite version de celui de Marcos. Il a dit que quand la lumière passera au rouge l'appareil explosera.

Sam : Mm-hmm. Voyons si ça fonctionne. [Il retire son pouce du détonateur.]

Winslow : (paniqué) Non !

[Il y un bruit mais pas d'explosion. Winslow est debout et respire profondément. Sam sourit ...]

Winslow : Fils de... Peut-être devrais-je te tuer moi-même.

[Sam lance le détonateur à Winslow et prend la bombe.]

Sam : J'ai modifié le dispositif. Le détonateur n'a jamais atteint le C4. Ça a commencé et ça s'est fini avec la capsule explosive. C'est la différence entre un bang et un boom. L'eau ne compresse pas donc ça tue l'explosion dans l'œuf. On peut utiliser l'eau comme barrière. [Il vide l’eau.] A gauche, ça dirige l'explosion à droite. Au dessus, ça descend l'explosion

Winslow : C'est à dire ?

Sam : Tu penses faire exploser un immeuble, mais seul le sol est endommagé. Ou tu détruis un bloc entier.

Winslow : Marcos a pu faire ça à mes bombes.

Sam : On dirait que c'est temps pour vous d'engager un professionnel, M. Winslow.

Winslow : Je crois que je viens de le faire.

[Sam sourit et approuve.]

 

[NCIS. Rez-de-chaussée. Nell expose la situation à Callen, à l'aide d'un grand écran tactile.]

Nell : Ce type n'a aucun souci avec les femmes accrochées à son bras à son club. Une différente chaque nuit. Jusque-là, j'en ai trouvé seulement quatre avec plusieurs photos, prises des jours différents. Mais aucune d'elle ne s'appelle Ashley Thomas.

Callen : Et l'ATF ? Il l'avait sous surveillance.

Nell : Où crois-tu que j'ai eu les photos ? J'ai aussi regardé les photos des paparazzis. On dirait que Winslow n'aime pas s'éloigner de son club.

Callen : Les réseaux sociaux ?

Nell : Vides. Qui qu'elle soit, cette maîtresse est discrète.

[Kensi arrive de la salle des opérations.]

Kensi : Éric a confirmé que le propriétaire de l'appartement d'Ashley Thomas a reçu un virement d'un compte en Suisse pour un montant correspondant à 12 mois de loyer.

Callen : Nom du titulaire du compte ?

Kensi : Il est toujours dessus. Il faudra quelques coups de fil très hauts placés à une banque de Genève pour ouvrir ses comptes.

[Elle remarque les portraits de femmes sur l’écran.]

Kensi : Lequel est celui d'Ashley Thomas ?

Nell : Aucun d'entre eux.

Kensi : Il se donne beaucoup de mal pour la garder cachée.

Nell : Et je commence à croire que nous ne la trouverons pas.

[Callen regarde Lauren assise à la place autrefois occupée par Hetty.]

Callen : Je commence à penser savoir pourquoi.

[Callen va vers Lauren.]

Callen : Ashley Thomas.

Lauren : Vous l'avez trouvé?

Callen : Je ne crois pas qu'elle existe.

Lauren : Mes infos sont fiables, agent Callen.

Callen : Pourquoi vous voudriez choisir notre équipe pour cette affaire ? Winslow n'est pas une cible prioritaire. Vous nous avez séparés. Vous nous avez envoyé chasser des fantômes.

Lauren : Ashley Thomas n'est pas un fantôme.

Callen : Vous nous gardez occupés. Pourquoi? De quoi s'agit-il vraiment?

Lauren : Continuez de chercher jusqu'à ce qu'elle apparaisse.

Callen : Et si elle ne le fait pas ?

Lauren : Elle le fera.

[Le téléphone sonne.]

Lauren : Agent Hunter.

Éric : Sam change de localisation

Lauren : Merci, Éric. [Elle raccroche.] Sam se déplace.

Callen : Saluez Ashley pour moi quand elle apparaîtra.

 

[Deux SUV noirs circulent dans Los Angeles puis se garent, Deeks dans une Mercedes noire se gare derrière eux.]

Deeks : Je connais cet endroit, Éric. C'est là que le partenaire de Winslow, Baird, ouvre son nouveau club.

[NCIS. Salle des opérations. Lauren reçoit l’information.]

Deeks : (radio) Winslow a dû mettre les bombes ici.

 

[Devant le Club de Baird.]

Sam : C'est un de tes clubs, Winslow ?

Winslow : Non.

[Winslow, Sam, Redman, deux gardes du corps et un homme de la sécurité se dirigent vers l’entrée. Un homme leur ouvre la porte.]

Winslow : On est sur la liste. [Il donne une enveloppe à l’homme qui l’empoche discrètement.]

Homme : Ça va ?

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : Éric, le statut du club.

Éric : (regardant son écran) Entrée principale sur la rue, entrée de service derrière, d'autres magasins à côté. C'est un grand club. Plein d'endroits où mettre une bombe.

Nell : Ou quatre.

Lauren : Deeks, Callen et Kensi te rejoignent.

 

[Dans la Mercedes.]

Deeks : Du renfort pour les renforts, génial. On a un plan ?

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : Attends, Sam doit localiser et désamorcer les bombes. Ensuite, entrez.

 

[Dans la Mercedes.]

Deeks : Un plan simple. Qu'est-ce qui pourrait aller mal ?

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Nell : Plein de choses.

[Lauren n’apprécie pas la remarque et la regarde de travers, Éric est mal à l’aise.]

Nell : Sam vient d'entrer.

Lauren : Éric, le club est ouvert ?

Éric : Hum. Non. L'inauguration est dans deux jours.

Lauren : Appelle les boutiques du coin. Dis leur qu'il y a une fuite de gaz et qu'ils doivent évacuer. Nell, appelle la police de Los Angeles et dit leur qu'ils doivent bloquer la rue pour arrêter le trafic. Phares éteints, pas de sirènes.

 

[Près du Club de Baird. Callen au volant d’une Jaguar bleue flambant neuve, se gare derrière Deeks.]

Deeks : Et bien, si ce n'est pas mon ex partenaire et l'ex partenaire de mon partenaire actuel.

Callen : Où est Sam ?

Deeks : Il est en boîte.

Kensi : Ça n'appartient pas à...

Deeks : L'ancien partenaire de Winslow.

Kensi : Tu ne pouvais pas t'en empêcher, hein ?

Deeks : Non...

Callen : On va devoir évacuer la rue.

Deeks : Hunter est déjà là-dessus. Fuite de gaz.

[Ils vont vers le club.]

Kensi : Bon, si Winslow voit qu'on évacue la rue, il va savoir qu'il se passe quelque chose.

Callen : (à Kensi) Prends la porte de devant. On entre dès que la rue est dégagée.

Kensi : Très bien.

Deeks : Deeks, reste avec moi. Trois partenaires en un jour. Je me sens tout étourdi.

[Callen sort une oreillette de sa poche et l’allume.]

Callen : Éric, transfert de données en cours.

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Éric : Transfert de données en cours. (à Lauren) Callen et Kensi y sont assignés. [Ils regardent les images de Sam sur le grand écran.]  Joli club.

Nell : Uh, est-ce qu'il fait ce que je pense qu'il fait?

[En effet, Winslow est bien en train de se soulager sur le sol du club.]

 

[Dans le Club de Baird.]

Sam : T'aimes vraiment pas ce gars.

Winslow : Je l'ai fabriqué. Et voilà comment il me rembourse. Il va apprendre la manière dure.

Sam : Ça aurait été plus simple de tout brûler. Pourquoi se donner tous ces problèmes ?

Winslow : Je tiens à maximiser la douleur.

[Il va derrière le bar. Sam le suit.]

Sam : Ok, donc où sont les bombes ?

Winslow : Numéro un. [Il désigne le lustre au-dessus du bar. Sam trouve la bombe et l’attrape avec précaution.]

Sam : Yep, deux téléphones cellulaires détonateurs. Direction d'une filière explosive. Ceci devrait le faire. Où sont les autres ?

Winslow : Murs porteurs à l'avant, à l'arrière et escalier principal. Ça va marcher ?

Sam : Si tu demandes si ça détruira le bâtiment, oui. Tant qu'elle explose.

[Il commence à vérifier le matériel.]

Winslow : Eh bien, c'est pourquoi vous êtes ici.

