VOTE | 476 fans

#106 : L'appât du gain


Après que l'équipe du NCIS ait découvert le corps d'un marine qui vivait une double vie, ses membres cherchent le mobile du crime et son assassin.

** Captures de l'épisode **

Popularité


3.78 - 9 votes

Titre VO
Keeping it real

Titre VF
L'appât du gain

Première diffusion
03.11.2009

Première diffusion en France
02.04.2010

Vidéos

Promo2

Promo2

  

Photos promo

Callen, Kensi et Sam se dirigent sur les lieux du crime

Callen, Kensi et Sam se dirigent sur les lieux du crime

Callen (Chris O'Donnell) est au téléphone

Callen (Chris O'Donnell) est au téléphone

Sam Hanna (LL Cool J) dans l'entrepôt avec le cadavre

Sam Hanna (LL Cool J) dans l'entrepôt avec le cadavre

Kensi Blye joué par Daniela Ruah indique à ses collègues le nombre de personnes

Kensi Blye joué par Daniela Ruah indique à ses collègues le nombre de personnes

Callen discute avec quelqu'un

Callen discute avec quelqu'un

G toujours dans l'entrepôt avec l'inonnu

G toujours dans l'entrepôt avec l'inonnu

Plus de détails

Scénariste : Matt Pyken

Réalisateur : Leslie Libman

Guests :

Monet Mazur .............................  Agent des services secrets Natalie Giordano 
Nicolas Pajon ............................. Eddie
Burnadean Jones ............................. Denise
Rachael Carpani ............................. Amy
Tyler Moore ............................. Soldat de Première Classe Brandon Valdivia
Brandon Scott ............................. Soldat de Première Classe Alex Walder
Mark Rolston ............................. Sergent de la Marine Jerrold "Pallet" Mulhearn
Gregory Scott Cummins ............................. Rick Pargo

L’épisode démarre par une fête sur le toit d’un immeuble d’un Hôtel. L’hôte n’est autre que Brandon Valdivia, marine revenu d’Irak. Une serveuse à qui il fait profiter son argent lui demande d’où il sort tout cet argent, lui qui n’est qu’un Marine. Il lui répond qu’à Los Angeles on ne demande pas d’où vient l’argent. Il salue ensuite son pote Alex Warder et reçoit un appel… S’isole et on le retrouve dans l’air en train de s’écraser sur le sol.

Callen et Sam arrivent à l’OSP en se disputant sur le fait d’être un agent innée ou un agent qui apprend .Sam pense que l’on apprend à être un agent alors que Callen pense lui qu’on est un agent innée ou qu’on ne l’es pas. Hetty les interromp alors dans leur discussion et les préviens qu’ils sont en retard pour le débriefing d’une nouvelle enquête. Dom explique alors qu’il s’agit de la victime Brandon Valdivia, Marine de retour d’Irak, retrouvé mort en bas de l’hôtel. Nate explique son profil et le fait que la Police de LA à conclut à un suicide. Or si l’équipe enquête c’est parce que la famille de Valdivia est ami avec le député. Eric a trouvé grâce à ses factures qu’en plus de son logement à Pendleton, Brandon avait aussi un appartement. Callen et Sam s’y rendent et découvrent qu’il n’avait rien de suicidaire. Ils découvrent aussi qu’il payait en liquide beaucoup de logiciels et qu’il les revendait ensuite. Vient ensuite Eric qui prouve à l’équipe que Brandon ne s’est pas suicidé : on l’a bien poussé par-dessus bord.

Callen et Kensi se rendent à l’hôtel afin d’en savoir plus sur la soirée que donnait Brandon. La responsable leur donne le détail de la facture de Brandon qui payait tout en liquide. La serveuse leur donne ensuite le nom de son meilleur ami, Alex. Eric et Dom sont parvenus de leur côté à trouver qui est cet Alex : Alex Warder, ami de chambré de Brandon avec qui il a été déployé et avec qui il bosse au stock de Pendleton sous les ordres du sergent Jerrold Mulhearn surnommé « Palette » par ses Hommes au vue du nombre de palettes qu’il expédie ce qui ne manque pas d’amuser Dom et Eric. Sam va à la rencontre du sergent afin d’en apprendre plus sur les deux hommes ; selon lui, deux marines pas très intelligent, très potes mais qui en sont venues aux mains il y  quelques jours. Callen demande donc à Eric de retrouver la voiture d’Alex. Kensi et Dom découvrent eux que Brandon revendait ses logiciels sur le net à un prix plus bas qu’à leur achats ce qui semble n’avoir aucun sens. Dom et Eric cherche alors à en savoir plus sur les acheteurs et se rendent compte que certains paiement venant de certaines banques sont surveillés par les Services Secrets Américains. L’équipe découvre alors l’existence du trafic de faux billets et contrefaçons.

 Eric rappelle alors Callen et lui explique qu’il a trouvé quelque chose sur Alex Warder grâce à sa voiture : elle a fait le grand plongeon et la police recherche encore Warder sous l’eau. Callen et Sam se rendent donc sur les lieux et là Eric le prévient qu’un agent des services secrets veut lui parler. A l’entrepôt, Callen, Dom et Sam rencontre l’agent en question, Nathalie Giordano qui semble flashé sur Callen. Elle leur explique ensuite le trafic de faux billet et leur dit qu’ils doivent infiltrer le réseau, mais Callen lui explique, qu’eux cherche à attraper le meurtrier. De retour à l’OSP, l’équipe découvre que Alex n’était pas dans la voiture qui a plongé dans la mer, il est donc bien vivant. Callen et Sam se rendent donc à son hôtel où il essaie de s’enfuir en cachant un générateur de numéro de série que Brandon lui a remis la nuit de sa mort. En salle d’interrogatoire, Alex explique que Brandon était son meilleur ami et qu’il l’a toujours protégé. Mais il s’inquiétait pour lui. Callen lui raconte une histoire de son passé ce qui convainc Alex de donné le nom du tueur : Rick Pargo. L’agent Giordano donne alors le profil de Pargo, faussaire recherché mais qui parvient toujours à se sortir indemne de ses procès. Seulement il n’était pas sur le toit de l’immeuble la nuit du meurtre. Nate intervient et donne un profil d’Alex, qui ne semble pas avoir tout dit sur sa présence à l’hôtel au moment où il s’est fait arrêté : il explique alors qu’en mission à Bagdad ils sont tombés, lui et Brandon sur un entrepôt d’imprimerie qui imprimait de faux dollars ; tous deux se sont servis et de retour au USA, Pargo les as contactés et Brandon a continué à se servir des billets bien que le papier était mauvais.

 Hetty prépare de son côté Kensi à sa mission auprès de Pargo ; elle sera une barmaid, petite amie d’Alex qui veut entrer dans le business. Nate lui donne ensuite un profil de Pargo : pour l’avoir vu à l’un des ses procès, il dit que c’est un Homme qui se croit au-dessus des lois et qu’il est très dangereux. Selon lui, Kensi doit avoir un geste audacieux à un moment pour que celui-ci soit impressionné et lui fasse confiance. Arrivé chez Pargo, Kensi se retrouve face à son homme de main ; très vite, elle explique la raison de sa visite à Pargo qui l’a soupçonne d’être flic ; il enclenche une machine ce qui empêche Callen et Sam, dehors, de suivre la conversation ; ils s’inquiètent mais Kensi arrive à prouver à Pargo qu’elle a bien son générateur et envoie du même coup le signal aux gars : tout est ok ! Là Callen déclare que Kensi est un agent innée !! De son côté, Kensi parvient à gagner la confiance Pargo avec qui elle fait des affaires, elle a quelqu’un à lui présenter.

 A l’OSP, Callen révise alors son infiltration avec Hetty : il sera un fils d’imprimeur canadien qui possède le papier dont veut Rick. Hetty lui demande alors s’il compte inviter à dîner l’agent Giordano ce qui exaspère Callen. Dans un bar, Kensi présente Gordon alias Callen à Rick qui lui explique qu’il est prêt à marchander avec lui.  Callen retrouve ensuite Giordano et lui demande 2000 feuilles de papier tout en dégustant son hamburger. Le lendemain, Kensi et Callen, assuré par Dom, Sam et l’agent Giordano, arrive au rendez-vous avec les 2000 feuilles. Ils se mettent alors à imprimer les billets et c’est à ce moment là qu’arrive le complice de Pargo et tueur de Brandon, qui n’est autre que le « sergent Palette » chef de Brandon et Alex. Ils expliquent à Kensi et Callen que le marché et finit et les laisse à leurs hommes de main qui s’apprêtent à les tuer. Ils créent une diversion, Callen s’empare d’une arme et Kensi se met à l’abri. Sam arrive en renfort et l’équipe parvient à les maitriser tout comme Pargo. Seul « Palette » s’est enfuit avec l’argent. Sam, Callen et Giordano le retrouve à la base, et c’est Kensi qui parvient à la maitriser alors qu’il allait tirer.

 A l’OSP, Sam et Callen parle de Palette jusqu’à ce que Hetty demande à Callen d’aller remettre l’argent au service secret. Il rend donc l’argent à Giordano qui l’invite à sortir ce que Callen refuse : il ne sort pas avec des flics. Giordano lui répond alors qu’elle prend rendez-vous une fois qu’elle sera à la retraite et lui dit que sa dernière conquête devait être flic ; il répond : oui, elle l’était ….

[Soirée sur le toit d’un immeuble.]

 

Amy : Vodka citron ?

Brandon : C'est pas trop mon truc, mais sers-en aux autres.

Amy : Si t'en as marre de ces pétasses, je suis là. Je ne savais pas les marines si riches.

Brandon : Tu n'es pas d'ici.

Amy : Seattle. Comment tu l'as deviné ?

Brandon : Ici, on demande jamais d'où vient l'argent. Je vais faire le tour. À plus, Amy. [fend la foule]

Brandon : Ça va ? On est au sommet, vieux. Ça va ? [au téléphone] Brandon Valdivia. Pas possible, c'est faux

Femmes : Où est Brandon ?

 

NCIS Los Angeles 1x06 - Keepin' It Real / L’appât du gain

 

[Bureaux du NCIS]

Callen : C'est une dispute ?

Sam : Non, c'est une divergence d'opinions. J'ai raison et tu as tort.

Callen : Ce qui en fait une dispute. Et d'ailleurs, j'ai raison, tu as tort.

Sam : On ne naît pas agent de terrain, on le devient en apprenant.

Callen : C'était quoi son nom ? Swishman ? Fishman ?

Sam : Swisher.

Callen : Swisher.

Sam : Chuck Swisher.

Callen : Il était tout le temps le nez dans le manuel. Il le connaissait par cœur. Nul comme agent.