Sam : T'as un téléphone-détonateur pour activer tout ?

Winslow : Le numéro est déjà enregistré. [Il montre un portable : le numéro qui va tout déclencher est déjà sur l’écran.]

Sam : Fais attention de ne pas le déclencher dans ta poche.

Winslow : (à un de ses hommes) Périmètre. Commence à l'avant.

Sam : Où est-ce qu'il va ?

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Winslow : (via un micro) Se dégourdir les jambes.

Lauren : Callen, on a un touriste. Il se dirige vers l'avant du bâtiment.

 

[Devant le Club de Baird.]

Callen : Kensi, t'as entendu ça ?

Kensi : Oui. Madame, dépêchez-vous, s'il vous plait. Il y a une fuite de gaz. Éloigne-toi de l'immeuble.

[Le garde du corps ouvre la porte.]

Homme : Hey, qu'est-ce qui se passe?

Kensi : Fuite de gaz. La seconde de la semaine. Je ne sais pas.

[L’homme n’est visiblement pas convaincu par cette explication et retourne dans le club.]

Kensi : Le chat est sorti du sac, les gars.

Callen : Kensi, la rue est dégagée ?

Kensi : Presque.

Deeks : Tellement pour ce simple plan.

 

[Dans le Club de Baird. Sam travaille toujours sur la bombe. Le garde du corps entre et s’approche de son chef à qui il parle à l’oreille.]

Winslow : La rue est en train d'être évacuée. Fuite de gaz. Maintenant, n'est-ce pas une coïncidence?

Sam : Alors, qu'est-ce qu'on attend ?

Winslow : Eh bien, quelqu'un l'a dit aux flics. [Il sort son arme.] Je vais trouver qui.

[Sam le regarde, il n’a pas l’air inquiet.]

Sam : Le gars qui a fait ça, l'a fixé de sorte qu'il ne serait pas exploser. Je suppose que la bonne aide est difficile à trouver, huh?

Winslow : Et maintenant, je te trouve.

[Sam perd le sourire.]

 

[Dans la rue Callen est très inquiet.]

Callen : Parle-moi, Éric.

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Éric : Ils sont à l'ouest du club. Sam a désactivé la première bombe.

 

[Dans la rue.]

Callen : Je rentre. [Il commence à courir.]

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : Callen, garde ta position.

 

[Dans la rue, Callen et Deeks courent vers le club, arme sortie. Ils ignorent l’ordre de Lauren.]

Callen : Kensi, tiens-toi prête à entrer.

[Elle obéit et sort son arme.]

 

[Dans le Club de Baird.]

Winslow : Peut-être que tu n'es pas celui que tu prétends être.

[Sam n'a pas l'air inquiet. Redman a peur. Il y a un blanc.]

Redman : C'était moi. Les flics sont venus me parler. Je... pourrais avoir dit quelque chose, M. Winslow. (à Sam) Je suis désolé.

Winslow : Moi aussi. [Il l’abat froidement.]

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : Redman est à terre. (à Nell.) Appelle une ambulance.

 

[A l’extérieur, devant la porte principale du club.]

Callen : (via l’oreillette) Kensi, entre.

[Callen et Deeks entrent.]

 

[A l'intérieur du club. Winslow soulève son arme - Il vise à nouveau Redman qui halète faiblement. Mais Sam pousse légèrement l'arme vers le bas, et Winslow le laisse faire. Sam s’agenouille près de Redman.]

Redman : (faiblement) Pour Nelson. (faible respiration) Pour Nelson.

[Dans la salle des opérations Lauren baisse la tête.]

[Dans le club, Redman gémit faiblement et meurt.]

Winslow  Quand tu ne sais pas à qui faire confiance...

Sam : Ne fais confiance à personne.

[Dans son dos, Winslow braque son arme sur lui… quand Deeks et Callen surgissent.]

Callen : Agents Fédéraux !

[Winslow change sa cible et tire sur eux.]

[Sam plonge sur le garde du corps qui sortait son arme.]

[Winslow court. Callen frappe l'autre garde du corps.]

[L'homme de sécurité caché derrière le bar se lève et tire. Deeks réplique et le touche.]

[Kensi et Sam s’occupent de Winslow.]

[Winslow prend le téléphone et compose le numéro. Puis il commence à fuir.]

 

[NCIS. Salle des opérations. Un bip retentit.]

Éric : Uh-oh, quelqu'un est en train d'utiliser ton téléphone cellulaire.

Lauren : Arrête-le! [Éric tape aussi vite que possible mais les bips ne s’arrêtent pas.]

Éric : Allez, allez !

 

[Dans le club il n’y a plus de bruit et les agents vérifient que tout va bien.]

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Éric : L'appel est transmis-- Je-Je ne peux pas l’arrêter!

 

[Dans le club, le téléphone de la bombe désamorcée par Sam se met à sonner. Tous fixent l’engin avec inquiétude...La petite lumière passe au rouge pendant que le 2ème téléphone entreprend de passer son appel. Callen regarde son ex-partenaire.]

Sam : Celui-là est en sécurité ; les autres ne le sont pas.

 

[NCIS. Salle des opérations.]

Lauren : (criant) Callen, fous le camp de la maintenant!

 

[Dans le club.]

Callen : Go, go !

[Les agents se mettent à fuir le plus vite possible, les sonneries de téléphone continuent.

Winslow court aussi, mais se retrouve devant une porte cadenassée. Pantelant, il regarde son téléphone, il réalise ce qui se passe dans le club. Dans sa tête il suit la progression des petites lumières vertes qui passent au rouge. Résigné, il soupire...

Et la réaction en chaine commence. Les agents atteignent la porte quand la première explosion retentit ; les flammes atteignent presque Sam qui ferme la marche. Ils dévalent les marches extérieures quand la 2ème explosion secoue le bâtiment, et plongent à la 3ème pour atterrir lourdement à plat ventre sur le sol. La violence du souffle est impressionnante, les débris s’accumulent autour des quatre agents.]

Callen : (à Sam à côté de lui) Ça va ?

Sam : Je vais bien. Et toi ?

Callen : Ouais. (à Kensi) Ça va ?

Kensi : Ouais. (à Deeks) Toi ?

Deeks : Je vais bien.

[On entend les sirènes des véhicules de secours.]

Lauren : (dans l’oreillette) Callen, situation ?

Callen : On va bien.

[Ils se lèvent, Deeks gémit fort, tous gémissent. Les sirènes se rapprochent.]

 

[NCIS. Salle des opérations. Lauren enlève son oreillette et la jette sur la table. Il n'y a pas plus d’images sur l'écran.]

Lauren : On ne s'ennuie jamais.

[Nell sourit. Lauren quitte la pièce. Éric soupire de soulagement, comme Nell.]

[Une alerte sonne sur un ordinateur. Nell vérifie l'ordinateur et n’en croit pas ses yeux ...]

Éric : Eh bien, il semble que tu viens juste de recevoir un coup.

 

[NCIS. Callen se précipite dans l'entrée, à la recherche de Lauren qui est à son bureau, mais Nell l’attendait dans l'escalier.]

Nell : Callen ? Je l'ai trouvée. [Il la regarde.] Ashley Thomas.

[G. regarde Lauren au téléphone et monte rejoindre Nell. Ils entrent dans la salle des opérations.]

Nell : Je ne comprends pas comment ça s'est passé. J'ai lancé une recherche avec des paramètres très précis pour enlever toutes les autres Ashley Thomas de Los Angeles, j'ai rien trouvé jusqu’à maintenant. Son nom est apparu soudainement. C'est comme si elle venait de naitre. C'est un site de ragots. Une histoire à propos de Calvin Winslow et sa mystérieuse nouvelle dulcinée...

Callen : Ashley Thomas.

Nell : Et ce n'est pas la seule. J'ai maintenant des dizaines de résultats, des blogs à la presse. C'est comme si quelqu'un publiait massivement à propos d'Ashley Thomas sur internet.

Callen : Tu as des photos ?

Nell : Ouais, la première vient d'apparaitre. "Calvin Winslow vivant la grande vie sur le tapis rouge avec Ashley Thomas"

Callen : Ouvre la.

[La photo s’ouvre doucement en commençant par le bas…]

Nell : Oh......mon dieu.

[Callen est aussi étonné que Nell.]

Callen : Envois moi ça, sur mon téléphone. [Il quitte la salle des opérations.]

Nell : Wow. [Elle envoie la photo.]

 

[Callen se précipite jusqu’au bureau de Lauren, mais elle n’est plus là. Il sursaute quand une voix qu’il connait bien se fait entendre derrière lui.]

Hetty : Vous cherchez quelqu'un, M. Callen ?

[Elle est ici, un plateau de thé dans les mains, souriante, en pleine forme... et très bien habillée !]

Hetty : Henrietta, Lange. Si vous aviez oublié.

[Théière et tasses sur le plateau, elle se dirige vers son bureau.]

Callen : Tu es de retour.

Hetty : J'ai l'impression de ne jamais être partie

Callen : Ou est l'agent Hunter?

Hetty : Vous ne me cherchez définitivement pas, alors. Elle est partie en mission. Pourquoi voulez-vous savoir ?

Callen : (prenant son téléphone). J'ai trouvé quelqu'un qu'elle cherchait. [Il lui donne son téléphone sur lequel apparait la photo envoyée par Nell.]

Hetty : "Calvin Winslow vivant la belle vie sur le tapis rouge avec Ashley Thomas." Miss Thomas ressemble énormément à Hunter, tu ne trouves pas? [Elle rend le téléphone avec la photo du couple improbable : Calvin Winslow-Lauren Hunter.]

Callen : Hunter a été ajoutée sur la photo. Elle crée un nouvel alias. C'est ça le but final, n'est-ce pas. Ashley Thomas n'existait pas jusqu'à ce que Hunter la crée.

Hetty : Nous faisons cela, pour partir sous couverture. [Elle se verse une tasse de thé.] Plus la couverture est profonde, plus le filet de sécurité est requis. Hunter a vu l'affaire Winslow comme un accès à une plus grosse opération en Europe

Callen : Donc maintenant Winslow est mort, mais... Ashley Thomas est vivante

Hetty : Et vu la relation qu'elle avait avec le regretté M. Winslow. Je suis sûre qu'elle n'aura aucun mal à convaincre ses amis en Europe qu'on peut lui faire confiance.

Callen : Est-ce en rapport avec les Comescu ?

Hetty : Absolument pas. Leurs chemins ne se sont pas croisés. [Elle s’assoit.] Elle n'a jamais eu de chien dans ce combat. [très sérieusement] Contrairement à vous et moi.

[Callen la fixe d’un œil inquisiteur.]

Hetty : Vous m'avez demandé... Pourquoi je suis allé de mon propre chef faire face aux Comescu. Je l'ai fait... à cause de votre mère.

[Il est touché. Des larmes apparaissent dans ses yeux.]

Callen : Vous connaissiez ma mère ?

Hetty : Asseyez-vous. Je vais vous dire tout ce que je sais.

[Il est choqué et se sent trahi.]

Callen : (la voix cassée) Pourquoi maintenant ?

Hetty : Parce que tu es en sécurité des Comescu maintenant. Et parce que je ne peux pas garder ces secrets plus longtemps. [Callen hésite à s’assoir.]

Hetty : S'il vous plait, Mr Callen.

[Hetty le supplie de s’asseoir. Il obtempère, ému.]

Hetty : Par où je commence ?

[Callen semble remâcher ses mots comme il le faisait quand il hésitait à demander son prénom à Hannah Lawson ...]

Callen : Comment elle s'appelait ?

[Hetty sourit.]

Hetty : Clara.

[Callen fait un signe d’approbation.]

[L’écran devient noir.]

Clara : Elle s'appelait Clara.

 

[A chopper is flying over LA - : “The Dive”, by Fool’s Gold – Thanks to http://ncislafan.blogspot.com/]

REPORTER:  Oh, yet another beautiful morning in the City of Angels. The traffic's light coming out of Pasadena, toward downtown, with no construction or accidents to report. What a perfect day to commute, so, if you're driving into work, you should snap a photo for posterity's sake. Be something to show your grandkids.

♪ ♪

[The camera follows a black SUV and a Sedan heading to Colorado Boulevard. The car overtakes the SUV. And then accelerates. (tires squeal)(engines roaring) All of a sudden the SUV blows up! A huge explosion has just entirely destroyed it!]

REPORTER:  What was that? Okay, we have an SUV that's just exploded. We're gonna try to to get down. It is a scene of absolute chaos. Max, are we getting this?

[Max is filming...]

 

                    ♫ ♫  NCIS: LOS ANGELES 3x03 ♫ ♫ Backstopped ♫ ♫

                         ♫ ♫ Original air date on October 4, 2011 ♫ ♫

 

[NCIS office- Agents desks. Callen is helping himself with coffee; Sam is the only one sit at his desk]

CALLEN: It's comparing apples and oranges.

SAM: Lethal injection or firing squad.

KENSI: Not really fair to either of them.

DEEKS: I'm just saying the comparison begs to be made.

CALLEN: Hetty and Hunter.

DEEKS:  Pick your poison.

SAM: Hetty's more like that little pill you slip in someone's drink so they follow your every command.

DEEKS: Those pills exist? Really?

SAM: Calm down, Deeks-- they don't work on farm animals.

KENSI:  (chuckles)

CALLEN: I trust Hetty. Can't say the same thing about Hunter.

DEEKS: Okay, listen, Hunter's just trying to do her job. And she's obviously isn't gonna get the love and respect that we give Hetty, so she uses other leadership tools.

KENSI: Right. Like secrecy.

SAM: And ruthlessness.

CALLEN: No problem using others to achieve her own agenda.

DEEKS: She is not that bad.

KENSI: Okay, is there a reason you keep defending her?

DEEKS: No. No… reason.

KENSI: No?

DEEKS: I'm just, you know, I mean, she did upgrade all the hardware around here.

KENSI: Uh-huh

DEEKS: Yeah. She got us those brand-new HK-416 assault rifles. [Sam raises an eyebrow]

DEEKS: [faster] Gave me a parking space.

KENSI: Ha! There it is.

DEEKS: What?!

CALLEN: Turning traitor for parking.

DEEKS: No.

SAM: Traitor.

DEEKS: Says the guy that has a five-second walk from his aggro muscle car to the front door.

KENSI: Oh, quit while you're ahead, Deeks.

DEEKS: I'm ahead?

ERIC: Not even close.

[They raise their head]

ERIC: Hate to break up the conclave, but duty calls. Gosh, I miss that whistle.

DEEKS: Yeah, I didn't miss the whistle. Did you guys miss the whistle?

CALLEN: Nope.

SAM: Nah.

KENSI: Not really.

 

[They barely enter the OPS- Hunter doesn’t look at them]

HUNTER: Eric.

[Callen walks and stares (nastily) at her…]

ERIC: Footage is from the local CBS affiliate's traffic segment. Watch the black SUV.

[scene seen from the chopper]

NELL: The driver was killed instantly by the blast. Staff Sergeant Nelson Marcos, U.S. Marine.

HUNTER: Marcos was a combat engineer specializing in demolitions.

CALLEN: So what's our angle? Homeland Security? Terrorism? Espionage?

[He stares at her, she looks at him…]

HUNTER: Staff Sergeant Marcos was a Marine. Isn't that reason enough?

SAM: Eric, play it back at half speed.

[Eric uses his tablet]

SAM: Zoom in on the blue sedan coming up on the SUV. See that? Slowed down.

CALLEN: They made sure it was him before they remote-detonated the bomb.

SAM: Sedan was I.D.'ing the driver. Everyone else slows down when the sedan accelerates away.

HUNTER: The SUV belongs to Calvin Winslow. [Young man’s ID on the screen]

DEEKS: “The” Calvin Winslow? Guy runs the biggest club in L.A. Hottest people, best DJs, toughest door in town. I mean, people spend more time behind those velvet ropes than they do inside the actual club. [he notices the team looks…] Or so I've heard.

NELL: The ATF suspects Winslow is using his club as a front to move small arms to the city's gangs.

KENSI: Looks like his former partner is about to open up his own club.

[There’s a gossip site news on the screen: “pretender to the throne: Winslow and Tom Baird”]

DEEKS: Thom Baird came up as Winslow's protegé, then he jumped ship. They had a falling out, and now they're competitors.

ERIC: Drama in clubland. No criminal records for Winslow or Baird.