Sam : Il a compensé son manque d'aptitudes sur le terrain en maîtrisant la surveillance. Ça ne fait pas de lui un mauvais agent. Un prof le devient en étudiant. Un flic aussi.

Callen : Et on a appris à LeBron à smasher de la ligne des trois points.

Sam : Les SEAL apprennent à le devenir.

Callen : Sûr, tu ne savais pas nager quand tu t'es enrôlé ? Combien de temps t'as gardé tes bouées ? Je préfère un agent de terrain né, même feignant, à une grosse tête, et de loin.

Sam : Trop tard, je l'ai déjà.

Hetty : L'inné ou l'acquis, quel casse-tête !

Callen : N'utilisez pas le mot casse-tête avant 9 h 30, Hetty.

Hetty : 9 h 31, donc M. Callen, vous êtes en retard. Vous aussi, M. Hanna.

Sam : En retard pour quoi ?

 

[OPS center.]

Dom : Caporal Brandon Valdivia. 25 ans, célibataire, est tombé du toit de l'Apex hier soir.

Éric : Valdivia était affecté au stock au Camp Pendleton. Il venait de rentrer d'un déploiement en Irak il y a trois mois.

Nate : Stress post-traumatique, idées suicidaires, anxiété.

Dom : Vu son dossier médical, la police a conclu à un suicide.

Callen : Et on enquête parce que...

Dom : La famille de Valdivia est proche du député.

Hetty : Le député appelle le SecNav. Le SecNav appelle le commandant du corps des marines, qui appelle le directeur Vance. C'est le proverbial "souffle du Pentagone".

Kensi : L'Apex, c'est le dernier endroit à la mode. Ils ont un mojito du tonnerre.

Hetty : Ils ont cette fantastique piscine sur le toit qui est ouverte toute la nuit, et est chauffée à 33 degrés. Vous avez jamais entendu parler de vacances à la maison ?

Sam : Valdivia avait-il un casier, dans l'armée ou en dehors ?

Dom : Pas même une amende.

Callen : Il avait une chambre à l'Apex ?

Éric : Non, mais... j'ai trouvé des factures de gaz et d'électricité. Le numéro de sécurité sociale est celui de Valdivia. Il avait un appartement en dehors de la base, à Culver City.

Sam : Que faisait-il avec un appartement à 145 km de Pendleton ?

Hetty : Sûrement pas pour passer des vacances à la maison.

 

[Appartement de Valdivia]

Sam : Hetty, elle est innée ou acquise ?

Callen : Les deux.

Sam : Depuis quand on bosse ensemble ?

Callen : Deux ans.

Sam : Trois, le mois prochain. Le plus longtemps que tu aies eu un partenaire ?

Callen : Pourquoi ?

Sam : On se complète car je suis un agent né...

Callen : Non, moi. Toi, tu as appris.

Sam : Je suis un agent né.

Callen : Si c'est vrai, alors, je suis super-né.

Sam : Ça ne veut rien dire.

Callen : Voyons si Valdivia nous a laissé quelque chose.

[Ils entrent dans l’appartement.]

Callen : R.A.S.

Sam : R.A.S.

Callen : ESPN.

Sam : Chaîne militaire. [Il allume la télévision.]  J'ai gagné.

Callen : Bière et moutarde.

Sam : On serait pas chez toi ?

Callen : Du sexe sans attaches avec une flopée de belles femmes Quel intérêt ? Ce gars te semble déprimé toi ?

Sam : Pas de lettre de suicide.

Callen : On dirait la poste ici. Qu'est-ce qu'il pouvait bien envoyer ?

Sam : "Guitar Hero" ?

Callen : Quoi ?

Sam : Des reçus des deux dernières semaines pour 20, 40, 60, 80... 160 copies de "Guitar Hero".

Callen : Payées en liquide. Chez des petits détaillants. Deux à trois en même temps.

Sam : Pourquoi acheter plusieurs copies d'un jeu vidéo ?

Callen : Parce qu'il déchire grave.

Sam : Ce type, Valdivia, il achetait beaucoup trop cher.

Callen : En gros, on a un marine mort, nul pour le marchandage.

Sam : Homme de peu de foi. On a les reçus.

 

[Bureaux du NCIS]

Callen : Tu as déjà joué à "Guitar Hero" ?

Dom : Je préfère les pros. Django Reinhardt, Gabor Szabo... un petit Hendrix pour le rythme.

Callen : Dominic Vail, je t'apprécie de plus en plus.

Éric : En parlant de jeux vidéo... Brandon Valdivia est tombé du toit ici et a atterri là, 69 m plus bas. On détermine la cause de la mort dans une chute par la vitesse. Là, c'est plus par l'angle et le placement. Valdivia a atterri sur le dos, assez proche de l'immeuble. Les bras en croix, on appelle ça la position du "crucifix retourné".

Sam : C'est une longue descente. Il aurait pu se retourner durant la chute.

Éric : Improbable.

Callen : Mais pas impossible.

Éric : Il avait aussi la mâchoire cassée.

Dom : La chute ?

Sam : Pas en tombant sur le dos.

Éric : Il n'y avait pas de bleu au visage, donc c'était récent.

Sam : On l'a frappé.

Éric : Brandon Valdivia était inconscient bien avant de tomber.

Callen : Donc quelqu'un l'a assommé en le frappant, et l'a jeté du toit.

Éric : Notre suicide est devenu un meurtre.

 

[Toit de l'hôtel Apex.]

Kensi : Il faut être plutôt fort pour jeter un marine de 90 kilos par-dessus bord.

Callen (au téléphone) : Il y a une caméra sur le toit.

Éric (au téléphone) : OK.

Coordinateur d'événements : C'est encore mieux la nuit.

Callen : Ça l'est souvent

Coordinateur d'événements : Je coordonne les soirées pour l'hôtel.

Kensi : Vous connaissiez Brandon Valdivia ?

Coordinateur d'événements : Tout le monde connaissait Brandon. C'est tellement triste.

Kensi : Était-il invité à beaucoup de ces soirées ?

Coordinateur d'événements : Un invité ? C'était l'hôte. Ces trois derniers samedis, Brandon a payé pour tout.

Callen : De combien on parle ?

Coordinateur d'événements : Open bar, hors-d’œuvre, les filles pour les plateaux, Cette semaine, 27 000 $ en liquide.

Kensi : Ça ne vous a pas surpris ?

Coordinateur d'événements : Qui demande d'où vient l'argent ? Ne demande rien, ne dis rien. Amy était sa serveuse.

Amy : Je reviens.

Callen : Vous avez servi Brandon Valdivia hier soir ?

Amy : Il ne buvait pas.

Kensi : L'avez-vous vu avec quelqu'un en particulier ?

Amy : Seulement celui avec lequel il traînait toujours, Alex. Je ne connais pas son nom de famille

Callen : Vous avez déjà vu Brandon et Alex s'échauffer, ou autre ?

Amy : Se battre ? Non. Ils adoraient être ici, surtout Alex. Ici, on ne rencontre que des Europourris et des aspirants acteurs. Brandon était différent. Il voulait savoir qui j'étais, d'où je venais. Il avait plein d'argent, mais ça avait l'air d'être un mec gentil, intelligent. Maintenant, il n'est plus là, et ça craint. J'ai des clients. (Elle s’en va.)

 

[OPS center]

Éric : (au téléphone) Votre Alex c'est sûrement Alex Walder. C'est son copain de chambrée. Ils ont été déployés ensemble en Irak et sont maintenant assignés au stock à Pendleton, unité dirigée par le sergent artilleur Jerrold Mulhearn. Mais il expédie tellement de matériel hors de Pendleton qu'ils le surnomment "Sergent Palette". Comme une palette. OK. Super. (Il raccroche.) (à Dom) Sam et Callen vont à la base et Kensi revient ici.

Dom : La qualité est pourrie.

Éric : Pas assez bonne pour lancer une identification.

Dom : Et les ascenseurs ?

Éric : J'accède aux images d'hier soir.

Dom : Celui qui a appuyé sur le bouton est allé sur le toit.

Éric : Salut !

Hetty : Si seulement votre vocabulaire pouvait être augmenté de la sorte.

Dom : Grillés...

 

[Camp Pendleton]

Mulhearn : On déplace plus de matériel ici que de n'importe quel dock de la Marine. 100 000 tonnes par an. Tout, des missiles TOW au papier toilette.

Sam : Impressionnant. Une idée de qui aurait aimé voir Valdivia faire le saut de l'ange ?

Mulhearn : Aucune. Le gamin était trop bête pour avoir des ennemis. Sans vouloir offenser un mort, il n'aurait pas trouvé ses poches, même avec un plan.

Sam : Et son copain de beuverie ?

Mulhearn : Le vice-caporal Walder ? Con comme un balai. Il est allé à l'infirmerie ce matin. Il a sûrement avalé sa brosse à dents.

Sam : Ils s'entendaient bien ?

Mulhearn : Ouais, copains comme cochons. Walder suivait Valdivia partout comme un petit chiot perdu. Jusqu'à la semaine dernière. Ils se sont engueulés, ils en sont arrivés aux mains. Soit je les séparais, soit j'allumais le jet d'eau.

Sam : Vous savez pourquoi ?

Mulhearn : Non. Je voulais qu'ils s'arrêtent.

Sam : Merci, sergent.

Mulhearn : Vous avez l'air de vous entretenir. Marine ?

Sam : La Navale. Mais plus depuis un moment.

Mulhearn : Je suis qu'un râleur, alors vous pouvez prendre ça à la légère, mais il fut un temps où on pouvait faire de ces gamins des vrais marines. Maintenant, si ce ne sont pas des membres de gang ou des détenus, ce sont de sacrés crétins. Ça devient presque trop dur pour que ça vaille le coup.

Sam : Je comprends.

Mulhearn : J'ai dit... "presque."

Sam : Ouais, d'accord.

Mulhearn : Débile ?

[Sam rejoint Callen.]

Sam : Sergent Palette a dit que Walder est allé à l'infirmerie.

Callen : Non j'ai vérifié. Il n'est pas là-bas, ni dans ses quartiers. (à Éric au téléphone) Identifie la voiture d'Alex Walder. Dis-moi si elle a quitté la base.

 

[OPS center.]

Éric : Je regarde ça tout de suite.

 

[Bureaux du NCIS]

Dom : Pourquoi acheter plusieurs copies du même jeu vidéo ?

Kensi : Quand je vois des achats multiples, je pense à une chose... la revente. Les gens achètent des trucs et les revendent sur le net. Alors, d'abord on cherche l'objet, et ensuite, qui a la liste la plus active.

Dom : Le plus gros vendeur local est B Dog V, à Culver City. Brandon Valdivia. Il achetait les jeux pour une moyenne de 129 $, mais les vendait moitié prix aux enchères.