CALLEN: All right, visit Winslow and see what he knows. We'll check out the victim, Nelson Marcos.

[Both duos are starting to leave]

HUNTER: I've made some operational changes. Callen, you'll be working with Kensi, Sam with Deeks. Partner up. I'm sure you'll all make this work.

[And as they’re all stop dead, she walks out]

 

[Callen runs behind her. They face each other in the hallway]

CALLEN: Why are you doing this?

HUNTER: Your hostility towards me is affecting the team's work.

CALLEN: No, it's not. The team is doing just fine. Whatever hostility I have is not about them. It's about you. I can't trust anybody that withholds information about my past; my life.

HUNTER: And yet you trust Hetty.

[G. stays out of word]

HUNTER: If I told you what was on Alexa Comescu's laptop in Romania, would that gain your trust?

CALLEN: It'd be a good place to start.

HUNTER: The Comescu family's real business is money. Clean money. They provide hundreds of criminal enterprises all around the world with start-up loans. And in exchange for those funds, the family gets part ownership.

CALLEN: …I thought they were involved in human trafficking.

HUNTER: Yeah, they were. Along with narcotics, terrorism and counterfeit goods. If you were a criminal looking for an investor, you'd call the Comescues.

CALLEN: And if your business failed?

HUNTER: You die.

[G. takes this]

HUNTER: The laptop is just the tip of the iceberg. My investigation's still got a long way to go. It's...

CALLEN: [Interrupting] “Your” investigation?

HUNTER: Authorized by Director Vance.

CALLEN: And you report to...?

HUNTER: Hetty. There's nothing about you on the laptop, Agent Callen. The answers that you're looking for, they...they died with Alexa Comescu in Romania.

 

 

[Agents’ desks. Deeks and Kensi are speaking face to face. Sam is sit back at his desk]

DEEKS: Parking space is just a piece of asphalt. It's not worth Sam.

KENSI: You think I don't know that?

DEEKS: So we have to do something.

KENSI: Orders are orders.

DEEKS: (sighs)

KENSI: Do what we're told. Make it a lot easier.

DEEKS: All right. [To Sam] You ready for the Marty Deeks crash course?

SAM: Can you teach it from the hospital?

DEEKS: Okay…

KENSI: Hey. [She comes closer to Sam]

KENSI: Is there something that I should know about Cal...

[Callen is just back]

KENSI [whispering] Is there something I should know about Callen? I know he's had a tough time with Hetty and Romania and...

SAM: [interrupting] He's fine. Just watch him with Hunter.

[Deeks who heard Kensi’s question comes close to G.]

DEEKS: Okay. So you, uh, got any tips for me on how to housebreak an angry Navy SEAL?

CALLEN: Yeah, let him drive.

DEEKS: That's it?

CALLEN: Don't be afraid to take the lead. Assert your authority. Let him know you're comfortable being in charge.

DEEKS: [Doubtful] Really?

CALLEN: It's actually the only way to win his respect. [He moves to the exit] Kens?

KENSI: Yeah. [They’re gone!]

DEEKS: (clears throat) So I was doing a little bit of thinking over here, and I was thinking maybe we should take my car.

[Nasty look…Sam walks out without answering]

DEEKS: Yeah, that's a good idea. We should probably take your car. 'Cause mine is much further. Yours is probably closer. Yeah, good plan. We should take your car.

[He’s speaking alone- following Sam. From upstairs, Hunter watches him, smiling…]

 

[Sam parks his car]

DEEKS: Dead guy's house.

SAM: Yep.

{They get out of the car and cross the street, heading to Marcos’s house front door]

DEEKS: I know what's wrong here.

SAM: Do tell.

DEEKS: There can only be one alpha male in a partnership.

SAM: Alpha male?!

DEEKS: Yeah.

SAM: Dominant authority figure.

DEEKS: Yep.

SAM: Leader of the pack.

DEEKS: Problem is, we got ourselves a pack of two.

SAM: And how does a pack resolve this issue, Deeks?

DEEKS: You watch the Nature Channel, right?

[Sam nods]

DEEKS: Pack of wolves, the alpha male maintains eye contact to assert dominance over the betas.

[They stay face to face… Sam smiles]

SAM: Anybody ever tell you your left eye is bigger than your right eye?

DEEKS: What?

SAM: Let's go, Alpha.

[He starts walking again. Deeks follows]

DEEKS: Exactly. Exactly my point, 'cause I'm obviously not Beta. [Sam glares at him]: Just saying.

SAM: According to his Marine file, Marcos lived alone.

[He checks the door-locked]

SAM: Let's take a look around back.

 

 

[In the garden, there’s a shred, and a man is just closing its door.]

SAM: Federal agent!

[The man spots Deeks and Sam and flees opposite. Deeks tries to block his way, the guy pushes him down on his back but Deeks grabs one of his feet. Sam raises his gun]

DEEKS: [getting up] Okay, that's my face you just stepped on. Please do something stupid so my partner can shoot you.

SAM: Why'd you run?

MAN: [pointing at the shred] Bomb!

[At that right moment, the shed blows up! A terrible explosion that throws all around bits of wood – none of the men is wounded…]

 

                       -------------- ZAPPING -----------------

 

DEEKS: All right, bomb squad cleared the house. I took a look around, didn't find anything, which means that, uh, Paul Bunyan here is our best lead.

MAN: How original! Never heard that one before, tough guy.

DEEKS: Took you down, didn't I?

MAN: Yeah, I was impressed. No one's ever beat up the soles of my shoes with his face like that.

DEEKS: I know you do not want me to go alpha male on you right now.

MAN: Try me.

SAM: Relax, Gigantor.

DEEKS: I will drop you like third period French. You think about that.

[He comes closer to Sam]

DEEKS: (chuckles) Kensi probably doesn't need to know about that whole beating up the soles of his shoes with my face thing, right? [Sam Good talk… [he steps aside] I'm going to go check out the blast zone. [He leaves Sam]

 

 

[Kensi parks her car near the house. Callen gets out and doesn’t look well. She worries]

KENSI: Are you okay?

CALLEN: I've been better.

KENSI: Is it Hunter?

CALLEN: Motion sickness.

[She stops dead]

KENSI: I am a great driver.

CALLEN: Not even close.

[She catches him up]

KENSI: Okay, Deeks doesn't have to know you feel this way, right? Hey, Callen?

 (Siren wailing)

[Sam is speaking on his cell phone]

SAM: All right. Thanks, Eric. Yeah.

CALLEN: On our way to Winslow's when we got the news. You and Deeks okay?

SAM: Yeah.

[He looks at Callen’s face]

SAM: You car sick?

KENSI: What...? No...So who's Goliath?

MAN: What's next, beanstalk jokes?

[Kensi raises her arms, like saying: sorry, I couldn’t help saying this!]

SAM: [To Kensi] It's Charles Redman. [To Redman] Tell them what you told me about Staff Sergeant Marcos.

REDMAN: Look, Nelson was my friend. He let me crash here on nights I worked late.

CALLEN: Worked late doing what?

REDMAN: [Emphatic] Cabaret hospitality specialist.

SAM:  (chuckles) [Callen glances at him, puzzled]

SAM: He's a nightclub bouncer.

[Redman spots Deeks leaving the rubbles and coming close]

REDMAN: Knew that guy looked familiar.

[They all stare at the detective]

DEEKS: Mm-hmm?!

KENSI: You two know each other?

DEEKS: No.

REDMAN: Last Thursday at the club--tried to cut the line. Told people you starred in that vampire movie.

DEEKS: Kensi, that's...I was undercover there. I was... I was following up that lead with the guy. Remember the case with the thing?

KENSI: No.

(Deeks chuckles)

CALLEN: You don't seem real upset about your friend's murder, Mr. Redman.

REDMAN: Didn't know until you guys told me. Still hasn't hit me, I guess.

DEEKS: Bomb squad just said that the, uh, shed was an explosives factory. Said they found residue of military-grade C-4. You want to explain that to us?

REDMAN: I will-- if you protect me.

CALLEN: From who?

[Redman hesitates]

REDMAN: …Calvin Winslow.

[The agents exchanged looks]

 

[Boatshed. Deeks, Sam, Callen and Kensi are in the Observation room, watching Eric, Nell and Hunter at the OPS on screen]

ERIC: LAPD found the blue sedan abandoned just a few blocks from the freeway. Reported stolen 30 minutes earlier.

CALLEN: Any link to the explosion?

ERIC: There was a burn phone inside. Betting that's what they used to detonate the bomb.

SAM: Anything on Redman?

NELL: Well, bank records show he was telling the truth about working the door at Calvin Winslow's club. He also did two years in the Army.

CALLEN: All right, let's work this guy, Eric. Monitor the interview--track his answers. Update us on our comms. Sam, let's find out why Redman is so scared of Winslow.

[They enter the interrogation room]

CALLEN: I didn't realize being a cabaret hospitality specialist was such a dangerous job.

SAM: Why do you need protection from Winslow?

REDMAN: He's got some guys--they've laid beatings on employees. Maybe worse.

SAM: These guys kill Staff Sergeant Marcos?

REDMAN: I don't know. [Both agents look rather unconvinced. Sam is now sitting opposite to the guy]

REDMAN: Look, we were buddies since high school. I got him gigs working security with me at the club when he was off duty.

SAM: Marcos was driving one of Winslow's SUVs when it exploded.

REDMAN: Winslow chauffeurs VIP clients to the club. He uses us as drivers sometimes.

 

[OPS center. Eric is working on a computer – it beeps:  mail arrival. He reads it]

ERIC: I just received a preliminary report from the LAPD Bomb Squad. The device that killed Marcos was of the same design as the one that took out the storage shed.

HUNTER: Photos?

ERIC: Coming up.

 

[Interrogation room]

SAM: So what did Marcos do to Winslow?

REDMAN: Few nights ago, I crashed at Marcos's place. Found some gear stashed in a closet. Explosives. Kind of stuff the military uses. I confronted him, and he said he stole it. Somebody hired him to make a bomb.

CALLEN: Winslow?

REDMAN: He wouldn't tell me.

SAM: So what were you doing in that shed this morning?

REDMAN: I got woken up by noises. I heard somebody out back. It was just sitting there on the workbench. It was wired to a cell phone. The phone's alarm was counting down. Look, I just got the hell of there.

CALLEN: When was the last time you spoke with Winslow?

REDMAN: Maybe a week ago, at the club.

 

[OPS center. Nell is watching a computer screen]

NELL:  I'm seeing over a dozen calls to Winslow from Redman's cell phone over the past two weeks.

 

[Interrogation room. Sam and Callen exchange a look when getting this intel…]

SAM: Then explain the calls made to Winslow from your cell phone.

REDMAN: I told you, I didn't call Winslow. Marcos uses my phone sometimes. It had to be him.

 

[OPS center]

HUNTER: Step outside, gentlemen. There's something I need you to see.

 

[They obey and join Deeks and Kensi next door]

KENSI: Well, clearly, he's feeling guilty. observation room observation room

DEEKS: And clearly, he's covering his own ass.

 

[OPS center. Hunter is very cold]

HUNTER: These are evidence photos of the bomb remnants from the freeway and from the shed. Your assessment, Agent Hanna.

 

[Observation room. Pics are on the screen.]

SAM: I'd say both bombs were built by the same person. Common design elements. Same type of tape, wire. And both bombs are equipped with two cell phone triggers. The first phone receives a signal and triggers the blast. The companion phone takes that signal and transmits it to other devices. These types of bombs are designed to be used together. It's like the first device can trigger the second, and the second can trigger a third, and so on. It's a chain of explosions.

HUNTER: [over video] A chain meant for what?

SAM: To destroy something big.

DEEKS: You were the weird kid on the playground obsessed with fire, weren't you? [Sam gives him a nasty look] I'm just saying.

SAM: [To Hunter] That's my assessment.

 

[OPS center. Hunters nods approvingly when Nell comes close]

NELL:  You might want to take a look at this. Uh, Marcos had security cameras at the back of his house.

[She puts footage of Redman heading towards the shed on the screen]

NELL:  The only one who went inside the shed today was Redman.

 

[Observation room. Sam and Callen exchange a look]

ERIC: [over radio] Camp Pendleton's reported 12 pounds of C-4 missing from an ammo supply point, along with a crate of blasting caps. Staff Sergeant Nelson Marcos had access to that location.

[Sam and Callen hurry out]

DEEKS: Paul Bunyan is screwed.

 

[Interrogation room]

Callen: [angrily] You used Marcos. You convinced him to steal plastic explosives from Pendleton and make bombs for money.

SAM: You were the only one in that shed this morning. Marcos never called Winslow from your cell-- it was you.

CALLEN: [in Redman’s ear, calmly] So...want to start over?

REDMAN: …Winslow killed Nelson. But it was my fault. Winslow knew I was ex-military, but...I really didn't have the expertise for what he wanted. So I told him about Nelson. He offered us $100,000 for five bombs rigged to cell phone detonators. I talked Nelson into helping me.

[Callen steps around]

CALLEN: Why'd he kill him?

REDMAN: 'Cause Nelson changed his mind after he found out what the target was.

SAM: What was the target?

REDMAN: I don't know. He called me after he left, said he'd tell me when he got back. Said Winslow needed four bombs for the first target and one for the second.

SAM: Guess he was the second.

REDMAN: [suffering] I should have gone with him. I knew he was having doubts. I got my friend killed.

[Sam gives his buddy a grim smile]

REDMAN: After I heard the news, I panicked. When we got hired, Nelson made a sample bomb for Winslow. That's what I used to level the shed. You know, prints were all over the explosives, the detonators. It just seemed like the easiest way to destroy all the evidence before the cops arrived.

CALLEN: [worried] Four devices.

SAM: One target. We could be looking at half a city block.

[They exchange an anxious look…]

 

                        ------------------- ZAPPING -----------------------

 

[The team is just back at the office]

KENSI: Redman seemed genuinely remorseful.

CALLEN: More like genuinely scared.

SAM: Think we got enough to charge Winslow?

DEEKS: Motive would be good.

[Hunter appears, still very cold]

HUNTER: The ATF has been after Winslow for years. This case needs to be airtight.

CALLEN: So let's bring Winslow in, apply a little pressure.

HUNTER: Redman's word against his, and his highly paid lawyers?

CALLEN: So we tell him that we know about the other four devices. At the very least, it stops him from using them.

HUNTER: Doesn't lock him up.

CALLEN: Does save lives.

[Sam nods]

CALLEN: [Ironical] What's our mission here again?

[Hunter stares at him]

HUNTER: Sam...[She breaks out eyes contact with G.] do you think that we can use Redman to get inside Winslow's organization?

[Sam smiles- Callen looks half-worried, half-exasperated]

SAM: If Winslow still trusts him, and if Redman's willing to work with us.

HUNTER: Well, Redman is feeling guilty. Maybe he wants to redeem himself.

SAM: [doubtful] Maybe.

HUNTER: Worth a shot, then.

[Sam glances at G.]

SAM: I need to organize some logistics with Eric first.

HUNTER: Do that.

[Sam glances again at his ex-partner and leaves them]

DEEKS: I'll… go accompany my partner. [He’s gone]

[Callen is angry…]

HUNTER: The ATF has had Winslow under surveillance. They've confirmed that he's got a mistress. [She hands Kensi a file] Her name is Ashley Thomas. I'm going to need real-time updates.

[Last cold look and she walks away]

Kensi: …When is Hetty coming back?

CALLEN: Good question.

 

[Sam parks his car. He has Deeks and Redman (nervous) as passengers]

DEEKS: Winslow's club. So you want to rehearse?

SAM: [irritated] Rehearse what?

DEEKS: I usually run lines before an undercover op, but, you know, maybe that's just me.

SAM: Want to get your hair and makeup done, too?

DEEKS: (chuckling) I'm just very committed to my craft.

SAM: I just go with the flow.

DEEKS: Ah, improv guy. I like it. Me, I like to get a little Method with it, you know? But, whatever, improv's fine, too.

[He looks at Redman – the guy is obviously scared]

DEEKS: Which one of us is the more dominant presence in this partnership? Don't think; just answer. [Snaps fingers] Go.

SAM: Ignore him, Redman. You ready?

[Redman shakes his head and sighs]

REDMAN: Not really.

SAM: Good. He'll expect you to be nervous.

[Redman appreciates - and spots a black SUV]

REDMAN: That's him. [A bodyguard opens the door and a man in suit and pink shirt gets out]

REDMAN: That's Winslow.