Kensi : Acheter haut, revendre bas ? C'est pas logique.

Dom : Ils étaient peut-être faux.

Kensi : Non, les commentaires sont parfaits. 100 %, là. Peut-être qu'on regarde le problème du mauvais côté.

 

[OPS center.]

Dom : (à Éric)  Peux-tu comparer les détaillants chez qui Valdivia a acheté les jeux entre eux ?

Éric : On sait déjà que c'étaient de petites opérations. Pas les mêmes propriétaires, si c'est ce que tu cherches.

Dom : Répartis dans tout Los Angeles, pas de schéma géographique évident. Et l'origine des jeux ? Les distributeurs, les grossistes.

Éric : D'accord. Grossistes différents. Le même distributeur pour certains, des banques différentes, mais... chaque banque est... attends... surveillée par les Services Secrets pour la contrefaçon.

Dom : Banques diverses, rapports divers. C'est pour ça qu'il a fait tant de magasins.

Éric : Et qu'il a fallu deux semaines aux Finances pour donner l'alerte.

 

[Voiture de Sam.]

Callen : Valdivia a acheté ces jeux vidéo avec ce que les Finances appellent des faux billets d'excellente qualité.

Éric (voix off) : Je te rappelle.

Callen : Merci, Éric.

Sam : Il les achetait avec des faux billets, les revendait sur le net, en échange d'argent réel. Un bon petit plan.

Callen : Comment a-t-il pu obtenir des fausses coupures de 100 $ de cette qualité ?

Sam : Ils sont de trop bonne qualité pour être fait maison. Il a dû les acheter.

 

[OPS center.]

Éric : (à Callen par téléphone)  Regarde sur ton portable. Je t'envoie quelque chose.

 

[Voiture de Sam.]

Éric (voix off) : J'ai lancé une recherche. Et j'ai une correspondance pour la voiture d'Alex Walder.

Callen : Où ça ?

 

[OPS center.]

Éric : Elle vient juste de plonger du quai 60 à San Pedro.

 

[Voiture de Sam.]

A l’écran : ... trouver des survivants. L'accident a été filmé par une caméra de sécurité du port. Les témoins choqués ont pu voir la voiture traverser le quai et finir dans le port.

 

[Quai.]

Callen : Valdivia tombe d'un immeuble, Walder prend son envol depuis un quai. Et tout est lié à des billets de 100 contrefaits. Tu y vas, non ?

Sam : La police se débrouille bien.

Callen : Mais tu es un SEAL.

Sam : Tu me sembles un peu pâlot ces temps-ci. Tu devrais y aller.

Callen : Trop de trous de balles en moi. Je coulerais.

Sam : La marée se retire. Le corps a pu dériver après l'accident. Le courant l'aurait emmené bien vite loin d'ici.

Callen (au téléphone) : Tu as d'autres vues des caméras sur le quai 60 ?

 

[OPS center.]

Éric : Je vérifie. Et les Services Secrets veulent te parler des contrefaçons.

 

[Quai.]

Callen : Temporise.

 

[OPS center.]

Éric : Trop tard.

 

[Hangar à bateaux.]

Giordano : Natalie Giordano, Services Secrets. J'aime bien votre cabane secrète. Vous avez une poignée de main codée et des revues érotiques cachées ?

Callen : Juste Callen.

Giordano : Enchantée, Callen juste Callen.

Sam : Voilà les billets que Valdivia a utilisés.

Giordano : Série de 1995. Numéros de série changeants. Du très bel ouvrage. Portraits, vignette, ornements, écriture, texte, impression. C'est pas du Photoshop. On les a imprimés avec une presse et de vraies plaques. On dirait des vrais. On doit infiltrer le réseau de distribution, et trouver qui a vendu ça à Valdivia.

Callen : On enquête sur un meurtre.

Giordano : En général, ce type de billets fait surface à Las Vegas, aux casinos, où les grosses coupures sont légions. Je suis basée là-bas. Vous allez à Vegas ?

Callen : De temps à autre

Giordano : Les 100 $ sont moins falsifiables, car ils doivent passer au détecteur. Sur les faux billets, le stylo-détecteur réagit à l'amidon dans le papier et devient marron. La qualité d'impression est remarquable, celle du papier... pas autant.

Sam : Ça explique que Valdivia les écoule au petit magasin de quartier qui utilise peu le stylo.

Giordano : Je vous dis que tout ce qu'on trouvera sera utile. J'attrape mon faussaire et vous votre meurtrier. Qui sait ? C'est peut-être le même.

Callen : Le partage vous va ?

Giordano : Quoi qu'il en soit, je resterai là jusqu'à ce qu'on ait un truc sur celui qui a imprimé ça. Vous auriez un bon restaurant à me recommander ? Je ne mange pas de salade.

Callen : Le room service est sûrement le mieux pour vous.

 

[Bureaux du NCIS.]

Sam : Le room service ? Vraiment ?

Callen : Elle a laissé la porte grande ouverte avec ce restaurant.

Sam : Tu pouvais y entrer avec un camion.

Callen : Je ne sors pas avec des agents.

Sam : Tu pourrais faire une exception cette fois.

Callen : Tu connais la règle. Si elles ont des menottes, je ne joue pas.

Sam : Tu fais une belle erreur Le service de chambre qu'elle souhaite n'est pas sur le menu.

[Ils entrent dans l’OPS center.]

Callen : Éric, donne-moi de bonnes nouvelles.

Eric : J'ai eu les images des caméras du quai. J'ai trouvé ça. L'image n'est pas très bonne, mais assez pour voir ça.

Callen : Le siège conducteur est vide.

Eric : Quelques personnes voient la voiture tomber. Elles accourent vers la zone.

Sam : Sauf ce type. Il va de l'autre côté.

Eric : Zoom, zoom, zoom... J'ai lancé une reconnaissance faciale.

Callen : Bonjour, Alex.

Kensi : On a une émission depuis le téléphone de Walder, ça vient du quai. Il vérifie son répondeur et éteint son téléphone. Il ne l'a fait que quatre fois, mais ça suffit à établir un modèle.

Sam : Il va au nord, sur la 405, vers la 10ème Est.

Hetty : Il a pu faire du stop, ou sauter à l'arrière d'un camion.

Eric : Il y a neuf minutes, quelqu'un a vérifié le répondeur de Walder depuis un prépayé sur Wilshire et Western.

Callen : Il utilise des cartes prépayées. Il pense que c'est moins traçable.

Kensi : Il va vers l'est, rapidement. Mais que fait Walder ?

Sam : Ce que doit faire un bon marine : il improvise.

Callen : Montre une carte du métro. Je veux voir la ligne violette. Il est dans le métro. Il arrive au terminus : la 7ème et Figueroa.

Sam : À un pâté de maisons de l'hôtel Apex.

Eric : Pourquoi il y retourne ?

Kensi : Il a peut-être oublié un truc.

 

[Hôtel Apex]

Callen : Walder ?

Sam : Ne faites pas ça. Ne... [Il attrape Alex.] Mettez vos mains dans le dos ! Quel est votre problème ? Vous voulez sauter du toit ? Qu'est-ce que vous avez là ? C'est quoi ?

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires.]

Sam : Vous êtes fou ?

Alex : Non.

Sam : Alors, vous avez dû être bien effrayé. Tellement, que vous préfériez sauter plutôt que de vous faire attraper. Vous pensiez qu'on était qui ?

Callen : Pourquoi être retourné sur le toit ?

Alex : Je voulais honorer mon ami, être proche de lui encore une fois.

Callen : Vous n'auriez pas dû le faire tomber.

Alex : Je n'ai pas tué Brandon. Il était mon meilleur ami. Chaque jour en Irak, je pensais qu’on ne reviendrait pas, et il disait, "Vieux, baisse la tête et suis-moi." Je l'ai fait. Je l'ai fait et je suis rentré.

Sam : Votre sergent a dû vous séparer.

Alex : Je voulais qu'il arrête de faire la fête. Qu'il arrête de dépenser. Je lui ai dit Il allait se faire tuer pour ça.

Sam : Tué par qui ?

Callen : Il y avait ce gamin. Jason. Il avait deux ans de plus que moi, on était dans la même famille d'accueil. Il faisait attention à moi. Simplement parce que c'était la meilleure chose à faire. Il faisait tous ces noms avec le G : G-Tunes, G-Course G-Force... Une nuit, notre père adoptif était saoul et il l'a battu à mort. Je me sentais mal de ne pas l'avoir aidé. Aujourd'hui encore. Qui a tué Brandon, Alex ?

Alex : Rick. Rick Pargo.

 

[A côté, dans la pièce d’observation.]

Giordano : C'était plutôt pas mal, Callen. C'était vrai ?

Callen : Rick Pargo. Vous le connaissez ?

Giordano : Brusque retour en arrière. Il est assez connu de nos collègues des Finances.

Kensi : Imprimeur de publicités. Inculpé pour falsification et contrefaçon.

Giordano : Sept fois, et sans condamnation J'essaie de coincer ce type depuis des années.

Kensi : Éric, vois si tu peux placer Rick Pargo sur le toit de l'hôtel la nuit où Valdivia a été tué.

 

[OPS center.]

Eric : Je vérifie tout de suite.

 

[Hangar à bateaux, pièce d’observation.]

Nate : Il est paniqué.

Sam : Tu rigoles ?

Nate : Alors pourquoi retourner sur le toit où son ami a été tué ?

Giordano : Il a dit vouloir honorer son ami.

Nate : La peur est un instinct primaire. Elle surpasse tout, même les concepts cérébraux comme... l'honneur. Ce qui l'a ramené là-bas était si important qu'il a dû surpasser cette peur. Jusqu'à ce qu'il soit devant vous... la peur lui est revenue d'un coup. Je ne le blâme pas parce que j'aurais sûrement voulu me jeter du toit si je vous avais vu venir vers moi.

 

[Hangar à bateaux. Salle d’interrogatoires.]

Callen : Vous avez omis des détails, Alex.

Alex : Quoi ? Non.

Callen : Bon flic, méchant flic, ça vous parle. Là, c'est "méchant et méchant". À côté de ça, avoir les ongles arrachés ressemblera à une manucure.

Sam : Vous avez dit vouloir l'honorer. Vous savez quoi de l'honneur ?

Alex : On patrouillait à Bagdad. Vérifiant des immeubles. On était dans cette immense imprimerie abandonnée... avec des presses, des plaques et autres. On a regardé les plaques. Elles servaient à faire des dollars. Des billets de cent dollars. On en a pris et on les a cachées. Pour les revendre en rentrant.

Callen : Où avez-vous trouvé Pargo ?

Alex : Il nous a trouvés. Quelqu'un a dû le prévenir. On a donné les plaques à Pargo, il a fait des essais, mais... Mauvais papier.