SAM: Okay. Give him a few minutes to settle in, then we move.

[Redman nods and sighs for answer]

 

[Kensi and G. are walking in a residence and run up external stairs]

KENSI: So what's your favorite food?

CALLEN: Excuse me?

KENSI: Just breaking the ice.

CALLEN: Kensi, we've known each other for a long time.

KENSI: Yeah, but how much do we really know about each other? We've always had Sam and Deeks as these social buffers, and I know you don't open up to anyone, but still...

CALLEN: You don't exactly open up to anyone, either.

KENSI: Yeah, but I'm willing to try for the good of this partnership.

[G. stops and faces her]

CALLEN: Okay.

KENSI: Okay.

CALLEN: I'm listening.

KENSI: (chuckles)

[She hesitates, looks at him, smiles, hesitates again, and starts going up again]

KENSI: Just stick to the case.

CALLEN: Agreed.

KENSI: Agreed. Okay. Why did Hunter split us all up? Oh, wait, because she can.

CALLEN: She's too calculated to do it on a whim. She did it for a reason.

[They’ve reached a terrace]

CALLEN: Well, here we are. Ashley Thomas's unit.

[He knocks at the door]

CALLEN: I don't think she's here.

[Kensi opens the door – forces the lock…They enter an empty apartment!]

CALLEN: You sure we have the right address?

KENSI: Yeah. [She opens the fridge- empty] Looks like she moved out.

CALLEN: Or she never moved in.

 

[Sam’s car]

SAM: Okay. Let's go.

[He unfastens his belt]

REDMAN: Thanks for letting me do this. Means a lot.

DEEKS: What's your distress word?

SAM: Deeks.

DEEKS: Good luck using that in a sentence.

 

[OPS center]

SAM: [over radio] Okay, Eric, we're on the move.

[He’s leaning forwards his camera]

ERIC: Read you loud and very clear, Sam.

[He types. He smiles…and Nell too…and Hunter too!! They look at the live footage on the large screen]

 

[Winslow’s club. Sam and Redman enter a luxurious place…Winslow is sitting in an armchair at the bottom of the room, reading files. At least 2 bodyguards are at his side- we can spot a woman in the dark bar behind cleaning a table]

WINSLOW: You got stones, Redman. Most guys would have skipped town.

REDMAN: I made a mistake with Marcos. Came to set it right.

WINSLOW: Who's your friend?

SAM: Sam Harris. [He leans forwards, holds out his hand. Winslow doesn’t raise his]

WINSLOW: Don't know you.

SAM: I'm worth getting to know.

[Stone-faced, Winslow makes a head sign to one of his guy who comes close to Sam…and ends knees on the floor and arm twisted in his back]

MAN: (grunts)

SAM: You got a problem. I can fix it.

WINSLOW: (smiling) I got a problem?

SAM: Faulty equipment.

REDMAN: Marcos called me. He said he did something to the devices so they wouldn't blow.

WINSLOW: The one this morning worked pretty well.

REDMAN: He said he only did it to four of them. The ones he planted for you.

SAM: [ironical] Like I said, faulty equipment.

WINSLOW: And you can fix it.

SAM: Well, I'd have to see the equipment to be sure.

WINSLOW: It's already on-site.

SAM: Gonna cost more. Why don't you give me the location. I'll take a look.

WINSLOW: This isn't a negotiation.

[Sam pushes the bodyguard aside down and pulls out … a bomb. He puts it on a table near Winslow- the bodyguard gets up, raising his gun. But Winslow calms his guy: Sam has the trigger ready- and the bomb is beeping!]

WINSLOW: Hey, hey, hey. Is that real?

SAM: Half a pound of C4. [Winslow is calm…and impressed] The detonator circuit's complete soon as I release the pressure on the switch here.

WINSLOW: And the result?

SAM: They'll be picking up the pieces with a wet-vac. [Winslow is appreciates, and glances at the beeping bomb]

SAM: [ironical] Looks like a negotiation now.

 

[Callen and Kensi enter the OPS. Hunter is watching the screen and doesn’t give a look at them]

HUNTER: Any luck with Winslow's mistress?

[Callen’s eyes are stuck at the scene on the screen – Kensi comes close to Hunter]

KENSI: The apartment was a dead end.

CALLEN: I should be there.

HUNTER: Agent Hanna's got the situation under control.

[G. shots her at black look – she gives him back a brief icy one]

 

[Winslow’s club. Winslow is still very cool]

WINSLOW: This device is a smaller version of the one Marcos built. He said when the green light flashes red, the device detonates.

SAM: Mm-hmm. Let me see if this works. [His thumb rises off the button]

WINSLOW: [panicked] No!

 (Loud pop) – [But no explosion. Winslow is up and breathes deeply- Sam smiles…]

WINSLOW: Son of a...Maybe I should shoot you myself.

SAM:  (smug chuckle) [He throws the command to Winslow and picks up the bomb]

SAM: I altered the device. The detonation chain never reached the C4. Started and ended with the blasting cap. That's the difference between bang and boom. Water doesn't compress, so it stops the explosion in its tracks. You can use water as a barrier. [He empties the water down]. Place the barrier on the left, it drives the blast right. Place the barrier up top, it drives the blast down.

WINSLOW: Which means?

SAM: You think you're bringing down a whole building, and you end up only damaging the floor. Or you level an entire city block.

WINSLOW: Marcos could've done this to my bombs.

SAM: Looks like it's time for you to hire a professional, Mr. Winslow.

WINSLOW: I guess I just did.

[Sam smiles and nods approvingly]

 

                              --------------- ZAPPING--------------

 

[at the office. Downstairs. Nell is briefing Callen, using a large horizontal flat touch screen]

NELL:  This guy Winslow has no shortage of women hanging off his arm at his club. A different one every night. So far, I've found only four with multiple photos taken on different days. But none of them go by the name Ashley Thomas.

CALLEN: What about the ATF? They had him under surveillance.

NELL:  Uh, where do you think I got the photos?  I also trawled the paparazzi and various nightlife sites. Turns out, Winslow doesn't like to stray far from his own club.

CALLEN: Social networking?

NELL:  A blank. Whoever this mistress is, she's very discreet.

[Kensi comes from the OPS]

KENSI: Eric's confirmed that Ashley Thomas's landlord received a wire transfer from a Swiss account for an amount equaling 12 months rent.

CALLEN: Name of the account holder?

KENSI: He's still working on it. He thinks it'll take several high-level phone calls for a bank in Geneva to open up its books. [She spots all the women pics on the screen]

KENSI: Which one's Ashley Thomas?

NELL:  That'd be none of them.

KENSI: He's going to an awful lot of trouble to keep her hidden away.

NELL: Yeah, and I'm beginning to think we're not going to find her.

[Callen focuses on Hunter, writing at her (Hetty’s!) desk]

CALLEN: I'm beginning to think I know why.

 

[Callen heads towards Hunter]

CALLEN: Ashley Thomas.

HUNTER: You found her?

CALLEN: I don't think she exists.

HUNTER: My intel is solid, Agent Callen.

CALLEN: Why'd you choose our team for this case? Winslow's not a high-priority target. You split us up. You sent us off chasing ghosts.

HUNTER: Ashley Thomas is not a ghost.

CALLEN: You're keeping us off balance, you're keeping us busy. Why? What's this really about?

HUNTER: You need to keep looking until she turns up.

CALLEN: And when she doesn't...?

HUNTER: She will.

 (phone ringing)

HUNTER: Agent Hunter.

ERIC: Hey, Sam's en route to another location.

HUNTER: Thank you, Eric. [She hangs up the phone]

HUNTER: Sam is on the move.

CALLEN: [Ironic look] Give my regards to Ashley when she turns up.

 

[2 big Black SUV are running in LA. Deeks in the black Mercedes stops behind them]

DEEKS: I know this spot, Eric. This is where Winslow's old partner, Thom Baird, is opening up his new club.

[OPS center. Hunter gets the intel]

DEEKS: [over radio] This has got to be where Winslow's planted the bombs.

SAM: This one of your clubs, Winslow?

WINSLOW: No.

[Winslow, Sam and Redman + 2 bodyguards + one “security guy head to the door]

 (Knocks)[A man opens the giant door]

WINSLOW: We're on the list. [He hands an envelope to the guy who discreetly slips it into his pocket]

MAN: How are you?