Sam : Je devine. Brandon devait détruire l'argent, mais il l'a blanchi sur internet. Encore une question. C'est quoi ça ?

Alex : Brandon me l'a donné la nuit de sa mort.

Giordano : C'est un générateur de numéro de série.

Calen : Agent Giordano, vous nous interrompez.

Giordano : Je croyais que nous devions partager. Ça génère un nouveau numéro de série sur des faux billets. C'est un bon, en plus. Saddam avait d'excellents faussaires dans tout l'Irak. C'est pour ça qu'ils ont imprimé des séries de billets de 1995. Sur d'anciennes plaques. Vous êtes tombés sur une sacrée affaire.

 

[Bureaux du NCIS.]

Hetty : Vous êtes barmaid. Vous travaillez dans un petit bar de la Vallée.

Kensi : Oui, et je suis aussi la petite amie d'Alex Walder.

Hetty : Ce qu'on ne ferait pas pour notre pays ! [Elle rit] Une fois, j'ai dû me cacher dans un gâteau. Peu importe. Cette brute, Pargo, va certainement te fouiller, un micro est donc hors de question.

Kensi : Une montre.

Hetty : Cadran carré, bracelet en cuir. Le micro et le transmetteur sont habilement cachés à l'intérieur.

Kensi : J'aime.

Nate : Rick Pargo est à bien des égards un narcissique classique. Il a gagné 7 procédures engagées contre lui. J'ai été consultant sur l'une d'elles et je l'ai vu dans la salle d'audience. Il agit comme s'il était au-dessus des lois, et ça le rend très dangereux.

Kensi : OK, je serai prudente

Nate : Pargo va interpréter tout geste conciliant comme une faiblesse. Le mieux est qu'au moment propice, tu aies un geste audacieux.

Kensi : Comme lui botter les fesses ?

Hetty : Encore une chose, un cadeau de nos collègues des services secrets.

Kensi : Vous l'avez vue ?

Hetty : Je n'ai pas encore rencontré l'agent Giordano, mais... Diverses sources me laissent croire... que vous n'avez rien à lui envier.

 

[Entrepôt de Pargo]

Kensi : Je cherche Rick Pargo.

Eddie : Qui le demande ?

Kensi : La petite amie d'Alex Walder.

Pargo : Jamais entendu parler de lui. Par ici. Flic ?

 

[Voiture de Sam.]

Callen : Je ne l'entends plus. Ce gars ne prend aucun risque.

Sam : Combien de temps tu lui donnes ?

Callen : Une minute, et on entre.

 

[Entrepôt de Pargo]

Kensi : (elle est fouillée.) Ça vous plaît ?

Eddie : Et vous ?

Pargo : Vous avez mon générateur ?

Kensi : Il est intact, comme Alex.

Pargo : Alex est mort.

Kensi : C'est faux. Je crois que ça pourrait vous intéresser de voir ça.

 

[Voiture de Sam.]

Callen : Agent née.

 

[Entrepôt de Pargo]

Pargo : Bien alors, nous allons peut-être appeler Alex et lui dire d'amener le générateur ici, s'il veut vous revoir en vie. (au tueur à gages) Arrêtez (Kensi tient le tueur à gages) Reculez.

Kensi : Mon petit ami est un idiot. Je suis là pour faire un marché.

Pargo : C'était très impressionnant. Je vous aime bien. Très bien. Avec le générateur de numéro, je peux imprimer 20 millions en deux heures.

Kensi : Pourquoi ça a raté ?

Pargo : Le papier.

Kensi : Le vôtre ne supporte pas l'encre, hein ? Je suis là pour ça. J'ai accès à un papier de première qualité.

Pargo : Disons que je suis intéressé.

Kensi : Si je vous mets en contact, comment savoir si je ne vais pas finir comme Brandon ?

Pargo : Vous pensez que j'ai tué Valdivia ? Je ne suis qu'un businessman.

Kensi : Et je ne suis qu'une débutante.

Pargo : J'avais un partenaire qui était supposé apporter le papier. Ce qu'il n'a pas fait. Ce qui a rendu Valdivia si impatient. Valdivia n'est plus avec nous à présent.

Kensi : 4 h 30.

Pargo : Juste pour votre information, au moindre problème, je n'hésiterai pas à vous tuer.

Kensi : Vous voulez me fouiller à nouveau avant que je parte, Rick ?

 

[Voiture de Sam.]

[Sam et Callen échangent un regard.]

Kensi : (à Sam et Callen) On en est.

 

[Bureaux du NCIS]

Callen : Gordon Taymis... cadet d'une éminente... famille canadienne de fabricants de papier. Vous croyez que je mets une cravate ?

Hetty : Vous êtes désabusé. Votre père porte une cravate.

Callen : Tous les Canadiens n'étaient pas heureux ?

Hetty : Ne confondez jamais la politesse et la satisfaction. Quels sont les trois P ?

Callen : Voyons voir, on a la presse à imprimer. Patente d'encre verte, et le papier, bien sûr.

Hetty : Quelle est l'énergie requise pour... une presse Intaglio de 10 tonnes ?

Callen : C'est une question piège, Hetty. Il faut une presse d'au moins 20 tonnes pour obtenir la bonne finition du vrai papier.

Hetty : Vous êtes prêt, M. Callen.

Callen : Merci.

Hetty : Emmenez-la dîner, à la fin de l'affaire.

Callen : L'agent Giordano ?

Sam : Et invitez Sam le soir suivant. Vous savez comment il est.

 

[Dans un bar]

Kensi : Rick. Gordon.

Pargo : Comment ça va ? J'ai entendu dire que vous étiez dans l'industrie du papier.

Callen : Affaire familiale. Troisième génération.

Pargo : Mon père était imprimeur. De l'encre dans les veines.

Callen : Je suis désolé... Je ne me sens pas à l'aise.

Pargo : C'est bon. C'est bon, détendez-vous.

Callen : J'ai l'habitude des salles de réunions, pas des bars.

Pargo : Asseyez-vous. Finissez votre verre.

Callen : J'ai vu votre travail. C'est extraordinaire. Presse Intaglio de 20 tonnes ?

Pargo : Et je prépare ma propre encre.

Callen : Séries de 1995, c'est du vieux papier.

Pargo : Une seule bande de sécurité. Toujours en circulation.

Callen : C'est votre problème. Vous avez besoin du bon papier. Notre société familiale a un contrat avec le Bureau Américain d'Impression et de Gravure. On leur fournit le coton et le lin.

Pargo : Oui, mais chaque feuille doit être comptabilisée.

Callen : C'est le cas. C'est moi qui le fais.

Pargo : Vraiment ? Donc, quoi ? La société familiale ne rapporte pas ?

Callen : Mon niveau actuel d'indemnisation est... insuffisant.

Kensi : Vous voyez, Gordon a une famille et une femme à Vancouver. Et une très bonne amie à L.A.

Callen : Combien de papier voulez-vous ?

Pargo : Une pile d'un mètre.

Callen : Ça... ça fait 2000 feuilles. C'est 20 millions de dollars.

Pargo : Vous ne pouvez pas gérer ?

Callen : Comment allez-vous déplacer 20 millions ?

Pargo : J'ai une occasion, tous les 90 jours, d'écouler ce que nous imprimons. À parité garantie.

Callen : Parité ? 100 cents pour un dollar ? Je veux 40 %.

Pargo : Vous aurez 20. Et tu prends soin d'elle quand tu as fini. Et j'ai besoin d'un échantillon.

Callen : Il est en face de vous.

Pargo : Fils de...

 

[Bureaux du NCIS]

Kensi : Pargo a dit "nous". Il a un partenaire. Éric n'a situé ni Pargo ni Eddie sur le toit. Aucun des deux n'a tué Valdivia. Mais si on peut livrer le papier, on pourra rencontrer le partenaire.

Callen : Personne ne paye 100 cents pour 1 $ de fausse monnaie. Et c'est quoi cette histoire de 90 jours ?

Kensi : Plus important encore, où trouver 2000 feuilles de papier pour demain ?

Eric : Quelqu'un clique sur ton faux site Web.

Kensi : "Fourniture de produits hauts de gamme en coton et lin réservés aux clients les plus avisés à travers le monde."

Callen : Belle formulation, Éric.

Eric : Diplôme de lettres. J'ai pu remonter l'adresse IP jusqu'à Rick Pargo. Il fouille dans le site. J'ai caché un lien pour une facture du Bureau d'Impression et Gravure sur une des pages.

Callen : S'il clique dessus il sera convaincu.

Eric : Il télécharge le JPEG.

Callen : (au téléphone) Oui ? Salut Gordy, comment ça va ?

Pargo : (voix off) On dirait qu'on va faire des affaires ensemble.

 

 

[La nuit. Un parking.]

Callen : J'ai besoin de papier.

Giordano : Regardez-moi ça. Vous avez accroché Pargo.

Callen : Un double-double ?

Giordano : J'ai sauté le déjeuner.

Callen : On partage tout, non ?

[soupire]

Giordano : Combien de papier ?

Callen : 2000 feuilles. Pour demain. C'est bon.

 

 

[Voiture de Kensi]

Callen : Test micro, Sam.

 

[Voiture de Sam]

Sam : Je t'ai dans l'oreillette.

 

[Voiture de Kensi]

Callen : On entre.

Pargo : Fouillez-les ! (ouvre la voiture) Tu es mon nouvel ami, Gordy, tu sais ça ?

Eddie : J'ai le générateur de nombres.

Callen : Où est mon argent ?

Pargo : Il sera là dans un instant. En attendant, on a du travail. T'es imprimeur, non ?

Callen : De l'encre dans les veines.

Pargo : On va voir, allons-y. Déchargez.

 

[Entrepôt de Pargo]

Callen : Bon. J'encre et vous essuyez, ça marche ?

Pargo : Allons-y.

Callen : Juste assez pour remplir les rainures, la pression fera le reste.

 

[Voiture de Sam]

Sam : Il est né pour le terrain, Dom.

 

[Entrepôt de Pargo]

Pargo  Trois secondes, 3000 dollars. Rien de meilleur que ça.

 

[Voiture de Sam]

Giordano : Ça y est, ils impriment. On a ce qu'on voulait.

Sam : Vous les avez. J'attends le dernier joueur.

Giordano : S'il se pointe. Je suis là pour choper un faussaire.

Sam : Je cherche un meurtrier. C'était pas Pargo, il n’était pas sur le toit.

 

[Entrepôt de Pargo]

Kensi : Déjà sec.

Callen : Ils sont impeccables.

 

[Voiture de Sam]

Sam : Ça arrive. Gaffe, G. C'est le sergent Palette. C'est le complice de Pargo. Incroyable. Bon, j'y vais. Dom, si le camion part, suis-le.

 

[Entrepôt de Pargo]

Pargo : Tout est là ? 20 millions.

Mulhearn : On dirait des vrais.

Callen : Tout est dans le papier.

Mulhearn : Désolé. Vous voulez votre argent. Voilà.

Callen : On avait un accord. Où trouverez-vous du papier après ? Enfin... Attendez. Je... Bon, on peut... on peut renégocier... Que dîtes-vous de 10 % ?

Mulhearn : C'est trop Attends qu'on soit partis, et occupe-toi d'eux.

[Pargo et Mulhearn s’en vont. Kensi et Callen se battent.]

Homme : Frank !

 

[A l’extérieur devant l’entrepôt de Pargo.]

Pargo : Allez-y ! Entrez là-dedans ! Maintenant, allez ! [le camion démarre.]

 

[Dans l’entrepôt de Pargo.]

Pargo : Je t'avais prévenue...

[Les agents ont le dessus sur Pargo et son homme de mains.]

Sam : C'est fini. Eddie fait la sieste. Tourne-toi !

Callen (à propos de Dom) :Il suit l'argent.

 

[Voiture de Sam.]

Dom : (au téléphone) Callen, Palette est revenu à Camp Pendleton. La fausse monnaie est toujours à bord.

 

[A l’extérieur devant l’entrepôt de Pargo.]

Callen : On arrive.

Kensi : Il a 20 millions en faux billets de 100 dollars, pourquoi revenir au quai ?

Callen : Il veut embarquer quelque chose.

Sam : Éric, donne-moi une liste de tous les vols quittant Pendleton dans les 4 heures, et ce qui est à bord.

 

[OPS center]

Eric : Je t'envoie les feuilles de route.

 

[A l’extérieur devant l’entrepôt de Pargo.]

Sam : La solde des soldats en Afghanistan, l'argent des ambassades en Asie, 20 millions en liquide doivent décoller ce soir.

Kensi : Palette a imprimé 20 millions, il va les échanger avec les vrais.

Callen : Allons assister à l'échange. Dis à Hetty qu'on doit intercepter les vrais billets.

Sam : Les avions décollent dans 2 heures.

 

[Camp Pendleton]

Gomme : Attention, les gars. C'est parti. Le camion blindé arrive.

Mulhearn : Déchargez cette palette !

Caporal : Vous devez signer pour cet argent, sergent.

Mulhearn : Signé et scellé, caporal.

Mulhearn : La palette à droite, dans l'avion ! Ma droite, pas ta droite, débile !

Homme : Oui, sergent ! On l'enlève !

Mulhearn : Allez les rigolos ! On a un avion pour l'étranger qui décolle à 18 h. Bougez-vous ! Cet avion ne va pas nous attendre ! Il a 13 000 km à faire ! Sécurisez ça Allez !

[Le temps passe.]

Mulhearn : C'est quoi ça ?

[Sam, Callen et Giordano entrent.]

Sam : Désolé de vous décevoir.

Callen : Le C130 avec vos faux millions a fait demi-tour.

Sam : Qu'est-il arrivé au "presque" ?

Mulhearn : Le gouvernement fédéral imprime 20 millions de $ par heure. Et pourquoi ? Deux autres guerres que les civils ne nous laisseront pas gagner ?

Sam : Ça vous justifie ? Je ne ferais pas ça à votre place.

Mulhearn : Me dites pas que c'est la même Marine maintenant qu'à l'époque où vous vous êtes enrôlé.

Sam : Je ne le dis pas. Mais ils attendent la même chose de nous, et c'est encore suffisant pour moi.

Mulhearn : Pas pour moi. Plus pour moi.

Sam : Faites pas ça.

Kensi : Bougez pas !

 

[Bureaux du NCIS]

Callen : Une partie du travail de Palette était d'expédier 20 millions tous les 3 mois, alors il a décidé d'échanger.

Sam : Valdivia claquait son fric trop vite. Ça ruinait le plan de Palette, alors il l'a jeté du toit.

Dom : Oui, j'arrive.

Sam : Agent né ?

Callen : Il va apprendre.

Hetty : Puisque les félicitations sont de mise, il reste un petit détail

Callen : L'argent.

Hetty : L'argent. Aujourd'hui, M. Callen. Bizarrement, le Trésor veut revoir son argent.

 

Un peu plus tard.

 

Giordano : Fini.

Callen : Vous ne recomptez pas ?

Giordano : On va se chercher un hamburger ? Ou on pourrait appeler le service de chambre.

Callen : J'ai une règle. Jamais avec des flics.

Giordano : Vous voulez dire que je dois attendre la retraite ?

Callen : J'en ai peur.

Giordano : Eh bien, je l'inscris à mon agenda.

Callen : Peut-être une retraite anticipée ?

Giordano : Peut-être bien. Elle devait être flic.

Callen : Elle l'était.

NCIS Los Angeles - Saison 1 Episode 6

(MUSIC ON THE ROOF OF A BUILDING)

AMY: Lemon drop?

BRANDON: Not really my thing, but, uh, keep 'em coming for everybody else.

AMY: You know, if you ever get tired of these downtown party ho's, I'm around. Whoa! I didn't think the Marines made that much.

BRANDON: You're not from here, are you?

AMY: Seattle. How'd you know?

BRANDON: L.A. girls never ask where the money comes from. Gonna take a lap. Catch ya, Amy. (WALKING THROUGH THE PEOPLE) Hi! Hey!

ALEX: Yo, B.

BRANDON: What's up, Alex? Top of the world, dawg. What's up? (ON THE PHONE) Brandon Valdivia. No way. It's not true.

WOMEN: Where's Brandon?

 (THEME MUSIC UP OVER OPENING TITLE/ SCENES/ CREDITS AND OUT)

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER – DAY – “KEEPING IT REAL”

 

CALLEN: Is this an argument?

SAM: No, it's a difference of opinion. I happen to be right, you happen to be wrong.

CALLEN: Which makes it an argument. And for the record... I'm right, you're wrong.

SAM: Operators are made, they're not born, G. Skills can be taught.

CALLEN: Mm-hmm. Hey, what was, what was that guy's name? Uh, Swishman? Fishman?

SAM: Swisher.

CALLEN: Swisher.

SAM:  Chuck Swisher.

CALLEN: Chuck Swisher. Used to sit and study the ops manual in the UC van.

SAM:  Yeah.

CALLEN: He knew regulation book backwards and forwards. Terrible operator.

SAM:  Yeah. Who used to overcompensate for his lack of undercover skill by knowing everything about surveillance. But that doesn't make him a bad agent. Teachers learn to be teachers. Cops learn to be cops.

CALLEN: Mm-hmm, and somebody taught LeBron how to dunk from the free throw line.

SAM:  SEALs learn to be SEALs, G.

CALLEN: Oh, that's right, you couldn't swim when you enlisted, could you? How long did they let you wear the floaties? Look, I will take a lazy natural operator over an all-night studier any day of the week.

SAM:  It's too late. I already did it.

CALLEN: Hmm.

HETTY: Nature versus nurture... quite the conundrum

CALLEN: You cannot use the word "conundrum" before 9:30, Hetty.

HETTY: 9:31, which means, Mr. Callen, you're late. So are you, Mr. Hanna.

SAM: Late for what?

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

DOM: Corporal Brandon Valdivia... 25, single... went off the roof of the downtown Apex last night.

ERIC: Valdivia was stationed at a supply unit at Camp Pendleton. He just returned from a deployment in Iraq three months ago.

NATE: Diagnosed PTSD, possible suicidal ideation, anxiety disorder.

DOM: And because of his mental health history, LAPD has already ruled it a suicide.

CALLEN: And we're investigating because...?

DOM: Valdivia's family is tight with their congressman.

HETTY: The congressman calls SecNav. SecNav calls the commandant of the Marine Corps, who calls Director Vance. It's the proverbial "Pentagon Shuffle."

KENSI: Downtown Apex is a high-end party spot. They mix a meaningful mojito.

HETTY: They have the most marvelous pool on the roof. It stays open all night, and it's kept at a balmy 92 degrees. Have you people never heard of a "staycation"?

SAM: Did Valdivia have any kind of record... in the service or out?

DOM: No, not even a parking ticket.

CALLEN: Did he have a room at the Apex?

ERIC: No, but I got a hit on some turn-on service notices for gas and electric. The social security number matches Valdivia's. Looks like he had an off-base apartment. Culver City.

SAM: What's he doing with an apartment 90 miles from Pendleton?

HETTY: Certainly not taking a staycation.

 

CUT TO: INT. VALDIVIA’S APPARTMENT - DAY

 

SAM: So you think Hetty was born or made?

CALLEN: Hatched.

SAM: How long we been working together, G?

CALLEN: Two years.

SAM: Three, next month. And the longest you ever had the same partner was...?

CALLEN: Your point?

SAM: My point is we complement each other because I'm a natural...

CALLEN: (OVERLAPPING) I'm natural and you're made... I get it.

SAM: No, no, I'm the natural operator.

CALLEN: Right. Well, if you're natural, then I'm supernatural.

SAM: That doesn't even make sense.

CALLEN: Let's see if Valdivia left anything for us.

(THEY ENTER IN THE APPARTMENT)

CALLEN: Clear.

SAM: Clear. Hmm.

CALLEN: ESPN.

SAM: Military Channel. Ooh-rah. (HE SWITCHES ON THE TV) I win.

CALLEN: Beer and mustard.

SAM: You sure you don't live here?

CALLEN: Meaningless sex with an endless stream of beautiful women... hmm! How empty. This guy look depressed to you?

SAM: No suicide note.

CALLEN: It's like a post office in here. What do you think this guy was sending?

SAM: Guitar Hero?

CALLEN: What?

SAM: Receipts for the last two weeks for 20, 40, 60, 80... 160 copies of Guitar Hero.

CALLEN: All paid for in cash. A bunch of mom-and-pop shops. Two and three at a time.

SAM: Why buy multiple copies of a video game?

CALLEN: 'Cause it kicks major ass.

SAM: I'll tell you one thing, this guy, Valdivia, was overpaying big time.

CALLEN: So, basically, we've got a dead Marine with no skill at volume buying.

SAM: Oh, ye of little faith. We've got receipts.

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

CALLEN: Ever play Guitar Hero?

DOM: Mm-mm. I prefer the real thing. Django Reinhardt, Gabor Szabo... a little Hendrix thrown in for good measure.

CALLEN: Dominic Vail, I am liking you more and more every day.

ERIC: Speaking of video games... Brandon Valdivia went off the roof here and landed here, 227 feet down. Now, normally, determining cause of death in a high fall is all about launch speed. This one is more about angle and placement.

Valdivia landed on his back, relatively close to the building. Arms spread, in what's known as the "upturned crucifix" position.

SAM: That's a long way down. His body could've flipped over during the fall.