[OPS center]

HUNTER: Eric, what's the club's layout?

ERIC: [watching his screen] Main entrance is on your street, service entrance around the back, several other businesses next door. It's a big club. Lot of places to plant a bomb.

NELL:  Or four.

HUNTER: Deeks, Callen and Kensi are about to join you.

[In the Mercedes]

DEEKS: Backup for the backup, that's fantastic. Do we have a plan here?

[OPS center]

HUNTER: Hold until Sam has located all four devices and disabled them. Then move in.

[In the Mercedes]

DEEKS: Simple plan. What could possibly go wrong?

[OPS center]

NELL: Plenty.

[Hunter doesn’t appreciate and stares at her. Eric looks uncomfortable…]

NELL:  Uh, Sam just entered the building.

HUNTER: Eric, is the club open?

ERIC: Um, no. Grand opening's in two days.

[Deeks eats off his car]

HUNTER: Call the nearby businesses. Tell them that there's been a gas leak and they need to evacuate. Nell, call LAPD and tell them they need to block the street to through traffic. No lights, no sirens.

 

[Deeks leans against the car hood. Callen and Kensi stops behind him – Callen’s car is a brand new one]

DEEKS: Well, well, well, if it isn't my ex-partner and my current partner's ex-partner.

CALLEN: Where's Sam?

DEEKS: He's gone clubbing.

KENSI: Isn't that owned by Winslow's...

DEEKS: Ex-partner.

KENSI: You couldn't resist, could you?

DEEKS: I couldn't.

CALLEN: We're gonna have to evacuate the street.

DEEKS: Hunter's already on it-- gas leak.

[They hurry to the club]

KENSI: Well, if Winslow sees the street being evacuated, he's gonna know something's up.

CALLEN: [To Kensi] You take the front door. Soon as the street's clear, we're going in.

KENSI: All right.

CALLEN: Deeks, stay with me.

DEEKS: Three partners in one day. I'm feeling all giddy.

[Callen takes an earpiece out of his pocket and turns it on]

 (Earpiece beeps)

CALLEN: Eric, comms up.

[OPS office]

ERIC: Comms up. [To Hunter] Callen and Kensi are patched in. [She nods approvingly]

[They watch Sam’s live footage on the large screen]

ERIC: Nice-looking club.

NELL: Uh, is he doing what I think he's doing?

[Indeed, Winslow is peeing on the floor…]

 

[Inside the club]

(Zips up)

SAM: You really don't like this guy.

WINSLOW: I made him. And this is how he repays me. He's gonna learn the hard way.

SAM: Be easier to just burn this place. Why go to all this trouble?

WINSLOW: I want to maximize the pain.

[He’s behind the bar. Sam follows him]

SAM: Okay, so where are the bombs?

WINSLOW: Number one. [He points at the large centre light just above them]

[Sam lights the place and finds the bomb. He grabs it carefully]

 (Steady, quiet beeping) [Two cell phones are tied to C4…]

SAM: Yep, dual cell phone detonators. Branch of an explosive chain. This should do it. Where are the others?

WINSLOW: Structural walls front, back and main stairwell. Will it work?

SAM: If you're asking if it'll bring down the building, sure. Long as it detonates.

[He starts checking the device]

WINSLOW: Well, that's why you're here.

SAM: You got a burn phone to activate this?

WINSLOW: Number's already entered. [He’s taken the phone and shows Sam its lit screen]

SAM: Well, don't pocket-dial or we'll all be dead.

WINSLOW: (laughs) [To one of his guys] Perimeter. Start at the front.

SAM: Where's he going?

[OPS center]

WINSLOW: [over video] Stretching his legs.

HUNTER: Callen, we've got a tourist. Heading to the front of the building.

 

[In the street]

CALLEN: Kensi, did you get that?

KENSI: I got it. Ma'am, hurry up, please. There's a gas leak. Move away from the building.

[The bodyguard opens the door]

MAN: Hey, what's going on?

KENSI: Gas leak. Second one this week. I don't know.

[The man is obviously doubtful and gets back into the club]

KENSI: Cat's out of the bag, guys.

CALLEN: Kensi, is the street clear?

KENSI: Almost.

DEEKS: So much for that simple plan.

 

[Inside the club]

 (Quiet, steady beeping continuing) [Sam is still working on the device]

[The bodyguard comes close to hs boss and speaks in his ear] (Talking quietly)

WINSLOW: [loudly] Street is being evacuated. Gas leak. Now, isn't that a coincidence?

SAM: So what are we waiting for?

WINSLOW: Well, someone told the cops.

[He pulls a gun and arms it]

WINSLOW: I'm gonna find out who.

[Sam looks at him- no fear in his eyes…]

 

                   --------------------- ZAPPING --------------------

 

SAM: The guy who did this, fixed it so it wouldn't explode. I guess good help is hard to find, huh?

WINSLOW: And now I found you.

[Sam’s smile is fading]

[In the street. Callen is worried and pissed off]

CALLEN: Talk to me, Eric.

[OPS center]

ERIC: They're in the west corner of the club. Sam deactivated the first bomb.

[In the street]

I'm moving in.

[He starts running]

[OPS center]

HUNTER: Callen, hold your position.

[In the street, Callen and Deeks are running to the club, pulling out their weapons. They ignore her]

CALLEN: Kensi, get ready to move in.

[She obeys and prepares her gun]

 

[Inside the club]

WINSLOW: Maybe you're not who you say you are.

[Sam doesn’t look worried. Redman is scared. There’s a blank]

REDMAN: It was me! The cops came to talk to me. I... might have said something, Mr. Winslow. I'm sorry. [Last words for Sam…]

WINSLOW: So am I.

[He raises his left hand and shoots Redman in the chest. He falls down, hands on his wound]

[OPS center]

HUNTER: Redman's down. [To Nell] Call an ambulance.

[In the street- front door]

CALLEN: [over radio] Kensi, move in.

[Giant door: Callen and Deeks enter]

[Inside the club. Winslow raises his gun – He aims at Redman who gasps weakly. But Sam pushes down slightly the weapon, and Winslow agrees to let him kneels down]

WINSLOW: (weakly): For Nelson. (Labored breathing) For Nelson.

[In the OPS, Hunter bends her head]

[In the club, Redman groans weakly and dies]

WINSLOW: When you don't know who to trust...

SAM: Trust no one.

[In his back, Winslow raises his gun…when Deeks and Callen appears]

CALLEN: Federal agents!

[Winslow changes his target and shoots at them.

 (Gunshots)

[Sam dives on the bodyguard who is pulling out his gun and grabs his hand]

BODYGUARD1: (groans)

[Winslow runs – Callen hits the other bodyguard]

BODYGUARD2: (groans)

[The security man hidden behind the bar stands up and shoots. Deeks gives him back a bullet]

SECURITY MAN: Ow!

[Kensi and Sam work on Winslow]

 (Bullet ricochets)

[He’s hit]

WINSLOW :(groans) [He takes the cell phone (grunting)and dials the number(phone beeps). Then he starts running away( grunting)]

 

[OPS center. (Beeping)]

ERIC: Uh-oh. Someone is using your cell phone.

HUNTER: Shut it down! [Eric types frenetically]

 (Beeping continues)

ERIC: Come on, come on!

[In the club, there’s no more noise. The agents check carefully the place]

[OPS center]

ERIC: The call is relaying--I-I can't stop it!

[Inside the club. A phone on the device is ringing: the agents look at it] (phone ringing)

 (Ringing continues)

 (Ringing)

[Callen stares at his buddy]

SAM: This one's safe; the others aren't.

[OPS center]

HUNTER: [Shouting] Callen, get the hell out of there now!

CALLEN: Go, go!

[They run as fast as they can]

[Winslow is running down stairs (panting) – he hits a locked door - (lock jiggling)- He watches the phone…]

[In the club: a phone rings, a device beeps: red light on - another phone rings, a device beeps: red light on – and a 3rd phone rings, a device beeps: red light on]

[Winslow-trapped inside –understands…and sighs]

 

[The running agents are almost out when the first explosion thunders – They jumped down over stairs when the 2nd booms – and they dive when the blast of the 3rd ends the chain…]

[They lay on the ground (groans)]

KENSI: Ahh!

[They groans and grunts softly]

CALLEN: [To Sam – his neighbor] You okay?