ERIC: Unlikely.

CALLEN: But not impossible.

ERIC: Also, he had a broken jaw.

DOM: From the fall?

SAM: Not if he landed on his back.

ERIC: And there was no bruising on the face, which indicates that the break was fresh.

SAM: He was punched.

ERIC: Brandon Valdivia was unconscious before he even went over the rail.

CALLEN: All right, so someone knocked him out with a shot to the jaw and they threw him backwards off the roof.

ERIC: Our suicide just became a murder.

 

FADE IN: EXT. APEX’ ROOF

 

KENSI: It'd take someone pretty strong to throw a 200-pound Marine off the side.

CALLEN: (ON THE PHONE) Eric, I got one camera up on the roof.

ERIC: (ON THE PHONE) I'm on it.

EVENTS COORDINATOR: It's even better at night.

CALLEN: Most things are.

EVENTS COORDINATOR I'm the events coordinator for the hotel.

CALLEN: Callen.

KENSI: Special Agent Kensi Blye. Did you know Brandon Valdivia?

EVENTS COORDINATOR: Everybody knew Brandon. It's so sad.

KENSI: Was he a guest at a lot of these parties?

EVENTS COORDINATOR: Guest? He was the host. For the last three Saturday nights, Brandon paid for everything.

CALLEN: How much are we talking?

EVENTS COORDINATOR: Open bar, hors d'oeuvres, tray-passed shots... This week, $27,000 in cash.

KENSI: That didn't surprise you?

EVENTS COORDINATOR: Who questions cash? Don't ask, don't tell. Amy was his waitress.

AMY: I'll be right back.

CALLEN: You waited on Brandon Valdivia last night?

AMY: He wasn't drinking.

KENSI: Did you see him with anyone in particular?

AMY: Just this guy he always hung with. Alex, I think. I don't know his last name.

CALLEN: You ever see Brandon and Alex ever get into it or anything?

AMY: Fight? No. They loved it here, especially Alex. You know, all you meet in this job is Eurotrash and wannabe actors. Brandon was different. He actually cared about who I was, where I was from. He had a lot of money, but mostly he seemed like a nice, smart guy. Now, he's gone and that sucks. I got customers. (SHE WALKS O.S) Hey, I'll be right back.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: (ON THE PHONE) Your Alex is most likely Alex Walder. He's Valdivia's rackmate. They were deployed together in Iraq and now they're assigned to the supply unit. The staff NCO in charge is, uh, Gunnery Sergeant Jerrold Mulhearn. Yeah, but he ships so much gear out of Pendleton that they call him "Gunny Pallet." Like a pallet... okay. Great. Okay. (HE HANGS UP) (TO DOM) All right, Sam and Callen are headed to the base and Kensi's coming back here.

DOM: The quality's lousy.

ERIC: Yeah, not good enough to run facial recognition.

DOM: What about the elevators?

ERIC: All right. Accessing last night's footage now.

DOM: Anyone pushing the top button went to the roof. Whoa!

ERIC: Hello!

HETTY: If only your vocabularies could be augmented as much.

DOM: Busted...

 

CUT TO: INT. PENDLETON

 

PALLET: We move more gear out of here than any other dock in the Marine Corps. 100,000 tons a year. Everything from TOW missiles to toilet paper.

SAM: That's impressive. Any idea who would want to see Corporal Valdivia take a swan dive off a roof?

PALLET: Not a lick. Kid was too stupid to have enemies. I mean, no offense to the dead, but, uh, that rock couldn't pour water out of a boot with instructions on the heel.

SAM: What about his hoochmate?

PALLET: Lance Corporal Walder?

SAM: Yeah.

PALLET: Dumber than a box of hair. Went into sick bay this morning. Probably swallowed his toothbrush.

SAM: Huh. Those two get along?

PALLET: Yeah, like dumb and dumber. Walder followed Valdivia around like a little lost puppy. Till last week. Uh, they got up in each other's grill, ended up rolling around on the deck. Figured I either had to pull them apart or turn a hose on them.

SAM: Know what that was about?

PALLET: Hell, no. I just wanted it to stop.

SAM: Appreciate it, Gunny.

PALLET: You look like you can still handle yourself. You Marine?

SAM: Navy. Been out a while, though.

PALLET:  Well, I'm just an old box kicker, so you can take this with a grain of salt, but was a time when you could make most of these kids into regular Marines. Now, if they aren't gangbangers or convicts, they're just some other kind of major knucklehead. It's almost getting too hard to be worth it.

SAM: I hear you.

PALLET: I said... "almost."

SAM: Yeah, right.

PALLET: Hello! Brain-dead? I see half a dozen...

(PALLET WALKS O.S) (SAM WALKS TOWARDS CALLEN)

SAM: Gunny Pallet said Walder went to sick bay.

CALLEN: No, I checked. He's not there, and he's not in his rack.

PALLET: (VO) I said move!

CALLEN: (ON THE PHONE) Eric. Yeah, get me an I.D. on, uh, Alex Walder's vehicle. Tell me if it's left the base.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: Checking that for you right now.

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

DOM: Why buy multiple copies of the same video game?

KENSI: When I see multiple purchases, I think one thing... resale. People buy stuff and sell it online all the time. All right, so first, we search for the item, and then we see who has the most active listings.

DOM: Biggest local seller is B Dog V in Culver City. Brandon Valdivia. He was buying the games for an average of $129, but selling them for half that at auction.

KENSI: Buy high, sell low? That doesn't make sense.

DOM: Maybe they were fakes.

KENSI: No, his feedback is perfect. Maybe we're looking at the wrong side of the equation.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

DOM: Eric, can you compare the retailers where Valdivia bought the games to each other?

ERIC: Well, we already know they were small operations. I mean, they aren't owned by the same family, if that's what you mean.

DOM: They're spread out all over L.A. County. No discernible geographic pattern. What about where the stores got the games? Uh, distributors, wholesalers.

ERIC: All right. Different wholesalers. A few had the same distributor. They all use different banks, but... each bank is... wait for it... ...on the Secret Service Counterfeit Currency Alert.

DOM: Different banks, different reporting. And that's why Valdivia went to so many different stores.

ERIC: And that's why it took Treasury two weeks to issue an alert.

 

CUT TO: EXT. SAM’S CAR

 

CALLEN: Valdivia bought all those video games with what the Treasury is calling top quality counterfeit bills.

ERIC: (VO) I got to call you back.

CALLEN: Thanks, Eric.

SAM: He bought them with the fakes, sold them online, got real money in return. Not a bad little plan.

CALLEN: No, but where is 25-year-old corporal a getting high-quality counterfeit Benjies?

SAM: Quality's too good for them to be homemade. He's... he was probably buying 'em.

CALLEN: (ON THE PHONE) Yeah.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: All right, take a look at your laptop. I'm streaming you something now.

 

CUT TO: EXT. SAM’S CAR

 

ERIC: (VO) I've got a search going through Kaleidoscope. And I got a hit on Alex Walder's car.

CALLEN: Where?

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: It just went off Pier 60 in San Pedro.

 

CUT TO: EXT. SAM’S CAR

 

ON THE SCREEN: ...trying to locate any survivors. The accident was caught on a dockside security camera. Stunned onlookers watched in horror as the car went off of the pier of the Los Angeles Harbour.

 

FADE IN: EXT. DOCKSIDE

 

CALLEN: Thanks. Okay, so, Valdivia gets tossed off a building, Walder takes a long drive off a short pier. And somehow they're all connected over counterfeit hundreds. You're going in, right?

SAM: The police divers can handle it, I'm sure.

CALLEN: Yeah, but you're a SEAL.

SAM: You've been looking a little pale lately. Maybe you should go.

CALLEN: Uh-uh. Too many bullet holes in me, Sam. I'd sink.

SAM: The tide's going out. The body could have floated out after impact. The current would have pulled him away pretty quick.

CALLEN: (ON THE PHONE) Eric, you got any more security camera angles here at Pier 60?

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: Already checking. Oh, and the Secret Service wants to talk to you about counterfeit bills.

 

CUT TO: EXT. DOCKSIDE

 

CALLEN: Stall them.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: Too late.

 

CUT TO: INT. NCIS BOATHOUSE

 

GIORDANO: Natalie Giordano, Secret Service. I like your club house. You guys got a secret handshake and a stash of girlie mags?

SAM: Sam Hanna.

CALLEN: Callen. Just Callen.

GIORDANO: Nice to meet you, Callen just Callen.

SAM: These are the bills that, uh, Valdivia passed.

GIORDANO: 1995 series. Rotating serial numbers. Beautiful craftsmanship. Portrait, vignette, ornaments, lettering, script, scrollwork. Not some Photoshop job, either. These were printed in a press with real plates. These are seriously tight. We need to, uh, get into the distribution network, and find out who sold these bills to Valdivia.

CALLEN: We're tracking a murder.

GIORDANO: Generally, hundreds show up in Las Vegas near the casinos, where no one bats an eye at big bills. That's where I'm stationed. You ever get up to Vegas?

CALLEN: Now and then.

GIORDANO: Hundreds are double hard to counterfeit, because they have to beat the pen. On counterfeit notes, the detection pen reacts to the starch in the paper and turns brown. So the printing quality is amazing, the paper is... not so much.

SAM: That's why Valdivia passed it at the mom-and-pop stores... less likely to use the pen.

GIORDANO: So, I sait's an open book on everything we find. I catch my counterfeiter, you catch your murderer. Who knows, maybe it's one and the same.

CALLEN: Isn't it great to share?

GIORDANO: Well, regardless, I will be staying here until we get a collar on whoever printed these. Can you recommend any good restaurants nearby? FYI, no salads.

CALLEN: I think room service is probably your best bet.

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

SAM: Room service? Really?

CALLEN: She did leave that door pretty wide open with the restaurant thing.

SAM: Could've drove a truck through it, G.

CALLEN: I don't date law enforcement.

SAM: I think you might want to make an exception this time.

CALLEN: Sam, you know the rule. If they got their own handcuffs, I'm out.

SAM: Look, I think you're making a big mistake. The room service she wants to order isn't on the menu.

(THEY ARRIVE IN THE MTAC ROOM)

CALLEN: Eric, tell me something good.

ERIC: Got into the traffic cams on the pier. I pulled this. It's not the best image, but it's good enough to see.

CALLEN: Nobody in the driver's seat.

ERIC: A few people on the pier, they, uh, see the car go over. They run toward the crash.

SAM: Except that guy. He's walking away.

ERIC: Zoom zoom zoom. I run through face recognition.

CALLEN: Hello, Alex.

KENSI: Guys. We've got a broadcast beacon from Walder's phone, begins at the pier. He checks his voice mails, then switches off his phone. He's only done this four times, but it's enough to track a pattern.

SAM: It runs north up the 405 to the 10 East.

HETTY: He could have hitched a ride, or jumped in the back of a truck.

ERIC: Hey, hey. Nine minutes ago, someone checked Walder's cell phone voice mail from a pay phone on Wilshire and Western.

CALLEN: Yeah, he's using pay phones now. He thinks it's harder to trace.

KENSI: He's moving east, and fast. I mean, what is Walder doing?

SAM: What a good Marine is supposed to: improvising.

CALLEN: Bring up the L.A. Metro map. I want to see the Purple Line. He's on the subway. Next stop's the last one: 7th and Fig.

SAM: A block away from the Apex Hotel.

ERIC: Why's he going back there?

KENSI: Maybe he left something behind.

 

CUT TO: INT. APEX HOTEL

 

CALLEN: Walder?

SAM: Don't do it. Don't do... (HE CATCHES ALEX) Get your hands behind your back! What's the matter with you? You're trying to jump off the roof? What do you have here? What do you have here? What is this?

 

FADE IN: INT. INTERROGATION ROOM

 

SAM: Are you crazy?

ALEX: No.

SAM: Then you must've been real scared then. So scared you thought jumping off a roof was better than getting caught by us? Who'd you think we were, Alex?

CALLEN: Why'd you go back to the roof?

ALEX: I wanted to honor my friend, to be close to him one more time.

CALLEN: Maybe you shouldn't have thrown him off the roof.

ALEX: I didn't kill Brandon. He was my best friend. Everyday in Iraq I was sure we weren't coming back, but Brandon was like, "Dawg, keep your head down and follow me." And I did. I did, and I came back home.

SAM: Your gunny said he had to pull you two apart.

ALEX: I was just trying to get him to stop having the parties. Stop spending the money. I told him. He was going to get killed for it.

SAM: Killed by who?

CALLEN: There was this kid. Jason. He was a couple of years older than me, and I lived with him in a foster home. He looked out for me. Not for any other reason than it was just the right thing to do. He used to make up these, uh, "G" names for me: G-Money, G-Ride, G-Force... One night, our foster dad got drunk and he beat him to death. I felt bad 'cause I didn't do anything to help him. I still do. Who killed Brandon, Alex?

ALEX: Rick. Rick Pargo.

 

CUT TO: INT. OBSERVATION ROOM

 

GIORDANO: Wow. That was pretty damn cool, Callen. Any of it true?

CALLEN: Rick Pargo. You know him?

GIORDANO: Blast from the past. He's pretty well known by our guys at Treasury.

KENSI: Commercial printer. Charged with forgery and counterfeiting.

GIORDANO: Seven times, and no convictions. I mean, we've been after this guy for years.

KENSI: Eric, see if you can place Rick Pargo on the hotel rooftop the night Brandon Valdivia was killed.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: Checking that for you right now.

 

CUT TO: INT. OBSERVATION ROOM

 

CALLEN: Nate?

NATE: He is terrified.

SAM: You're kidding?

NATE: So, why go back to the place your friend was murdered?

GIORDANO: He said he wanted to honor his friend.

NATE: Mmm, fear is a primal instinct. It-it overrules everything, including cerebral concepts... like-like honor. Whatever took him back there was so important that he had to suppress his fear. Until he ran into you guys and... then the fear kicked back in. And I don't blame him, 'cause I'd probably want to throw myself off a roof if I saw you guys coming at me, too.

 

CUT TO: INT. INTERROGATION ROOM

 

CALLEN: You left a few things out, Alex.

ALEX: What? No.

CALLEN: You heard of "Good Cop, Bad Cop." This is called "Bad Cop, Bad Cop." He can do things to you to make waterboarding feel like a sponge bath.

SAM: You said you went back to honor him. What do you know about honor?

ALEX: We were on patrol in Baghdad. Clearing buildings. We were in this huge old print shop... had presses and plates and everything. Took a look at the plates. They're for making American money. Hundred dollar bills. We took a set of plates, hid 'em with our gear. Smuggled 'em when we came back.

CALLEN: Where'd you find Rick Pargo?

ALEX: He found us. Someone must have told him. We gave Pargo the plates, he made some test batches, but... The paper wasn't good enough.

SAM: Let me guess. Brandon was supposed to destroy the bills, but instead, he laundered them online. One more question. What's this?

ALEX: Brandon gave it to me the night he was killed.

GIORDANO: It's a serial number generator.

CALLEN: Agent Giordano, we're in the middle of something here.

GIORDANO: I thought we were going to share. It generates a new serial number on counterfeit bills. This is a good one, too. Saddam had master forgers working all over Iraq. That's why they're printing 1995 series bills. They're using old plates. It's a hell of a case you guys stumbled into.

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

HETTY: You're a bartender. You work at a little place in the Valley.

KENSI: Yeah, I'm also Alex Walder's girlfriend.

HETTY: Oh, the things we do for our country. (LAUGH) I once had to hide in a cake. Never mind. That brute Pargo will undoubtedly frisk you, so a wire is out of the question.

KENSI: Ah, a watch.

HETTY: Aha. Tank style, leather band. Microphone and transmitter smartly concealed within.

KENSI: I like.

NATE: Rick Pargo is in many respects a classic narcissist. He's beaten seven cases against him in the past. I consulted on one of them and I saw him in the courtroom. He literally acts like he's above the law, and that makes him very dangerous.

KENSI: Okay, I'll tread lightly.

NATE: Pargo will construe any conciliatory gesture as weakness. It's best if you consider at least one well-timed bold gesture.

KENSI: Like kicking his ass?

HETTY: One more thing, courtesy of our colleague from the Secret Service.

KENSI: Have you met her yet?

HETTY: I have not yet met Agent Giordano, but... I'm under the impression from multiple sources that you could take her.

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

KENSI: I'm looking for Rick Pargo.

EDDIE: Who's asking?

KENSI: Alex Walder's girlfriend.

PARGO: Never heard of him. This way. You a cop?

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

CALLEN: I can't hear her. This guy's not taking any chances.

SAM: How long do you want to give her?

CALLEN: A minute, then we go in.

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

KENSI: Enjoying yourself?

EDDIE: Are you?

PARGO: You got my number generator?

KENSI: It's safe, like Alex.

PARGO: Alex is dead.

KENSI: So you think. I believe you might be interested in seeing this.

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

CALLEN: Born operator.

SAM: Yeah.

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

PARGO: Well, then maybe we'll call Alex and tell him to bring the number generator over here, if he wants to see you alive again. (TO THE HATCHET MAN) Hold it. (KENSI HOLD THE HATCHET MAN) Move away.

KENSI: My boyfriend's an idiot. I'm just here to make a deal.

PARGO: That was really impressive. I think I like you. All right, darling. With the number generator in place, I can print 20 million in under two hours.

KENSI: What stopped you before?

PARGO: Paper.

KENSI: Yours can't beat the pen, can it? That's why I'm here. I have access to a primo paper source.

PARGO: Let's say I'm interested.

KENSI: If I introduce you, how do I know I won't end up like Brandon?

PARGO: You think I killed Valdivia? I'm just a businessman.

KENSI: And I'm just a debutante.

PARGO: I got a partner who was supposed to come through with the paper. So far he hasn't. That's what got Valdivia so impatient. Now, Valdivia's not with us anymore.

KENSI: 4:30.

PARGO: Oh, uh, just so you know, if this goes south, I will not hesitate to kill you.

KENSI: What, you want to frisk me again before I leave, Rick?

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

(CALLEN AND SAM LOOK AT EACH OTHER)

KENSI:  (TO CALLEN AND SAM) We're in.

 

FADE IN: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

CALLEN: Gordon Taymis... youngest son of a prominent Canadian paper-making family. You think I ought to wear a tie?

HETTY: Hmm, you're disillusioned. Your father wears a tie.

CALLEN: I thought Canadians were all supposed to be happy.

HETTY: Never mistake politeness for contentment. What are the three "P's"?

CALLEN: Let's see, we've got printing press.

HETTY: Mm-hmm.

CALLEN: Patent green ink.

HETTY: Yeah.

CALLEN: And paper, of course.

HETTY: Ah! What's the, uh, power requirement for a ten-ton intaglio press?

CALLEN: That's a trick question, Hetty. It takes at least a 20-ton press to get the proper raised finish on authentic paper.

HETTY: You're ready, Mr. Callen.

CALLEN: Thank you.

HETTY: Take her out to dinner, after the case is over.

CALLEN: Agent Giordano?

HETTY: Mm. Then take Sam the next night. You know how he gets.

 

CUT TO: INT. BAR

 

KENSI: Rick. Gordon.

PARGO: How're you doing?

CALLEN: Hey.

PARGO: I hear you're in the, uh, paper industry.

CALLEN: Uh, family business. Uh, third generation.

PARGO: My old man was a printer. Ink in the veins.

CALLEN: I'm sorry, um... This just, this just doesn't feel right.

PARGO: It's okay. It's okay, relax.

CALLEN: I'm just used to meeting in board rooms, not in bars.

PARGO: Sit down, sit down. Finish your drink.

CALLEN: I've seen your work. It's ex-extraordinary.

PARGO: Mm-hmm.

CALLEN: 20-ton intaglio press?

PARGO: And I mix my own ink.

CALLEN: 1995 series, though, that's old paper.

PARGO: Single security strip. It's still in circulation.

CALLEN: That's your problem. You need the right paper to match. My family company, we have the contract with the U.S. Bureau of Printing and Engraving. We supply all the cotton and linen rag.

PARGO: Yeah, but every single sheet has to be accounted for.

CALLEN: It does. I'm the compliance officer.

PARGO: Really? Hmm. So, what? The family business doesn't pay?

CALLEN: My current level of compensation is, um, inadequate.

KENSI: You see, Gordon has a family and a wife in Vancouver. And a very good friend in L.A.

CALLEN: How much paper do you need?

PARGO: Three-foot stack should do it.

CALLEN: Tha... that's 2,000 sheets. That's $20 million.

PARGO: Can't handle it?

CALLEN: How are you going to move $20 million?

PARGO: Oh, I got a window once every 90 days, where we can unload all we print. At par, guaranteed.

CALLEN: Par? A hundred cents on the dollar? My cut's 40%.

PARGO: You get 20. And you take care of her out of your end. And I'll need a sample.

CALLEN: Sample's right in front of you.

PARGO: Son of a...

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

KENSI: Pargo said "we." He's got a partner. Eric couldn't place Pargo or Eddie on the roof. Neither of them killed Valdivia. But if we can deliver the paper, maybe we can meet the partner.

CALLEN: Nobody gets a hundred cents on the dollar for counterfeit money. And what is this 90-day window all about?

KENSI: The bigger question is, how do we get 2,000 sheets of paper by tomorrow?