SAM: (grunting): I'm good. Are you? (gasping, sighing)

CALLEN: Yeah.

[Kensi looks at his painful arm]

CALLEN: You good?

KENSI: Yeah. You? [She looks at Deeks]

DEEKS: I'm good.

 (Sirens wailing in distance)

HUNTER: [over radio] Callen, status?

CALLEN: We're all good.

[They stands up, Deek grunts loudly, all straining, groaning.(sirens approaching)

 

[OPS center. Hunter removes her earpiece and throws it onto the table. There’s no more footage on the screen (static crackling)]

HUNTER: Never a dull moment.

[Nell smiles. Hunter leaves the room. Eric sighs with relief. As Nell does]

(Intermittent beeping)[Nell checks the computer- and can’t believe her eyes…]

ERIC: Well, sounds like you just got a hit.

 (Two beeps) (Chirps)

 

[NCIS office. Callen sprints into the entrance, looking for Hunter at her desk, but Nell was obviously waiting for her in the stairs]

NELL: Callen? I found her.

[He stares at her]

NELL: Ashley Thomas.

[He glances at Hunter on phone and runs up behind Nell. They enter the OPS]

NELL: I don't understand how this happened. I did a name search with a very tight set of parameters to filter out every other Ashley Thomas in Los Angeles, and got nothing--until now. Suddenly, her name pops up. It's like she was just born. It's a gossip site. Story about Calvin Winslow and his mysterious new lady love...

CALLEN: Ashley Thomas.

NELL: And that's not the only one. I'm now showing dozens of entries from blog sites to mainstream press. It's like someone's doing a massive Ashley Thomas upload to the net.

CALLEN: You got photos?

NELL: Yeah. First one coming through now. "Calvin Winslow living the highlife on the red carpet with Ashley Thomas."

CALLEN: Open it.

 (Typing) (Computer trilling) [The photo is opening slowly from the feet to…]

NELL: Oh... (Beeps)...my God.

[Callen is astonished too…then watches the screen knowingly…]

CALLEN: Send this to my phone. [He leaves the OPS]

NELL:  (scoffs) Wow. (Typing)

 

[Callen rushes to Hunter’s desk but she’s no more here. He jumps when a known voice asks him a question!]

HETTY: Looking for someone, Mr. Callen?

[She’s here, a tea tray in the hands, smiling, on top form…and this time very well dressed!]

HETTY: Lan-ge, Hen-riet-ta. In case you've forgotten.

 (Teapot and cups ratting on tray)

[She heads to desk]

CALLEN: You're back.

HETTY: I feel like I was never gone.

CALLEN: Where's Agent Hunter?

HETTY: Not looking for me at all, then.

[Hetty: 1 – Callen: 0!]

HETTY: She's gone on assignment. Why do you ask?

CALLEN: [he takes his phone] I found somebody she was looking for. [He hands Hetty his phone with a pic on the screen to]

HETTY: "Calvin Winslow living the highlife on the red carpet with Ashley Thomas." Miss Thomas bears a striking resemblance to Agent Hunter, don't you think? [She hands back the phone with the awesome couple Winslow-Hunter]

CALLEN: Hunter was put in the picture. She's backstopping a new alias. That's what this is all about, isn't it? Ashley Thomas didn't exist until Hunter created her.

HETTY: It's what we need to do, Mr. Callen, to go undercover. [She pours her fav cup of tea]. The deeper the cover, the deeper the backstopping required. Agent Hunter saw this Winslow case as a way into a much bigger operation in Europe.

CALLEN: So now Winslow is dead, but...Ashley Thomas is very much alive.

HETTY: And seeing as she had quite a relationship with the late Mr. Winslow, I'm sure she'll have no trouble convincing his friends in Europe that she can be trusted.

CALLEN: Does this have anything to do with the Comescues?

HETTY: Nothing at all. In this operation, their paths never cross. [She sits down]. She never had a dog in that fight anyway. [Very seriously] Unlike you and I.

[Callen stares at her with his nasty questioning look]

HETTY: You asked me...why I went off on my own to face the Comescues. I did it...because of your mother.

[He’s hurt! Tears appear in his yes]

CALLEN: You knew my mom?

HETTY: Sit down. I'll tell you everything I know.

[But he feels betrayed!]

CALLEN: (sighs) [shocked]

CALLEN: (voice breaks): Why now?

HETTY: Because you're safe from the Comescues now. And because I can't hold on to these secrets any longer. [But Callen hesitates]

HETTY: Please, Mr. Callen.

[Hetty’s begging…! G. sits down, touched]

HETTY: Where do I begin?

[Callen chews his tongue. Like he did when he hesitated to ask his own forename to Hannah Lawson…]

CALLEN: What was her name?

[Hetty smiles…]

HETTY: Clara.

[Callen nods approvingly]

[The screen becomes dark]

HETTY’s voice: Her name was Clara.

                               -----------------THE END-----------------

 

 

Kikavu ?

Au total, 108 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

quimper 
19.06.2019 vers 00h

Casey5102 
12.06.2019 vers 21h

schumi 
19.04.2019 vers 22h

friends76 
10.03.2019 vers 04h

stephane25 
09.03.2019 vers 21h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Austin83  (27.04.2019 à 21:49)

Les changements d'équipe ne passent généralement pas super bien lol, car Callen et Sam n'ont l'habitude que de travailler l'un avec l'autre, et c'est pareil pour Deeks et Kensi, se sont deux petits couples bien dans leur vieilles habitudes, ils n'aiment pas les changements surtout losqu'ils sont imposés par quelqu'un qu'ils n'aiment pas !!! Je te rassure je n'aime pas non plus Hunter ;) !!!!

schumi  (19.04.2019 à 22:49)
Ce changement de coéquipiers semble risqué. Sam et deeks c'est compliqué et... chaud. Et Callen qui est malade quand kensi conduit... trop drôle. Hunter est un vrai tyran...je ne l'aime pas du tout. J'espère que la fin veut dire que hetty revient à 100% et qu'on ne verra plus hunter... Callen apprend enfin des choses sur sa famille.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier 13 Reasons Why est ouvert sur Hypnoweb !
Nouveau quartier ! | 13 Reasons Why

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne M6

10.15 : L'armée de l'ombre (inédit)
Samedi 29 juin à 21:00
1.27m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.14 : Écran de fumée (inédit)
Samedi 22 juin à 21:55
1.34m / 8.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.13 : Anges-gardiens (inédit)
Samedi 22 juin à 21:05
1.49m / 8.6% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.11 : Sortie de route (inédit)
Samedi 15 juin à 21:05
1.32m / 6.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.09 : Monnaie d'échange (inédit)
Samedi 8 juin à 21:00
1.58m / 8.2% (Part)

Logo de la chaîne CBS

10.24 : False flag (inédit)
Dimanche 19 mai à 22:00
5.28m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
résultats sondage

résultats sondage
Je clos le sondage en cours depuis le début de la saison 10. Il vous demandait :  Nous avons...

Calendrier

Calendrier
Les vacances sont enfin là pour nos acteurs et leurs fans.  Choup37 nous a donné un avant goût de ce...

Audiences 10x15 et 10x16 sur M6 !

Audiences 10x15 et 10x16 sur M6 !
Samedi dernier, M6 diffusait les quinzième et seizième épisodes de la saison 10 inédite de NCIS :...

La saison 10 continue ce soir sur M6 !

La saison 10 continue ce soir sur M6 !
M6 continue la diffusion de la saison 10 inédite de NCIS : Los Angeles ce samedi avec deux épisodes...

anniversaire

anniversaire
Aujourd'hui c'est un jour spécial pour un agent très spécial. Chris O'Donnell qui joue le rôle de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

Supersympa, Avant-hier à 17:09

13ème et dernier duel de l'animation "Angel vs Dollhouse" qui oppose... Angel et Echo !

Supersympa, Avant-hier à 17:10

Rendez-vous sur le quartier Dollhouse.

choup37, Avant-hier à 18:48

Il est toujours temps de se lancer dans la bataille de Kaamelott! Des cards vous attendent en échange d'un coup de main sur le quartier..

choup37, Avant-hier à 18:48

.. notamment pour transférer les fiches acteurs, avis aux fans !

ophjus, Hier à 22:28

Bonsoir, nouveau sondage sur le quartier Sherlock, ouvert à tous !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site