ERIC: Hey, Callen. Somebody's clicking through your backstop Web site.

KENSI: Hmm! "Supplying high-end cotton and linen products to only the most discerning customers worldwide."

CALLEN: Nice turn of phrase, Eric.

ERIC: I minored in Lit. Okay, so I traced the IP address back to Rick Pargo. Oh, he's going deeper now. I hid a hard to read shipping manifest for the U.S. Bureau of Printing and Engraving in the background of one of the shots.

CALLEN: So if he clicks on it, he's hooked.

ERIC: He's downloading the JPEG now.

CALLEN: Hmm. (ON THE PHONE) Yeah? Hey, Gordy, how're you doing?

PARGO: (VO) Hi, Rick. Looks like you and me are going into business.

 

CUT TO: EXT. PARKING - NIGHT

 

CALLEN: I need paper.

GIORDANO: Look at you. You got in with Pargo.

CALLEN: Is that a Double-Double?

GIORDANO: I missed lunch.

CALLEN: We're sharing, right?

(SIGHS)

GIORDANO: So, how much paper you need?

CALLEN: 2,000 sheets. Mmm, mmm... by tomorrow. That's good.

 

CUT TO: INT. KENSI’S CAR

 

CALLEN: Testing my wire, Sam.

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

SAM: I got you in my earpiece, G.

 

CUT TO: INT. KENSI’S CAR

 

CALLEN: We're going in.

PARGO: Search 'em! (OPEN THE CAR) You're my newfound friend, Gordy, you know that?

EDDIE: Got the number generator.

CALLEN: Uh, where's my money?

PARGO: Your money'll be here in a bit. In the meantime, we've got work to do. You are a printer, right?

CALLEN: Ink's in my veins.

PARGO: We'll see. Let's go. Unload it!

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

CALLEN: All right. I'll ink it, you wipe it... that work?

PARGO: Let's do it.

CALLEN: Just enough to fill the grooves. Pressure does the rest.

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

SAM: That's a born operator, Dom.

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

PARGO: Oh, yeah! Three seconds, $3,000. There's no feeling like it.

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

GIORDANO: All right, they're printing. We got all we need.

SAM: No, you've got all you need. I'm waiting on one more player.

GIORDANO: Yeah, if he ever shows up. I'm here to catch a counterfeiter.

SAM: I'm trying to catch a murderer. And it's not Pargo, because he wasn't on the roof.

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

KENSI: Already dry.

CALLEN: They're flawless.

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

SAM: Company. Eyes open, G. It's Gunny Pallet. He's Pargo's partner. Unbelievable. All right, I'm going in. Dom, if the truck leaves, follow it.

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

PARGO: It's all there. 20 million.

PALLET: Just like the real thing.

CALLEN: Yeah, it's, uh, all in the paper.

PALLET: I'm sorry. Uh... You want your money. Here you go.

CALLEN: Guys, we had a deal. Where, where you going to get your paper next time? Whoa, whoa, whoa! I mean... W... wait a minute. I... All right, we can, we can renegotiate. I mean... how does ten percent sound?

PALLET: Sounds expensive. Wait until we leave, then take care of them.

(PARGO AND PALLET WALK O.S.) (KENSI AND CALLEN FIGHT)

MAN: Frank!

 

CUT TO: EXT. IN FRONT OF RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

PARGO: Get in there! Get in there! Now! Now! Get in! Let's go!

(THE TRUCK LEAVES)

 

CUT TO: INT. RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

PARGO: I told you I'd kill you.

CALLEN: Pargo!

SAM: It's over.

PARGO: Eddie!

SAM: Eddie's taking a nap. Kensi. Turn over!

CALLEN: Dom? Following the money.

 

CUT TO: INT. SAM’S CAR

 

DOM: (ON THE PHONE) Callen, Pallet's back at Camp Pendleton. And the counterfeit money's still on board.

 

CUT TO: EXT. IN FRONT OF RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

CALLEN: We're on our way.

KENSI: You've got $20 million in counterfeit hundreds. Why would you go back to the loading dock?

CALLEN: 'Cause you're going to ship something.

SAM: Eric, give me a list of all the flights leaving Pendleton in the next four hours and what's on them.

 

CUT TO: INT. NCIS MTAC ROOM

 

ERIC: Sending the manifest to you now, Sam.

 

CUT TO: EXT. IN FRONT OF RICK PARGO’S WAREHOUSE

 

SAM: We got payrolls in Afghanistan, embassy ATMs all over the Middle East and Asia, $20 million in cash flying out tonight.

KENSI: Pallet just printed 20 mil, and he's swapping it for the real thing.

CALLEN: We should be in on that swap, then. Tell Hetty we need to intercept the real money.

SAM: Plane leaves in two hours, G.

 

CUT TO: INT. PENDLETON

 

MAN: Stand by, everyone. The game is in play. Armored truck on its way in.

PALLET: Get that pallet unloaded!

CORPORAL: We need to sign for this money Sergeant.

PALLET: Signed and sealed, Corporal.

CORPORAL: On your way. Aye, aye, Gunny.

PALLET: Hello! The pallet on the right goes on the aircraft! Your right, not my right, Brain-dead!

MAN: Yes, Sergeant! Let's move it!

PALLET: Let's go, Lollygags! We've got aircraft going OCONUS at 1800. Now move! That aircraft ain't gonna wait for us! That's going 8,000 miles! Get it secure! Move!

(PASSAGE OF TIME)

PALLET: What the hell?

(SAM, CALLEN AND GIORDANO ENTER)

SAM: Sorry to disappoint you, Gunny.

CALLEN: The C130 with your fake $20 million's been turned around.

SAM: What happened to "almost," Gunny?

PALLET: The federal government prints $20 million every hour. And for what? Two more wars the civilians won't let us win?

SAM: That's how you justify it? I wouldn't do that if I was you, Gunny.

PALLET: You tell me that it's the same Navy now that you enlisted in, Chief.

SAM: I can't say it is. But they still ask the same of us. And that was always good enough for me.

PALLET: Not for me. Not anymore.

SAM: Don't do it, Gunny.

KENSI: Get down!

SAM: Don't move!

KENSI: Down!

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

CALLEN: Part of Pallet's job was shipping $20 million overseas every three months, so he decided to make a switch.

SAM: Valdivia's mistake was spending it too soon. Messed up Pallet's plan, so he threw him off the roof.

DOM: Yeah, just leaving. On my way.

SAM: Born operator?

CALLEN: He's growing on me.

HETTY: Mr. Callen.

CALLEN: Hetty.

HETTY: Uh, while congratulations are in order, there is one small loose end.

CALLEN: The money.

HETTY: The money. Today, Mr. Callen. Strangely, the Treasury wants its money back.

 

CUT TO: INT. NCIS OPERATION CENTER

 

GIORDANO: Done.

CALLEN: You don't want to count it?

GIORDANO: So do you want to go get a hamburger? Or we could order room service.

CALLEN: I've got this rule about dating cops.

GIORDANO: So you mean I have to wait till I retire?

CALLEN: I guess.

GIORDANO: Well, I'll put it in my calendar.

CALLEN: Maybe you could take early retirement.

GIORDANO: Maybe I will. She must have been some cop.

CALLEN: She was.

 

(MUSIC OUT) (ENDING CREDITS UP AND OUT) (MUSIC UP OVER ENDING CREDITS AND OUT)

 

Kikavu ?

Au total, 113 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Mathry02 
21.07.2019 vers 17h

boudou64 
27.06.2019 vers 19h

quimper 
10.05.2019 vers 23h

Casey5102 
06.04.2019 vers 20h

schumi 
14.03.2019 vers 16h

Jamie08 
13.03.2019 vers 19h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (14.03.2019 à 16:29)

Bon épisode plein d'humour et d'action comme d'habitude! J'adore quand Callen dit: "si t'as des dons naturels, les miens sont surnaturels" à Sam. Ils sont toujours à sa chamailler ces deux là mais en fait ils s'adorent!

C'est cool de voir Callen sortir un peu de sa réserve et baver (pas très discrètement) devant l'agent Giordano. Mais il n'arrive pas encore à selaisser aller: ce sera pour la prochaine fois!

Contributeurs

Merci aux 6 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne CBS

11.01 : TBA (inédit)
Dimanche 29 septembre à 21:00

Dernières audiences
Logo de la chaîne M6

10.23 : Menace intérieure (inédit)
Samedi 17 août à 21:00
1.29m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.22 : Plus de secret (inédit)
Samedi 10 août à 21:50
1.34m / 9.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.21 : Évasion russe (inédit)
Samedi 10 août à 21:00
1.47m / 9.4% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.20 : "Goulot" d'étranglement (inédit)
Samedi 3 août à 22:00
1.19m / 7.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.19 : Le chat et la souris (inédit)
Samedi 3 août à 21:05
1.23m / 8.0% (Part)

Logo de la chaîne M6

10.18 : La cavale d'enfer (inédit)
Samedi 27 juillet à 22:00
1.38m / 8.4% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
Audiences 10x23 et 10x24 sur M6 !

Audiences 10x23 et 10x24 sur M6 !
Samedi soir, M6 diffusait les vingt troisième et vingt quatrième épisodes et clôturait ainsi la...

Quartier Rizzoli & Isles : sondage avec Los Angeles et Hetty

Quartier Rizzoli & Isles : sondage avec Los Angeles et Hetty
Le quartier Rizzoli & Isles propose un tout nouveau sondage. Le thème proposé est le suivant...

Barrett Foa s'absente momentanément

Barrett Foa s'absente momentanément
Avis à tous les fans de notre adorable Barrett Foa l'interprête de notre attachant Opérateur...

Le final de la saison 10 c'est ce soir sur M6 !

Le final de la saison 10 c'est ce soir sur M6 !
M6 clôture la diffusion de la saison 10 inédite de NCIS : Los Angeles ce samedi avec les deux...

Animation : Hetty ne prend pas de vacances

Animation : Hetty ne prend pas de vacances
Mais pourquoi donc Hetty ne prend pas de vacances ? Tout simplement parce que ses agents et ses...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
HypnoRooms

Luna25, Hier à 23:02

Venez soutenir Wyatt Halliwell ou Will Byers sur le quartier Legends of tomorrow !

chrismaz66, Aujourd'hui à 13:28

Nouvelle PDM de septembre spécial coiffure chez Torchwood! Attention, âmes sensibles s'abstenir! Bon dimanche ^^

mnoandco, Aujourd'hui à 16:43

Hello, phase de vote finale sur le quartier New Amsterdam pour le concours en collaboration avec Doctor Who...

mnoandco, Aujourd'hui à 16:44

...deux créations toujours à départager, un coup d'œil, un coup de cœur et un clic suffisent

mnoandco, Aujourd'hui à 16:45

Merci

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site